Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Quand Fleur Pellerin taxe les TICS, les éditeurs tiquent les taxes

Deux tactiques

Que faire pour taxer en France les profits réalisés par les géants du net ? Ce matin, Fleur Pellerin, ministre déléguée à l’économie numérique est revenue sur cette problématique fiscale en affichant un premier calendrier. Cependant cette inventivité fiscale est fraichement accueillie par les éditeurs de logiciels.

 

fleur pellerin

 

Sur France Inter ce matin, la ministre a rappelé que l’OCDE était actuellement en train « de trouver des pistes de très court terme » pour traiter l'évitement fiscal des gros acteurs du net. En France, le rapport Colin-Collin propose lui aussi des solutions. L'une d'elles consiste à déduire leur richesse amassée en France en jaugeant les flux de données personnelles exploités par ces acteurs. Un « travail gratuit » résume Colin-Collin puisque ces acteurs butinent des revenus colossaux à partir de données remises gratuitement par les internautes sans reverser de quote-part à l'État.

 

« Nous sommes obligés de réviser nos concepts fiscaux, puisque la fiscalité actuelle n’est pas du tout adaptée à l’économie numérique » tente de rassurer la ministre. Celle-ci a ainsi confié une mission d’expertise aux services fiscaux pour tester de près ces idées-là. Fleur Pellerin espère d’ailleurs que ces mesures seront inscrites dans le projet de loi de finances pour 2014 et donc présenté dès la rentrée de septembre.

Deep packet inspection

Un calendrier ambitieux d’autant que le rapport Collin/Colin envisage sérieusement le Deep Packet Inspection comme l’a relevé Edition Multimédi@. L'idée serait de quantifier les flux personnels chez les acteurs qui n’auraient pas respecté leurs obligations déclaratives. Ce DPI serait ainsi placé aux points d’interconnexions. Bien que « techniquement possible », Collin-Colin concèdent que cette éventualité doit être envisagée qu’en dernier recours. « Elle risquerait en effet d’être perçue comme une intrusion inhabituelle des pouvoirs publics dans les contenus des flux échangés sur Internet »...

 

Cependant, tout le monde n'est pas favorable à ces mesures. Du côté de l’Association Française des Editeurs de Logiciel et Solutions Internet, on a d'ailleurs le pied à fond sur la pédale de frein.

Inventivité fiscale vs politiques industrielles

L’Afdel rappelle d’abord que l’élaboration d’une politique industrielle centrée sur le numérique en France doit être l’objectif principal. Le numérique contribue au quart de la croissance française selon ses estimations. Du coup, « au lieu de faire parler le génie national en matière d’inventivité fiscale, on serait mieux inspiré d’élaborer des politiques industrielles susceptibles de donner naissance à des acteurs économiques mondiaux. »

 

Dans son rapport dévoilé aujourd’hui, l’association insiste sur ce point : la fiscalité n’explique en rien le succès des acteurs du numérique. Ce succès tient davantage à l’innovation, à la culture du risque, à la concurrence ou à la formation initiale. Plutôt qu’une « fiscalité pénalisante », l'enjeu est davantage celui d'une stabilité fiscale qui sanctuariserait notamment le crédit impôt recherche. L'Afdel préconise aussi une fiscalité de soutien à la R&D, à l’innovation ou à l’équité afin de « réduire les barrières à l’entrée ».

Taxes sur la pub, les données personnelles, la bande passante...

Sans surprise, elle profite du moment pour distribuer ainsi les cartons rouges contre tous les projets actuels tel celui du sénateur Marini qui veut transposer des taxes de l’économie traditionnelle  - comme celle sur la surface commerciale - vers l’économie numérique. « Pourquoi ne pas imposer un droit de timbre sur l’email qui réduit considérablement l’intérêt de l’usage du courrier ? » répond l'Afdel qui n‘est pas plus tendre avec le rapport Colin-Collin.

 

Pour combattre la notion de travail gratuit, l’Afdel assure que le plus souvent la collecte est réalisée par les algorithmes non par l’internaute qui fournit ses données. De même, ce qui est gratuit c’est l’usage et il ne faut pas oublier que derrière chaque technologie, il y a justement des années de R&D et des infrastructures réseau couteuses.

 

Elle fustige encore la taxation sur la bande passante – le peering payant serait un visa pour les points d’interconnexion étrangers – ou encore la taxation des régies publicitaire, qui ressurgit de temps à autre au Parlement.

 

« L’émoi suscité par le mouvement des pigeons à l’occasion de l’examen du PLF 2013 est emblématique. Le cadre fiscal a une influence directe sur la prise d’initiative et la créativité des entrepreneurs. » Pour l’AFDEL, l'enjeu est aussi de rectifier la fiscalité européenne et internationale insuffisamment harmonisée. Plutôt que de légiférer à l’échelon national, il est donc plus sage d’attendre l’adoption de règles harmonisées, notamment au sein de l’OCDE.

58 commentaires
Avatar de cyrano2 Abonné
Avatar de cyrano2cyrano2- 19/02/13 à 13:57:16

Si ils veulent taxer les données privés, pourquoi ne pas taxer l'upload de ses sites ? Rien n’empêche d'avoir une première tranche gratuite, qui correspond à la navigation normal, le reste étant considéré comme de la "donnée collectée".

Mais bon, cela ne règle pas le problème d'optimisation fiscal d'Amazon, Starbuck ou Microsoft. Qui est un problème vieux comme le monde moderne : la refacturation de service surpayée à la maison mère, comme cela pas d’impôt sur les bénéfices dans la filial du pays. Ils devraient peut être simplement interdire la facturation interne de propriété intellectuelle (licence de brevet entre filial et droit d'usage de marque). L'affaire serait pliée.

Il restera ensuite l'uniformisation du prélèvement de la TVA dans le pays d'origine de l'acheteur au moins au niveau européen. Il faudrait peut être créer un timbre fiscal comme pour le vin ?

Avatar de WereWindle INpactien
Avatar de WereWindleWereWindle- 19/02/13 à 13:59:33

Fleur a écrit :

« Nous sommes obligés de réviser nos concepts fiscaux, puisque la fiscalité actuelle n’est pas du tout adaptée à l’économie numérique » tente de rassurer la ministre.

:cap:
S'il n'y avait à qu'à l'éco numérique que l'inadaptation était dommageable...

Bien que « techniquement possible », Collin-Colin concèdent que cette éventualité doit être envisagée qu’en dernier recours. « Elle risquerait en effet d’être perçue comme une intrusion inhabituelle des pouvoirs publics dans les contenus des flux échangés sur Internet »...

une concession qui les honore... sinon :eeek2:

(joli titre :chinois:)

Avatar de John Shaft Abonné
Avatar de John ShaftJohn Shaft- 19/02/13 à 14:04:15

Quand Fleur Pellerin taxe les TICS, les éditeurs tiquent les taxes

:mdr: :dix:

Bon, je vais essayer de tout comprendre à l'article en gardant mon calme maintenant :D

Avatar de MarcRees Équipe
Avatar de MarcReesMarcRees- 19/02/13 à 14:05:34

John Shaft a écrit :

:mdr: :dix:

Bon, je vais essayer de tout comprendre à l'article en gardant mon calme maintenant :D

Suis là au besoin (d'explication, de bisous, de câlins)

Avatar de John Shaft Abonné
Avatar de John ShaftJohn Shaft- 19/02/13 à 14:10:37

MarcRees a écrit :

Suis là au besoin (d'explication, de bisous, de câlins)

C'est que j'ai vu le titre + Deep Packet Inspection en intertitre juste après, ça m'a fait tiquer* :D

*surtout à l'approche d'un conclave, l'inspection profonde des paquets étant, selon la légende, une pratique réservée aux papes fraîchement élus :transpi::transpi:

Avatar de MarcRees Équipe
Avatar de MarcReesMarcRees- 19/02/13 à 14:11:44

John Shaft a écrit :

C'est que j'ai vu le titre + Deep Packet Inspection en intertitre juste après, ça m'a fait tiquer* :D

*surtout à l'approche d'un conclave, l'inspection profonde des paquets étant, selon la légende, une pratique réservée aux papes fraîchement élus :transpi::transpi:

Bon, finalement plus de câlin,
tu me sembles trop louche :)

Avatar de 2show7 INpactien
Avatar de 2show72show7- 19/02/13 à 14:13:26

Usage du DPI (Douche Par Induction) pour du Blanc PUR a un prix :eeek2::mdr:

Avatar de Falcor INpactien
Avatar de FalcorFalcor- 19/02/13 à 14:13:48

Mais que pensent les chats des taxes des TICS ?

Avatar de jinge INpactien
Avatar de jingejinge- 19/02/13 à 14:17:37

Feraient mieux de condamner l'évasion fiscale ainsi que les tentatives... Tu veux faire du profit en France, tu respectes les règles, tu payes 30% de tes bénefs :francais:

Avatar de WereWindle INpactien
Avatar de WereWindleWereWindle- 19/02/13 à 14:19:49

jinge a écrit :

Feraient mieux de condamner l'évasion fiscale ainsi que les tentatives... Tu veux faire du profit en France, tu respectes les règles, tu payes 30% de tes bénefs :francais:

faut redéfinir "bénef" alors :mdr:
le jeu actuel consiste justement à payer moult royalties à une antenne spé de la maison mère afin d'obérer d'autant le bénèf...
(je suis d'accord sur le fond, en revanche)

« L’émoi suscité par le mouvement des pigeons à l’occasion de l’examen du PLF 2013 est emblématique. Le cadre fiscal a une influence directe sur la prise d’initiative et la créativité des entrepreneurs. »

ça a eu une conséquence concrète ?

Édité par werewindle le 19/02/2013 à 14:21
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 6
  • Introduction
  • Deep packet inspection
  • Inventivité fiscale vs politiques industrielles
  • Taxes sur la pub, les données personnelles, la bande passante...
S'abonner à partir de 3,75 €