Un joueur pro de League of Legends accusé de « DoSer » ses adversaires

Pris la main dans le sac

Riot Games a récemment mis en place un système de ligue professionnelle pour son jeu League of Legends, où les meilleurs joueurs du monde sont rémunérés pour leurs exploits. Or malgré leur position confortable, certains trichent, d'autres vendent des services sur le jeu, et cela ne plait pas à l'éditeur. 

LoL League of Legends Gragas

 

Chez Riot Games, depuis la mise en place des League Championship Series ou LCS, la professionnalisation des joueurs semble devenir un point clé de leur stratégie pour continuer à faire prospérer League of Legends, leur MOBA phare. Si le statut professionnel des joueurs se matérialise d'abord par le versement par l'éditeur d'une large indemnité aux équipes qualifiées à ses tournois (il est là question de 175 000 $ par équipe et par saison) à laquelle il convient d'ajouter les primes en cas de victoire, il doit également se voir à travers leur comportement. 

 

Or deux affaires ont fait surface ces derniers jours, où sont concernés une poignée de joueurs, l'une où certains vendaient des services pour augmenter le classement d'illustres inconnus, et une autre où le manager d'une équipe lançait des attaques DoS sur ses adversaires afin de gonfler ses chances de victoire.

Vendre des services de powerleveling c'est mal, m'voyez ?

Le premier cas concerne sept joueurs ainsi qu'un entraineur, faisant tous partie d'équipes qualifiées pour les LCS nord-américains. Ils sont accusés d'avoir proposé des services permettant de gonfler artificiellement le classement Elo d'autres joueurs. 

 

Le principe est assez simple, le joueur professionnel utilise un compte mal classé, et accompagne un client lors de ses parties en ligne. Le joueur professionnel étant largement plus compétent que ses adversaires, il crée un avantage décisif dans chacune des parties, et gonfle ainsi artificiellement le classement Elo de son client. Or, ceci est contraire aux conditions d'utilisation du jeu.

 

Si Riot n'est pas en mesure de prouver que ces services étaient facturés, il est de notoriété commune que sur d'autres jeux, ce genre de prestation est payante. De nombreux sites en proposent par exemple pour les arènes de World of Warcraft, avec des tarifs dépassant parfois les 300 dollars. Toutefois, les fauteurs de trouble ont été punis par un bannissement de 14 jours et le retrait des récompenses qu'ils ont obtenues lors de la saison précédente.

Certains pros lancent des attaques DoS sur leurs adversaires

Le second cas est tout aussi dérangeant. Sam "Hexo" Bouchard, le responsable de l'équipe Good Game University (GGU), elle aussi qualifiée pour les LCS nord-américains, est accusé de lancer des attaques de type DoS sur certains de ses adversaires, lors de parties classées.

 

DoS League of legends

 

Captures d'écran et vidéos à l'appui, l'équipe de Riot Games montre que le responsable de GGU s'est fait surprendre à utiliser un logiciel tiers, afin de déterminer l'IP d'un de ses adversaires. Quelques secondes plus tard, la cible, qui diffusait alors sa partie en streaming est déconnectée du jeu.

 

Malgré le lourd passif de l'auteur des faits, qui réussit l'exploit d'avoir « le pire taux d'agression de tous les joueurs et responsables parmi les qualifiés aux LCS », il sera seulement averti une dernière fois avant de voir son compte suspendu définitivement. 

Entre tricherie et appât du gain

Difficile pour l'éditeur de League of Legends de rendre sa ligue professionnelle crédible aux yeux des annonceurs si ce genre d'événements devait se multiplier. Si fort heureusement cela n'influe pas sur les résultats lors des compétitions officielles, il est normal d'attendre que les joueurs professionnels montrent le bon exemple comme le font les sportifs, s'ils doivent représenter une ou plusieurs marques.

 

L'appât du gain semble visiblement trop fort pour certains, dont le jeune âge ou le manque d'encadrement les poussent à en vouloir toujours plus, alors qu'ils sont déjà dans une situation très confortable. Recevoir un minimum de 20 000 dollars par an pour simplement jouer est très probablement un rêve pour de nombreux représentants de la jeune génération, pourtant cela ne semble pas suffire à certains. 

 

Et surtout, ces deux affaires qui ont lieu à haut niveau sont symptomatiques de l'ambiance qui règne en général au sein de la communauté du jeu. Malgré les initiatives de l'éditeur pour réduire le nombre de joueurs « toxiques » il n'est pas rare d'en croiser lors de parties qui dans le meilleur des cas sont juste désagréables quand il ne s'agit pas de tricheurs éhontés. Gageons que ces deux exemples feront écho, et permettront de réduire l'occurrence de ce genre de comportements, mais cela n'est pas gagné d'avance.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !