Financement des réseaux télécoms, neutralité du Net… avis de tempête en Europe

Il est fibre, max
Internet 3 min
Financement des réseaux télécoms, neutralité du Net… avis de tempête en Europe
Crédits : altmodern/iStock

Faire payer des fournisseurs de services comme YouTube « qui sur-sollicitent le réseau » ? Le sujet revient sur la scène. Défendue par le lobbying des opérateurs télécoms, mais aussi une partie de la classe politique jusqu’au sommet de la Commission européenne, l'idée est contestée sur fond d’atteinte à la neutralité du Net. Revue des forces en présence.

Lundi, l’association ETNO (European Telecommunications Network Operators) publiait un billet décrivant, à ses yeux, « les avantages d’un équilibre plus équitable entre les géants de la technologie et les opérateurs télécoms ». Le lobby des opérateurs télécoms constate, sans mal, que la consommation des données explose année après année.

Selon elle, pas de doute : « la majeure partie de la croissance du trafic au cours de la dernière décennie provient d’un petit nombre de fournisseurs de services Over-The-Top (OTT), avec peu ou pas de contribution économique au développement des réseaux de télécommunications nationaux »

Ces services représenteraient « désormais plus de 55 % de l'ensemble du trafic », avec des coûts non neutres, puisque « pouvant atteindre 36 à 40 milliards d'euros par an pour les opérateurs de télécommunications de l'UE ». La grosse majorité – 28 à 30 milliards – pour les réseaux mobiles, les 8 à 10 milliards restants sur les réseaux fixes.

Retour d'une idée récurrente

Or, toujours selon l’ETNO, « les opérateurs de réseaux télécoms ne sont pas en mesure de négocier des conditions commerciales équitables pour l'utilisation toujours croissante de leurs réseaux par les principaux OTT : leurs offres sont désormais indispensables aux utilisateurs ; leur domination du marché est de plus en plus ancrée ; et il n'y a pas de mécanismes économiques, réglementaires ou politiques en place pour aider à rétablir des règles du jeu plus équitables ».

Pour rééquilibrer les plateaux d’une balance mal calibrée, le lobby européen (re)lance l’idée d’une mise à contribution des YouTube et autres goinfres en bande passante : « Par exemple, une contribution annuelle de 20 milliards d'euros des OTT pour le développement des infrastructures de télécommunications dans l'UE augmenterait le PIB de 72 milliards d'euros d'ici 2025, avec une hausse en parallèle pouvant atteindre jusqu’à 840 000 emplois par an ; des effets positifs à la fois sur l'expérience utilisateur et sur les niveaux d'innovation ; et une forte réduction de la consommation d'énergie et des niveaux d'émission de carbone ».

Dans un bel alignement de planètes, Patrick Drahi, président d'Altice, est récemment monté au créneau  pour s'attaquer à la neutralité du Net, présentée comme une « énorme bêtise ».

Arthur Dreyfuss, président de la Fédération française des télécoms et également directeur général d’Altice Média, tenait au même moment un discours similaire en qualité de président de la FFTélécom : « Quand on emprunte une autoroute, on paie pour le trajet, l’entretien de la route et les travaux à venir. Pourquoi sur les réseaux de télécoms les fournisseurs de contenus ne paient-ils aucun péage ? ».

Un écho favorable à la Commission européenne

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !