Fastmail s'associe à BitWarden pour créer des alias aléatoires à la volée, une fonction encore rare

« Truc de geek »
Internet 5 min
Fastmail s'associe à BitWarden pour créer des alias aléatoires à la volée, une fonction encore rare

L’éditeur Fastmail s’est associé au gestionnaire de mots de passe open source BitWarden pour créer un lien entre les deux. Objectif ? Simplifier la création d’alias aléatoires pour les inscriptions en ligne. Un mécanisme qui fonctionne bien, mais dont la mise en place et l’intégration ne sont pas parfaits.

Fastmail est une société australienne présente dans ce domaine depuis 23 ans maintenant. Le service s’est d’abord distingué par ses performances, et le nom est simplement resté. Il a appartenu à Opera entre 2010 et 2013, avant d’être racheté par ses propres employés. L’entreprise est depuis restée indépendante.

Nous avions pris en main Fast en juillet 2020. Si les performances étaient clairement au rendez-vous et les fonctionnalités dédiées à la vie privée bien présentes, il restait une ambivalence entre les prestations de l’entreprise et sa position australienne. Le pays fait en effet partie des Five Eyes, une alliance pour le renseignement avec les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada et la Nouvelle -Zélande.

Il n’en restait pas moins que Fastmail était techniquement très réussi, notamment grâce à la promotion de son standard JMAP, développé pour remplacer un IMAP bien vieillissant et disposant de son propre groupe de travail à l’IETF. Des fonctions comme l’annulation après envoi pendant 15 secondes, la synchronisation des contacts et de l’agenda, ou encore les notifications push sur tous les appareils sont présentes dans JMAP.

Fastmail est dépourvu de publicités et n’analyse pas le contenu. En conséquence, il est payant et fait même partie des solutions les plus onéreuses. L’abonnement basique est ainsi à 3,60 dollars par mois. Pour ce prix, seuls 2 Go de stockage sont fournis. L’abonnement Standard octroie 30 Go et la compatibilité avec les clients tiers pour 6 dollars.

Et si cela vous intéresse maintenant, une intégration avec le gestionnaire de mots de passe open source BitWarden permet la création à la volée d’alias aléatoires. Une fonction qui peut s’avérer très pratique quand on s’inscrit sur divers formulaires et que l’on ne souhaite pas donner sa véritable adresse.

Créer un lien entre Fastmail et BitWarden

Commencez par ouvrir les paramètres de Fastmail et rendez-vous dans la section Mot de passe et sécurité. En bas, en face de la ligne « API tokens », cliquez à droite sur « Gérer ». Cliquez sur « New API token » (oui, l’interface de Fastmail n’est pas entièrement traduite en français), donnez un nom à ce nouveau jeton, cliquez sur la case « Adresse e-mail masquée », puis enfin sur « Generate API token ».

La page qui s’ouvre ensuite affiche le fameux jeton, une longue suite de caractères qu’il vous faut copier. Attention : comme précisé par l’interface, préservez cette séquence dans un endroit sûr car elle ne sera plus affichée par la suite, sans moyen d’y revenir. Vous pourrez bien sûr créer d’autres jetons si besoin et supprimer les existants.

  • fastmail bitwarden
  • fastmail bitwarden
  • fastmail bitwarden

Ouvrez ensuite BitWarden et allez dans l’onglet Générateur. Là, il faudra paramétrer la page comme suit avec les réglages suivants : Nom d’utilisateur, Alias d’email transféré, Fastmail. Dans le champ en bas, « Jeton d’accès API », il faudra simplement coller la séquence obtenue dans Fastmail.

Si tout s’est bien passé, vous pourrez cliquer sur les deux flèches en haut à droite pour générer une nouvelle adresse. Vous pouvez d’ailleurs cliquer autant de fois que vous le souhaitez. À chaque fois, l’adresse obtenue sera toujours de la forme : adjectif.nom1234@fastmail.com, l’adjectif et le nom étant puisés dans un catalogue anglais. Le nombre est compris entre 0001 et 9999 et est aléatoire, comme le reste.

fastmail bitwardenfastmail bitwarden

Fonctionnel, mais pas si simple

La configuration reste en place. Il ne sera donc pas nécessaire de repasser par tout le processus pour générer ces adresses aléatoires. Ce fonctionnement est spécifique, BitWarden ne prenant en charge que quatre services pour créer des alias : SimpleLogin, AnonAddy, Firefox Relay et donc Fastmail, fraichement débarqué.

Si vous avez besoin par exemple d’une adresse via Firefox Relay, le service d'alias de messagerie de Mozilla, vous pouvez sans problème cliquer sur son bouton, générer l’adresse, puis revenir à Fastmail. Tant que l’on ne le modifie pas, le jeton reste en place. Attention d’ailleurs à ne pas lui ajouter un ou plusieurs caractères sans faire attention : le champ texte n’est pas protégé et reste ouvert aux modifications.

Bien sûr, l’alias créé renvoie vers l’adresse centrale dont il est issu. Une solution très pratique, mais sa mise en place et son utilisation risquent de ne convenir qu’à un certain type de public, déjà bien familier de l’outil informatique. La mise en place du lien paraitra sans doute un peu ésotérique à un utilisateur ou une utilisatrice lambda, qui ne verra d’ailleurs peut-être pas l’intérêt d’un tel alias aléatoire, d'autant que cela nécessite une petite gymnastique de l’esprit.

La fluidité du processus pourrait être améliorée, de même que l’interface côté BitWarden. Celui-ci n’est pas le gestionnaire de mots de passe le plus agréable à prendre en main, avec une interface que l’on peut qualifier de sèche ou dépouillée. Le panneau dédié aux jetons l’est encore plus, sous la forme d’un simple formulaire web, de quelques listes et de boutons radio.

Les précédents « Hide my email » de Apple et 1Password

Et si le mécanisme vous semble familier, c’est qu’il a notamment été démocratisé par Apple. À la différence que chez Cupertino, l’ensemble est totalement intégré. Il permet, lors d’une inscription via Sign In with Apple, de créer à la volée une adresse aléatoire liée au compte iCloud. On ne fait presque aucune manipulation supplémentaire, on répond simplement à une question.

Il ne faut bien sûr pas s’attendre à ce degré d’intégration quand deux entreprises collaborent sur un lien entre leurs services, car ni l’une ni l’autre n’a la maîtrise de l’expérience utilisateur. Il ne s’agit d’ailleurs pas du premier lien de ce genre. L’année dernière, Fastmail avait fait de même avec 1Password.

L’ajout de BitWarden est cependant important, car sa base utilisateurs est plus importante, grâce à une tarification beaucoup plus douce que son concurrent. C’est le seul gestionnaire de mots de passe avec compte dont la synchronisation fixe/mobile est gratuite.

C’est toutefois une bonne occasion de rappeler que ce type de lien peut exister, mais on le trouve surtout chez quelques fournisseurs spécialisés, qui proposent des fonctions plus poussées pour se démarquer de la concurrence. Chez les « grands », en dehors d’Apple, aucun ne le propose.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !