Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Offres internet différenciées : Françoise Castex répond à Neelie Kroes

La neutralité du net bradée au privé ?

La députée européenne Françoise Castex a répondu aujourd'hui dans Libération à la tribune de Neelie Kroes publiée la semaine passée. La commissaire européenne avait surpris bien du monde en affirmant une position favorable à des offres internet différenciées. Une mise à mal de la neutralité du net peu appréciée par Françoise Castex.

Des propos « inacceptables » 

« Selon moi, l’intérêt public ne s’oppose cependant pas à ce que les consommateurs s’abonnent à des offres internet limitées, plus différenciées, éventuellement pour un prix moins élevé ». Cette phrase de Neelie Kroes a fait grand bruit, et n'a pas laissé indifférents de nombreux internautes. Françoise Castex, qui s'est illustrée dans le passé pour ses prises de position au sujet d'ACTA ou encore du P2P et sur le rapport Gallo, n'a elle-même pas caché sa déception et a trouvé les propos de Neelie Kroes « inacceptables, aussi bien d’un point de vue économique qu’au regard de nos droits fondamentaux à l’ère numérique ».


Pour l'euro-députée, Neelie Kroes « légitime l’idée de transformer la ressource publique mondiale que doit être Internet en un réseau de distribution privé pour le seul bénéfice de quelques acteurs ». Et, afin d'accroître au maximum leurs recettes, les FAI souhaitent mettre en place une notion de rareté, dans le but de s'adapter à leurs différents accords réalisés avec les fournisseurs de contenus sur internet, principalement américains. 

« Libre choix de payer plus ? »

Dans sa tribune de la semaine passée, Neelie Kroes affirmait que son « principe de base consiste à dire que les consommateurs devraient être libres de faire de vrais choix quant à leur abonnement à l’internet et à leur activité en ligne ». Une liberté de choix contestée par Françoise Castex, qui estime au contraire que le système imposera aux consommateurs de payer en fonction d'un accès à un certain type de contenu. En somme, l'internaute sera dirigé par les FAI et les fournisseurs de contenus, ce qui sera bien loin du libre choix estime Castex.

 

« Libre choix de payer plus ? Libre choix d’être un consommateur captif d’ententes commerciales qui lui dictent à quels contenus il peut avoir accès ? ». L'eurodéputée craint ainsi qu'un internet à plusieurs vitesses se mette en place au niveau des contenus. Internet, « au lieu d’être cette formidable ouverture au monde et à la connaissance pour tous deviendrait un piège qui se referme sur l’internaute prisonnier de son fournisseur d’accès » résume-t-elle.

Quand le public baisse les bras face au privé

Mais pour Françoise Castex, le problème de la tribune de Neelie Kroes est qu'elle sous-entend que le privé a tout pouvoir et que le public est sans arme et laisse faire. Estimant qu'il s'agit là d'une soumission du politique aux géants économiques, la députée souhaite au contraire que le public intervienne à la fois pour des raisons économiques et pour protéger les libertés fondamentales des citoyens.


« En plusieurs occasions (Paquet Télécom, rejet d’ACTA), le Parlement européen s’est fait le relais des citoyens pour affirmer le principe fondamental de la neutralité des réseaux. Seul l’utilisateur final ou l’autorité judiciaire, dans le cadre d’une procédure contradictoire, devraient décider s’ils restreignent ou pas l’accès à certains contenus. »

Un droit fondamental « non négociable » 

La neutralité du net est pour Françoise Castex un droit fondamental « non négociable » et voter une loi punissant un opérateur allant à l'encontre de cette neutralité « devrait s’imposer avec évidence dans un État de droit ». Ces dernières années, certains pays ont d'ailleurs voté des lois en faveur de la neutralité du net. Nous pensons notamment aux Pays-Bas et au Chili.

 

Notez que le Parti Socialiste, alors qu'il était dans l'opposition, avait tenté il y a deux ans de faire voter une loi en faveur de la neutralité du net, en vain. Cette proposition expliquait notamment qu'« en portant atteinte à la neutralité de l’Internet, les États qui céderaient à cette tentation feraient plusieurs pas vers la transformation de ce réseau en une vaste galerie marchande, gouvernée par les intérêts des plus gros « commerçants » ». Soit des propos proches de ceux formulés par Françoise Castex.

25 commentaires
Avatar de romainsromain Abonné
Avatar de romainsromainromainsromain- 23/01/13 à 16:19:02

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

pour le texte..

Maintenant pour qu'il y ait une conséquence... surtout avec flambi.... ( ou NS ou cope.. ca changerait rien).

Avatar de romainsromain Abonné
Avatar de romainsromainromainsromain- 23/01/13 à 16:19:04

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Gné double post encore... je sais pas pourquoi l'ordi du taf me fait ca alors que chez moi no soucis... de mack book pro

Édité par rsegismont le 23/01/2013 à 16:19
Avatar de zempa INpactien
Avatar de zempazempa- 23/01/13 à 16:41:12

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Est ce que Françoise Castex (PS) s'est intéressée aux propos de Fleur Pellerin (PS) ?

Avatar de Granianski INpactien
Avatar de GranianskiGranianski- 23/01/13 à 16:41:28

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

ouais ouais...elle peut dire ce qu'elle veut, je ne me fais aucun doute sur l'issue des débats.
Soit Mme Castex ne sera pas entendue, soit elle changera d'avis.
La pression est trop forte et les députés européens finiront bien par céder.
Manquerait plus qu'ils défendent l’intérêt des consommateurs....

Pour moi c'est plié, d'ici qq années on aura un internet pas à deux, ni trois, ni quatre mais bien 50 vitesses. Inévitable.

Avatar de anonumus INpactien
Avatar de anonumusanonumus- 23/01/13 à 16:44:17

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Il faut applaudir Madame Castex qui ose dénoncer les paroles graves de Neelie Kroes, laissant entrevoir l’incommensurable corruption ayant lieu dans notre système politique.

Avatar de Khalev Abonné
Avatar de KhalevKhalev- 23/01/13 à 16:47:37

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Granianski a écrit :

ouais ouais...elle peut dire ce qu'elle veut, je ne me fais aucun doute sur l'issue des débats.
Soit Mme Castex ne sera pas entendue, soit elle changera d'avis.
La pression est trop forte et les députés européens finiront bien par céder.
Manquerait plus qu'ils défendent l’intérêt des consommateurs....

Pour moi c'est plié, d'ici qq années on aura un internet pas à deux, ni trois, ni quatre mais bien 50 vitesses. Inévitable.

Il reste les FAI associatifs.

Avatar de tmtisfree Abonné
Avatar de tmtisfreetmtisfree- 23/01/13 à 16:47:51

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

inacceptables, aussi bien d’un point de vue économique qu’au regard de nos droits fondamentaux à l’ère numérique

1/ la diminution des prix et l'adaptation de l'offre sont des modalités inhérentes à l'activité économique : la soit-disante neutralité d'internet n'est qu'une position morale de principe, pas économique ;

2/ nos droits fondamentaux réels (liberté, propriété) sont déjà bafoués depuis trop longtemps par la clique politico-bureaucratique en mode soviet-like ;

3/ le "public" est dans tous les cas le "privé" : la distinction volontaire mais erronée des collectivistes entre ces termes ne sert qu'à masquer la réalité de leur pouvoir de division pour régner : l'économie est nécessairement au service des gens, alors que les politiques sont au service d'eux-même.

Avatar de fred42 INpactien
Avatar de fred42fred42- 23/01/13 à 16:53:11

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Granianski a écrit :

ouais ouais...elle peut dire ce qu'elle veut, je ne me fais aucun doute sur l'issue des débats.
Soit Mme Castex ne sera pas entendue, soit elle changera d'avis.
La pression est trop forte et les députés européens finiront bien par céder.
Manquerait plus qu'ils défendent l’intérêt des consommateurs....

Pour moi c'est plié, d'ici qq années on aura un internet pas à deux, ni trois, ni quatre mais bien 50 vitesses. Inévitable.

C'est quoi la marque de ta boule de cristal ? À mon avis, il faudrait en changer.

Parce que elle a déjà fait ses preuves (pas seule, certes) avec l'abandon d'ACTA.
Sur des sujets de ce type le Parlement Européen est assez efficace.

Avatar de GruntZ Abonné
Avatar de GruntZGruntZ- 23/01/13 à 16:55:40

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

A lire sur le même sujet un commentaire détaillé et pertinent du texte d'origine de N. Kroes :
http://www.pellegrini.cc/2013/01/neutralite-des-reseaux-neelie-kroes-saffiche-da...

Repris par Framablog :http://www.framablog.org/index.php/category/libertes-numeriques

Avatar de malrepast INpactien
Avatar de malrepastmalrepast- 23/01/13 à 17:40:46

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Blablabla....

Ça suffit les belles paroles, je veux voir des actes de la part de celles et ceux qui prétendent être nos représentants.

Bruxelles est un ramassis de parasites et de bon à rien, à la solde des lobbies divers (on vient encore de le voir avec la haute trahison sur les données privées des citoyens Européens) .

Qu'on rase tout ça au bulldozer et qu'on renvoi tout ce petit monde à l'ANPE (ou encore mieux à la soupe populaire) à grand coup de pompe dans cul !

Édité par malrepast le 23/01/2013 à 17:41
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3