La Poste enterre la lettre prioritaire au profit de l’e-lettre rouge

Le timbre change de ton
Economie 3 min
La Poste enterre la lettre prioritaire au profit de l’e-lettre rouge
Crédits : La Poste

« La Poste modernise sa gamme courrier pour répondre aux nouveaux usages des clients et améliorer son empreinte carbone » indique le groupe à l’occasion de l’enterrement annoncé du timbre rouge. En lieu et place ? Une e-lettre envoyée en ligne et imprimée au plus près du destinataire. Nous diffusions pour l'occasion l'avis de l'ARCEP.

« Les ménages envoyaient 45 Lettres prioritaires par an en 2010, seulement 5 en 2021 ». À l’ère des messageries, emails et autres SMS, la Poste a décidé d’abandonner le timbre rouge. La lettre prioritaire disparaitra au 1er janvier 2023.

Les clients pressés ne seront pas désarmés, mais devront utiliser des outils informatiques en adressant, depuis le site de la Poste, une « e-Lettre Rouge » qui sera ensuite imprimée à proximité du lieu de destination.

Cette solution en ligne permettra « de consulter son historique de courriers et d’utiliser des modèles de lettres pour effectuer ses démarches administratives » relève la Poste. Et les clients « éloignés du numérique », pourront envoyer cet e-courrier « depuis un bureau de poste, sur un automate ou avec l’aide d’un conseiller équipé de son Smartéo », terminal dédié aux opérations de courriers.

Les clients devront payer 1,49 € pour 1 à 3 feuilles, à comparer à l’actuel tarif de 1,43 € pour la Lettre prioritaire. Pour ce 1,49 €, le coût de l’enveloppe et du papier sera compris. Le délai restera en J+1.

Les lettres vertes, distribuées en J+3, resteront au tarif de 1,16 euro. L’option de suivi reste elle aussi à 50 centimes. Un nouveau produit entre dans la gamme : la « Lettre turquoise services plus ».  

La lettre turquoise

Cette lettre « sera proposée pour les envois les plus importants nécessitant une traçabilité, comme pour l’envoi d’un chèque ou de petites marchandises par exemple. Elle sera distribuée en J+2. ». Son coût est nettement plus cher : à partir de 2,95 euros.

Pour ce tarif, « grâce à une technologie embarquée de smart data », cette lettre intègrera « des services tels que la réception de notifications de suivi, la prise en charge de la lettre depuis sa boîte aux lettres personnelle par le facteur et une compensation forfaitaire en cas de délai de distribution excessif ».

La « Lettre recommandée » restera disponible, mais son tarif débutera à partir de 4,83 €, contre 4,55 € en 2022 (en J+3). Par contre, les tarifs des colissimos restent inchangés, mais seulement pour la première tranche. Une hausse de 2,4 % est prévue pour l’ensemble de la gamme, « très sensiblement inférieure à l’inflation », insiste la Poste.

« Chaque foyer consacre en moyenne 37 € par an aux envois postaux, courrier et colis. Ce budget est en baisse constante : il était de 45 € en 2016 et de 38 € en 2021. L’impact de la nouvelle tarification de la lettre sur le budget des ménages sera faible voire nul, compte tenu de la baisse de la consommation de courrier », assure la Poste.

Le groupe estime que d’ici 2030, il aura économisé 60 000 tonnes de CO2, soit « une réduction de 25 % par rapport aux offres actuelles ». « L’arrêt du transport aérien dans l’hexagone courant 2023, un meilleur remplissage des camions et l’impression des e-Lettres rouges au plus près du destinataire constituent les principaux leviers qui permettront cette économie ».

Avec cette nouvelle politique, la Poste opère un recentrage de l'offre courriers, avec un allongement du délai de distribution de J+2 à J+3.

L'ARCEP en attente d'un retour d’expérience

Dans son avis du 12 juillet dernier, l’ARCEP relève que « les tarifs proposés semblent respecter le principe d’abordabilité », posé par le Code des postes et des communications électroniques.

Cependant, « compte tenu de l’évolution significative de la gamme », l’autorité attend « un retour d’expérience » organisé par La Poste périodiquement avec l’Arcep dès 2023, et ce « en vue de contrôler la cohérence des trajectoires de volumes anticipées ». Ce RETEX permettra de fixer l’encadrement pluriannuel des tarifs pour les années 2024 et 2025.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !