Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Le cinéma obtient le blocage de dizaines de sites de streaming (dont Time2Watch)

36 sites visés
Droit 4 min
Le cinéma obtient le blocage de dizaines de sites de streaming (dont Time2Watch)
Crédits : PetrBonek/iStock

Depuis plusieurs semaines, des internautes se plaignent de ne plus pouvoir accéder à Time2Watch et 36 autres sites de streaming. L’explication ? L’industrie du cinéma a obtenu leur blocage entre les mains des principaux fournisseurs d’accès. Next INpact diffuse le jugement « en la forme des référés » rendu le 16 janvier 2020 par le tribunal judiciaire de Paris.

Alors que le projet de loi sur l’audiovisuel entend armer l’Arcom – fusion de la Hadopi et du CSA – de nouveaux pouvoirs contre les sites de streaming, les actions se multiplient en France devant les tribunaux.

La Fédération nationale des éditeurs de films (FNEF), le Syndicat de l’édition vidéo numérique (SEVN), l’Union des producteurs de cinéma (UPC) et notamment encore le Centre national du cinéma (CNC) a ainsi obtenu le blocage d’une galaxie de sites chez Bouygues Télécom, Free, Orange, SFR. La liste vise 36 noms :

  • Allostream
  • Annuaire-telechargement-ec
  • Annuaire-telechargement-fr
  • ATFUT
  • DivxTOP
  • DPSTREAM
  • DPStreaming
  • ETOPOP
  • EXTV
  • Filme-Streaming
  • Filmcomplet
  • FilmStreamingg1
  • FilmStreaming1FV
  • Filmz
  • FRStream
  • Full-Serie
  • HDS-Streaming
  • HDSS
  • LibertyVF
  • N1Streaming
  • Papystreaming
  • Planet-Streaming1
  • Radego
  • Serie-Streaming
  • Seriecomplete
  • SKStream
  • Streamcomplet
  • Streamdirect
  • Streaming-VOSTFR
  • StreamingDIVX1
  • Time2watch
  • VKStreaming
  • Voir-Films-Series
  • VOSTFRSerie
  • Wikiserie
  • YTS

Des contenus majoritairement illicites

La procédure avait été lancée en octobre 2019 par une série de PV de l'ALPA, et s’était poursuivie par la demande de suppression d’accès chez les principaux FAI français. Leur demande s’est appuyée sur le sempiternel article L.336-2 du Code de la propriété intellectuelle. Voté avec la loi Hadopi en 2009, il permet aux ayants droit de réclamer du juge « toutes mesures propres à prévenir ou à faire cesser » une atteinte à leurs intérêts.

Classiquement, c’est encore l’ALPA, association de lutte contre le piratage audiovisuel, qui a été chargée, via ses agents assermentés, de réaliser une étude statistique sur chacun des sites. Sur AlloStream, par exemple, 1 319 films et 874 séries étaient mis à disposition, « la grande majorité disponible légalement en salles » relève le jugement. Le pourcentage des œuvres contrefaisantes a été évalué à 73,76 % très exactement alors que 155 000 visiteurs uniques s’étaient rendus sur ce site les 30 derniers jours.

Sur DivxTop, ce nombre d’œuvres grimpe à 13 790 films (83,87% illicites, selon une étude par échantillonnage). Sur LibertyVF, ce total est de 21 40 films et 1 013 séries avec 97,10 % de contenus qui seraient illicites (+/- 15,71 % de marge d’erreur). Sur Time2Watch, 4 330 films et 1 360 séries ont été dénombrés par l’ALPA : « 13 liens sur 15 renvoyaient vers des œuvres contrefaisantes ». Sur l’ensemble des autres sites en cause, le taux de contrefaçon oscille autour de 85 %.

« Il ressort de l’ensemble de ces constatations que [les demandeurs] établissent de manière suffisamment probante que les sites litigieux permettent aux internautes, via les chemins d’accès précités, de télécharger ou d’accéder en continu à des œuvres protégées à partir de liens hypertextes, sans avoir l’autorisation des titulaires de droits, ce qui constitue une atteinte aux droits d’auteur ou droits voisins » conclut le tribunal judiciaire de Paris, page 25 du PDF.

Balance d'intérêts 

Pour décider des mesures à prendre, les juges ont mis en balance plusieurs intérêts : la protection des droits de propriété intellectuelle, mais aussi la liberté d’entreprise des fournisseurs d’accès et les droits fondamentaux de leurs clients, « en particulier leur droit à la protection des données à caractère personnel et leur liberté de recevoir et de communiquer des informations ».

Dans cette recherche d’équilibre ont été écartées « les mesures prévoyant un contrôle absolu, systématique et sans limitation dans le temps, de même que les mesures ne doivent pas porter atteinte à la substance même du droit à la liberté d’entreprendre des fournisseurs d’accès à Internet ». De ce bornage, il a été décidé que les FAI devraient bloquer l’accès « par tout moyen efficace de leur choix » à la liste des noms de domaine outre aux sous-domaines associés.

Du côté des utilisateurs, le jugement considère que cette mesure de privation n’est en aucun cas disproportionnée « eu égard à l’importance et à la gravité des atteintes », étant observé que les œuvres en cause « sont aussi facilement accessibles pour l’internaute par d’autres moyens ».

nom de domainenom de domaine

Près de 90 noms de domaine bloqués 

Absence de mention légale, usage de CloudFlare

Pour insister davantage sur la teneur de ces sites, le tribunal relève que l’illicéité des sites est assumée par ses concepteurs : pas de mention légale, et anonymisation intégrale par le biais de CloudFare (voir ce post de Me Alexandre Archambault). Impossible en conséquence pour les auteurs et producteurs d’attaquer directement les responsables, et nécessité d’agir du côté des intermédiaires techniques.

Ce blocage va durer 18 mois. En cas d’évolution des noms de domaine (comme cela s’est déjà produit pour Time2Watch, déjà accessible via un autre nom), les parties devront revenir devant le juge pour actualiser la liste. Enfin dernier point, le coût du blocage sera à la charge des seuls fournisseurs d’accès.

59 commentaires
Avatar de oursgris Abonné
Avatar de oursgrisoursgris- 04/03/20 à 16:11:29

au moins on a la liste des sites pirates du moment, un peu comme à la belle époque du DMCA.
ils ont mis l'ancienne adresse de time2watch, l'extension a changé il y a 1 semaine :yes:

Avatar de secouss Abonné
Avatar de secousssecouss- 04/03/20 à 16:13:19

Snirf, notre bien aimé DPstream ! Vive les vpn

Avatar de boogieplayer Abonné
Avatar de boogieplayerboogieplayer- 04/03/20 à 16:14:38

Bookmarks : updated

Avatar de Norde Abonné
Avatar de NordeNorde- 04/03/20 à 16:19:20

L'industrie "culturelle" devrait investir dans les VPN, ça devient une valeur sure :D

Avatar de TeKiLaTeX Abonné
Avatar de TeKiLaTeXTeKiLaTeX- 04/03/20 à 16:21:15

C'est un blocage DNS à mon avis donc très facile à contourner...

Avatar de Le_poilu Abonné
Avatar de Le_poiluLe_poilu- 04/03/20 à 16:30:18

(...) des internautes se plaignent de ne plus pouvoir accéder à (...)

J'aime le "se plaignent" très hypocrite ...

Avatar de letter Abonné
Avatar de letterletter- 04/03/20 à 16:33:02

secouss a écrit :

Vive les vpn

De mémoire, il suffit de changer de fournisseur de DNS pour passer outre.

Avatar de Elwyns INpactien
Avatar de ElwynsElwyns- 04/03/20 à 16:34:05

ma mère a 60 ans, utilise un ordinateur depuis à peine 10 ans, elle m'a déjà fait le coup , car petits neveux nieces lui ont montré , elle se doute de rien .

Donc bon même les vieux stream illégal :o

Avatar de marba Abonné
Avatar de marbamarba- 04/03/20 à 16:44:04

NXi, vous renseignez plus les .tld ? :transpi:

Sinon pour passer au travers de la censure en France en 10 secondes :
utiliser Mozilla Firefox, puis : Options > Paramètres réseau > Paramètres… > Cocher la case “Activer DNS via HTTPS”

Avatar de loser Abonné
Avatar de loserloser- 04/03/20 à 16:51:12

 "on peut même plus pirater tranquille, c'est un scandale!" :bravo:

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 6