Tristan Nitot affirme que Mozilla ne cherche pas « à tuer la publicité »

Une simple question de savoir-vivre

Tristan Nitot, fondateur et président de Mozilla Europe, est intervenu pour clarifier la situation autour du blocage prévu des cookies tiers dans un prochain Firefox. Des explications qui visent à atténuer la polémique sur une guerre supposément déclarée de Mozilla à la publicité.

firefox

« Nous ne sommes pas des extrémistes du Net ! »

Il y a un mois, nous indiquions dans nos colonnes que Mozilla préparait un changement important dans la gestion des cookies. Actuellement en phase Nightly, la fonctionnalité prévoit de refuser systématiquement tous les cookies provenant de sites qui n’ont pas été réellement visités par l’internaute.

 

Or, cette possibilité pour les sites est particulièrement utilisée dans le cas du tracking publicitaire. Les cookies permettent de suivre l’internaute d’un site à un autre et donc de connaître ses habitudes, ce qui permet de proposer des publicités ciblées et non plus généralistes. Le changement prévu par Mozilla introduirait une cassure : le tracking serait toujours possible, mais uniquement dans l’enchainement des sites expressément visités.

 

Interrogé par Télérama sur le sujet, le président de Mozilla Europe, Tristan Nitot, se montre clair : « Nous ne sommes pas des extrémistes du Net ! ». Une réaction née des accusations portées contre l’éditeur, notamment de L’IAB (Interactive Advertising Bureau) qui parlait de « frappe nucléaire » contre le monde la publicité.

Une question d'ADN

Nitot explique que cette décision a été prise après qu’un sondage a montré que 68 % d’un panel d’internautes avait exprimé leur envie « d'une technologie simple contre la traque de leurs données personnelles ». Pour l’éditeur, le choix était vite fait : « c'est un élément constitutif de l'ADN de Mozilla depuis les débuts, et nous sommes même reconnus pour cette qualité ». En outre, il rappelle, comme nous l’avions déjà indiqué le mois dernier, que cette technique n’a rien de nouveau : Apple l’utilise dans Safari depuis des années.

 

La polémique enfle en fait autour d’une interprétation relativement erronée de la fonctionnalité. On peut ainsi passer facilement de l’impact particulier à une généralisation. Et Tristan Nitot s’en défend justement : « En aucun cas, il ne s'agit d'installer une fonctionnalité radicale, du type Adblock Plus, dans notre navigateur ». Il insiste également sur le fait que la fonctionnalité, bien qu’activée par défaut, reste optionnelle. En outre, elle est en préparation et ne pourra arriver au plus tôt que dans Firefox 22, donc en juin.

Une simple règle de savoir-vivre ? 

Pour Mozilla, la question n’est donc pas de savoir s’il faut être pour ou contre la publicité. La ligne de conduite serait plutôt la suivante : laisser chacun faire à sa guise, mais en suivant un certain nombre de règles. Nitot précise d’ailleurs que Jim Spanfeller, ancien patron de l’IAB, a apporté son soutien à Mozilla, dont la décision est jugée comme « une marche de plus vers un avenir meilleur pour le business en ligne ». En clair, Mozilla ne bloquera pas les publicités, mais les publicités devront s’adapter.

 

On notera enfin que ce type de comportement des navigateurs devient récurrent. Après Safari, qui procède ainsi depuis des années, ce fut au tour d’Internet Explorer 10 d’activer par défaut le blocage total du tracking publicitaire, une décision qui fut largement contestée. Même Chrome s’est mis au diapason depuis sa version 23. Mais il n’est pas question finalement de suppression de la publicité, simplement de respect de la vie privée.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !