Pour l'OCDE, la subvention des téléphones n'est pas du tout avantageuse

Rourourou

Dans une étude publiée la semaine et repérée par nos confrères de La Tribune, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a pointé du doigt les systèmes de subvention de téléphone, jugés peu intéressants financièrement pour le client.

OCDE mobile subvention

Entre visions à court et long terme

Dans la plupart des pays du globe, en particulier les pays développés, les subventions des téléphones couplées à un long engagement sont une pratique connue de tous. Très avantageux afin de proposer au client des smartphones haut de gamme à un bon prix voire des appareils à 0 euro pour les gammes inférieures, ce système n'en reste pas moins coûteux pour le client s'il reste avec le même forfait durant plusieurs années alors que son téléphone a déjà plus qu'été remboursé.

 

En France, certains opérateurs ont évolué sur ce sujet et diminuent automatiquement le tarif du forfait de leurs clients passé la période d'engagement, ce qui n'était pas le cas auparavant. Récemment, Bouygues Telecom a annoncé qu'il comptait « inventer autre chose » en matière de subvention pour la 4G, sans détailler plus profondément cette pensée. Et bien sûr, Free Mobile n'a jamais caché son désamour vis-à-vis de la relation incestueuse entre la subvention du téléphone et l'engagement au forfait. Mais son procès perdu face à SFR va forcément avoir des conséquences sur sa politique future, ce que l'opérateur n'a d'ailleurs pas caché.

 

Sur ce sujet, l'OCDE, qui a analysé les tarifs de 23 pays dans le monde (principalement en Europe, en Amérique du Nord et une poignée de pays d'Asie et d'Océanie), fait un constat est sans appel. Hormis quelques très rares exceptions, le client est systématiquement perdant lorsqu'il prend un forfait couplé avec un appareil, plutôt que d'acheter lui-même son téléphone et de prendre un forfait à part. Et dans les cas les plus extrêmes, les surcoûts pour le client sont flagrants. En France et aux États-Unis, pour un forfait intégrant 300 minutes d'appels et 1 Go de données (l'étude date de l'an passé), les offres couplées « étaient dans certains cas 50 % à 100 % plus chères que les offres séparées ».

 

OCDE mobile subvention

Une forte croissance du sans engagement

L'OCDE note avec justesse que dans certains pays, et en particulier en France, la situation change du fait de l'explosion des forfaits sans engagement. Rappelons ainsi qu'au 31 décembre 2012, le taux d'abonnés n'étant pas engagés à leur opérateur a atteint les 33 %. Un record et un taux très élevé, sachant qu'il n'atteignait que 20 % l'année précédente.

 

Reste que d'après l'organisation, les tarifs élevés liés à la subvention ne sont pas le facteur premier qui explique les différences de tarifs entre les pays. Certes, la subvention pousse à s'abonner plusieurs années et à payer des mensualités élevées. Mais la logique étant la même peu importe le pays, cela n'explique donc pas les écarts que l'on peut constater entre les différents territoires du globe. L'arrivée d'un concurrent qui bouleverse le marché, ou encore une régulation différente des autorités locales, peuvent par contre changer la situation. Cela explique ainsi comment la France a fortement progressé dans le monde en matière de voix et de messagerie. Pour l'accès à internet par contre, il y a encore de sérieux efforts tarifaires à réaliser.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !