Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Selon l'Hadopi, le lien entre téléchargement légal et illégal n'est pas établi

Poker menteur

La Hadopi a publié hier sa réponse à une étude dévoilée le mois dernier par la Commission européenne. Cette dernière indiquait que le téléchargement illégal n'avait pas d'impact négatif sur les ventes légales. Au contraire, l'accès illégal pouvait même avoir de légers effets positifs. Une conclusion que n'accepte pas l'Hadopi.

hadopi logo

« Le piratage ne devrait pas être vu comme un sujet d'inquiétude »

Le mois dernier, une étude réalisée par l'Institut pour les Etudes Prospectives Technologiques auprès de 16 000 personnes et financée par la Commission européenne démontrait l'impact nul voire positif du piratage sur le marché. « Après avoir utilisé plusieurs approches pour traiter l'endogénéité du téléchargement et du streaming, nos résultats ne montrent aucun signe de déplacement des ventes » indiquaient notamment les auteurs de l'étude, Luis Aguiar et Bertin Martens.

 

Leurs conclusions étaient en droite ligne avec celles dévoilées l'an passé par l'Américain Robert Hammond, dont les conclusions étaient que le P2P contribuait aux ventes de musique. On se souviendra aussi d'une étude japonaise de 2005 qui arrivait aux mêmes conclusions.

 

« Tous ces résultats suggèrent que la grande majorité de la musique qui est consommée illégalement par les individus de notre échantillon n'aurait pas été achetée légalement si les sites Web de téléchargement illégal n'étaient pas disponibles » résume l'étude de l'IEPT. Ses auteurs ajoutent : « Nos conclusions suggèrent que le piratage de musique ne devrait pas être vu comme un sujet d'inquiétude croissant pour les titulaires de droits d'auteur dans l'ère numérique. »

Le lien entre légal et illégal n'est pas prouvé selon l'Hadopi

Mais pour l'Hadopi, les auteurs de cette étude ont certes mis en place une méthodologie économétrique « rigoureuse et justifiée », mais cela ne démontre pas pour autant un « lien de cause à effet entre le téléchargement illégal, le streaming légal et les achats légaux », estime la Haute autorité. La corrélation entre l'illégal et le légal est une hypothèse remarque l'Hadopi, et l'influence de l'un sur l'autre est difficile à déterminer.

« L’étude ne démontre absolument pas certaines positions, mises en valeur dans ses conclusions générales, selon lesquelles le piratage de musique numérique ne se substituerait pas aux achats de musique numérique et de fait n’impacterait pas négativement les revenus de la musique dématérialisée » résume la Rue du Texel. Cette dernière rajoute que l'impact sur le marché physique n’est ni traité, ni remis en question par l'étude.

Les grands consommateurs légaux sont aussi des téléchargeurs illégaux 

etude commission européenne type de consommations

Selon l'étude, de très nombreux sondés ont plusieurs types de consommations (légales et illégales à la fois).


Pour l'Hadopi, ce rapport ne prouve en réalité qu'une seule et unique chose : les grands consommateurs de musiques légales sont aussi de grands passagers des voies illégales, confortant ainsi une étude réalisée en janvier 2011 par... l'Hadopi. Cette étude qui date de plus de deux ans concluait que les personnes déclarant un usage illicite étaient mieux équipées (en baladeur, smartphone, disque dur, etc.) mais aussi qu'elles dépensaient bien plus que la moyenne en biens culturels.

 

Certes, l'étude de la Commission européenne aborde aussi cette thématique. Elle n'en demeure pas moins secondaire. Mais l'Hadopi a préféré ne conserver que le constat allant dans son sens.

116 commentaires
Avatar de luxian INpactien
Avatar de luxianluxian- 11/04/13 à 06:17:52

Une conclusion que n'accepte pas l'Hadopi.
Tu penses !

Hadopi n'est qu'une agence lobying institué ... autant par la droite ... mais que la gauche bien pensante avait refusé de voter pour le seul fait qu'elle se trouvait dans l'opposition (sinon aujourd'hui Hadopi n'existerai plus).

En temps que loby, ils ne vont pas soutenir des arguments qui démontrent leur inutilité.
S'ils acceptaient la conclusion, ils ouvriraient la porte à leur dissolution.

Avatar de L3 G33K INpactien
Avatar de L3 G33KL3 G33K- 11/04/13 à 06:19:04

S'il n'y a aucun lien entre les téléchargements illégaux et les ventes, alors pourquoi dépenser 12 millions d'argent public tous les ans pour rien?

Avatar de anonyme_edadaecc91c3bb908a8e0ab43a984c71 INpactien

Toujours la même chose : Les gros consommateurs de musiques achètent beaucoup et téléchargent beaucoup.

Ceux qui ne consomment pas de musique ne téléchargent pas et n'achètent pas.

« Tous ces résultats suggèrent que la grande majorité de la musique qui est consommée illégalement par les individus de notre échantillon n'aurait pas été achetée légalement si les sites Web de téléchargement illégal n'étaient pas disponibles »

Cette dernière indiquait que le téléchargement illégal n'avait pas d'impact négatif sur les ventes légales.

Il y a une différence entre dire un INpact très faible -grande majorité- et pas d'INpact du tout.

Avatar de Ricard INpactien
Avatar de RicardRicard- 11/04/13 à 06:23:06

Hadopi, Hadopi..... Ce nom me dit quelque chose.... Rafraîchissez-moi la mémoire......:keskidit:

Avatar de MdMax INpactien
Avatar de MdMaxMdMax- 11/04/13 à 06:26:33

La HADOPI ne sait plus quoi inventer pour faire croire qu'elle sert à quelque chose. J'espère que cette mascarade va finir et que l'argent du contribuable ne servira plus à financer les gaspillages dans la rue du Texel.

HADOPI = PUR FAIL.

Même leurs études sont complètement farfelues.

Avatar de L3 G33K INpactien
Avatar de L3 G33KL3 G33K- 11/04/13 à 06:28:21

Ricard a écrit :

Hadopi, Hadopi..... Ce nom me dit quelque chose.... Rafraîchissez-moi la mémoire......:keskidit:

Ceux qui ponctionnent 20 cent chaque année par tête pour envoyer les mails :chinois:

Avatar de Chloroplaste INpactien
Avatar de ChloroplasteChloroplaste- 11/04/13 à 06:29:18

Il pourrait être également intéressant de corréler le piratage avec l'achat de hardware en découlant souvent (smartphone, NAS, abo fibre, intérêt pour la 3G/4G).

Avatar de MdMax INpactien
Avatar de MdMaxMdMax- 11/04/13 à 06:29:52

La bonne vanne, dans le document PDF de la HADOPI, il y a marqué "Département Recherche, Etudes et Veille (DREV)".

:mdr2:

Avatar de fsurleau INpactien
Avatar de fsurleaufsurleau- 11/04/13 à 06:31:22

"If the facts don't fit the theory change the facts"
Albert Einstein HADOPI

Édité par fsurleau le 11/04/2013 à 06:33
Avatar de Winderly Abonné
Avatar de WinderlyWinderly- 11/04/13 à 06:31:45

Au contraire, l'accès illégal pouvait même avoir de légers effets positifs. Une conclusion que n'accepte pas l'Hadopi.

:mdr2:
Ça surprend qui, honnêtement ?

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 12
  • Introduction
  • « Le piratage ne devrait pas être vu comme un sujet d'inquiétude »
  • Le lien entre légal et illégal n'est pas prouvé selon l'Hadopi
  • Les grands consommateurs légaux sont aussi des téléchargeurs illégaux 
S'abonner à partir de 3,75 €