Un adolescent interpellé après avoir menacé Marine Le Pen sur Internet

On a failli envoyer les Marines

Les forces de l'ordre ont interpellé il y a huit jours un adolescent de 16 ans qui avait menacé Marine Le Pen sur Internet. Sous le pseudo de « Tueur de Le Pen », le garçon avait publié un message sur un site de jeux vidéo, avant d'être dénoncé auprès de l'OCLCTIC. Placé en garde à vue puis relâché, il devrait bientôt être convoqué devant un juge pour enfants.

le pen CC BY-SA 3.0

CC BY-SA 3.0 - Off2riorob.

 

C’est le dimanche 26 mai qu’a été interpellé dans l’Essonne le jeune Tristan P., comme le révélait en fin de semaine dernière Valeurs Actuelles. La Brigade de recherche et d’intervention (BRI) s’est effectivement rendue au domicile de l’adolescent à 6h du matin afin de procéder à son arrestation. Et pour cause : le garçon faisait depuis quelque temps l’objet d’une étroite surveillance de la part de l'Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication (OCLCTIC).

 

Quelques jours plus tôt, l’adolescent avait été dénoncé à l’OCLCTIC par un internaute après avoir publié un message sur un site de jeux vidéo, sous le pseudo de « Tueur de Le Pen ». Si le contenu de ces menaces n’a pas été dévoilé, l’on sait qu’elles visaient la présidente du Front National, Marine Le Pen. D’après une source proche du dossier citée par l’AFP, les propos en question reflétaient plus une volonté de « provocation » du garçon que d’une réelle intention criminelle. Les autorités ont cependant décidé d’intervenir, craignant que l’adolescent passe à l’acte le 29 mai, à l’occasion de la présence de l’élue frontiste à une émission de RMC.

 

Après avoir reconnu les faits au cours de sa garde à vue, Tristan P. a été déferré au Parquet pour « apologie de crime par Internet » selon l’AFP. Il a ensuite été relâché et sera convoqué prochainement devant un juge pour enfants, à une date qui n'a pas encore été fixée.

 

Ce fait divers en rappelle un autre : le mois dernier, un internaute a menacé de faire usage d’une arme à feu devant un lycée du Bas-Rhin. Si le message en question - publié lui aussi sur un site de jeux vidéo - n’a pas été suivi d’effets, il a cependant inspiré le sénateur UMP André Reichardt, en que celui-ci a été posté depuis un cybercafé. L’élu a ainsi demandé au ministre de  l’Intérieur « d’instaurer une identification des usagers de ces lieux ». D’après lui, « les cybercafés - comme les cartes téléphoniques prépayées - constituent une zone de totale liberté et de non-droit, qui permet dès lors tous les abus ».

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !