Raspberry Pi alimenté en PoE sans HAT : comment faire ?

Attendre le Raspbery Pi 4 ?
Raspberry Pi alimenté en PoE sans HAT : comment faire ?

Et si on alimentait nos Raspberry Pi à travers un simple câble réseau ? Une possibilité intéressante de prime abord, mais pas encore si simple à mettre en place dans la pratique.

Le Power over Ethernet (PoE) est une solution intéressante pour alimenter des produits reliés à un réseau filaire. On pense naturellement aux points d'accès, téléphones sur IP et autres caméras, mais avec un maximum de 30 watts actuellement et bientôt 100 watts, les possibilités vont bien au-delà. 

Il y a un type de produit où cette solution pourrait trouver tout son sens : les micro PC. Peu gourmands en énergie, disposant souvent d'une prise RJ45, parfois destinés à finir dans une baie de brassage au côté d'autres équipements réseau, ils peuvent trouver un intérêt certain à cette solution. 

Pour autant, ils proposent rarement une prise en charge native du PoE. Ce n'est d'ailleurs pas le cas du plus populaire d'entre eux : le Raspberry Pi. Il existe néanmoins des solutions.

Cher HAT PoE

La plus simple parait être l'utilisation du HAT (Hardware Attached on Top) officiel permettant d'ajouter le support du PoE (802.3af) au port réseau de la carte.

Annoncé en mars, disponible en août, son tarif est d'un peu plus de 20 euros. Il comporte néanmoins plusieurs défauts. Il n'est compatible qu'avec les modèles 3 B+, est équipé d'un ventilateur, occupe tout l'espace de la carte et le connecteur GPIO... mais est aussi assez cheap (malgré son prix).

Au point que la fondation a annoncé en novembre dernier une nouvelle révision permettant de retravailler certains points, et de régler des problèmes avec les ports USB, causés par un empressement à sortir le produit (déjà en retard) et un manque de tests selon le propre aveu des équipes.

La solution consistant à ajouter un filtre LC sur le PCB, elle a facilement été mise en place. Un rappel des produits a été organisé, avec un remplacement pour ceux déjà livrés (à travers les revendeurs officiels). Si tout cela est appréciable, le problème de base n'est pas corrigé : il s'agit toujours d'un imposant HAT avec un support limité.

Raspberry Pi PoE HATRaspberry Pi PoE HAT
Avant / Après

Splitter, notre sauveur

En attendant 2020 et le Raspberry Pi 4, dont on espère qu'il proposera un support natif du PoE (et du stockage intégré), quelle solution pour votre modèle actuel, d'ancienne génération ou même ceux vendus par la concurrence ? 

C'est ici qu'un splitter PoE peut avoir tout son intérêt. Comme évoqué dans notre précédent article, et contrairement à un injecteur, ce type de produit consiste à séparer le flux d'alimentation et de données d'un port RJ45 PoE pour obtenir deux connecteurs différents. Des modèles basiques, proposés à moins de 10 euros, le font avec une sortie DC 12V. 

Il existe même des modèles d'injecteur/splitter sous la forme d'un simple câble, mais attention ils ne gèrent que du PoE dit passif, donc non reconnu par la norme 802.3af/at. 

C'est entre les deux que nous pouvons trouver notre bonheur pour une dizaine d'euros. En effet, certains petits malins ont pensé à convertir l'alimentation PoE en 5V pour l'utiliser sur un connecteur micro USB. Ainsi, depuis un câble réseau PoE, on obtient un port RJ45 et une alimentation adaptée à un micro PC comme le Raspberry Pi.

  • Splitter PoE Raspberry Pi
  • Splitter PoE Raspberry Pi
  • Splitter PoE Raspberry Pi
  • Splitter PoE Raspberry Pi

Une solution intéressante, mais pas parfaite

Attention, cette solution bien que peu coûteuse a quelques défauts. Le port réseau est en général limité à 100 Mb/s (contre 300 Mb/s pour le Raspberry Pi 3 B+ par exemple). De plus, le boîtier de conversion prendra un peu de place (80 x 28 x 23 mm mesurés pour le modèle de test que nous avons acheté). 

Ainsi, ce sera surtout intéressant pour ne pas avoir à utiliser une alimentation supplémentaire, quand aucune prise de courant n'est disponible par exemple, mais ne permettra pas de gagner autant de place qu'avec un support natif du PoE ou l'utilisation du HAT.

Côté consommation, la conversion 50V/5V aura un effet puisque notre switch Netgear GSS108EPP nous indique 3,5 watts au repos et 6,5 watts en charge. Pour référence, avec un adaptateur secteur USB classique (5V, 2A), on atteint 2,8/5,7 watts consommés à la prise dans des conditions identiques.

On appréciera par contre l'utilisation du PoE pour un point : il est possible de modifier l'état d'alimentation du port (active ou non), et donc du Raspberry Pi, depuis l'interface du switch.

Netgear GSS108EPP Raspberry Pi PoE

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !