Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

ExoMars 2022 : l’ESA dévoile le nouveau calendrier de la mission et explique ses choix

Rendez-vous le 20 septembre 2022
Tech 2 min
ExoMars 2022 : l’ESA dévoile le nouveau calendrier de la mission et explique ses choix
Crédits : Thales Alenia Space

La mission ExoMars 2022 décollera – si tout se passe comme prévu – le 20 septembre 2022. Le rover se posera le 10 juin 2023 sur la planète. La route est tracée et l’Agence spatiale européenne explique ses choix. Pendant ce temps, les travaux d’intégration se passent et de nouveaux tests sont prévus.

En mars, l’Agence spatiale européenne (ESA) décalait de deux ans la mission ExoMars qui doit partir à la recherche de traces de vie sur Mars. Elle avait déjà été reportée une première fois de 2018 à 2020. La pandémie liée à la Covid-19 n’était pas la seule fautive. Les soucis avec les parachutes de descente n’étaient toujours pas définitivement réglés.

Or, ils sont d’une importance capitale puisqu’ils serviront à ralentir la chute de la plateforme d’atterrissage Kazachok et du rover Rosalind Franklin. Pour rappel, le vaisseau spatial de la mission ExoMars 2020 comprend le module de transfert (en voyage dans l’espace), le module de descente (chargé de poser en douceur ses passagers sur le sol martien) et enfin la plateforme d’atterrissage sur laquelle se trouve le fameux rover (ou astromobile) de l’ESA.

L’ESA n’a donc pas le droit à l’erreur, sous peine de voir son travail s’écraser comme une crêpe… ce qui était le cas du rover Schiaparelli de la mission ExoMars 2016. L’Agence a ainsi décidé de jouer la carte de la sécurité plutôt que se précipiter.

Une nouvelle date de lancement implique qu’il faut aussi revoir la trajectoire du vaisseau spatial. L’ESA donne son nouveau calendrier et explique ses choix. Ce n’est pas forcément la « route » la plus rapide qui est utilisée, mais celle jugée la plus « sûre ». De plus, la fenêtre de lancement dépend de plusieurs paramètres, dont le type de lanceur et les lois de la physique.

Décollage à partir du 20 septembre… à bord d’une fusée Proton

10 commentaires
Avatar de Guibock Abonné
Avatar de GuibockGuibock- 02/10/20 à 10:53:56

Je n'arrive pas à savoir si la fusée est déjà partie ou non. La première phrase prête à confusion puisque l'on est déjà début octobre : "La mission ExoMars 2022 décollera – si tout se passe comme prévu – le 20 septembre 2022."

Avatar de gathor Équipe
Avatar de gathorgathor- 02/10/20 à 10:55:19
Guibock

On est en octobre, mais encore en 2020, pas en 2022 :transpi:

Avatar de Guibock Abonné
Avatar de GuibockGuibock- 02/10/20 à 10:57:18
gathor

OUPS !!!! Désolé pour cette boulette !! :incline:

Avatar de serpolet INpactien
Avatar de serpoletserpolet- 02/10/20 à 11:02:07

Une question : la 1ère infographie indique qu'ExoMars 2016, arrivée "at Mars" en octobre 2016, a commencé une mission scientifique en avril 2018. Comment s'explique ce décalage ?

Avatar de SebGF Abonné
Avatar de SebGFSebGF- 02/10/20 à 11:36:47
serpolet

L'orbiteur est arrivé en octobre 2016, il a livré Schiaparelli (avec le résultat qu'on connaît) puis a commencé à faire un freinage atmosphérique pour diminuer son orbite et atteindre l'emplacement visé. Cette manoeuvre a pris 11 mois pour passer de 98 000 km à 1 050 km, et perdre 3 600km/h dans la foulée. Il a ensuite remonté à 400 km pour enfin atteindre sa zone d'opération en avril 2018.

L'article sur wikipedia montre une animation de la manoeuvre orbitale avec la chronologie.

Avatar de Ohmydog Abonné
Avatar de OhmydogOhmydog- 02/10/20 à 13:27:25

Pourquoi passer par une fusée russe ? L'ESA n'a pas une fusée européenne qui puisse faire le travail ?

Avatar de eliumnick INpactien
Avatar de eliumnickeliumnick- 02/10/20 à 13:33:36

Astromobile ca veut dire un astre qui se déplace tout seul ? :xxx

Plus sérieusement, encore un nouveau mot francisé ?

Avatar de serpolet INpactien
Avatar de serpoletserpolet- 02/10/20 à 13:42:44
Ohmydog

Un élément de réponse (en gras) : "Les robots doivent être lancés par des fusées Atlas fournies par la NASA [...] en 2011, la NASA subit à la fois à des restrictions budgétaires liées à la crise économique en cours et un énorme dépassement de son projet de télescope spatial James Webb. Pour faire face à ses problèmes de financement, l'agence spatiale américaine se dégage d'abord en partie du programme ExoMars avant d'abandonner complètement sa participation. L'ESA ne peut supporter seule le coût du programme et elle fait appel à l'agence spatiale russe Roscosmos qui vient de subir l'échec de sa sonde spatiale martienne Phobos-Grunt. En mars 2012, l'ESA officialise son partenariat avec Roscosmos. Les termes de l'accord prévoient que l'agence spatiale russe fournit des fusées Proton pour les lancements de 2016 et 2018. Les instruments scientifiques russes remplacent les instruments américains à bord de l'orbiteur ExoMars TGO. Enfin, la Russie fournit le véhicule de rentrée et de descente qui doit amener le rover ExoMars sur le sol martien" (Wikipedia)

Avatar de SebGF Abonné
Avatar de SebGFSebGF- 02/10/20 à 13:49:36
eliumnick

Le terme a été adopté en 1995 pour désigner un véhicule opérant à la surface d'un astre autre que la Terre.

Avatar de ecatomb Abonné
Avatar de ecatombecatomb- 03/10/20 à 10:01:13
Guibock

J'ai mis 2min avant de comprendre mon erreur lorsque j'ai lu la news. Merci, je me sens moins seul grâce à toi :transpi:

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
  • Introduction
  • Décollage à partir du 20 septembre… à bord d’une fusée Proton
  • Le délicat choix de la trajectoire et du site d’atterrissage
  • Le rover résistera à certaines tempêtes de sable, mais pas toutes
  • L’intégration avance bien, de nouveaux tests en préparation
S'abonner à partir de 3,75 €