Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Le lancement de Disney+ repoussé au 7 avril à la demande du gouvernement (et d'Orange)

Entre autres
Internet 4 min
Le lancement de Disney+ repoussé au 7 avril à la demande du gouvernement (et d'Orange)

Se voulant rassurant sur l'état des réseaux français depuis le début du confinement, le gouvernement multiplie les signaux contradictoires, appelant au « civisme » des utilisateurs, certaines plateformes de vidéo à réduire la qualité d'image ou... Disney+ à ne pas se lancer en France. Une demande « poussée » par Stéphane Richard, PDG d'Orange.

« Encore un peu de patience pour nos fans français, notre service de streaming Disney+ arrive bientôt » annonçait hier soir le compte Twitter du service de SVOD. Dans la soirée, Cédric O se félicitait « cette décision difficile mais responsable, qui permettra aux fans de profiter de leurs programmes favoris sans risque pour la connexion de tous  ».

Une décision prise par l'entreprise américaine « à la demande du gouvernement français ». Car si ce dernier assure depuis des jours, et le début du confinement, que l'infrastructure des FAI est parfaitement capable de tenir la charge, il multiplie les actions allant dans un sens parfaitement opposé, en ne visant qu'un type d'acteurs : les services de streaming vidéo.

« Le réseau va parfaitement bien », mais...

Ainsi, les autres activités, qui peuvent elles aussi nécessiter énormément de bande passante, sont mises de côté dans le discours gouvernemental, et ne semblent pas poser de problème au Secrétaire d'État. Ce, même si elles fonctionnent à plein débit contrairement aux flux vidéos qui n'occupent que quelques dizaines de Mb/s dans le cas de la 4K. 

Mais pourquoi ne pas avoir demandé à Disney+ de réduire la qualité d'image comme à Netflix ou YouTube ? Tout d'abord, il faut savoir que cette volonté de retrait n'est pas une idée du gouvernement, qui relaie ici simplement une demande, non pas de la Fédération Française des Télécoms, qui ne s'est pas exprimée publiquement sur le sujet, mais d'Orange.

Dans Les Échos, Grégory Rabuel (directeur général de SFR Télécom) ajoute ce matin que « les opérateurs télécoms ont demandé à Bercy de discuter avec Disney + pour différer ce lancement », sans pour autant l'exprimer publiquement depuis. Après quelques bruits de couloir allant dans ce sens dans la presse ici et là en début de semaine, c'est le PDG d'Orange qui est sorti du bois sur le sujet hier chez nos confrères du Figaro : « Le lancement de Disney + est un sujet de préoccupation. Nous ne voulons pas empêcher nos compatriotes de se divertir, mais il faut mesurer le risque que l’on prend ».

Faire rentrer Disney+ dans le rang

« Le mode de distribution de Disney n’est pas contrôlé par les opérateurs. Le lancement de Disney va être en OTT, sans aucun contrôle de notre part. J’en ai parlé aux autorités, j’ai saisi Bercy et l’Autorité des télécoms (Arcep). Peut-être qu’un report de quelques semaines du lancement de Disney + serait opportun » confie-t-il à nos confrères. 

En creux, on comprend qu'au-delà du risque pris par le mode de diffusion de Disney+, c'est l'absence d'accord, qu'il soit commercial ou technique (les deux étant en général lié) qui pose problème. Cela n'était déjà pas du goût des opérateurs qui se plaignaient il y a peu du montant du chèque demandé par Canal+ (qui distribue Disney+ en France aux tiers). Mais c'est surtout le point technique qui est mis en avant pour justifier de cette demande et la rendre audible.

C'est d'ailleurs le très respecté Jean-Luc Vuillemin, Directeur Réseaux et Services internationaux d'Orange qui en fait le SAV sur Twitter, expliquant que « Disney "tire" via des CDN interconnectés partout en Europe sur les réseaux internationaux Orange, ca fait pas la même chose en terme de traffic et d’éléments impactés », par rapport à des acteurs qui ont pu avoir des pratiques similaires mais avec qui les FAI ont fini par s'entendre, tels que Netflix.

Pour Nicolas Guilllaume, PDG de Netalis et secrétaire de l'Association des opérateurs télécoms alternatifs (AOTA), il y a là un sujet de désaccord : « le lancement ne pose pas de problème dans les autres pays sauf en France. Donc je pense qu'il y a de l'argumentaire un petit peu trop fumeux malgré tout. Le politique est manipulé. [...] Il va peut-être falloir se poser un jour la question du prix du peering privé avec les grands opérateurs qui est un facteur bridant l'innovation et qui risque en plus de mettre à mal les réseaux. Cette pression sur les OTT est anormale » indique-t-il sur Twitter.

Un nouveau rapport de force

Ce report fait dans tous les cas bien les affaires des FAI qui, n'ayant pas ce flux à gérer, n'auront pas à agir en cas de problème, et donc à subir le mécontentement de leurs clients. Ici, c'est Disney+ qui doit passer pour celui qui allait engorger l'internet français de manière irresponsable, avant d'être stoppé par le gouvernement, alerté par Orange.

La séquence qui s'ouvre est donc celle de la mise en place d'une solution. Canal+, Disney+ et les FAI français ont donc 15 jours pour se mettre d'accord. Ces derniers ont une nouvelle arme à leur disposition : la possibilité de demander le report du lancement jusqu'à la fin du confinement, qui devrait durer encore quelques semaines, voire jusqu'à l'été. 

Chacun va donc faire valoir ses droits et, espérons-le, trouver un terrain d'entente d'ici le 7 avril prochain.

105 commentaires
Avatar de Inodemus Abonné
Avatar de InodemusInodemus- 22/03/20 à 07:45:18

Next Inpact a écrit :

Ainsi, les autres activités, qui peuvent elles aussi nécessiter énormément de bande passante, sont mises de côté dans le discours gouvernemental, et ne semblent pas poser de problème au Secrétaire d'État.

Quelles sont ces autres activités si gourmandes ? Il me semble pourtant bien que c'est la vidéo qui occupe la majorité de la bande passante sur les réseaux français.

Next Inpact a écrit :

Ce, même si elles fonctionnent à plein débit contrairement aux flux vidéos qui n'occupent que quelques dizaines de Mb/s dans le cas de la 4K

Euh, quelques dizaines de Mb/s, c'est vraiment beaucoup hein, multiplié par le nombre d'utilisateurs, et le fait que ça dure facilement des heures et ce régulièrement.

Je ne vois que le téléchargement de jeu qui puisse se montrer gourmand dans cette échelle, et je pense que c'est quand-même loin derrière, parce que les jeux de plus de 50 Go ne sont pas la majorité, durent normalement au moins 5h, et sont pratiqués par beaucoup moins de monde que le visionnage de vidéo.

Bref, quelque chose m'échappe dans cette analyse. Je n'ai pas l'impression que le gouvernement se trompe de cible. Mais peut-être que c'est moi qui ait raté un épisode...

Avatar de anonyme_f3cfc6423586ba6bed42154d795b2b3f INpactien

Donc le confinement s'arrêtera le 7 avril !

Édité par Witcher le 22/03/2020 à 08:06
Avatar de noplugni Abonné
Avatar de noplugninoplugni- 22/03/20 à 08:24:52

Hier soir j'ai voulu regarder un film en VOD sur Orange (fibre), ça n'a pas marché (service momentanément indisponible). Ce matin par curiosité j'ai fait un essai, aucun souci. Donc les problèmes de saturation des services, on les a déjà.

Avatar de lsdYoYo Abonné
Avatar de lsdYoYolsdYoYo- 22/03/20 à 08:46:57

J'aimerais bien connaitre la part de bande passante allouée à la télévision, type de consommation dont on ne parle jamais...
Curieux que nos dirigeants ne recommandent pas l'utilisation de la TNT pour ceux qui le peuvent.

Avatar de lsdYoYo Abonné
Avatar de lsdYoYolsdYoYo- 22/03/20 à 08:51:53

J'ai cherché un peu, pas trouvé de chiffres.
J'ai lu par contre que Netflix représenterait 23% du trafic à lui seul http://www.leparisien.fr/high-tech/pourquoi-netflix-represente-un-quart-du-trafi... ce qui me parait énorme.
Et, dans ce cas, combien pour la TV ?!

Édité par lsdYoYo le 22/03/2020 à 08:52
Avatar de Inodemus Abonné
Avatar de InodemusInodemus- 22/03/20 à 08:57:34

lsdYoYo a écrit :

J'aimerais bien connaitre la part de bande passante allouée à la télévision, type de consommation dont on ne parle jamais...
Curieux que nos dirigeants ne recommandent pas l'utilisation de la TNT pour ceux qui le peuvent.

Comme dit dans les commentaires d'une news précédente, la bande passante consommée par la TV est fixe et ne dépend pas du nombre d'utilisateurs. Les flux TV transitent en multicast, donc ils ne sont pas dupliqués et arrivent en permanence au plus près des clients, même si ces derniers ne les utilisent pas.

Donc quelle que soit la quantité de bande passante qu'ils utilisent, celle-ci est fixe et déjà allouée par les opérateurs, sans risque d'augmentation quoi qu'il arrive.

lsdYoYo a écrit :

J'ai cherché un peu, pas trouvé de chiffres.
J'ai lu par contre que Netflix représenterait 23% du trafic à lui seul http://www.leparisien.fr/high-tech/pourquoi-netflix-represente-un-quart-du-trafi... ce qui me parait énorme.

A l'inverse de la TV, les flux Netflix sont dupliqués pour chaque personne qui les utilisent, c'est pourquoi ils pèsent beaucoup dans le trafic global. Le pourcentage que tu donnes me paraît correct, pour l'ensemble du trafic vidéo (pas seulement Netflix mais sans la TV) il me semble que ça représente plus de 60 % du trafic mondial.

Avatar de David_L Équipe
Avatar de David_LDavid_L- 22/03/20 à 09:00:57

Les flux vidéo sont limités en débit par essence, contrairement à d'autres. Par exemple quand je télécharge des mises à jour, des jeux ou leurs patchs, des pilotes, ... j'utilise la connexion à plein (sous réserve de la capacité du serveur) ce qui n'est pas le cas avec un flux vidéo (sauf quand la connexion est elle-même le facteur de bridage). 

Après la question c'est : qu'est-ce que l'ont veut limiter et sur quels critères ? Le gouvernement ne peut pas dire à la foi qu'il n'y a pas de souci (ce qui est faux), et viser certains acteurs sans les nommer, ne pas détailler de critère précis et les raisons de ces choix, etc.

S'il y a un problème de congestion des réseaux, tout est déjà en place pour le gérer. Si le gouvernement détecte des points de tension en étant alerté par les FAI et veut agir de manière proactive, soit, mais qu'il détaille ces éléments et dans quelle mesure tel ou tel cas est problématique. On ne peut pas faire de la politique, ou tout du moins prendre des décisions en 140/280 caractères et ne jamais aller plus loin.

Parce que quand on apprendra que tout va mieux parce que tout le monde a trouvé un accord, celui qui aura l'air bête, c'est avant tout celui qui a cautionné tout ça ;)

 

Witcher a écrit :

Donc le confinement s'arrêtera le 7 avril !

J'ai comme un doute :D
 

lsdYoYo a écrit :

J'aimerais bien connaitre la part de bande passante allouée à la télévision, type de consommation dont on ne parle jamais...
Curieux que nos dirigeants ne recommandent pas l'utilisation de la TNT pour ceux qui le peuvent.

La TV n'est pas diffusée de la même manière, c'est un flux prédictible, identique pour tout le territoire à un instant "t". Le broadcast est fait pour ça, à l'inverse de l'unicast utilisé pour d'autres flux et qui pose souci.

Avatar de dolphin42 INpactien
Avatar de dolphin42dolphin42- 22/03/20 à 09:14:56

Il me semble que l'IPTV ne sature pas le backbone des FAI : si je ne dis pas de bêtises, le flux TV est mutualisé jusqu'au NRA (c'est du multicast).
Pas besoin d'envoyer 100 fois le flux d'une même chaîne de Paris à Marseille, il n'y a que sur la boucle locale que le signal est dupliqué (et encore, en fibre avec le GPON, c'est même pas sûr).

Pour le replay par contre, c'est 1 flux par abonné, forcément.

Edit : multi-grilled :D

Édité par dolphin42 le 22/03/2020 à 09:16
Avatar de coco74 Abonné
Avatar de coco74coco74- 22/03/20 à 09:19:32

Exact:
La TV en adsl est fibre est en multicast jusqu'au NRA/NRO (central téléphonique pour simplifier). Ensuite, chaque utilisateur a le flux TV qui arrive chez lui avec sa ligne. On a donc un flux avec toutes les chaines 1 fois jusqu'au central (multicast).

Avatar de ArchangeBlandin Abonné
Avatar de ArchangeBlandinArchangeBlandin- 22/03/20 à 09:25:21

Alors, fondamentalement, si les gens confinés regardent netflix en 1080 ou disney +, faudra m'informer de la grosse différence pour le réseau.

Est-ce que disney fait quelque chose de différent par rapport  à netflix ? Est-ce que leur datacenter pour la France est super mal placé par rapport à l'agencement des réseaux ?
Ou c'est juste une histoire de sous qui devrait se régler totalement autrement qu'avec le jeu merdique du peering actuel ?

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 11