Des « boîtiers anti-attentats » dans 33 écoles primaires

Thoobee or not to be
Economie 2 min
Des « boîtiers anti-attentats » dans 33 écoles primaires
Crédits : Thoonsen

Après avoir doté ses 33 écoles maternelles et élémentaires de portillons sécurisés (pour contrôler qui peut entrer) et de barres de confinement (en cas d'intrusion), la ville de Châteauroux a équipé leurs 183 salles de classe de « boîtiers anti-attentats ». Ils pourront aussi servir à alerter la direction de problèmes avec des élèves ou parents. Coût de l'opération de « sécurisation » : 560 000 euros.

« Châteauroux : la Ville équipe ses écoles de boîtiers anti-attentats », titrait La Nouvelle République la semaine passée : après avoir « été testé dans trois groupes scolaires » l'an passé, « toutes les écoles de Châteauroux sont désormais équipées d’un système de sécurité pour les protéger de la menace terroriste ».

Ces « boîtiers noirs comprenant un bouton d’appel à l’aide et un autre pour demander le confinement » sont « directement reliés aux outils informatiques (smartphone, PC et tablettes) des policiers municipaux et nationaux ».

« Quand le bouton "confinement" est enclenché, on reçoit une alerte. On sait quelle école et quelle classe l’a lancée. L’objectif est de pouvoir intervenir le plus rapidement possible. La consigne est de commencer par créer un périmètre de sécurité autour de l’établissement concerné en attendant l’arrivée des unités spéciales de la police d’État. On ne pénètre pas nous-mêmes dans l’école sauf s’il y a des tirs », explique Franck Boyer, directeur de la sécurité publique municipale de Châteauroux.

« Des exercices seront pratiqués avec les enfants pour leur enseigner la marche à suivre en cas de déclenchement de l’alarme. Coût total de l’investissement (portails sécurisés et boîtiers) pour la collectivité : 1 M€ », concluait l'article.

Aux lendemains des attentats du 11 septembre 2001, l'expert en sécurité Bruce Schneier avait introduit l'expression de « comédie sécuritaire » pour désigner les mesures de sécurité destinées à donner au public une impression de sécurité sans pour autant améliorer réellement la sécurité.

Nous avons donc voulu comprendre de quoi il en retournait et découvert que le système n'aurait coûté que 560 000 euros, soit près de deux fois moins. Même si ça fait quand même un peu cher (1 400 euros) le « boîtier anti-attentat » ZigBee.

Une « solution globale de sécurisation »

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !