Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Un trimestre « atypique » pour Orange, sur fond de Covid-19

C’est la faute à Sosh
Economie 10 min
Un trimestre « atypique » pour Orange, sur fond de Covid-19
Crédits : David Legrand

Orange vient de publier les résultats de son premier trimestre 2020. Et évoque l'impact de la crise sanitaire sur son activité, sur cette période pas comme les autres. Revenant sur l'habituelle évolution du nombre de clients, Stéphane Richard en profite pour soulever plusieurs questions autour de la 5G, critiquée de toutes parts.

Le bilan pour le premier trimestre 2020 (terminé le 31 mars) d'Orange affiche des revenus en hausse de 2,1 % (1 % à périmètre constant) soit 10,394 milliards d’euros. Le chiffre d’affaires est « tiré par une solide croissance de l’Afrique et du Moyen-Orient [+6,2 %, ndlr] et une progression du segment Entreprises, de la France et de l’Europe ». 

Et pour cause : la zone Afrique et Moyen-Orient est l'une des principales cibles du plan Engage 2025 de la société, où elle souhaite « devenir l’opérateur du digital de référence ». Mais la pandémie de Covid-19 risque de bouleverser les plans. Pour le moment Stéphane Richard reste confiant et se veut rassurant.

Il affirme ainsi que l’impact devrait être « relativement limité, mais on y verra plus clair à la fin du premier semestre donc fin juillet », rapporte Reuters. Il ajoute que « la dette nette [du groupe est] inférieure à deux fois l’EBITDAaL à la fin de 2019 et [la] trésorerie de 17 milliards d’euros, dont une facilité de crédit renouvelable de 6 milliards d’euros ».

Une timide progression en France

En France, la hausse des revenus n’est que de 0,6 % (0,5 % à périmètre constant) due à une hausse de 2,6 % des services facturée aux opérateurs (1,336 milliard d’euros), « tirés par la construction des RIP, ainsi que par la commercialisation [des] offres de gros FTTH aux opérateurs tiers, qui compensent la baisse du dégroupage et de l’itinérance mobile ».

Orange résultats T1 2020Orange résultats T1 2020

Sur ce dernier point, la crise sanitaire n’est pas la seule raison pointée du doigt par le groupe, qui explique aussi cette baisse par « la nouvelle tarification européenne ». Depuis le 1er janvier, le tarif de gros (que les opérateurs se facturent entre eux) du Go est passé de 4,5 à 3,5 euros HT. Il sera pour rappel de 3 euros HT en 2021 et 2,5 euros HT dès 2022.

Les revenus facturés aux clients sont stables à 2,692 milliards d'euros. La convergence fixe et mobile compte pour 1,137 milliards d’euros (+5,4 %). Sans surprise la vente d'équipements chute de 15,2 % à 252 millions d’euros. L’opérateur explique que c’est une conséquence du confinement – qui n’en était qu’à ses débuts en mars – avec « la fermeture des trois quarts des boutiques dans les pays d’Europe [et l’ensemble de celle en France précise Orange, ndlr] à partir de la mi-mars ».

Nouvelle manière de compter les abonnés, 13,1 millions de doublons en moins

Au premier trimestre 2020, Orange a modifié la manière de compter ses clients sur le fixe et le mobile. C’est la conséquence « d’un changement de méthodologie d’agrégation des bases et par ailleurs d’une harmonisation entre les pays ainsi que de l’intégration des bases d’accès Wholesale FTTH ».

Auparavant, la société séparait ses chiffres en trois catégories : services mobiles, téléphonie fixe et services fixes haut débit. Désormais, elles ne sont plus que deux : les accès mobiles d’un côté, les accès fixes de l’autre. Dans le second cas, les lignes haut débit et Wholesale (lignes en cofinancement et location à la ligne) en FTTH sont incluses.

Ce changement n’est pas anodin puisqu’il « entraîne une baisse nette de 13,1 millions des accès » au 31 décembre 2019. Ce différentiel vient notamment d’un double comptage des clients des services fixes haut débit sans accès RTC : ils étaient à la fois dans les services fixes haut débit et dans la téléphonie fixe (les deux sont désormais unifiées). Les chiffres de 2019 et 2018 du communiqué ont été mis à jour en conséquence, permettant de disposer d'une base comparable.

58 000 clients de moins sur le mobile… à cause de Sosh

Le nombre de clients sur le mobile baisse de 58 000 sur le premier trimestre, alors qu’il était question de hausses constantes sur les précédents bilans. Entre 2018 et 2019, le « pire » trimestre de l’opérateur était début 2019 avec 13 000 abonnés supplémentaires. Sur un an, le delta reste positif avec 141 000 abonnés de plus. 

Selon Stéphane Richard, « cette performance négative atypique » n’est pas principalement due à la crise sanitaire, mais aux départs de clients Sosh : « Ces abonnés très sensibles aux prix ont généré un pic de désabonnement en janvier et février lorsque nous avons décidé de ne pas renouveler leurs promotions après la période de 12 mois ».

Pour rappel, de nombreuses promotions avaient été mises en place fin 2018/début 2019. C’est donc pour éviter ce phénomène que Sosh a lancé début mars une promotion valable sans limite de durée à 15 euros par mois. Notez que Stéphane Richard a employé le terme « lifetime » ou « à vie » selon la retranscription de Seeking Alpha, alors que l’opérateur peut décider de changer les conditions quand il le souhaite.

Cette offre – qui est désormais passée à 80 Go de 4G – aurait rencontré un franc succès selon le PDG de la société, « mais l’ensemble du marché a ralenti avec l’éclatement de la crise de coronavirus ».

Orange résultats T1 2020Orange résultats T1 2020

36 000 de plus sur le fixe, la fibre recrute toujours en masse

Sur le fixe, la fibre continue d'être vecteur de croissance avec 192 000 abonnés supplémentaires sur trois mois (un chiffre dans la moyenne des précédents trimestres) et 770 000 sur un an. Le FAI revendique ainsi un total de 3,529 millions de clients. Ils sont par contre 154 000 de moins en xDSL, pour un total de 8,130 millions. Les abonnés 4G fixe sont en baisse : 36 000 au 31 mars, contre 37 000 au 31 décembre et 41 000 au 31 mars 2019.

Au total, Orange revendique 11,694 millions d’abonnés sur le fixe au premier trimestre, en hausse de 36 000 sur trois mois et de 192 000 sur un an. 50 % d'entre eux disposent également d’au moins un abonnement mobile chez Orange (1,7 en moyenne, un chiffre stable depuis plusieurs trimestres).

Le wholesale baisse de 330 000 lignes sur le cuivre – ce qui n’est pas surprenant avec l’augmentation de la fibre – pour arriver à 11,960 million. Il est par contre en hausse de 280 000 sur la fibre, pour atteindre 2,746 millions de lignes. 

En France, Orange revendique 17,835 millions de foyers raccordables au FTTH, soit 1,555 millions de mieux sur le trimestre et 5,4 millions sur douze mois. Il faudra attendre de voir les chiffres du second trimestre afin d’avoir une idée de la tendance sur l’année et de mesurer l’impact des mesures de confinement. 

L’ARPU augmente sur les offres convergentes

Orange indique que le chiffre d’affaires moyen par client « converge » (c’est à dire avec au moins un abonnement fixe et mobile) est en hausse de 1,9 euro sur un an pour arriver à 68,9 euros, mais il est en baisse de 0,6 euro sur trois mois. 

Celui des abonnés mobiles est en baisse de 0,4 euro sur trois mois (-0,2 euro sur un an) avec 16,7 euros. Sur le fixe, il est de 36,3 euros, en diminution de 0,6 euro sur trois mois et de 0,1 euro sur un an. Cette « baisse limitée » selon le FAI est due à deux facteurs : « l’augmentation de prix en flux et à l’arrêt – depuis deux trimestres maintenant - de la remise de 5 euros pour des migrations ADSL vers FTTH ».

Un point sur Orange Bank

« Au 31 mars 2020, Orange Bank compte plus de 580 000 clients, soit une croissance de plus de +30 % sur un an », affirme l’entreprise, grâce à une « forte performance commerciale en Espagne depuis son lancement au quatrième trimestre 2019 », ajoute Stéphane Richard. Pour rappel, fin 2019, ils étaient 500 000, toujours sans livrer de détails sur leur « activité ».

Orange ajoute que son approche porterait ses fruits avec « 50 % des nouveaux clients en France sur le 1er trimestre ayant choisi une offre payante ». L’EBITDAaL est par contre toujours négatif avec - 34 millions d’euros. C’est toujours mieux qu’au premier trimestre 2019 où il était à - 44 millions d’euros. 

Lors d’un entretien téléphonique suivant la publication des résultats, Paul de Leusse (directeur général adjoint en charge des services financiers mobiles) annonce une nouveauté à venir : « Nous prévoyons de lancer en septembre et octobre prochains un compte familial, qui serait un produit assez novateur permettant à toute la famille d’avoir – de surveiller un seul compte […] Nous prévoyons donc d’approfondir l’intégration entre Orange Bank et Orange ».

Les conséquences de la pandémie de Covid-19

Orange donne plusieurs chiffres sur la manière dont la crise sanitaire l’a touché. Tout d’abord, environ 100 000 salariés étaient en télétravail fin mars, sur un total de près de 150 000 personnes. Le groupe ne précise par contre pas combien étaient déjà concernés et combien le resteront éventuellement par la suite.

Autre conséquence, les eCapex – c’est-à-dire les investissements corporels et incorporels hors licences de télécommunication – sont en baisse de 3,1 % sur un an (soit environ 51 millions d’euros de moins), « en raison de retards sur les investissements dans les réseaux fixes et mobiles », explique le groupe. 

Repenser le besoin de déployer rapidement la 5G

La question de la 5G et des réseaux actuellement disponibles a été évoquée par Stéphane Richard lors de son intervention téléphonique : « le lancement commercial en France et en Pologne devra probablement être reporté en raison des retards dans les enchères, même si nous manquons encore de visibilité ».

Selon Reuters, il aurait ajouté qu'elles seraient reportées à l’automne. De son côté, l’Arcep a déjà expliqué que « les circonstances actuelles de crise sanitaire n’ont pas permis de conduire les préparatifs nécessaires à l’organisation matérielle de cette enchère,  initialement prévue au mois d’avril. Il en résulte un décalage, dont la durée dépendra de celle de la crise sanitaire. La date de tenue de l’enchère sera fixée par l’Arcep en fonction de l’évolution de la situation ».

Le PDG d’Orange ne s’arrête pas en si bon chemin : « Plus important encore […], la plupart des opérateurs et des clients B2C ou B2B ont observé que les réseaux 4G existants associés à la fibre optique (FTTH) ont pleinement répondu aux besoins des clients. Et cela soulève la question de la pression sur le rythme du déploiement de la 5G si vous considérez que les réseaux 4G existants ont bien fait le travail ». Un message à peine déguisé pour l’Arcep sur les futures obligations liées à la licence des fréquences de 3,5 GHz pour la 5G ? 

Et pour le reste de l’année ?

Enfin, malgré la pandémie de coronavirus, Orange « ne prévoit pas de déviation significative par rapport à ses objectifs financiers pour l’exercice 2020 ». La société fera néanmoins un nouveau point de la situation au second trimestre, avec « le bénéfice d’une meilleure visibilité sur les impacts de la crise liée au Covid-19 ».

Le premier trimestre est touché par le confinement sur environ deux semaines, alors que le second le sera sur au moins un mois et demi. Les conséquences ne devraient donc pas être les mêmes sur les résultats.

8 commentaires
Avatar de coco74 Abonné
Avatar de coco74coco74- 05/05/20 à 14:36:00

Sosh a profité des clients volatiles avec les promos comme les autres opérateurs. Tous les opérateurs semblent s'être calmés, il n'y a plus aucune promo en dessous de 8/9 euros (free), 12 euros (red), 15 euros (orange/bouygues). Les quotas de data en promo sont entre 40 et 80 go. Correct pour le commun des mortels, insuffisant en cas d'usage fixe.

On dirais que les promos stagnent ces temps, et que la norme d'un forfait mobile c'est entre 10/25 euros.

 Pour la dernière partie, la 5G devrait juste être un moyen de désaturer les zones où la 4G ramme car il y a trop d'utilisateurs. Sinon, pour le moment, les opérateurs peuvent déjà déployer la 4G+ partout et pas seulement en ville. Par ce que la 4G 800 Mhz only à la campagne, c'est bien pour couvrir à 99pourcent la population, mais les débits sont super mauvais.

Quand la 4G+ est présente, on peut dépasser les 100 Mbps tranquile en usage fixe. La 5G pourrait donner un petit coup de boost en attendant la fibre, mais sinon les usages "révolutionnaires" sont encore loin.

La 5G semble aussi être un prétexte pour démultiplier le nombre d'objets connectés futiles qui ne nous améliorent (pas forcément) la vie.
 

Édité par coco74 le 05/05/2020 à 14:39
Avatar de PS12r Abonné
Avatar de PS12rPS12r- 05/05/20 à 15:02:00

Et sinon à quand une prise en charge massive de la VoLTE ?
 
C’est bien beau de promettre la 5G, les marketeux doivent en faire des rêves humides mais le commun des mortels, lui, est plus emmer*é par les sauts 4G/3G à chaque appel (qui saborde la connexion)que par la limitation de la 4G…

Quand on regarde les terminaux supportés l’agrume, en dehors de 5 marques, point de salut! Là où ses concurrents sont déjà bien avancés. (à part Free, parce que eux, depuis des années, la VoLTE c’est :mdr2:)

Avatar de Soriatane Abonné
Avatar de SoriataneSoriatane- 05/05/20 à 16:51:56

+1

Je pense que l'absence d'amiorations resenties sur la qualité de la voix dans les appels téléphoniques que cela soit en déplacements, à l'intérieur du bâtiment donne une sensation d'entourloupe pour le consommateur et une dissonnance entre ce que vente la publicité et la réalité.

Je me demande si l'ARCEP ne pourrait pas demander de mettre en place automatiquement du VoLTE comme elle vient de le faire pour l'IPv6 dans le minimum à ontenir pour avoir des fréquences 5G.

À ma connaissance au niveau logiciel Android sait le fait depuis la version 8.1 (environ 3 ans) et iOS depuis iPhone 7.
J'ai du mal à comprendre pourquoi chez Bouygues il faut appeler le service client pour activer l'option.
Un bouton dans l'interface client ne serait pas possible?? Ou bien un numéro de test pour qualifier son smartphone??

Avatar de jb18v Abonné
Avatar de jb18vjb18v- 05/05/20 à 18:10:30

"l’opérateur du digital" faut en finir avec ce vocabulaire stupide :crever: j'en peux plus des éléments de langage à la noix, y'en a plein les mails ou communiqués :crever:

Avatar de PS12r Abonné
Avatar de PS12rPS12r- 06/05/20 à 07:51:48

jb18v a écrit :

"l’opérateur du digital" faut en finir avec ce vocabulaire stupide :crever: j'en peux plus des éléments de langage à la noix, y'en a plein les mails ou communiqués :crever:

Cette boîte est championne dans la novlangue technico-marketing.
  Tiens, ça me fait penser à cette perle de la fondation Orange. :transpi:

Édité par PS12r le 06/05/2020 à 07:54
Avatar de Patch INpactien
Avatar de PatchPatch- 06/05/20 à 08:27:31

PS12r a écrit :

Cette boîte est championne dans la novlangue technico-marketing.
  Tiens, ça me fait penser à cette perle de la fondation Orange. :transpi:

C'est sublime :D

Avatar de jb18v Abonné
Avatar de jb18vjb18v- 06/05/20 à 08:51:12

:incline::mdr2:

Avatar de ryô Abonné
Avatar de ryôryô- 06/05/20 à 09:57:55

jb18v a écrit :

"l’opérateur du digital" faut en finir avec ce vocabulaire stupide :crever: j'en peux plus des éléments de langage à la noix, y'en a plein les mails ou communiqués :crever: 

Ben non, la phrase est correcte. Manière détournée de parler du toucher rectal au moment de payer la facture :langue:

 

PS12r a écrit :

Cette boîte est championne dans la novlangue technico-marketing.
  Tiens, ça me fait penser à cette perle de la fondation Orange. :transpi:

J'adore, ça rejoint tellement mon propos précédent :mdr2:

Édité par ryô le 06/05/2020 à 09:58
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.