Nintendo perd sa bataille pour le nom de domaine WiiU.com

Mario et Sonic contre les cybersquatteurs, bientôt sur Wii U

En 2004, un illustre inconnu s'appropriait le nom de domaine WiiU.com, bien avant que l'on soupçonne l'existence de la future console de Nintendo. En février dernier, le propriétaire de ce domaine a choisi de le mettre aux enchères, la firme nipponne a tenté de se l'approprier via une « procédure de résolution uniforme des litiges » auprès de l'ICANN, sans succès. 

wii u

 

Entre les difficultés sur le plan commercial, se manifestant par des ventes moribondes, le désaveu à peine masqué de certains éditeurs comme Electronic Arts et Ubisoft, les déboires de Nintendo avec la Wii U n'en finissent plus. Si les éditeurs sont tout de même revenus sur leurs déclarations, voilà maintenant que c'est une sombre affaire de nom de domaine qui vient poser problème au constructeur. 

 

En effet, la firme a toutes les peines du monde à revendiquer la propriété du nom de domaine WiiU.com. Celui-ci a été enregistré pour la première fois le 13 janvier 2004, soit plus de huit ans avant la sortie de la console. Jusqu'ici rien d'anormal, mais le propriétaire a décidé de mettre aux enchères le fameux nom de domaine au mois de février dernier. Sans tarder, Nintendo s'est engagé dans une « procédure de résolution uniforme des litiges » auprès de l'ICANN. Le résultat de cette procédure est connu depuis le 19 juin dernier, et il s'est soldé par un refus cinglant pour le géant nippon.

Les raisons du refus

Dans sa requête, Nintendo explique avoir annoncé sa Wii en juin 2006 et qu'elle « deviendra rapidement l'une des consoles les plus vendues de tous les temps ». La firme déclare ensuite avoir annoncé la Wii U en juin 2011, et quelle est devenue « un succès commercial immédiat » (sic). Le constructeur se plaint surtout de voir sur le site wiiu.com du contenu « offrant à la vente et faisant la publicité d'une variété de produits et services liés au jeu vidéo », et que cela était de nature à créer une confusion avec les consoles de Nintendo.

 

Du côté d'Oceanside Capital Corp (OCC), l'actuel propriétaire de wiiu.com, on explique que le nom fût réservé pour le compte d'une filiale baptisée « We Invest In You » (WIIU). L'entreprise ajoute également que l'adresse ne pointe que vers une page générique ne proposant pas de services commerciaux, et qu'aucune publicité ne génère de revenus.

 

Pour que la procédure aboutisse, il fallait que Nintendo prouve que le nom de domaine pouvait prêter à confusion avec l'une de ses marques, que l'accusé n'a pas de droits ni d'intérêt légitime sur le nom de domaine et que ce dernier n'était pas utilisé de mauvaise foi.

 

Si le jury a reconnu que le nom pouvait prêter à confusion et qu'OCC n'avait pas d'intéret légitime et aucun droit en particulier sur ce nom, Nintendo n'a pas pu prouver que la firme faisait preuve de mauvaise foi. Par conséquent, la procédure ne put aboutir. 

Deux solutions restent possibles : un recours en justice, ou signer un gros chèque

Contacté par nos confrères d'Eurogamer, un porte-parole de Nintendo confirme le verdict rendu par l'autorité administrative et affirme que la société continue à évaluer ses options sur le plan légal. « Cette décision n'impacte pas la capacité de Nintendo à faire appliquer ses droits concernant ses propriétés intellectuelles ». Le constructeur pourrait aussi en revenir aux mêmes méthodes qu'en 2006 lorsqu'un contentieux du même acabit frappait le site wii.com. Nintendo avait alors déboursé plusieurs centaines de milliers de dollars pour récupérer le nom de domaine. 

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !