Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Ubuntu 20.10 bêta : le paradoxe d'une distribution à la fois moderne et statique

Groovy, mais pas trop
Ubuntu 20.10 bêta : le paradoxe d'une distribution à la fois moderne et statique

La bêta d'Ubuntu 20.10 vient de sortir. Elle apporte son lot d'améliorations ainsi qu'une nouvelle vague d'optimisations, en plus d'éléments d'interface longtemps désirés. Pourtant, on ne peut s'empêcher de penser que la distribution semble faire, en quelque sorte, du surplace. 

Groovy Gorilla, le nom de code d'Ubuntu 20.10, est attendue pour le 22 octobre prochain. Les développeurs sont actuellement en train de la finaliser, sa bêta a été mise en ligne il y a quelques jours. Canonical n’étant pas connu pour ses retards, on peut tabler sur une publication en temps et en heure.

Après une version 20.04 LTS (Long Term Support), la 20.10 est moins attendue. Elle ne bénéficiera en effet pas du support de cinq ans de ces éditions qui ne sortent que tous les deux ans. Ubuntu étant une distribution semestrielle, les trois versions intermédiaires n’ont qu’un support de neuf mois : six pour courir jusqu’à l’édition suivante auxquels se rajoute une rallonge de trois mois pour laisser le temps de migrer.

Ce rythme particulier explique aussi pourquoi les versions LTS sont configurées par défaut pour ne se mettre à jour que vers d’autres LTS. Si vous désirez migrer vers la 20.10 depuis la 20.04, il faudra forcer la main du système.

Si vous attendez cependant de savoir ce que contient Groovy Gorilla pour migrer, soyez rassurés : Ubuntu 20.10 ne bouleversera pas vos habitudes. La distribution a beau partager avec Fedora un amour des dernières versions disponibles des composants, elle est nettement plus frileuse quand il s’agit d’activer ou non des technologies.

Pas question de bascule vers Btrfs ici, ou même encore de Wayland : le système de Canonical reste dans une optique d’évolution douce. D’ailleurs, Groovy bouge essentiellement à travers ses composants.

Ubuntu 20.10 Groovy Gorilla

GNOME 3.38 : l’essentiel des nouveautés

25 commentaires
Avatar de chats614 Abonné
Avatar de chats614chats614- 07/10/20 à 06:33:40

snap a tout va, quelle hérésie. C’est tellement dommage, la distribution est globalement bien foutue, mais tout remplacer par des snaps qui prennent des longues secondes à s’ouvrir, c’est la ligne rouge. Je reste sur Debian Sid puisque c’est comme ça :langue:

Avatar de Furanku Abonné
Avatar de FurankuFuranku- 07/10/20 à 06:47:06

Je confirme cette sensation de staticité. Cela fait 2/3 versions que j'ai également cette impression alors que des distrib comme Fedora proposent bien plus d'avancées. Même si ça a toujours été le cas cet écart s'est creusé je trouve.
Et puis perso j'ai de plus en plus de mal avec le fait que Snap prenne une place si importante... surtout en terme de performances et d'espace disque occupé (voire de stabilité pour certains). Mon premier réflexe est de retirer ceux par défaut pour les remplacer par leur équivalent sur les dépôts (pourquoi la calculatrice en snap ???).

Avatar de fmo Abonné
Avatar de fmofmo- 07/10/20 à 08:42:51

Pas question de bascule vers Btrfs ici, ou même encore de Wayland : le système de Canonical reste dans une optique d’évolution douce. D’ailleurs, Groovy bouge essentiellement à travers ses composants.

En même temps ça serait un peu bête de basculer vers Btrfs alors qu'ils travaillent sur la migration vers ZFS... En ce qui concerne Wayland, c'est bien gentil mais encore faut il que le reste du marché suive, entre les applications qui ne fonctionnent tout simplement pas (Zoom, Slack ne fonctionnaient pas la derniere fois que j'ai teste) et les drivers Nvidia qui ne supportent toujours pas Wayland, on est un peu dans la mouise.

Ce n'est peut-être pas le cas en France mais Ubuntu est très utilisée par les développeurs, notamment pour le Machine Learning, et qui dit ML dit Nvidia/CUDA.

La ou je suis d'accord, c'est sur le fait que Fedora innove plus vite, mais bon, le nombre d'utilisateurs est beaucoup beaucoup plus restreint. Et surtout, c'est Redhat derrière (et maintenance IBM), ce n'est pas le même nombre d'employés.

J'utilise Ubuntu (Desktop) aussi bien au travail qu'a la maison et il ne me viendrait pas a l'esprit d'installer Fedora (ou Arch) comme distribution principale.

EDIT: J'allais oublié que je suis d'accord sur les commentaires au dessus a propos des Snap, et je met les Flatpak dans le meme lot

Édité par fmo le 07/10/2020 à 08:45
Avatar de millman42 Abonné
Avatar de millman42millman42- 07/10/20 à 08:51:24

fmo a écrit :

... et les drivers Nvidia qui ne supportent toujours pas Wayland, on est un peu dans la mouise.

Ce n'est peut-être pas le cas en France mais Ubuntu est très utilisée par les développeurs, notamment pour le Machine Learning, et qui dit ML dit Nvidia/CUDA.

Dans ce cas là il suffit de désactivé Wayland si la hardware ne le support pas comme sous Fedora.

Par contre pour toute les solutions de partage d'écran c'est bloquant en effet mais Canonical ont des développeur ils peuvent essayer d’arranger ça.

Avatar de Trit’ Abonné
Avatar de Trit’Trit’- 07/10/20 à 09:00:40

Furanku a écrit :

Mon premier réflexe est de retirer [les snaps] par défaut pour les remplacer par leur équivalent sur les dépôts (pourquoi la calculatrice en snap ???).

Encore faut-il qu’équivalents il y ait, sur les dépôts (coucou, Chromium ! Enfin, encore faut-il avoir l’usage de ce dernier)…

Avatar de Furanku Abonné
Avatar de FurankuFuranku- 07/10/20 à 09:07:36
Trit’

En effet pour certaines app il n'y a pas vraiment d'alternative hormis compiler les sources (quand open source). Ce qui est dommage je trouve...
A choisir une solution portable et/ou isolée je préfère encore les AppImage :chinois:

Avatar de JnnT Abonné
Avatar de JnnTJnnT- 07/10/20 à 10:14:40

Les snaps, en soi, c'est une bonne idée. La place en RAM et sur le disque est de moins en moins limitée. Autant donner à chaque application tous ses éléments pour fonctionner.

Sauf que, en ayant migré sur 20.04, j'ai constaté que Chromium était toujours présent mais ne s'ouvrait pas ! Passons sur les détails : j'ai désinstallé Chromium avec snap et l'ai réinstallé sans snap en suivant ce lien :
http://ubuntuhandbook.org/index.php/2020/06/install-chromium-via-deb-ubuntu-20-04/

Comme tous les liens pointent maintenant vers la version avec snap, ça m'a pris du temps de trouver le bon lien. En clair 20.04 n'est pas bien finalisé en octobre ! C'est du Windows, ça ! Honte !
Pour le reste, ça baigne, même si je n'ai pas tout testé.

Avatar de ErGo_404 Abonné
Avatar de ErGo_404ErGo_404- 07/10/20 à 11:52:22

Il y a trois choses qui me manquent :

  • La gestion du capteur d'empreinte (dispensable), qui y est visiblement
  • La gestion du touchpad avec les gestes multi touch (d'après la news il y a du nouveau, mais qu'en est-il des gestes ?)
  • La gestion de l'écran tactile, qui "fonctionne" dans le sens ou je peux pointer avec, mais qui ne prend pas en compte les gestes du type scroll.
  • Une bonne gestion de ma carte graphique en Thunderbolt 3, qui devrait marcher, qui a marché, et qui ne marche plus pour je ne sais quelle raison.

EDIT : j'utilise Pop_OS, qui est très proche d'Ubuntu. Visiblement les gestures sont dispos sur gnome d'après leur site, mais ça ne fonctionne pas chez moi.

Édité par ErGo_404 le 07/10/2020 à 11:54
Avatar de Trit’ Abonné
Avatar de Trit’Trit’- 07/10/20 à 12:15:14

JnnT a écrit :

Les snaps, en soi, c'est une bonne idée. La place en RAM et sur le disque est de moins en moins limitée. Autant donner à chaque application tous ses éléments pour fonctionner.

Sur les machines neuves. Va dire ça à ceux qui utilisent toujours un PC d’il y a 10 ans (donc avec 4 Gio de RAM, ce qui était le standard à l’époque et l’est resté longtemps), parce que leur usage fait qu’ils n’ont pas besoin d’en changer pour un plus récent (pas besoin de plus quand on se contente d’un navigateur Web et de LibreOffice, vraiment).

De plus, Snap, Flatpak et autres sont en fait des palliatifs à un défaut inhérent aux distributions fixed comme Ubuntu, Debian et autres : le fait que les logiciels (et les bibliothèques, surtout) restent dans des versions figées jusqu’à la sortie de la version suivante, et deviennent donc très vite obsolètes. Là où des distros rolling (allez, citons Manjaro et Calculate pour avoir des exemples qui ne sautent pas tout de suite sur les dernières versions stables en date) auront des bibliothèques à jour (rendant donc ces solutions inutiles dessus), il faut « aider » Debian et ses descendantes à rester capables de faire tourner des logiciels de maintenant, parce que ces derniers réclament des versions de leurs dépendances plus récentes que celles fournies par l’OS (quelle est la version actuelle de glibc ? Et celle fournie dans la dernière Debian ? Ubuntu restait bloquée sur Wine 1.x quand la version 3, contenant plein d’améliorations pour le jeu sur Steam, était sortie depuis longtemps sur Arch). Le vrai problème, il est là : la lutte contre l’obsolescence des distributions fixes, dans un monde où désormais, tout retard n’est plus pardonnable (notamment en matière de sécurité, même si les correctifs sont rétroportés). Et d’aucuns trouvent qu’au contraire, Snap et compagnie ne sont que des pis-allers, mais qui ne font que cacher la m××de sous le tapis, pas de vraies solutions qui vont soigner le mal à la racine (et comment faire, quand le mal en question provient directement du mode de conception même du système ?).

