Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Espace : coup dur pour la Chine, les limites de la réutilisation de SpaceX

On attend maintenant Ariane 6
Tech 5 min
Espace : coup dur pour la Chine, les limites de la réutilisation de SpaceX
Crédits : Alexyz3d/iStock

Le premier lancement de la fusée chinoise Longue Marche-7A se solde par un échec, qui pourrait avoir de lourdes conséquences. SpaceX peut se réjouir du succès de sa mission Starlink… malgré des signes de fatigue sur sa fusée Falcon 9, qui avait déjà volé à quatre reprises. Deux salles, deux ambiances, ce qui nous rappelle que rien n’est jamais gagné.

Les enjeux étaient importants pour les deux « concurrents ». Sans parler d’échec – Falcon 9 a correctement inséré en orbite les 60 satellites Starlink – SpaceX commence à toucher les limites de la réutilisation de ses fusées. C’était tout de même la cinquième fois que celle-ci effectuait un aller-retour dans l’espace et elle a commencé à montrer des signes d’usure : un moteur a lâché pendant l’ascension et la récupération a échoué. 

Du côté de la Chine, il s’agissait du tout premier lancement de Longue Marche-7A, une variante de Longue Marche-7 qui n’a volé que deux fois jusqu’à présent. Ce lanceur fait partie de la nouvelle génération de fusées chinoises, partageant une partie de ses caractéristiques techniques avec les fusées Longue Marche-5 et Longue Marche-6.

Longue Marche-7A rate son premier vol, une enquête est en cours

La mission et les caractéristiques du satellite chinois ne sont pas connues, mais il ne pourra les mener à bien. Tout ne s’est pas passé comme prévu, comme le rapporte l’agence de presse chinoise Xinhua.

« La fusée a décollé à 21h34 (heure de Beijing) depuis le centre de lancement spatial de Wenchang, sur la côte de la province de Hainan, mais un dysfonctionnement s'est produit plus tard ». L’agence officielle chinoise ajoute que « les ingénieurs spatiaux enquêteront sur la cause de la panne », mais nous n’avons pas davantage d’information pour le moment.

Le premier lancement de Longue Marche-7 a eu lieu en juin 2016, puis le second en avril 2017. Depuis c’était le calme plat jusqu’à la mission ratée de cette semaine qui était le « premier [lancement] de la nouvelle fusée porteuse de taille moyenne Longue Marche-7A ».

C’est donc un coup dur pour la Chine, qui pouvait pourtant se féliciter d’un important succès fin 2019 avec le lancement sans encombre de son gros porteur de nouvelle génération : Longue Marche-5. D’autant plus rassurant pour la Chine que le précédent vol – en juillet 2017 – s’était soldé par un échec.

Quid de Longue Marche-5 et Longue Marche-6 ?

Le problème pour la Chine est que Longue Marche-7 partage une partie de ses composants avec Longue Marche-5 et Longue Marche-6, le premier étant le vaisseau amiral de sa flotte, le second un lanceur léger. Suivant d’où vient le problème, cela pourrait avoir des répercussions sur les lancements de l’ensemble de ses fusées.

Les moteurs YF-100 sont par exemple utilisés sur Longue Marche-7(A) et Longue Marche-5, tandis que les moteurs YF-115 se trouvent sur Longue Marche-6 et 7 sur leurs étages supérieurs. Nos confrères de Space Flight 101 proposent une liste complète des caractéristiques techniques des fusées Longue Marche-5Longue Marche-6 et Longue Marche-7.

Longue Marche-5 doit par exemple servir pour la mission chinoise d’exploration de Mars, à envoyer des modules et des hommes dans l’espace afin de construire une station spatiale maison.  Mais surtout, « un problème avec l'étage supérieur pourrait avoir un effet domino sur des fusées plus anciennes de la série Longue Marche-3, car le troisième étage de Longue Marche-7A est adapté de Longue Marche-3B ».

Or, cette dernière est largement utilisée pour des lancements en orbite géostationnaire, explique SpaceNews. Bref, l’enquête va devoir rapidement identifier le problème afin que la Chine puisse aller de l’avant. 

Un moteur est tombé en panne sur Falcon 9…

On change de continent et de société avec le lancement hier d’une fusée SpaceX pour mettre en orbite 60 satellites Starlink, presque une routine puisque 300 sont déjà autour de la Terre.

Après avoir été repoussée à cause d’un problème moteur, la mission s’est déroulée avec « succès »… c’est du moins le point de vue de SpaceX car tout ne s’est pas vraiment passé comme prévu. Tout d’abord, précisons que c’était la cinquième fois que cette fusée allait dans l’espace, ce qui mérite amplement d’être souligné.

Elle avait déjà été « éprouvée » en vol par deux fois en 2018 et encore deux fois en 2019, dont un lancement pour Starlink en novembre dernier. La coiffe était également recyclée d’une mission en mai 2019. SpaceX a donc poussé assez loin son principe de réutilisation pour cette mission.

Mais le fabricant commence visiblement à s’approcher des limites : « Il y a eu un arrêt précoce d’un moteur lors de la montée, mais cela n'a pas affecté l'insertion orbitale », explique Elon Musk. Il ironise en précisant que c’était un des avantages d’avoir neuf moteurs : en cas de panne, les autres peuvent finir la mission… la redondance a souvent du bon.

…mais « ce n'est pas une grande surprise »

Cet incident serait « peut-être, mais pas de façon évidente, lié » au report de la mission il y a quelques jours selon le dirigeant. Quoi qu’il en soit, « une enquête approfondie est nécessaire avant la prochaine mission », ajoute Musk. La tentative de récupération du premier étage échoue et il s’est abîmé dans l’océan.

Le patron de SpaceX précise que « ce véhicule est déjà bien usé, donc ce n'est pas une grande surprise aujourd'hui. Les fusées dont la vie est déjà bien avancée ne sont utilisées que pour les missions internes. On ne prend pas de risque avec des satellites qui n’appartiennent pas à SpaceX ».

On attend maintenant l’Europe et Ariane 6 au tournant. Le lancement inaugural devrait avoir lieu cette année. Mais pour le moment, les fusées Ariane sont clouées au sol, le centre spatial guyanais étant fermé pour cause de coronavirus.

2 commentaires
Avatar de Gwpg Abonné
Avatar de GwpgGwpg- 20/03/20 à 07:15:54

Espérons qu’Arianne 6 n’aura pas tout les problèmes de la chinoise. Les problèmes de Falcon 9 a priori on ne les aura pas puisque nous ne réutilisons pas les étages.

Avatar de Loeff Abonné
Avatar de LoeffLoeff- 20/03/20 à 08:57:51

"ce véhicule est déjà bien usé, donc ce n'est pas une grande surprise
aujourd'hui. Les fusées dont la vie est déjà bien avancée ne sont
utilisées que pour les missions internes. On ne prend pas de risque avec
des satellites qui n’appartiennent pas à SpaceX"
Je ne sais pas s'il faut lire entre les lignes ou prendre au premier degré.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
  • Introduction
  • Longue Marche-7A rate son premier vol, une enquête est en cours
  • Quid de Longue Marche-5 et Longue Marche-6 ?
  • Un moteur est tombé en panne sur Falcon 9…
  • …mais « ce n'est pas une grande surprise »
S'abonner à partir de 3,75 €