Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

[Critique Geek] Iron Man 3 : entre massacre et mal nécessaire

Red Hot Chilli Pepper

C'était ce mercredi qu'arrivait Iron Man 3 dans les salles françaises. Si ce nouvel opus ne signe pas la fin d'une trilogie au sens où l'on devrait revoir Tony Stark très bientôt sur nos écrans, il est clairement l'aboutissement d'un cycle pour le fabricant d'armes fêtard devenu le héros d'une nation. Mais l'on sait combien ce genre d'exercice est périlleux pour une équipe et à quel point il peut être une source de déception pour les fans. Voici notre verdict.

Le premier Iron Man est sorti il y a quasiment cinq ans jour pour jour. On découvrait à l'époque un Robert Downey Jr. interprétant à merveille ce génie richissime dépravé que certains voyaient comme un reflet du parcours récent de l'acteur. Mais derrière ce premier opus au budget de 140 millions de dollars, qui était plutôt réussi, se cachait surtout un projet de bien plus grande envergure : la reprise en main profonde de tout ce qui touche à l'univers Marvel et la mise en place de la première pièce de ce qui devait nous mener à la découverte de l'Initiative, du S.H.I.E.L.D. et du premier Avengers, sorti l'année dernière.

Avengers : la première phase bouclée, on passe à la suite en essayant de faire mieux

Un pari au final plutôt réussi même si les films dédiés à Captain America ou Thor n'ont pas enthousiasmé autant que l'on aurait pu le souhaiter. Ils ont néanmoins permis la montée en pression des fans qui n'ont sans doute pas été déçus par une apothéose à grand spectacle, qui, malgré quelques longueurs, était à la hauteur. Merci Joss Whedon et sans doute le personnage le plus délicieux de cet opus : Hulk.

 

C'est d'ailleurs après la fameuse bataille de New York contre les Chitauris que l'on retrouve ce cher Tony Stark dans ce nouvel Iron Man. Un troisième épisode qui devait faire face à deux missions complexes (et sans doute antinomiques). Tout d'abord faire oublier un Iron Man 2 qui avait perdu de sa magie, mais surtout mener à bien son seul réel objectif : nous faire comprendre et vivre l'évolution nécessaire de notre héros.

 

Iron Man 3

 

Ainsi, une remise à plat a été nécessaire et Jon Favreau a laissé sa place de réalisateur à Shane Black qui est aussi co-scénariste. Celui-ci est connu pour avoir été scénariste, entre autres, de toute la série « L'arme Fatale » mais aussi pour avoir réalisé « Kiss kiss, bang bang ». Un titre qui résume assez bien ce que nous inspirait le bonhomme à la sortie de la séance.

Blue de Eiffel 65 : que le coupable se lève !

La première raison est sans doute la plus simple à comprendre. Le film ouvre sur... Blue, de Eiffel 65. Ceux qui ne se rappellent pas très bien ce qui était un succès musical à la fin des années 90 pourront le découvrir en regardant la vidéo ci-dessous qui leur fera comprendre notre outrance complète dès les premières minutes du film :

 

 

Néanmoins, il semblerait que ce soit pour nous replacer dans le contexte de l'époque à l'occasion d'un « Flashback » nécessaire de notre héros, qui représente à nos yeux l'un des points intéressants du film. Passons donc pour évoquer le second problème principal d'Iron Man 3 : sa 3D.

Iron Man 3 : le parfait exemple de tout ce qu'il ne faut pas faire avec de la 3D

Après le travail d'un Peter Jackson sur la technologie HFR à l'occasion de son « Hobbit » il est impossible de voir une si mauvaise exploitation de la stéréoscopie par un film doté d'un budget pareil : 200 millions de dollars (la production est américaine et chinoise). En effet, toute une partie des scènes se déroule dans des décors qui n'ont rien de particulier (bureaux, maisons, grandes pièces vides...) et l'équipe a semble-t-il ressenti le besoin de nous faire ressortir chaque meuble à un niveau différent. Il est en effet d'une importance sans doute capitale de nous faire comprendre que cette table qui ne sert à rien est réellement au premier plan, n'est-ce pas ?

 

Résultat, la 3D gâche complètement l'expérience et vous dégoutera à tout jamais de regarder un film avec le moindre relief. C'est d'autant plus dommage que quelques scènes rattrapent un peu les choses, notamment sur la fin. Mais quoi qu'il en soit, premier conseil : si vous allez voir Iron Man 3 économisez un peu de votre argent et optez pour de la 2D. Avec cette économie, faites comme nous : allez acheter un cierge et priez pour que les responsables soient sévèrement punis, d'une manière ou d'une autre.

Film sponsorisé : Microsoft, Oracle, Speedtest et Sun sont dans un bateau...

L'un des autres aspects ridicules du film tient aux placements de produits. Critique geek oblige, c'est un point que nous aimons évoquer, surtout lorsque cela touche à des sociétés du secteur des nouvelles technologies. Et si vous aviez trouvé déjà relativement stupide de voir Peter Parker (aka Spiderman) effectuer ses recherches de scientifique chevronné via Bing... attendez de voir le chef de la sécurité de Stark Industries passer un appel à son patron depuis une tablette grâce à Skype.

 

Oui, vous avez bien compris : Tony Stark sait construire des combinaisons volantes qui le transforment en super-héros et autres sources d'énergie inépuisable miniatures, mais il se repose sur l'équipe de Microsoft pour ses échanges internes sécurisés. Notez qu'il aurait pu au moins être question de Lync, histoire d'être un minimum plus crédible.

 

Iron Man 3

Iron Man : la glande tranquille pendant que le cloud d'Oracle effectue ses calculs

 

On aura aussi un peu mal au cœur pour le duo Sun / Oracle qui est intégré à la hache dans les scènes. Nous restons d'ailleurs encore troublés par ce grand moment où ce bon vieux Jarvis annonce à Tony Stark que « Le Cloud d'Oracle vient de terminer les calculs ». Vivement que l'on apprenne que les données de l'entreprise sont stockées sur Google Drive pour éviter aux super-vilains de s'en emparer. Nous n'évoquerons même pas le passage où Speedtest sert à analyser la rapidité d'une connexion qui permettra de se connecter à des serveurs sécurisés de l'armée protégés par un simple duo login / mot de passe. 

Tu es fan d'Iron Man, le Mandarin n'a pas de secret pour toi ? Tu vas souffrir

Mais penchons-nous maintenant sur l'histoire de ce troisième opus d'Iron Man. Comme nous l'évoquions plus tôt, il n'est pas ici question d'autre chose que d'un passage obligé. Cela se ressent par le manque total d'importance du Mandarin au sein du scénario qui est franchement mal construit et qui devrait faire hurler les fans. En effet, la façon dont est traité celui qui est censé être l'un des plus grands ennemis d'Iron Man est intéressante, mais complètement honteuse (et prévisible). Nous ne pouvons néanmoins pas vous en dire plus au risque de vous dévoiler toute une partie de l'intrigue.

 

Iron Man 3

 

De ce scénario, il ressort néanmoins quelques bonnes idées. Outre la trouvaille de la nouvelle armure Mark 42 qui se met en place à distance, on a droit à une critique en règle de la société occidentale et de ses préjugés, du pouvoir, de ses hommes de l'ombre et de la façon dont les « Ennemis de la nation » peuvent être exploités. Les médias en prennent aussi au passage pour leur grade, tout comme les politiques et autres magnats du pétrole. Mais ce qui pourrait passer pour un message de fond s'il était exploité de manière correcte transpire surtout ici les bons sentiments et la leçon de morale généralisée un peu facile. C'est d'autant plus le cas que l'on attend plus ce genre de choses d'un « V pour Vendetta » que du dernier blockbuster signé Disney.

 

Mais la véritable partie intéressante se trouve ailleurs, dans le besoin pour Tony Stark d'évoluer et de passer à autre chose après les épreuves de la bataille de New York dont il a réchappé de justesse. On y voit un homme blessé d'une manière différente de ce dont on a l'habitude, qui doit faire face à son passé avant d'affronter son avenir. Il est ici question de boucler un cycle. À la manière des épreuves qui l'avaient amené à devenir Iron Man, il va cette fois enfin devenir un autre homme, en finir avec celui qui n'avait que la fête et son individualisme en tête. Iron Man 3 signe la fin de l'homme seul, qui erre sans but et sans doute le véritable début du héros tel qu'on le retrouvera dans le prochain opus des Avengers en 2015.

Un rythme et une réussite inégale : la fin justifie les moyens ?

Mais au final, que retenir ? Tout d'abord un rythme plutôt étrange qui n'est pas à l'avantage de ce film de 2h11. Tout commence assez vite puis le scénario se pavane dans un développement qui tarde un peu à aller à l'essentiel, sans pour autant réussir à nous emporter sur les moments qui devraient compter. Certains semblent critiquer l'humour un peu trop présent dans les différentes scènes, mais il s'agit là d'une marque de fabrique de la franchise. Certes, cela est parfois un peu « too much », mais l'on est loin d'en arriver à un point aussi néfaste que les erreurs évoquées précédemment. 

 

On restera par contre assez dubitatifs sur l'absence totale des membres du S.H.I.E.L.D. Largement présents dans Iron Man 2, ils ne feront pas la moindre apparition pour aider, ne serait-ce qu'un minimum, celui qui vient pourtant de leur sauver la mise. Certes il était question de repartir chacun de son côté en attendant d'autres aventures, et l'on nous expliquera surement que cela devait être une épreuve nécessaire dans un prochain film, mais c'est un manque qui paraît important étant donné les enjeux.

 

Heureusement, la partie finale des vingt dernières minutes sauve le tout, ne serait-ce que pour le débarquement de la fameuse « Iron Legion » que l'on ne pouvait que rêver de voir intervenir. Cela se fait dans une scène qui a sans doute monopolisé tout le savoir-faire de l'équipe tant le résultat nous semble irrégulier par rapport au reste du film. Et, d'une certaine manière, tout commence avec un feu d'artifice et se termine avec un feu d'artifice.

Pepper Potts : je t'aime !

Côté casting, si Robert Downey Jr. est une fois de plus au rendez-vous, les seconds rôles sont plutôt bons et parfois assez impressionnants. Ben Kingsley interprète ici un Mandarin exceptionnel dans tous ses aspects. On s'attendait à être plutôt déçus étant donné ce qu'il allait advenir de ce super-vilain mythique, mais au contraire, il est à Iron Man 3 ce que Hulk avait été à Avengers : la bonne surprise inatendue. Guy Pearce relève à nouveau le défi d'arborer de nombreuses facettes et des looks toujours aussi improbables avec brio, alors que Gwyneth Paltrow campe une Pepper Potts qui est enfin à la hauteur de son personnage.

 

Iron Man 3

 

Elle se détache ainsi du rôle de la potiche de ce bon vieux Tony qui sauve le monde, assurant ses arrières, s'inquiétant pour lui entre deux séances d'énervement. On attribuera par contre une mention spéciale pour Jon Favreau, qui, en plus de ne pas être à la réalisation, est affublé d'un rôle à peu près totalement inutile qui aurait sans doute pu sauter en un rien de temps.

Marvel en 2013 : la famille et le marketing avant tout

On notera enfin l'arrivée d'une jeune figure qui nous a poussés à comprendre sans doute pourquoi nous n'avions pas été « clients » de cet Iron Man 3 : nous n'étions sans doute pas la cible. Comme cela avait pu être fait avec Star Wars par exemple, l'arrivée d'Harley (Ty Simpkins) dans cet opus est sans doute le signe de la volonté de Disney de rajeunir et d'élargir son audience. L'occasion de tenter de rattraper Spiderman dans l'imaginaire des jeunes, de s'assurer de meilleures ventes des produits dérivés, mais aussi une promotion accrue des partenaires publicitaires que sont des marques aussi improbables qu'Oasis. 

 

Car après tout, un geek est un geek aussi parce que sa jeunesse a été nourrie par des héros qui lui ont permis de se construire. Mais alors que l'on attend d'un Iron Man qu'il nourrisse une culture basée autour de l'amour de la technologie, de ses possibilités et de ses dérives qu'il faut combattre, on en vient à associer son combat à des boissons citronnées industrielles.

 

Iron Man 3

 

Mais peut être attendons nous trop de ce qui n'est au final qu'un bon divertissement qui mêle humour, action et des effets spéciaux assez réussis.

Marvel attendra-t-il un succès de la ligue des justiciers pour se motiver ?

La scène bonus est d'ailleurs assez symptomatique de ce public qui est plus là pour se détendre que parce qu'il est avant tout fan : dès le générique, la salle a eu droit à une désertion en règle des 3/4 du public (ce n'était pourtant pas la dernière séance), qui a donc loupé ce moment pourtant attendu.

 

Celui-ci nous a d'ailleurs, elle aussi, plutôt déçu. Si l'on y retrouve un certain humour, nous n'apprenons rien de ce qui nous attend pour les aventures à venir de nos héros. Sans doute sommes-nous encore trop éloignés de 2015, mais cela nous donne surtout l'impression que notre Disney et Marvel ne savent plus trop où ils vont. Car si à l'époque d'Iron Man, la simple apparition de Nick Fury était en soi assez charismatique pour emporter les foules, on se dit ici que le Thor qui arrive à la fin de l'année sera sans doute une déception de plus.

 

 

De quoi se demander si finalement, ce n'est pas chez DC Comics que l'on va trouver les sensations qui nous manquent ces derniers temps au niveau du passage à l'écran de nos super héros. Après des déceptions incommensurables telles que Green Lantern et une trilogie Batman menée de main de maître par Christopher Nolan et Christian Bale (bien que la fin était un peu en deçà de nos attentes), on devrait avoir droit là aussi à une reprise en main.

 

Le « Man of Steel » à 225 millions de dollars de Zack Snyder (oui, nous aussi on a peur de voir un Superman à la sauce Sucker Punch), produit par Nolan, devrait être ainsi le premier d'une lignée aboutissant à l'arrivée dans les salles de la ligue des justiciers dès 2016. On devrait avoir alors droit à une relance de la concurrence des franchises qui pourrait motiver les deux camps à se dépasser, ce qui ne serait pas un mal. Et un Cross-over en 2020 ?

 

 

Quoi qu'il en soit, à l'heure où nous écrivons ces lignes, Iron Man 3 remporte actuellement 3,4 étoiles par la presse selon le classement AlloCiné et 4,3 étoiles pour les téléspectateurs (2 759 notes, 525 critiques). Du côté de chez IMDb, il est question d'une note de 8,1/10 (21 355 utilisateurs).

 

N'hésitez pas à nous faire part de votre propre avis au sein de nos commentaires. Et à nous parler de vos films préférés du moment au sein du sujet dédié au cinéma de notre forum.

180 commentaires
Avatar de JohnCaffey INpactien
Avatar de JohnCaffeyJohnCaffey- 27/04/13 à 17:11:39

Dès l'INstant où ils ont décidé de révéler l'identité de l'Homme de Fer, c'était foutu. Et franchement les deux premiers opus sont pénibles à voir. J'imagine qu'il en sera de même pour le troisième. :fumer:

P.S. avis perso, évidemment.

Édité par johncaffey le 27/04/2013 à 17:16
Avatar de ed INpactien
Avatar de eded- 27/04/13 à 17:13:28

On se demande aussi un peu pourquoi les Avengers ne volent pas au secours d'Iron man. Il doit se démerder tout seul, où est la logique ?

De quoi se demander si finalement, ce n'est pas chez DC Comics que l'on va trouver les sensations qui nous manquent ces derniers temps au niveau du passage à l'écran de nos super héros

Vivement "justice league"

Avatar de DarKCallistO INpactien
Avatar de DarKCallistODarKCallistO- 27/04/13 à 17:17:10

J'vois que je suis pas le seul a attendre mon héros préférer en slip rouge. :transpi:

Avatar de David_L Équipe
Avatar de David_LDavid_L- 27/04/13 à 17:17:42

JohnCaffey a écrit :

Dès l'INstant où ils ont décidé de révéler l'identité de l'Homme de Fer, c'était foutu. Et franchement les deux premiers opus sont pénibles à voir. J'imagine qu'il en sera de même pour le troisième. : fumer:

P.S. avis perso, évidemment.

Le premier était une bonne surprise je trouve (surtout par rapport à tout ce qu'avait pondu Marvel avant). Le second commençait déjà pas mal à se contenter des grosses ficelles, mais là... :/

Après ça reste du bon spectacle. Si on y va pour ça on doit être largement content, ce qui explique sans doute les bonnes notations. Si on y va avec d'autres attentes, la déception sera + ou - forte.

Avatar de AlbertSY INpactien
Avatar de AlbertSYAlbertSY- 27/04/13 à 17:17:44

Pour Microsoft, Oracle, Audi et j'en passe, ce n'est pas le scénario qui a voulu ça, c'est du sponsoring (bah quand une compagnie vous finance sans qui votre film n'existerait pas, vous faites quoi ? Mettre une pub dans le générique ?).

Quand au Mandarin, oui, je sais, Ben Kingsley ne fait pas très chinois et il a l'air pas très grand. :mdr:

Avatar de ed INpactien
Avatar de eded- 27/04/13 à 17:20:42

David_L a écrit :

Le premier était une bonne surprise je trouve (surtout par rapport à tout ce qu'avait pondu Marvel avant). Le second commençait déjà pas mal à se contenter des grosses ficelles, mais là... :/

Après ça reste du bon spectacle. Si on y va pour ça on doit être largement content, ce qui explique sans doute les bonnes notations. Si on y va avec d'autres attentes, la déception sera + ou - forte.

+1 Le premier est vraiment bien.

Avatar de David_L Équipe
Avatar de David_LDavid_L- 27/04/13 à 17:24:27

ed a écrit :

On se demande aussi un peu pourquoi les Avengers ne volent pas au secours d'Iron man. Il doit se démerder tout seul, où est la logique ?

Vivement "justice league"

Une partie du texte manquait sur ce point, rajouté ;) Pour Justice League, si on a vraiment droit à Green Lantern et Wonderwoman, ça sent aussi le massacre... mais j'ai foi :transpi:

AlbertSY a écrit :

Pour Microsoft, Oracle, Audi et j'en passe, ce n'est pas le scénario qui a voulu ça, c'est du sponsoring (bah quand une compagnie vous finance sans qui votre film n'existerait pas, vous faites quoi ? Mettre une pub dans le générique ?).

Quand au Mandarin, oui, je sais, Ben Kingsley ne fait pas très chinois et il a l'air pas très grand. :mdr:

BK était plutôt bon pour le rôle je trouve, après le personnage tel qu'il a été développé...

Pour le sponsoring, il y a différentes manières de le faire. Quand tu le vois déplacer un technicien pour qu'on t'affiche un gros logo Sun / Oracle... ça fait un peu sitcom de bas étage.

Avatar de reisenken INpactien
Avatar de reisenkenreisenken- 27/04/13 à 17:26:25

Oui, vous avez bien compris : Tony Stark sait construire des combinaisons volantes qui le transforment en super-héros et autres sources d'énergie innépuisable miniatures, mais il se repose sur l'équipe de Microsoft pour ses échanges internes sécurisés. Notez qu'il aurait pu au moins être question de Lync, histoire d'être un minimum plus crédible.

Pas plus crédible. Tony Stark est un égocentrique fini, il ne voit que lui et fait tout lui même. Il a créé Jarvis qui gèrent tout ce que Stark ne peut faire ou analyser aussi rapidement que cette super intelligence artificielle. Stark crée tout, et n'utilise que ses propres créations qui ont un décennie d'avance sur le reste.
Retrouver n'importe quelle marque actuelle existante ou ayant existée est une aberration. Il a fait ses propres OS, moteurs de recherche et pare-feu tout seul.
Mais ça doit être drôle à voir :francais:

Avatar de Ryo7 INpactien
Avatar de Ryo7Ryo7- 27/04/13 à 17:26:42

Je serais bien allé le voir en 2D mais voilà, 3 salles ds mon multi (et pas d'autre ciné), 3 diffusions 3D...
Enfin bon, d'après mon frère je ne loupe pas gd chose sachant que j'avais aimé le 1 et pas du tout le 2...

Avatar de ed INpactien
Avatar de eded- 27/04/13 à 17:27:05

David_L a écrit :

Une partie du texte manquait sur ce point, rajouté ;) Pour Justice League, si on a vraiment droit à Green Lantern et Wonderwoman, ça sent aussi le massacre... mais j'ai foi :transpi:

Tu oublies Aquaman, lui aussi il fait en fait partie. :transpi:

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 18