Édité par Trit’ le 07/10/2020 à 12:16
Avatar de Okki Abonné
Avatar de OkkiOkki- 07/10/20 à 14:32:49

fmo a écrit :

En même temps ça serait un peu bête de basculer vers Btrfs alors qu'ils travaillent sur la migration vers ZFS... En ce qui concerne Wayland, c'est bien gentil mais encore faut il que le reste du marché suive, entre les applications qui ne fonctionnent tout simplement pas (Zoom, Slack ne fonctionnaient pas la derniere fois que j'ai teste) et les drivers Nvidia qui ne supportent toujours pas Wayland, on est un peu dans la mouise.

L'auteur de l'article prend en exemple les nombreux changements opérés chez Fedora, mais ne dit pas qu'Ubuntu doit faire les mêmes. Il dit juste que de comparer cette dernière version à celle d'il y a quelques années, hormis les mises à jour de l'environnement de bureau et des applications, qui ne sont pas le propre d'Ubuntu, pour le reste, on ne trouvera pas grand-chose de nouveau.

Ensuite, c'est un peu le serpent qui se mord la queue. Ubuntu et dérivés ayant, de loin, la plus grosse part de marché, s'ils ne font rien, nVidia et compagnie vont se dire qu'ils n'ont eux même pas besoin de faire d'efforts. Par contre, si Ubuntu se mettait à déprécier telle ou telle technologie, en annonçant basculer sur son remplaçant à telle date, ça serait envoyer un signal fort pour inciter certaines entreprises à se bouger enfin un peu.

millman42 a écrit :

Par contre pour toute les solutions de partage d'écran c'est bloquant en effet mais Canonical ont des développeur ils peuvent essayer d’arranger ça.

Mais ils n'en feront rien, se contentant d'attendre, comme d'habitude, que Fedora ai terminé le boulot sur PipeWire, qui doit résoudre ce problème.

Trit’ a écrit :

De plus, Snap, Flatpak et autres sont en fait des palliatifs à un défaut inhérent aux distributions fixed comme Ubuntu, Debian et autres : le fait que les logiciels (et les bibliothèques, surtout) restent dans des versions figées jusqu’à la sortie de la version suivante, et deviennent donc très vite obsolètes. Là où des distros rolling (allez, citons Manjaro et Calculate pour avoir des exemples qui ne sautent pas tout de suite sur les dernières versions stables en date) auront des bibliothèques à jour (rendant donc ces solutions inutiles dessus)

Pour les dépendances, ça fonctionne dans les deux sens. Aussi bien pour une application récente qui a besoin des dernières technos à la mode, qu'une vieille application basée sur des technos archaïques, mais que t'as peut-être besoin de continuer à utiliser, pour x raisons. Typiquement, en entreprise, on trouve souvent de vieilles applications métier qui ont besoin de continuer à fonctionner à l'identique durant des années, voir des décennies.

Ensuite, limiter les Flatpak à cette seule histoire de dépendances, c'est passer à côté d'autres fonctionnalités intéressantes :

  • pouvoir installer les dernières versions de toutes tes applications, y compris sur les distributions qui ont un cycle long (Debian, CentOS, Ubuntu LTS...) et qui ne possèdent pas forcément les bonnes dépendances
  • une meilleure sécurité, puisque les applications sont exécutées dans une sandbox
  • une gestion plus fine des droits. Avec le modèle traditionnel, c'est tout ou rien. Là, tu peux accorder ou non, à chaque application, un accès à certains périphériques (micro, webcam...), à ta localisation...
  • la possibilité d'installer facilement plusieurs versions d'une même application en parallèle (par exemple, la version stable et la version de développement)
  • les développeurs peuvent fournir eux-mêmes leur application telle qu'ils l'ont voulu (certaines distributions désactivant certaines fonctionnalités pour ne pas enfreindre des brevets logiciels, par exemple)
  • les applications seront exécutées à l'identique chez les développeurs et chez les utilisateurs, facilitant la reproductibilité de bugs et donc leur correction
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3
  • Introduction
  • GNOME 3.38 : l’essentiel des nouveautés
  • Linux 5.8 et autres composants, performances
  • Des nouveautés, mais…
S'abonner à partir de 3,75 €