Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

5G (26 GHz) et prévisions météo : face aux risques, le compromis du compromis

S’il ne pleut pas, il fait beau
Mobilité 7 min
5G (26 GHz) et prévisions météo : face aux risques, le compromis du compromis
Crédits : aapsky/iStock

Le déploiement de la 5G dans la bande des 26 GHz inquiète des scientifiques, notamment ceux de l’Organisation météorologique mondiale (agence de l’ONU). La CMR de 2019 a fixé des niveaux maximums, jugés insuffisants pour certains pays, dont la France. Au niveau européen, un autre compromis plus strict a été trouvé. Explications.

Depuis plusieurs mois, une question agite Internet : « La 5G va-t-elle réellement affecter les prévisions météorologiques ? ». Un sujet sensible, qui avait poussé l’Agence nationale des fréquences (ANFR) à sortir du bois pour remettre les pendules à l’heure alors que l’Arcep délivrait ses premières autorisations à onze projets.

L’origine de cette crainte vient de la mise aux enchères des fréquences dans la bande des 26/28 GHz aux États-Unis, sans protections suffisantes pour assurer une bonne cohabitation entre la 5G et les satellites météorologiques qui utilisent des fréquences très proches.

« Cette bande est en effet indispensable pour la mesure de la concentration en vapeur d’eau de l’atmosphère et, par conséquent, pour les prévisions météorologiques et le suivi du changement climatique », explique l’ANFR. Elle rappelle que cela concerne notamment les satellites européens du programme Copernicus.

Depuis, la Conférence mondiale des radiocommunications de 2019 (CMR 19) est passée par là pour fixer des seuils au niveau mondial. À l’issue de « débats houleux », un premier compromis a été trouvé. On attendait alors la position du Comité du Spectre Radioélectrique (RSCOM) pour l’Europe. C’est désormais chose faite avec un second compromis entre États membres.

L’OMM (agence de l’ONU) parle des risques 

Avant la conférence CMR 19, l’Organisation météorologique mondiale (OMM, une agence de l’ONU) avait tiré la sonnette d’alarme : « La communauté météorologique mondiale est de plus en plus préoccupée par la concurrence croissante à laquelle on assiste pour l’attribution des bandes de fréquences et qui est liée notamment aux services de téléphonie mobile de cinquième génération (5G), car elle pourrait nuire aux activités qui reposent sur les données recueillies par les satellites d’observation de la Terre, les radiosondes, les aéronefs, les radars et autres systèmes d’observation ».

Or les enjeux sont importants, comme l’explique l’OMM : « Au cours des dernières décennies, la diffusion opportune d'alertes météorologiques a permis de réduire considérablement les pertes en vies humaines […] Le spectre radioélectrique est toutefois soumis à des pressions croissantes liées aux technologies sans fil et à d’autres applications, notamment les télécommunications mobiles internationales (IMT), qui font appel à de nouvelles technologies telles que la 5G ».

Les principales sources d’inquiétudes concernent une partie précise du spectre : la bande de fréquences « passive » entre 23,6 et 24 GHz dédiée aux observations satellitaires, très proche de la partie basse de 24,25 à 27,5 GHz attribuée à la 5G.

Europe, Chine et Russie contre États-Unis et le monde arabe

Avant la Conférence mondiale des radiocommunications 2019, « les conditions techniques imposées aux équipements 5G en Europe – Décision (EU) 2019/784 – sont le résultat de multiples études conduites par la CEPT [Conférence européenne des administrations des postes et télécommunications, ndlr] et l’UIT-R [secteur des radiocommunications de l'Union internationale des télécommunications, ndlr] », explique l’ANFR.

Elles prenaient alors la forme de limites de puissance totale rayonnée (TRP) afin de limiter le « niveau de pollution dans la bande passive 23,6-24 GHz ». L’Agence mettait notamment en avant deux seuils : 

  • -42 dBW/200 MHz pour chaque station de base ;
  • -38 dBW/200 MHz pour chaque terminal.

L’Europe, la Chine et la Russie étaient sur la même longueur d’onde avec des valeurs similaires : « le risque de brouillage, même dans 10 ou 20 ans, restera faible, malgré les incertitudes qui demeurent sur les scénarios de développement de la 5G à 26 ou 28 GHz : densité des stations, pointage et hauteur des antennes, diagramme antennaire, etc. », explique l’Agence nationale des fréquences.

Mais d’autres pays n’ont pas la même vision du problème. Les  États-Unis et la Corée misaient sur des niveaux avec 14 dB de moins, soit des mesures « environ 25 fois moins protectrices qu’en Europe » selon l’ANFR. Les pays africains et arabes militaient pour 10 dB de moins, soient des mesures « 10 fois moins protectrices ».

Les pays souhaitant un niveau de puissance plus élevé réfutaient « tout risque de brouillage des satellites d’exploration de la Terre » et mettaient dans le même temps en avant un « déploiement sans surcoût et plus rapide de la 5G ». La CMR 2019 devait donc trancher.

La CMR 19 valide deux paliers…

Au terme de l’un des débats les plus houleux et les plus médiatisés de cette conférence, une décision a été prise : 

  • Jusqu’en septembre 2027 : limite à -33 dBW/200 MHz, « soit 8 fois moins protectrices que l’objectif européen »
  • Ensuite : -39 dBW, « ce qui reste 2 fois moins protecteur que prévu », explique l’Agence des fréquences.

Un compromis avec peu de limite lors de la phase de démarrage de la 5G sur les 26 GHz, puis un renforcement de la réglementation lorsque le réseau se densifiera et que les risques se multiplieront.

… une décision qui ne satisfait ni France ni l’OMM 

Un mauvais compromis pour certains, dont la France : « Aujourd’hui, le relâchement des limites par rapport aux recommandations européennes et le délai de transition font peser une incertitude à moyen et long terme sur l’avenir des prévisions météorologiques et du suivi du changement climatique. L’organisation mondiale de la météorologie (OMM) et de nombreux pays, dont la France, ont manifesté leurs inquiétudes et exprimé leurs réserves lorsque la conférence a entériné ce compromis ».

L’Organisation météorologique mondiale  faisait également part de sa déception : « Cette décision de la CMR-19 risque de réduire considérablement l'exactitude des données recueillies dans cette bande de fréquences, ce qui compromettrait le fonctionnement des systèmes existants d'observation de la Terre par satellite, lesquels sont essentiels à toutes les activités de prévision et d'alertes météorologiques des services nationaux », expliquait Petteri Taalas (secrétaire général de l’OMM).

Quelle position au niveau européen ?

Suite à la CMR 19, la Commission européenne a demandé aux États membres s’il fallait réviser la Décision (EU) 2019/784 citée précédemment. Pour son verdict, elle doit prendre en compte plusieurs éléments importants : les prévisions météorologiques requièrent la disponibilité de données fiables sur l’ensemble du globe, or seule l’Europe serait concernée en cas de restrictions plus strictes que celles de la CMR 19. De plus, le vieux continent doit « préserver sa dynamique industrielle en faveur de la 5G » par rapport aux autres pays.

Comme lors de la CMR 19, les débats étaient intenses entre deux camps : « Certains pays souhaitant un simple alignement avec les décisions de la CMR -19 tandis que d’autres, comme la France, souhaitent que l’Europe soit plus ambitieuse en orientant les développements industriels sur la 5G en faveur d’une meilleure protection de l’exploration de la Terre ».

Une temporalité des modalités différentes de la CMR 19 

La réponse est arrivée lors de la réunion du Comité du Spectre Radioélectrique (RSCOM) du 12 mars. Les valeurs limites définies par la CMR 19 restent les mêmes, mais certaines modalités et le calendrier changent.

La durée de la phase 1 (-33 dBW/200 MHz) est réduite de quatre ans et prendra fin le 31 décembre 2023 au lieu d’octobre 2027. « Le risque d’une forte densité de déploiement de stations 5G « 1re phase » (entre 2020 et 2023) devient donc peu probable », note l’ANFR.

La phase 2 reste donc à -39 dBW/200 MHz, mais une restriction supplémentaire est imposée par l’Europe : « les États membres s’interdiront de déployer des réseaux d’accès haut débit dans la bande immédiatement au-dessous de 23,6-24 GHz. Cela permettra de supprimer un effet cumulatif qui, pris en compte dans les calculs, avait abouti à la valeur de -42 dBW/200 MHz ».

L’Agence nationale des fréquences et d’autres organismes vont maintenant surveiller de près les déploiements dans la bande 26 GHz (densité de stations, type de déploiement, etc.) et les caractéristiques des stations 5G (niveaux réels de rayonnement, diagramme des antennes actives), etc. Il faudra également voir ce qu’en pensent les spécialistes de la météo.

Dans tous les cas, la procédure d’attribution des fréquences 5G dans la bande des 26 GHz n’est pas pour tout de suite en France, elle pourrait même n’arriver que dans quelques années

40 commentaires
Avatar de benjarobin Abonné
Avatar de benjarobinbenjarobin- 06/04/20 à 12:11:00

Je ne comprend pas la phrase "avec 14 dB de moins", c'est mieux non ?
Au moins on a de dB, au moins la puissance d’émission est forte normalement...

Le texte source est apparemmenthttps://www.anfr.fr/fr/licences-et-autorisations/satellites/actualites/actualite... mais ce n'est pas plus clair.

Avatar de secouss Abonné
Avatar de secousssecouss- 06/04/20 à 12:13:58

Si t'en a rien à faire de la 5G lève la main :top:

Franchement on va continuer longtemps ce petit jeu ? Entre d'un côté des commerciaux qui s'en tamponnent joyeusement des populations et des scientifiques qui se battent pour pouvoir faire leur métier ?

La 5G c'est un beau miroir aux alouette, hors les professionnels et un potentiel déploiement du haut débit en zone blanche avec de la 5G c'est une grosse blague qui ne servira qu'a faire gagner des tunes à des fabricants d'antenne...
Sachant qu'on avait déjà dis que la 4G résoudrait les zone blanche, résultat ? QUE DALLE

Avatar de jack oneill Abonné
Avatar de jack oneilljack oneill- 06/04/20 à 12:28:34

:top: Fabricants d'antennes ET de récepteurs  !

Édité par jack oneill le 06/04/2020 à 12:32
Avatar de ndjpoye Abonné
Avatar de ndjpoyendjpoye- 06/04/20 à 12:50:35

J'ai pensé le même style de chose. Ca reste le modèle "le business en premier, le reste...".

J'espère qu'avec ce qu'il arrive en ce moment, au moins certains auront percuté que malgré tout le pognon, arrivé un moment, eux ou leur famille n'était pas à l'abris.

Avatar de Arkeen Abonné
Avatar de ArkeenArkeen- 06/04/20 à 12:58:19

:byebye:

Édité par Arkeen le 06/04/2020 à 12:59
Avatar de gagaches Abonné
Avatar de gagachesgagaches- 06/04/20 à 13:29:44

 La notion d'intérêt général se perd de plus en plus dans les intérêts financiers qui se justifient par leur intérêt général ("oui mais vous comprenez, si on fait pas ça c'est X milliers de personnes à la rue et sans emploi et donc derrière").

La 4G permet des débits de 200Mbits/sec soit environs 25Mo/sec.
La FHD consomme 3Mo/sec, la 4k consomme 12Mo/sec.
ça sert du netflix en FHD aux 3 ados et le flux 4K des parents sans pb.

Par contre, les antennes 4G saturent car ... le reste du réseau n'est pas adapté pour servir du 200Mb/s à tout le monde.
  
 Il faudrait peut-être surtout s'occuper de ça plutôt que de tenter de vendre de nouvelles technos.

Tous les industriels jouent à une course à l'armement car c'est plus facile dans la génération de CA (chiffre d'affaire) que vendre du matos tous les X années que de fournir de la qualité, du service et de la satisfaction.
Le reste de l'industrie high tech est de ce tenant ... smartphones en tête.
 
Qu'on fournisse déjà du 5Mo/s à tout le monde et on verra ensuite les besoins.

edit: en ces temps de confinement, je suis content qu'on redécouvre tous toute la futilité de certains services, et toute l'importance de choses naturelles dont on ne profite pas assez.
(moins de personnes sur cette Terre serait bien mieux)

Édité par gagaches le 06/04/2020 à 13:30
Avatar de Mearwen Abonné
Avatar de MearwenMearwen- 06/04/20 à 14:00:15

La limite initiale proposé par l'europe était -42 dBW/200 MHz en masque BEM mais en gros la puissance dans la bande "reservé" a la mesure météo devait etre à -42dB par rapport a la puissance d'émission dans la bande principale.  Puissance Freq Météo / Puissance 5G = -42 dB (  ~ 1/125 )

Les USA/corée  voulait 14dB de moins sur la mesure soit -14dB ( 1/5) d'ou le rapport  25 entre les 2
Pour l'afrique la par contre c'est pas claire mais si on suppose que le ratio de 1/10 par rapport a l'europe est bon cela supposait un ration de -24db (1/15) et  10db de moins que la position US.

Et la 5G a beaucoup d'avantage mais très peu pour le grand public effectivement

Avatar de secouss Abonné
Avatar de secousssecouss- 06/04/20 à 14:19:29

T'as de l'espoir xD
Même après une crise faut moins de 2 ans pour que tout le monde oublie et que ça reprenne pire qu'avant...
Pendant 15 ans les syndicats des hôpitaux ont gueulés pour des moyens et des postes (et j'ai pas vu les gens qui applaudissent à 20H manifester avec nous) je te pari un énorme billet que dans 2 ans on reprend le rythme de fermetures de lits.

Oups, ça a déjà commencé avec l'ARS Grand Est qui annonce ce jour maintenir le plan de fermeture de lit et suppression de postes au CHU de Nancy x)

Pour la 5G les gens sont plus sensibles à la grosse affiche que SFR mettra en gare qu'à météo France "qui de toute manière se trompe tout le temps"

Avatar de benjarobin Abonné
Avatar de benjarobinbenjarobin- 06/04/20 à 14:23:25

Merci :yes:

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 4