Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Coronavirus : Cédric O lance « un appel aux entreprises de la tech »

Grandes manœuvres à Bercy
Droit 4 min
Coronavirus : Cédric O lance « un appel aux entreprises de la tech »
Crédits : Marc Rees (licence CC-BY-SA 3.0)

Demain, les marketplaces sont invitées à Bercy pour lutter contre les arnaques en ligne et les pratiques commerciales trompeuses sur fond de coronavirus. En parallèle, Cédric O lance un appel aux entreprises de la tech pour qu’elles mettent leurs services à disposition. Interview du secrétaire d’État au Numérique.

Vous avez convié les marketplaces à Bercy demain. Qu’attendez-vous d’elles ?

La réunion fait suite à la mobilisation lancée voilà plusieurs jours : ce que nous constatons est que ces périodes de crise sont propices aux arnaques, certains jouant sur les peurs et les inquiétudes des gens. On voit se développer un certain nombre de publicités pour des médicaments miracles, ce qui pose des problèmes. 

Au mieux, ils ne sont pas efficaces ou jamais livrés, au pire, il peut s’agir de médicaments contrefaits qui peuvent poser des problèmes de santé publique. On voit également un certain nombre de personnes qui cherchent à vendre des masques, périmés ou à des tarifs exorbitants. Le but de la réunion est de travailler avec les places de marché, mais aussi les pharmacies en ligne, particulièrement sur ces questions.

Beaucoup de mesures ont été prises par les plateformes elles-mêmes, je pense en particulier à LeBonCoin avec l’interdiction des annonces pour les masques. On veut faire le point sur ce qu’elles voient, ce que nous nous constatons et les éventuelles coopérations à prendre ensemble.

Qui est invité exactement ?

La FEVAD, LeBonCoin, Amazon, Cdiscount ou encore eBay. Nous avons convié également les moteurs de recherche puisque se pose la question du référencement de ces offres.

Avec la crise actuelle, comment allez-vous accompagner ou promouvoir le télétravail ?

Un certain nombre d’entreprises du numérique, notamment françaises, se mobilisent pour offrir des solutions souvent de manière gratuite dans cette période un peu difficile. Je pense à Doctolib ou à Qare dans la téléconsultation ou à Klaxoon, en matière de travail collaboratif à distance. 

Pour notre part, nous souhaitons lancer un appel aux entreprises de la tech pour qu’elles fassent cet effort-là : mettre leur service à disposition. C’est une période où effectivement, on peut escompter un développement extrêmement rapide des outils numériques de travail ou de relation à distance. Ces outils étaient déjà disponibles depuis quelque temps, mais par la force de choses leur adoption va s’en trouver accélérée. C’est aux entreprises de se mobiliser, se mettre en ordre de marche.

Ce que nous allons faire, c’est essayer de référencer, cataloguer ces offres particulières. On ne va promouvoir que celles qui font un geste de mise à disposition gratuite.

Ce matin, vous avez aussi réuni les organisations professionnelles de la FrenchTech pour faire un point...

J’ai réuni France Digital, Syntech, Tech’In et CroissancePlus. L’objet était d’un, de faire le point sur les mesures annoncées par le gouvernement à destination des entreprises pour faciliter leur trésorerie ou leur gestion de la crise.

Je pense à l’étalement des charges sociales et des charges fiscales, au chômage partiel. Je leur ai fait part aussi d’adaptations spécifiques aux startups, par exemple pour bénéficier du chômage partiel, il faut un accord du comité d’entreprise. Or, souvent dans ces structures, qui par essence ont crû assez vite, nombre d’entre elles n’ont pas encore de comité. On assouplit, on traitera ces règles au cas par cas pour qu’évidemment ce ne soit pas rédhibitoire.

Ensuite, l’objet a été d’aider à la communication. C’est souvent une population assez éloignée de la communication publique. Nous allons nous-mêmes mettre en places des sessions live de questions et réponses avec les administrations de manière hebdomadaire, des permanences spécifiques à travers chaque centrale à Station F.

Enfin, ce fut l’appel à leurs contributions.

Quelles sont les inquiétudes du secteur ?

Les startups sont souvent sur financement privé, elles ne sont pas touchées par les fluctuations boursières. Il n’y a pas d’inquiétude généralisée, mais sectorielle, en particulier dans le tourisme et la restauration où, là, les startups peuvent être très fortement impactées, à l’image du secteur avec des baisses du chiffre d’affaires de l’ordre de 40 à 50 %.

Il y a aussi un début de vigilance sur le B2B où les entreprises clientes peuvent avoir la tentation de décaler éventuellement les paiements. Le médiateur des crédits et celui des entreprises se mobilisent. Pour le moment nous n'en sommes qu’au début, et l’idée a été de faire en sorte qu’elles puissent nous remonter les alertes qu’elles verraient émerger.

Suite à cette crise, avez-vous déjà des pistes de réforme sur le prochain projet de loi de finances rectificative ?

On n’en est pas là, à ce stade, on ne parle pas de législatif. Nous regardons si les mesures de facilitation, de report de charges, d’annulation d’impôt pour les cas les plus critiques se mettent bien en place. On adaptera en fonction de la criticité du sujet.

37 commentaires
Avatar de Hadrien01 Abonné
Avatar de Hadrien01Hadrien01- 10/03/20 à 14:52:58

Oui enfin c'est bien beau de vouloir promouvoir le télétravail, mais sans obligation de l'État beaucoup d'entreprises ne feront rien. Dans ma boîte (française, plusieurs milliers d'employés), le matériel est prêt depuis des années pour le télétravail (Skype, VPN, ordinateurs portables, etc.), mais il est interdit sauf raisons exceptionnelles. Y compris dans cette période de coronavirus, malgré le fait qu'on ait déjà eu un cas de Coronavirus dans le groupe.

Avatar de eglyn Abonné
Avatar de eglyneglyn- 10/03/20 à 14:54:34

Ils ont des arguments sur l'interdiction ? C'est bizarre d'interdire quand on a l'infra ^^,
 
De notre côté pas de soucis pour télé-travailler, mais on est qu'une 20aine :)

 

Avatar de Gromsempai Abonné
Avatar de GromsempaiGromsempai- 10/03/20 à 15:06:25

Yeah Klaxoon pour le collaboratif à distance
! :smack:

Avatar de alex.d. Abonné
Avatar de alex.d.alex.d.- 10/03/20 à 15:12:43

La loi a changé : désormais le télétravail est de droit si le salarié le demande, à moins que l'employeur y oppose un refus motivé.

Avatar de Framasoft Abonné
Avatar de FramasoftFramasoft- 10/03/20 à 15:13:36

Nous on l'a pas attendu :https://status.framasoft.org/incident/592/

(passage de 2 000 à 16 000 chambres de visio-confs par jour, on a migré sur un serveur plus costaud :8 )

Avatar de zefling Abonné
Avatar de zeflingzefling- 10/03/20 à 15:22:55

Le manque de confiance des managers dans leurs subordonnées. Ils pensent qu'ils ne seront jamais productif chez eux. Mais quand je vois le temps qu'on perd dans les open space pour des raisons divers, je pense que c'est limite pire.

Édité par zefling le 10/03/2020 à 15:23
Avatar de kj INpactien
Avatar de kjkj- 10/03/20 à 15:33:15

Ici petite PME, télétravail interdit, mais infra préte. J'attends toujours le moindre argument.

Avatar de WereWindle INpactien
Avatar de WereWindleWereWindle- 10/03/20 à 15:38:57

C'est d'autant plus discutable qu'au moins une étude avait montré que les gens avaient tendance à travailler plus longtemps en télétravail qu'en présentiel... (source. Pas celle que j'avais lue mais plus récente et conclusions semblables)

Avatar de letter Abonné
Avatar de letterletter- 10/03/20 à 15:43:43

Dans ma société de 10k personnes, on a une infra d'accès à distance. Mais elle n'est pas taillée (license + hardware) pour supporter le fait que TOUS les employés soient en télétravail en même temps.

Ce n'est pas la même chose d'avoir 250 personnes en moyenne connecté, avec des pics à 400. Et tout d'un coup passer à plusieurs milliers. Il faut commander du hardware, acheter des licenses, avoir l'intégrateur pour tout installer. Cela ne se fait pas en deux semaines.

Avatar de Habu Abonné
Avatar de HabuHabu- 10/03/20 à 16:32:25

letter a écrit :

Dans ma société de 10k personnes, on a une infra d'accès à distance. Mais elle n'est pas taillée (license + hardware) pour supporter le fait que TOUS les employés soient en télétravail en même temps.

Ce n'est pas la même chose d'avoir 250 personnes en moyenne connecté, avec des pics à 400. Et tout d'un coup passer à plusieurs milliers. Il faut commander du hardware, acheter des licenses, avoir l'intégrateur pour tout installer. Cela ne se fait pas en deux semaines.

Sans parler de la bande passante.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 4