SpaceX : la réutilisation, ça marche

Un Falcon 9 et ça repart !
Tech 2 min
SpaceX : la réutilisation, ça marche

SpaceX a envoyé mardi dernier son lanceur Falcon Heavy dans l’espace, pour la première fois depuis 2019 à l'occasion d'une mission pour l'US Space Force dont la finalité n'a pas été rendue publique. L'entreprise a ensuite réussi cette nuit le dernier lancement de son Falcon 9, cette fois pour le compte Eutelsat. L’occasion de revenir sur ce qui a fait la marque de SpaceX dans le « new space » : la réutilisation du premier étage de ses lanceurs.

Cette nuit, après le décollage de la fusée de SpaceX, le booster du premier étage – nom de code B1067 – du Falcon 9 a réaterri sans problème durant sa septième utilisation. Ce qui était un événement en 2015 est devenu un processus normal dans les lancements de SpaceX. Aujourd’hui, poser un premier étage sur terre ou en mer est presque une routine et on ne s’étonne même presque plus d’en voir deux d’un coup (dans le cas de Falcon Heavy).

En 2015, B1019 était le premier booster à revenir sur terre (sans encombre) après lancement, mais il n'a finalement pas été recyclé pour d’autres missions. Il trône désormais comme un trophée à proximité du siège social de la société à Hawthorne, en Californie. En avril 2016, c’est la première récupération en mer, sur une barge à 300 km des côtes de Floride.

En mai de la même année, SpaceX récupérait pour la première fois un premier étage d’une mission visant l’orbite géostationnaire. La barge était cette fois-ci à plus de 600 km de la Floride et le retour se faisait à plus grande vitesse, comme l’explique la Cité de l’Espace. Lors de la phase finale de freinage trois des neuf moteurs ont été remis en route, au lieu d’un seul habituellement.

Depuis, SpaceX a démontré que la réutilisation n'était pas seulement imaginable mais qu'elle entrait dans le processus normal des lanceurs de l'entreprise, permettant l'abaissement des coûts de lancement. L’entreprise revendique pas moins de 189 lancements (dont des dizaines pour Starlink), avec un taux de réussite important. Cela fait maintenant plusieurs années qu’un échec n’est pas venu ternir le tableau, le dernier était en 2016 avec une explosion sur le pas de tir (le chargement était à bord).

Six boosters réutilisés au moins dix fois

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !