Wikileaks anticipe l’arrivée de milliers de Bradley Manning

Et voit en cette condamnation une victoire tactique

Bradley Manning a été condamné hier à 35 ans de prison maximum pour avoir fourni à Wikileaks des centaines de milliers de documents confidentiels. Le militaire risquait jusqu’à 60 ans et même 135 ans de prison selon les scénarios. Si on en croit désormais l’initiative de Julian Assange, le soldat pourrait cependant sortir plus tôt encore.

manning CC BY 2.0

 

Dans un communiqué, Wikileaks voit en cette condamnation « une significative victoire tactique » pour Bradley Manning et ses soutiens. Pourquoi ? D’un, les mois déjà passés en prison seront déduits de la peine finalement infligée en vertu des lois Espionage Act et Computer Fraud and Abuse Act. De deux, Bradley Manning pourrait finalement être libéré plus tôt encore en jouant sur les dispenses pour bon comportement et le mécanisme de libération conditionnelle. « Il est probable qu’il passe moins de dix ans en détention » espère Wikileaks qui évoque tout de même un minimum de 5,2 années.

 

L’initiative souligne par ailleurs que les avocats du jeune soldat tentent de réduire ce délai à l’occasion de l’appel, comme le prévoient les lois militaires.

 

Julian Assange en a en tout cas la certitude : le sort réservé à Manning par le gouvernement américain visait à dissuader quiconque voudrait suivre ses traces. Une telle stratégie cependant « s'est finalement retournée contre lui de manière spectaculaire comme ces derniers mois l’ont prouvé ». Pourquoi ? Cette condamnation décidée par une cour martiale « est un affront aux concepts de base de la justice occidentale ». Wikileaks se souvient des propos de Juan Ernesto Mendez, le rapporteur spécial de l’ONU sur la torture. Celui-ci avait déclaré en mars 2013 « Je crois que Bradley Manning a été soumis à un traitement cruel, inhumain et dégradant constitué par l'isolement excessif et prolongé qu'il a subi au cours des huit mois qu'il a passés à Quantico. »

 

Du coup, sous les yeux de la planète entière, « l'administration Obama a démontré qu'il n'y avait pas de place dans son système pour les personnes de conscience et de principe » considère Wikileaks qui avertit déjà du résultat d’un tel retournement : « il y aura finalement un millier de nouveaux Bradley Manning. »

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !