Lucas S., serial entrepreneur des « legal tech » et... militant de l'extrême droite radicale

Legheiltech
Internet 2 min
Lucas S., serial entrepreneur des « legal tech » et... militant de l'extrême droite radicale
Crédits : imaginima/iStock

Enquête – Fondateur du groupuscule Vengeance Patriote, il dirige notamment l'entreprise qui a aidé Stéphane Bourgoin, qui intervenait dans différents médias au sujet des serial killers, à faire disparaître de YouTube des vidéos dévoilant ses mensonges. Autour de lui, une myriade d’entreprises et d’associations gravitent.

En janvier 2020, tout s'est effondré pour Stéphane Bourgoin. Depuis 28 ans, il était « l'expert » des tueurs en série préféré des médias. À son actif, une quarantaine de livres et d'innombrables apparitions à la télévision, la radio et dans la presse écrite. Mais une série de vidéos réalisées par le collectif 4e Oeil va déboulonner l'idole.

Fruit d’un an d’enquête, celles-ci dévoilent les multiples mensonges du « spécialiste » : non, il ne détient pas les restes du tueur Gerard Schaefer ; non, il n’a pas interviewé Charles Manson ; non, il n’a pas arraché de confession au meurtrier sud-africain Stewart Wilken. Tout est visiblement faux, même l’atroce assassinat de sa petite amie aux États-Unis, crime qui l’aurait poussé à s’intéresser aux tueurs en série – le « mythe fondateur » de Bourgoin.

En mai 2020, il reconnaît finalement ses mensonges auprès de Paris Match. « Oui, c’est vrai. Quand je vous parle, je me dis que j’en ai dit des bobards. Quelle connerie », confesse-t-il. Mais entre-temps, la plupart des vidéos du collectif 4e Oeil ont été supprimées par YouTube, comme le relate Arrêt sur Images. Elles restent toutefois visibles sur le site internet du collectif, d’autres chaînes YouTube et plateformes.

« Les vidéos que nous avions mises en ligne ont été supprimées par Youtube suite à la demande d'une "legaltech" se nommant Eternos Corporation », nous explique « Valak », membre du collectif. « Youtube ne prend pas la peine de vérifier de qui viennent les demandes de suppression pour ce motif. Ils ne prennent pas le moindre risque. Sauf que de vrais avocats qui nous suivaient nous ont bien confirmé que nous utilisions le droit de citation », ajoute l’enquêteur en ligne. Peine perdue : « Malgré des démarches auprès de YouTube, nous nous sommes vus dans l'impossibilité de récupérer notre chaîne car elle n'était pas monétisée ».

Contacté par Next INpact, l’auteur à succès explique que, bien qu’il ait reconnu ses mensonges, « ces vidéos contenaient des informations erronées sur [lui] » et nous confirme avoir missionné une entreprise pour les faire retirer pour cause d’atteintes au droit d’auteur.

Stéphane Bourgoin avait relayé sur son compte Instagram, dans un post depuis supprimé, l’annonce par l’entreprise d’un live YouTube, où Eternos affirme assurer sa défense juridique. Un direct « catastrophique » selon l’auteur, qui nous dit avoir cessé toute collaboration avec Eternos dans la foulée.

Instagram Stéphane BourgoinCapture du compte Instagram de Stéphane Bourgoin

Personal branling

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !