Navettes autonomes : la RATP « entre dans la ville », Paris2connect se prépare

Pendant ce temps, chez Tesla…
Tech 7 min
Navettes autonomes : la RATP « entre dans la ville », Paris2connect se prépare

Les essais sur les véhicules autonomes se multiplient. Lancé il y a plus de deux ans, le projet Paris2connect se prépare à passer à la phase 3, avec des navettes autonomes au cœur de Paris. De son côté, la RATP n’attend pas et fait « entrer dans la ville » sa navette autonome du bois de Vincennes.

C’est fin 2018 que les lauréats du programme Quartier d’Innovation Urbaine pour Paris Rive Gauche ont été dévoilés. Dans le lot, il y avait Paris2Connect, un projet de smart city prévu pour une durée de trois ans, qui devrait donc se terminer à la fin de l’année.

Il est porté par ATC France et un groupement de sociétés venant aussi bien du privé que du public : Audiospot, Aximum, Nokia, Parking Map, le groupe RATP et Signify. Bien évidemment, ce projet se déroule en étroite collaboration avec la ville de Paris.

Le but de cette opération est de « démontrer comment une infrastructure numérique urbaine mutualisée peut répondre aux besoins exponentiels en connectivité (5G, capteurs, caméras…) ». Laurent Benet, directeur stratégie et innovation de l’ATC, donnait quelques détails à l’ANFR il y a peu : 

« Paris2Connect est un projet d’expérimentation que nous sommes en train de mener dans l’environnement de la gare d’Austerlitz, de la gare de Lyon et de la gare de Bercy.

L’objectif c’est d’utiliser ce qu’on appelle l’infrastructure urbaine, à partir de lampadaire et de feux de signalisation sur lesquels on rajoute des capteurs pour mesurer l’environnement. Grâce à ses données, on définit des cas d’usage au service de la ville, ce qu’on appelle en gros la Smart City ».

Les cas d’usages sont variés : « aujourd’hui, on en a déjà mis en place certains […] autour de la communication entre un feu de signalisation et un véhicule à travers une application, on a aussi utilisé un capteur pour faire de la mesure de niveau sonore et de flux de trafic ». En ligne de mire, on a bien évidemment les véhicules autonomes.

Premier chevron enclenché fin 2019

Fin 2019, la phase 1 de Paris2Connect était enclenchée avec la mise en place de la « première brique de l’infrastructure urbaine mutualisée ». Elle comprend des bornes sonores connectées, et vise deux objectifs.

Les personnes déficientes visuelles pour commencer, afin de leur proposer un « guidage sonore via une télécommande universelle ou une application smartphone pour la traversée aux feux de signalisation ; l’information en temps réel sur les transports en commun ; l’assistance pour les traversées de voies cyclables (détection de vélos en approche) ».

Paris2Connect

Dans le second cas, tout le monde est concerné avec  la « diffusion d’alertes sonores en temps réel (sécurité, prévention, information trafic pour les transports...) et guidage audio et visuel "simplifié" et plus précis que le GPS, avec des informations de proximité (horaires en temps réel, évènements …) en différentes langues grâce à une application smartphone ».

Durant cette première phase du projet, plusieurs services ont été mis en place : un observatoire comptabilisant les flux de différents types de véhicules sur le parcours de l’infrastructure, ainsi qu’une « liseuse autonome » avec les arrêts de bus les plus proches, l’affichage en temps réel des horaires de passage, etc.

Le premier mât connecté inauguré en 2021

La seconde phase était alors prévue pour 2020 avec « l'expérimentation de mobilité autonome sur le quartier de Paris Rive Gauche ». L’objectif était de « permettre aux véhicules autonomes de communiquer avec leur environnement en s'appuyant sur une infrastructure intelligente et un réseau de télécommunication 5G dédié ».

Il a finalement fallu attendre janvier 2021 pour que le « premier mât connecté » soit inauguré à Paris-Rive Gauche, sur le quai de la gare (face à Austerlitz) afin de : « permettre aux véhicules autonomes, testés par le groupe RATP à l’été prochain, de communiquer avec leur environnement en s’appuyant sur une infrastructure intelligente et un réseau de télécommunication 5G dédié ». La société de transports en commun précise que huit autres mâts seront équipés de capteurs d’ici le printemps 2021.

Mat connecté Paris2connectLe mât connecté de Paris2connect se trouve entre le feu de gauche et le drapeau français

Ces déploiements se font avec la participation de l‘Agence nationale des fréquences (ANFR) et de la société Exem spécialisée dans la mesure de l’exposimétrie : « on met des équipements qui émettent des ondes, et donc il était très important qu’on s’assure du respect de la réglementation de l’exposimétrie », précise Laurent Benet.

La phase 3 est en préparation et consiste à faire circuler une navette autonome du groupe RATP autour des trois gares. Un petit trajet, mais au cœur de Paris. Cette navette autonome va ainsi utiliser l’infrastructure connectée autour d’elle pour capter des informations et sécuriser ses déplacements. L’avenir du véhicule connecté se conjugue en effet avec la smart city pour récupérer des données précieuses.

On peut citer la couleur des feux de signalisations par exemple, et ainsi éviter une mauvaise détection par un capteur optique. Le problème étant qu’il faut alors sécuriser la connexion, on vous laisse imaginer ce qui pourrait se passer si un pirate détournait les informations et envoyait le signal d’un feu vert à une voiture alors qu’il est rouge…

ITS-G5, C-V2X : l'Arcep dresse l'état des lieux du casse-tête de la voiture connectée

RATP : des navettes autonomes sur un parcours de 6 km

La RATP avance également de son côté et vient d’annoncer que sa « navette autonome du bois de Vincennes entre en ville », avec une extension du parcours sur 6 km, de la Porte jaune à la mairie de Vincennes (Val-de-Marne). Huit arrêts sont désormais disponibles.

La société met en avant deux changements importants avec ce nouveau parcours : « l’expérimentation sur route ouverte, en environnement urbain dense, sur le cours Marigny et le cours des Maréchaux à Vincennes et la traversée d’un carrefour très fréquenté, l’avenue de Paris, à Vincennes également ».

Navette autonome RATP

La navette roule les samedis et dimanches, de 14h à 17h30 avec quatre voyageurs à bord pendant le couvre-feu (onze sinon). Trois véhicules sont disponibles : deux EZ10 d’EasyMile et une Autonom Shuttle de Navya. Si les véhicules sont autonomes, un « safety driver » est présent comme l’exige la règlementation actuelle, précise la RATP. « Son rôle est d’accueillir les voyageurs et de s’assurer du bon fonctionnement du véhicule ».

Lors du lancement de cette expérimentation, la navette autonome ne parcourait que 450 mètres entre la station Château de Vincennes et le Parc floral dans le 12e arrondissement. Au total, 40 000 passagers l’ont utilisé, avec un total de 11 000 km parcourus… et une vitesse moyenne de 13 km/h seulement. La nouvelle expérimentation est aussi l’occasion d’augmenter la vitesse et de passer à 20 km/h. 

Paris2connect : des navettes autonomes cet été, la 5G arrive

La RATP ne laisse pas tomber Paris2connect pour autant. Cet été, le groupe « expérimentera un second service dans le cadre de ce consortium : relier trois gares (gare de Lyon, gare d’Austerlitz et gare de Bercy) entre elles par véhicule autonome. À terme, deux navettes circuleront entre la gare d’Austerlitz et la gare de Lyon, via le ministère de l’Économie et des Finances, la gare de Bercy, le quai de la Gare et la Cité de la mode ».

Laurent Benet d’ATC France est sur la même longueur d’onde : « On espère dans quelques mois voir arriver une navette autonome (on travaille avec le groupe RATP sur ce sujet), mais on espère aussi développer tout un ensemble de cas d’usages grâce à des partenariats avec des start-ups ou de grandes sociétés ».

Paris2connect gares
Crédits : Paris&Co

Il précise aussi que le passage à la 5G est d’ores et déjà prévu avec Paris2connect : « on a installé sur le parcours de Paris2Connect des équipements qui permettent d’avoir ce qu’on appelle un réseau privé, un réseau dédié, en 4G […] ce réseau peut évoluer vers la 5G, ce qui va permettre de voir comment  la 5G amène de la performance additionnelle », notamment sur les questions de latence et de débit.

Le calendrier se présente bien puisque le Conseil de Paris vient tout juste d’adopter un dispositif de régulation de la 5G, ouvrant ainsi la voie au déploiement des réseaux par les opérateurs.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !