Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Forfait post stationnement : payer la « prune » pour pouvoir la contester est inconstitutionnel

Hop, une disposition à la fourrière
Droit 4 min
Forfait post stationnement : payer la « prune » pour pouvoir la contester est inconstitutionnel
Crédits : Marc Rees (licence CC BY SA 3.0)

Le Conseil constitutionnel vient de décapiter une disposition bien utile pour le forfait post stationnement. Bien utile... pour les collectivités et l'État : celle qui obligeait un automobiliste à d’abord payer pour pouvoir ensuite contester le paiement de redevance.

Depuis le 1er janvier 2018, une réforme d’ampleur a frappé le stationnement payant. Les habituelles amendes placardées sur les parebrises sont désormais dépénalisées. À la place, l’obligation de payer un forfait de post-stationnement (FPS), soit une redevance d’utilisation du domaine public.

Les conséquences sont importantes puisque depuis, ce sont les communes qui établissent ce montant en fonction des critères locaux, et non plus un texte général en vigueur dans toute la France.

Avec le FPS, les collectivités disposent « de la maîtrise de leur politique de stationnement » avait commenté l’Agence nationale de traitement des infractions. Elles peuvent fixer « le montant des FPS et le produit de ces derniers financera des opérations destinées à améliorer les transports collectifs ou les transports respectueux de l’environnement ».

Voilà pourquoi dans certaines villes, plutôt que la contravention de 17 euros, des automobilistes oublieux se sont retrouvés à devoir payer jusqu’à 60 euros pour un stationnement non réglé.

Cette réforme a eu aussi des conséquences sur le terrain des traitements de données personnelles, puisque la technique de la LAPI, ou lecture automatisée des plaques d’immatriculation, est désormais possible, comme expliqué dans nos colonnes, s’agissant des absences ou des insuffisances de paiement de l’utilisation du domaine public.

La description de ce nouveau régime permet de mieux comprendre la décision tout juste rendue par le Conseil constitutionnel. Une décision de « non-conformité totale », comme l’épinglent les neuf Sages.

Selon le Code général des collectivités territoriales, un automobiliste peut toujours attaquer une décision lui demandant de payer son forfait. La procédure est à plusieurs étages. Il faut d’abord déposer Recours Administratif Préalable Obligatoire (ou RAPO) dans le délai d'un mois à compter de la date de notification du Forfait Post Stationnement.

On peut ensuite attaquer cette décision défavorable devant la Commission du contentieux du stationnement payant (CCSP), voire directement pour les FPS majorés.

Seulement… une condition importante est prévue par les textes : la recevabilité de ce recours contentieux « est subordonnée au paiement préalable du montant de l'avis de paiement du forfait de post-stationnement et de la majoration ».

Quand l'objectif de bonne administration devient le cauchemar des automobilistes

« En imposant ainsi que le forfait et la majoration soient acquittés avant de pouvoir les contester devant le juge, le législateur a entendu, dans un but de bonne administration de la justice, prévenir les recours dilatoires dans un contentieux exclusivement pécuniaire susceptible de concerner un très grand nombre de personnes » commente le Conseil constitutionnel.

Saisi par un automobiliste, celui-ci a toutefois été appelé à examiner la conformité de cette disposition au bloc de constitutionnalité.

S’il applaudit l’objectif de saine administration de la justice, il relève « cependant » plusieurs problèmes.

D’une part, si le montant du FPS ne peut dépasser le montant de la redevance due, « aucune disposition législative ne garantit que la somme à payer pour contester des forfaits de post-stationnement et leur majoration éventuelle ne soit d'un montant trop élevé ».

D’autre part, le législateur n’a pas fait dans la dentelle. Il « n'a apporté à l'exigence de paiement préalable desdits forfaits et majorations aucune exception tenant compte de certaines circonstances ou de la situation particulière de certains redevables ».

En somme, le titulaire de la carte grise se doit de payer, des sommes possiblement très importantes, sans possibilité d'exception. 

Pour le Conseil constitutionnel, pas de doute : voilà une atteinte substantielle au droit d’exercer un recours juridictionnel effectif. Conclusion : « Les dispositions contestées [l’article L. 2333-87-5 du Code général des collectivités territoriales, ndlr] doivent donc être déclarées contraires à la Constitution ».

La décision est applicable immédiatement, à compter de sa publication.

L'alerte adressée par le Défenseur des droits

En janvier 2020, le Défenseur des droits avait dénoncé dans un rapport la défaillance du forfait post-stationnement. Jacques Toubon implorait le rétablissement des droits des usagers.

Page 35, il fusillait en particulier cette obligation de paiement préalable du FPS, mesure pouvant être très problématique « dans certaines situations spécifiques, notamment pour les personnes victimes d’une usurpation de plaque, d’un vol de véhicule ou d’une cession de véhicule non enregistrée (non imputable à l’administré) ».

Des usagers se retrouvant « destinataires de très nombreux FPS majorés et contraints de payer des sommes importantes, pour faire valoir leurs droits devant la CCSP, laquelle en cas de majoration est alors l’unique recours ».

Résultat : certains « sont donc financièrement dans l’impossibilité de régler les sommes réclamées et de faire valoir leurs droits devant la CCSP ».

Jacques Toubon regrettait en particulier l’absence d’exceptions, lequelles existent pourtant en matière pénale. « Ce paiement préalable à la saisine de la CCSP, sans aucune exception, engendre incontestablement une perte de sécurité juridique pour les administrés ».

Une perte de sécurité juridique désormais corrigée. 

43 commentaires
Avatar de wanou2 Abonné
Avatar de wanou2wanou2- 09/09/20 à 10:27:33

Ça veut toujours gratter plus loin et ça se prend mur...

Avatar de Trit’ Abonné
Avatar de Trit’Trit’- 09/09/20 à 10:34:52

Ils viennent de flinguer un des fondements de la justice administrative de ce pays depuis ses origines : celui de « on raque d’abord ; et seulement ensuite, on se fait éventuellement rembourser (à condition de faire un recours, et, sous réserve que celui-ci soit accepté¹, d’obtenir gain de cause) ».

Nul doute que ça va pas en rester là et que nos (trop) chers politocards nous pondront sans tarder un nouveau texte bien moisi pour annuler cette annulation…

¹ Acceptation subordonnée à l’appréciation de « l’intérêt (pour le plaignant) à agir » par le juge.

Avatar de NI Abonné
Avatar de NINI- 09/09/20 à 11:42:18

Oui bon.... pas plus choquant que le fait que 50% du prix du stationnement en ville va dans les poches de l'opérateur privé qui exécute le contrôle sur la zone. Oui vous avez bien lu, une boite privé mange la moitié du gateaux... comme ça, cadeau, comme si l'espace public et les places de stationnement étaient leurs propre bien foncier, comme si eux-même avait emménagé la chaussée ! Et on ne parle parle pas du FPS/amende ici mais bien du prix payé pour stationné. Le tout exécuté par le biais de filiales de boites étrangères obscures comme EASYPARK (Stockholm)........

Exemple : vous mettez 30 euros dans un stationnement à Nantes Paris ou Bordeaux, 15 euros tombent dans la poche de l'opérateur.

Bonjour la corruption.

Avatar de nonox Abonné
Avatar de nonoxnonox- 09/09/20 à 12:36:55

NI a écrit :

Le tout exécuté par le biais de filiales de boites étrangères obscures comme EASYPARK (Stockholm)........

En quoi Easypark est "obscur" ?

NI a écrit :

Bonjour la corruption.

En quoi c'est de la corruption ? Que ce soit un prix abusé à payer OK, que ça aille dans les poches d'un opérateur privé ça peut être illogique, mais je ne vois pas où est la corruption ici...

Avatar de Tandhruil INpactien
Avatar de TandhruilTandhruil- 09/09/20 à 12:39:08

Mais du coup, le paiement des amendes des radars automatiques avant contestation est également illégal ?

Avatar de TexMex Abonné
Avatar de TexMexTexMex- 09/09/20 à 12:45:27

L'administration se faisant vider au profit d'on ne sait quoi. Il est normal qu'elle agisse avec autorité pour se renflouer.

Ce revers de fortune pour l'administration n'en restera pas là. Je pense que le compromis pourrait être de faire payer mais pas directement à l'administration mais plutôt à la caisse des dépôts. La somme sera sous séquestre pendant X mois avant d'être encaissée définitivement.

Ça permet de faire de la spéculation pendant ce temps. Tout bénef en somme. Sachant que les contestations sont bien moins nombreuses et pas toujours légitimes non plus (n'oublions pas).

Avatar de serpolet INpactien
Avatar de serpoletserpolet- 09/09/20 à 13:12:14

TexMex a écrit :

Je pense que le compromis pourrait être de faire payer mais pas directement à l'administration mais plutôt à la caisse des dépôts.

"mesure pouvant être très problématique « dans certaines situations spécifiques, notamment pour les personnes victimes d’une usurpation de plaque, d’un vol de véhicule ou d’une cession de véhicule non enregistrée (non imputable à l’administré) ».
Des usagers se retrouvant « destinataires de très nombreux FPS majorés et contraints de payer des sommes importantes, pour faire valoir leurs droits devant la CCSP, laquelle en cas de majoration est alors l’unique recours ».
Résultat : certains « sont donc financièrement dans l’impossibilité de régler les sommes réclamées et de faire valoir leurs droits devant la CCSP »."

Mais effectivement, d'un autre côté, on va peut-être assister à des milliers de recours "pas toujours légitimes", pour jouer la montre à l'aide d'avocats spécialisés, et qui vont saturer le système...

Avatar de JoePike INpactien
Avatar de JoePikeJoePike- 09/09/20 à 13:20:40
Tandhruil

C'est pas encor Noël , et en plus il faudrait encore y croire.
:mdr:

Avatar de Avalin Abonné
Avatar de AvalinAvalin- 09/09/20 à 13:23:29
Tandhruil

Je me suis fait la même remarque ;)

Avatar de JoePike INpactien
Avatar de JoePikeJoePike- 09/09/20 à 13:32:09

Je me posais justement des questions ce matin
Une employée de la mairie de Paris avec 2 smartphones prenait des photos des voitures en stationnement en bas de chez moi ( dans toute la rue)
Le problême c'est que les bornes de paiement ont été enlevées en juillet, les trous rebouchés, et la peinture sur l'asphalte est toujours marquée "stationnement payant"
Toute la journée les personnes qui se garent cherchent une borne ... sans en trouver bien sûr )
SI ce sont des prunes, je me demande comment procéder ? J'ai quand même l'impression que ces automobilistes sont dans la merde
( D'un autre côté , 30% ou 40% des voitures garées à Paris dans mon coin ont une vignette d'invalide et ne cherchent pas de bornes car ils ajoutent un papier comme quoi c'est interdit de leur mettre une prune d'après la loi européenne machin chose)

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 5