Au CNRS, l’importante question de la sobriété énergétique des applications

La chasse aux « obésiciels »
Logiciel 2 min
Au CNRS, l’importante question de la sobriété énergétique des applications
Crédits : gorodenkoff/iStock

C’est un vrai problème : avec la croissance continue des usages numériques, les applications représentent une part importante de la consommation énergétique. Au-delà de leur nombre et de leurs usages, la question de leur conception préoccupe un nombre croissant d’observateurs… et de chercheurs. Au CNRS, une équipe travaille à les rendre plus sobre. Y compris dans le cloud.

Le sujet n’est pas nouveau, mais il prend de l'ampleur. Nous l’avons abordé à plusieurs reprises, notamment quand nous nous étions penchés sur le poids des applications. Certes le poids élevé d’une application engendre des transferts plus longs et demande un plus gros espace de stockage, mais la question qui se posait était surtout de savoir ce qui nécessitait tant de place.

Dans notre article, les applications de Facebook étaient très représentatives du problème soulevé : l’utilisation intensive des cadriciels (frameworks) externes aboutissant non seulement à ce que le Journal du CNRS nomme « obésiciels », mais également à un manque flagrant d’optimisation, donc à une consommation élevée d’énergie.

Comme l’indique Romain Rouvoy, chercheur en génie logiciel au Centre de recherche en informatique, signal et automatique de Lille (CRIStAL), la prise de conscience est récente : « En 2010, alors que nous travaillions dans le cadre d’un projet baptisé EcoHome, qui visait à mieux comprendre la consommation des box internet domestiques afin de mieux la maîtriser, nous avons observé que les logiciels étaient grandement responsables de la consommation énergétique globale des systèmes informatiques ».

Avec son équipe, il travaille donc sur cette problématique.

Mesurer et recommander

Le chercheur cite le paradoxe de Jevons (aussi appelé « effet de rebond »), « selon lequel le développement de technologies plus efficaces, permettant en théorie de faire des économies d’énergie, augmente paradoxalement la quantité d’énergie consommée ». Pourquoi ? Essentiellement parce que cette efficacité est contrebalancée par l’explosion des usages ou gommée par de mauvaises habitudes dans le développement.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !