Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Crew Dragon : SpaceX écrit « une page d’histoire », Thomas Pesquet prépare sa mission Alpha

La Lune et Mars, c’est pour quand ?
Tech 7 min
Crew Dragon : SpaceX écrit « une page d’histoire », Thomas Pesquet prépare sa mission Alpha

Hier, Robert Behnken et Douglas Hurley sont revenus sur Terre à bord de la capsule Crew Dragon de SpaceX. L’analyse des données de vol va continuer afin de qualifier cet engin pour les vols habités. La première mission opérationnelle est prévue pour cette année, la seconde au printemps 2021, avec le Français Thomas Pesquet à bord.

Samedi 30 mai, SpaceX envoyait avec succès deux astronautes dans l’espace, direction la Station spatiale internationale. Une telle opération américaine n’avait pas été réalisée depuis l’arrêt du programme des navettes spatiales en juillet 2011. Un enjeu à la fois économique et stratégique pour les États-Unis (et leurs partenaires), qui devaient se reposer sur les Russes et les capsules Soyouz pour envoyer des humains dans l’espace.

Demo-2 est un succès sur toute la ligne

Aucune date de retour pour Robert Behnken et Douglas Hurley n’avait alors été annoncée. C’est finalement hier, après 64 jours en orbite (dont 62 dans la Station spatiale internationale) qu’ils sont revenus sur Terre. Après sa séparation de l’ISS, la capsule Crew Dragon a amerri sans encombre dans le golfe du Mexique, sa chute ayant été ralentie par quatre parachutes.

Elle a ensuite été récupérée par le bateau « Go Navigator » de SpaceX. Les astronautes ont pu quitter leur vaisseau un peu plus d’une heure après. En cause, « une vidange de vapeurs toxiques émanant d’un réservoir de carburant de la capsule » qui a retardé l’ouverture de l’écoutille, précise l’AFP.

Crew-1 cette année… ensuite la Lune et Mars ?

Ce succès était l’occasion pour l’administrateur de la NASA (Jim Bridenstine) de se féliciter et d’anticiper l’avenir : « Nous avons écrit aujourd’hui une page d’histoire […] C'est un témoignage de ce que nous pouvons accomplir lorsque nous travaillons ensemble pour faire quelque chose que nous pensions autrefois impossible. Les partenaires sont essentiels pour aller plus loin que jamais et franchir les prochaines étapes avec d’audacieuses missions sur la Lune et Mars ».

« Il n’y a aucun doute que ce fut un énorme soulagement », lâchait de son côté la présidente de SpaceX, Gwynne Shotwell. Elon Musk y allait aussi de sa petite déclaration : « Lorsque les voyages spatiaux deviendront aussi courants que les voyages aériens, l'avenir de la civilisation sera assuré »… Il ne faudra pour rappel pas compter sur Mars, qui n’est pas une Terre 2.0.

Il s’agissait de la dernière partie du second vol qualificatif de la capsule habitable Crew Dragon (le Dragon de SpaceX s’occupe de l’envoi de fret depuis maintenant près de huit ans). Cette mission, baptisée Demo-2, « fournit des données sur les performances de la fusée Falcon 9, le vaisseau spatial Crew Dragon et les systèmes au sol, ainsi que sur les opérations en orbite, d'amarrage, d’amerrissage et de récupération ».

C’est maintenant au tour des équipes au sol de passer en revue l’ensemble des données afin de « certifier le système de transport des équipages de SpaceX pour les vols réguliers transportant des astronautes à destination et en provenance de la station spatiale ». Cette opération devrait durer environ six semaines.

Ensuite, ce sera au tour de la première mission opérationnelle – Crew-1 – de se lancer, plus tard cette année. Elle embarquera les astronautes américains Michael Hopkins, Victor Glover Jr. et Shannon Walker, ainsi que Soichi Noguchi de la JAXA (Japan Aerospace Exploration Agency).

Tous feront partie de l’Expedition 64 à bord de la Station spatiale internationale. Alors que Soyouz est limité à trois passagers (soit six personnes dans l’ISS avec le système de rotation actuel), ils peuvent être jusqu’à quatre dans le cadre des missions Crew Dragon de SpaceX pour le compte de la NASA (au total, la capsule peut emporter jusqu’à sept passagers).

  • NASA Crew Dragon SpaceX
  • NASA Crew Dragon SpaceX
  • NASA Crew Dragon SpaceX
  • NASA Crew Dragon SpaceX

Thomas Pesquet sera à bord de Crew-2

La suite est également connue en partie : « Thomas Pesquet a été assigné au second vol du vaisseau Crew Dragon de SpaceX qui décollera vers la Station spatiale internationale en 2021 », indique l’Agence spatiale européenne (ESA). Il sera ainsi le premier européen dans cette capsule qu’il qualifie de « moderne » et « futuriste », avec « une approche complètement différente du vol dans l’espace ».

« Cela va être très intéressant pour moi de faire la comparaison avec mon premier vol en tant que pilote du Soyouz et de faire profiter l’équipe de cette expérience », explique-t-il. L’ESA dévoile au passage le nom de sa mission : après Proxima, il s’agira d’Alpha.

Il fait évidemment référence à Alpha Centauri, « le système stellaire le plus proche de la Terre, perpétuant ainsi la tradition française qui consiste à baptiser les missions spatiales du nom d’une étoile ou d’une constellation ».

Thomas Pesquet ESA Alpha Crew Dragon

Après Proxima, le nom de mission est Alpha

Thomas Pesquet explique les raisons de ce choix :

« Il fait le lien avec ma première mission, Proxima, puisque les étoiles appartiennent au même système proche de la Terre et donc véhiculent la même idée de proximité – tout comme la recherche spatiale au service de la population de la Terre – et une idée de poursuite de mon travail. La lettre grecque alpha est également très utilisée en mathématiques, dans les sciences et la technologie. Et en tant que première lettre de l’alphabet, elle est souvent synonyme de l’excellence que nous cherchons à atteindre dans l’exploration spatiale ».

Pour ne rien gâcher, « Alpha était également l’appellation d’origine de la Station, qui est toujours utilisée aujourd’hui dans son indicatif d’appel radio. Le mot se prononce de la même manière dans presque toutes les langues, ce qui en fait un nom de mission simple, mais éloquent », explique l’ESA.

Pour rappel, un concours avait été organisé afin de trouver ce nom. Plus de 27 000 propositions ont été reçues par l’ESA, et le nom Alpha a été suggéré pas moins de 47 fois. « La première personne à avoir soumis ce nom est Christelle de Larrard, depuis Mios, en Gironde (France) », indique l’Agence spatiale européenne.

Thomas Pesquet ESA Alpha Crew Dragon

Cette dernière présente également l’écusson de la mission (la gagnante recevra un exemplaire ayant volé en orbite). Il est dans style épuré et « comprend un décollage de fusée – le moment le plus spectaculaire de toute mission spatiale. Le tour de l’écusson comprend 17 aplats de différentes couleurs représentant les 17 objectifs de développement durable fixés par les Nations Unies ». Le drapeau français est également présent sur le haut, avec l’ISS « cachée » dedans.

Dans le fond de l’image, dix étoiles discrètes ont été ajoutées : elles « évoquent à la fois la constellation du Centaure [où se trouve Alpha Centauri, ndlr] et les dix Français qui ont volé dans l’espace ». Pour rappel, le premier était Jean-Loup Chrétien en 1982, tandis que le neuvième était Léopold Eyharts.

L’ESA rappelle que durant sa dernière mission (Proxima), Thomas Pesquet a pris part à plus de 200 expériences, dont 60 européennes « et établi un record pour le grand nombre d’heures consacrées à la science en une semaine ». En 2021, sa mission ne sera pas de tout repos : « Le programme de la prochaine mission promet d’être encore plus chargé alors que l’équipage sera en moyenne composé de sept membres et non six ».

Un autre européen dans une capsule Crew Dragon en 2021

En 2021, un autre astronaute européen devrait partir sur l’ISS : l’allemand Matthias Maurer. « Les détails concernant cette mission doivent encore être précisés et Matthias s’entraine pour l’instant en tant que doublure de Thomas », explique l’ESA.

Pour suivre les entrainements des deux astronautes européens, un site dédié a été mis en place.

10 commentaires
Avatar de Dj Abonné
Avatar de DjDj- 03/08/20 à 13:01:50

A c'est cool, ils ont décidé pour la mission de Pesquet

Car quand Demo-2 à démarré, c'était encore incertain entre SpaceX et Boeing 

Édité par Dj le 03/08/2020 à 13:02
Avatar de gathor Équipe
Avatar de gathorgathor- 03/08/20 à 13:05:09

Pour le moment, Boeing est à la bourre et doit repasser par un vol à vide avant d’envoyer des humains, donc pas le choix ;) 

Avatar de SebGF Abonné
Avatar de SebGFSebGF- 03/08/20 à 14:28:15

J'ai suivi le live, le contraste est impressionnant entre l'incroyable lenteur des manœuvres orbitales (elle a fait 3 fois le tour de la Terre il me semble) et ses 6 heures de trajet avec au final l'arrivée très rapide en une dizaine de minutes passée la rentrée atmosphérique.

La capsule CS206 avait été nommée Endaevour par Hurley et Behnken, du nom de la navette avec laquelle ils avaient tout deux volé à l'époque.

Édité par SebGF le 03/08/2020 à 14:28
Avatar de alex.d. Abonné
Avatar de alex.d.alex.d.- 03/08/20 à 16:24:01

Dj a écrit :

Car quand Demo-2 à démarré, c'était encore incertain entre SpaceX et Boeing 

Je pense qu'il peut être beaucoup plus serein en volant sur SpaceX que sur Boeing.
 

Avatar de ArchangeBlandin Abonné
Avatar de ArchangeBlandinArchangeBlandin- 04/08/20 à 07:32:29

En ces temps étranges, Boeing a besoin de réapprendre à ses avions à voler et à ses équipements spatiaux à trouver l'ISS...

C'est sûr que spaceX, ça met plus en confiance...

Avatar de wanou2 Abonné
Avatar de wanou2wanou2- 04/08/20 à 10:37:50

ArchangeBlandin a écrit :

En ces temps étranges, Boeing a besoin de réapprendre à ses avions à voler et à ses équipements spatiaux à trouver l'ISS...

C'est sûr que spaceX, ça met plus en confiance...

D'un point de vue purement statistique Atlas V est plus fiable que Falcon 9 :p

Avatar de alex.d. Abonné
Avatar de alex.d.alex.d.- 04/08/20 à 11:32:31

Atlas V, c'est ULA, pas Boeing tout seul.

Avatar de Loeff Abonné
Avatar de LoeffLoeff- 05/08/20 à 09:09:10

Et bien, avec cette capsule les astronautes sont passé de la boîte de sardine à la business class.

Avatar de ragoutoutou Abonné
Avatar de ragoutoutouragoutoutou- 05/08/20 à 19:31:53

wanou2 a écrit :

D'un point de vue purement statistique Atlas V est plus fiable que Falcon 9 :p

Mwais,  statistiquement, il y en a beaucoup plus qui ont fini détruites :langue:

Avatar de SebGF Abonné
Avatar de SebGFSebGF- 06/08/20 à 05:26:42

Parce que non réutilisable. :langue:

Niveau scores, 82 succès sur 83 lancements pour Atlas V, 87 succès pour 89 lancement pour Falcon 9.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.