Quelle quantité de données sur internet mobile consomment les Français ?

Des dizaines de milliers de To

Pour la toute première fois, l'Autorité de régulation des télécoms a livré cette semaine la consommation française des données sur l'internet mobile pour chaque trimestre. Auparavant, nous n'avions que des données annuelles. Et sans surprise, ce nombre affiche une très forte croissance : 66 % en un an.

Données internet mobile 2009 2013

Une croissance impressionnante

Dans son dernier observatoire portant sur le premier trimestre 2013, l'ARCEP a livré une petite surprise en dévoilant pour le premier trimestre 2013 ainsi que chaque trimestre depuis l'année 2009 la quantité de données consommées par les Français sur le réseau internet mobile. Des chiffres très intéressants au regard de la masse de données concernées. De 19 557 To au premier trimestre 2012, soit pour rappel environ 20 millions de Go, nous sommes donc passés un an plus tard à 32 467 To.

Comme vous pouvez le voir ci-dessus, la croissance de la consommation de données mobiles est quasi constante depuis plusieurs années, avec une véritable explosion en 2011 et plus encore en 2012, l'année 2013 suivant un rythme tout aussi élevé. Si l'on cumule chaque trimestre et que l'on rajoute l'année 2008 dévoilée dans ce document publié par l'ARCEP en janvier dernier, nous obtenons les chiffres suivants :

  • 2008 : 2 930 To
  • 2009 : 13 267 To (+352,8 %)
  • 2010 : 30 331 To : (+128,6 %)
  • 2011 : 55 805 To (+84 %)
  • 2012 : 95 502 To (+71 %)

Si en pourcentage, la croissance se réduit donc petit à petit, en quantité brute, la logique est différente. L'année 2009 a ainsi gagné 10 337 To, contre 17 064 To en 2010, 25 474 To en 2011 et 39 697 To en 2012. Ces chiffres démontrent aussi que le premier trimestre 2013, à lui seul, est supérieur à toute l'année 2010. Et le premier semestre 2013 sera assurément plus important que toute l'année 2011.

Ces croissances de consommations sont à la fois liées à l'explosion du nombre de smartphones et de Français abonnés à des forfaits intégrant des offres internet mobile, mais aussi à l'augmentation des débits et des quotas. Et si ces derniers demeurent encore très faibles par rapport à ce qui est proposé dans certains pays étrangers (100 Go par mois voire de l'illimité total), ils devraient augmenter encore avec le temps, à l'instar des débits, portés par la 4G.

Les puces dédiées à l'internet mobile ont peu de succès

Le document de l'ARCEP montre d'ailleurs que les personnes disposant d'une simple puce mobile afin de surfer sur leur ordinateur portable ou leur tablette tactile restent encore une minorité. En effet, si en 2010, elles représentaient environ un tiers de la consommation, ce rapport est tombé à un cinquième en 2011 du fait d'une faible croissance (+10 %). Un constat confirmé en 2012, avec seulement 12 342 To de consommés par ce biais, soit une croissance annuelle de seulement 11 %. Surtout, cela ne représente qu'un neuvième de la consommation totale sur internet mobile. Preuve que c'est bien la consommation sur smartphone qui tire le marché vers le haut.

 

L'Autorité explique toutefois que « les utilisateurs de cartes internet exclusives consomment, en moyenne, 316 mega octets par mois au premier trimestre 2013, soit deux fois plus que les utilisateurs de téléphones mobiles (150 mega octets par client et par mois). En revanche, leur consommation moyenne est stable depuis le début de l’année 2011 à un niveau un peu supérieur à 300 mega octets alors que la consommation en data des utilisateurs de téléphones ne cesse de s’accroître chaque trimestre d’environ +70% sur un an. »

 

Plus que le niveau de consommation individuelle, c'est donc bien leur nombre qui ne progresse pas assez. Les offres et les tarifs ne sont ainsi pas suffisants pour attirer massivement les Français à utiliser le réseau internet mobile sur leur ordinateur ou leur tablette. Ou bien ils utilisent tout simplement leur smartphone pour atteindre ce but, que leur opérateur l'autorise ou non.

Toujours plus de données, mais aussi plus de SMS

Notez enfin que d'autres records ont été réalisés lors de ce premier trimestre 2013. C'est par exemple le cas du nombre de SMS envoyés : 49,975 milliards, en hausse de 5,3 milliards en un an. Les MMS ont eux aussi enregistré un record, mais il reste encore ultra minoritaires, avec seulement 542 millions de messages multimédias envoyés, soit tout de même une croissance de 56,3 % en un an.

 

« Les clients des opérateurs ont envoyé, en moyenne, 255 SMS par mois au cours du premier trimestre 2013, soit près de 20 SMS supplémentaires par rapport au premier trimestre 2012 » résume l'ARCEP. Notez qu'en 2008, moins de 10 milliards de SMS s'échangeaient par trimestre, et même moins de 5 milliards en 2007.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !