Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Sauvegarder les données de votre Mac : iCloud et Time Machine, un duo presque parfait

Malgré la fin de la Time Capsule
Sauvegarder les données de votre Mac : iCloud et Time Machine, un duo presque parfait

Qu'il s'agisse d'iOS ou de macOS, Apple a toujours proposé des solutions simples pour sauvegarder les données de ses clients. Time Machine est ainsi une fonctionnalité phare des Mac, présente depuis des années. iCloud vient peu à peu la compléter, ajoutant un accès distant aux données depuis n'importe quel appareil de la marque.

C'est en 2007, avec la version 10.5 de Mac OS X (Leopard), qu'est né Time Machine. Critiqué à ses débuts, notamment pour son manque de fonctionnalités et d'ouverture, il n'a eu de cesse d'évoluer depuis.

Time Machine fête ses 13 ans...

Pour faire simple, cet outil permet de créer une image des données de votre Mac, qui sera mise à jour régulièrement. Elle peut être stockée sur un HDD/SSD externe, un autre Mac et/ou un NAS présent sur votre réseau. Pendant dix ans, Apple proposait d'ailleurs sa propre solution : l'AirPort Time Capsule, qui n'est plus commercialisée depuis 2018.

Le nom Time Machine vient de l'interface de récupération des données, qui prend la forme d'une frise chronologique dans laquelle vous pouvez naviguer pour retrouver une version précise, à une date donnée, d'un ou plusieurs fichiers/dossiers. Vous pouvez également utiliser ce service lors d'une restauration complète, en cas de défaillance de votre Mac.

Apple Time MachineApple Time Machine

... iCloud est désormais son compagnon incontournable

En 2011, la société lançait iCloud pour remplacer MobileMe. Le service centralise toutes les fonctionnalités liées au stockage en ligne, des photos/vidéos aux documents en passant par les contacts, calendriers, notes, messages, favoris Safari, réglages, etc. Mais aussi certaines sauvegardes.

Les appareils sous iOS peuvent ainsi être restaurés directement depuis iCloud. Sur macOS, on peut l'utiliser pour garder une copie synchronisée du bureau et des documents, Time Machine s'occupant du reste.

Car un Mac comporte un périphérique de stockage interne allant de quelques centaines de Go à plusieurs To. En garder une copie complète accessible en ligne, avec un historique complet des versions, n'aurait que peu de sens et pourrait vite coûter très cher. Les solutions de sauvegarde locale sont ici privilégiées : HDD/SSD en USB ou Thunderbolt, NAS, etc.

On obtient un mix assez complet pour l'utilisateur, entre solution locale et distante, plus ou moins dépendante d'Apple et de ses services, en fonction des besoins, préférences et du budget de chacun. Le tout, sans avoir recours au moindre service tiers, tout étant directement intégré à iOS et macOS. 

Bien choisir son stockage dédié à Time Machine

Comment fonctionne Time Machine ? Par défaut, le dispositif conserve : 

  • Des instantanés locaux si l'espace de stockage de la machine est suffisant
  • Des sauvegardes horaires sur les dernières 24 heures
  • Des sauvegardes quotidiennes sur le mois dernier
  • Des sauvegardes hebdomadaires pour les mois précédents

Bien entendu, une copie complète n'est pas effectuée à chaque fois. Lors de la mise en place, une première sauvegarde assez longue est effectuée. Par la suite, seules les données modifiées sont régulièrement analysées et stockées. En cas de problème, l'ensemble permet une restauration du système ou de certains fichiers uniquement.

Il faut néanmoins être vigilant : ces données sont préservées jusqu'à ce que l'espace de stockage soit plein, suite à quoi les plus vieux éléments sont progressivement supprimés. il faut donc veiller à disposer d'une capacité suffisante pour une conservation pendant la période que vous désirez, qui peut être assez élevée en entreprise par exemple.

Attention donc, également, si vous stockez d'autres données sur le périphérique attribué à Time Machine. Plus elles seront nombreuses, moins vous aurez de sauvegarde à disposition.

Sachez d'ailleurs que vous pouvez utiliser le stockage local d'un Mac pour sauvegarder les données d'un autre présent sur le réseau local (voir cette fiche d'information). Cela peut être intéressant si vous avez une machine fixe à la maison et que vous souhaitez l'utiliser pour préserver les données de votre ordinateur portable. 

Activer Time Machine sur un périphérique externe

Passons maintenant à la pratique. Pour cela, nous avons utilisé macOS Catalina (10.15.2) sur un Mac Mini (256 Go) avec un SSD externe de 512 Go connecté en USB, puis un NAS DS218play de Synology avec 2x 2 To en miroir (RAID 1).

Dans le premier cas, la procédure est simple : il suffit de connecter le périphérique USB, qui sera directement détecté par le système. macOS vous proposera de l'utiliser pour Time Machine si rien n'a été fait auparavant. Vous pouvez accepter, refuser ou décider plus tard. Si vous acceptez, vous pourrez préciser si vous voulez que la sauvegarde soit chiffrée ou non.

Pour faire ce choix plus tard, il suffit de vous rendre dans la section dédiée à Time Machine des Préférences système. Vous pourrez alors y sélectionner le périphérique de sauvegarde, indiquer si la procédure doit être automatique ou non. Les options permettent d'exclure certains dossiers/fichiers mais aussi les applications et fichiers système.

C'est également là que vous pourrez choisir de faire apparaître ou non l'icône de Time Machine dans la barre des menus. Elle permet un accès plus direct à l'application et ses paramètres, mais aussi de voir d'un clic le statut de la sauvegarde, la stopper ou même de la lancer manuellement si vous le jugez nécessaire. 

  • Apple Time Machine
  • Apple Time Machine
  • Apple Time Machine
  • Apple Time Machine

Si le système de fichiers du périphérique sélectionné ne convient pas, il devra être formaté (en Mac OS étendu journalisé). Ensuite, il sera identifié comme appareil de stockage consacré à Time Machine, mais restera utilisable comme n'importe quel autre. Vous pourrez donc y stocker d'autres données.

Le chiffrement repose sur un mot de passe, macOS demandant de préciser un « indice » qui pourra aider en cas d'oubli. La procédure semble dater d'un autre temps. On apprécierait de pouvoir utiliser une clé de sécurité ou un élément biométrique par exemple. Surtout qu'Apple dispose de tout ce qu'il faut dans ces domaines.

Une fois l'ensemble des choix effectués, la première sauvegarde pourra commencer. Elle peut être assez longue, selon la quantité de données et la rapidité du périphérique sélectionné. La prochaine fois que quelqu'un vous dit que l'USB 3.x, Thunderbolt ou le réseau à plus de 1 Gb/s ne sert à rien, repensez à ce moment. 

Sur notre machine de test, la sauvegarde occupait 29 Go sur le SSD ou le NAS, pour 34 Go de données. 

Préparer un NAS pour Time Machine

Pour un NAS, la procédure est un peu plus complexe. En réalité, il faut veiller à plusieurs points, notamment pour assurer un fonctionnement en toute sécurité.

Il faut d'abord disposer d'un espace de stockage dédié à Time Machine et décider où seront placés vos fichiers. À moins que le NAS ne soit uniquement prévu à cet effet, il est préférable de fixer un quota à ne pas dépasser. En effet, comme indiqué précédemment, Time Machine va chercher à utiliser tout l'espace disponible. Poser des limites permet d'éviter un manque de place pour d'autres données.

Assuez-vous ensuite que l'espace dédié à Time Machine puisse être détecté par vos machines Apple. Heureusement, tous les constructeurs proposent des procédures simples, tant chez Asustor que QNAP ou Synology. C'est celle de ce dernier que nous allons détailler ici, mais elles sont sensiblement les mêmes.

Nous partirons du principe que vous disposez d'un NAS installé et configuré. Si ce n'est pas le cas, suivez notre guide pas à pas. Nous créons ensuite un utilisateur spécifique à Time Machine pour des raisons de sécurité. Nous vous recommandons d'ailleurs de limiter le plus possible ses accès, même le changement de son mot de passe.

Il est nommé TimeMachiner et dispose d'un quota de 1024 Go (soit 1 To) sur le NAS, sans limite de son débit. Vous pouvez en imposer une pour éviter que la sauvegarde n'impacte trop votre réseau local. 

On crée ensuite un Dossier partagé dédié à Time Machine, invisible dans la liste des dossiers sur le réseau, des utilisateurs sans autorisation et sans corbeille. Il n'y a pas besoin de chiffrement, celui-ci étant géré par le Mac. Une fois créé, on donne les accès en lecture et écriture au compte TimeMachiner. 

Puis on se rend dans les paramètres avancés de la section Services de fichiers, pour y activer la diffusion Bonjour Time Machine via Samba (SMB), Apple ne recommandant plus AFP. C'est ce qui permettra au Mac de détecter le NAS comme un appareil pouvant accueillir une sauvegarde.

On configure ensuite les paramètres Time Machine pour désigner le Dossier partagé que nous avons précédemment créé. DSM adaptera la configuration de Samba après une alerte. Une fois que tout est confirmé et enregistré, vous êtes parés !

Depuis les paramètres Time Machine sur le Mac, vous devez désormais voir dans la liste des disque disponibles l'espace de stockage de votre NAS. Vous pouvez l'utiliser seul ou en complément d'un autre périphérique si vous le souhaitez. Une fois sélectionné, vous devez vous connecter avec le compte TimeMachiner et son mot de passe.

La sauvegarde sera alors effectuée comme sur un appareil local. 

Synolgy Time MachineSynolgy Time Machine

Aller plus loin avec TimeMachineEditor

Par défaut, macOS gère lui-même le rythme des sauvegardes selon les critères énoncés plus haut, mais il est possible d'en changer. Pour cela il existe un petit outil gratuit : TimeMachineEditor.

Il permet de déterminer plus précisément le rythme des sauvegardes. Cela peut être quand la machine est inactive, selon un intervalle précis ou en suivant un calendrier plus détaillé. Vous pouvez également indiquer des heures où les sauvegardes ne doivent pas se faire, demander à procéder dès que possible quand une occurence est manquée ou à effectuer des snapshots locaux toutes les heures. 

Comment effectuer une restauration du système ?

La première règle concernant les sauvegardes est de vérifier régulièrement qu'elles fonctionnent. N'hésitez donc pas à vous rendre de temps à autre dans l'interface de Time Machine pour vérifier que tout va bien, tenter de récupérer quelques fichiers, etc. L'interface est ici assez simple à prendre en main. 

Pour une restauration complète, il faut démarrer le Mac en mode récupération en maintenant les touches Commande (⌘) + R jusqu'à l'apparition du logo Apple. Selon la situation, d'autres combinaisons devront être utilisées. S'ouvre alors une interface avec la liste des Utilitaires macOS, dont celui permettant une restauration depuis Time Machine.

Il vous listera les sauvegardes disponibles. Pour celles présentes sur le NAS, il faudra tout d'abord renseigner les identifiants du compte. Si celle sélectionnée est chiffrée, le mot de passe sera nécessaire. Après vous avoir averti de l'effacement du contenu du Mac du fait de sa restauration, la procédure commence :

  • Apple Time Machine
  • Apple Time Machine
  • Apple Time Machine
  • Apple Time Machine
  • Apple Time Machine
  • Apple Time Machine
62 commentaires
Avatar de Notice me Sempai Abonné
Avatar de Notice me SempaiNotice me Sempai- 15/01/20 à 16:49:51

J'ai active la sauvegarde du mac de mon amie a peu pres comme decrit dans l'article:

  • sur un syno

  • avec un user dedie

  • chiffree etc etc

    Ca a fonctionne pendant quelques mois et depuis j'ai time machine qui lance le backup mais ne va jamais au bout du processus et ca fait presque 80 jours que ca dure. J'ai laisse la machine en marche toute une nuit pour voir... et rien ca ne progresse pas, le back up ne fait que 22 Go pourtant et il y a tout plein de place sur le disque.

    Si je n'y arrive pas je balance tout aux orties et je recommence.

Édité par Notice me Sempai le 15/01/2020 à 16:50
Avatar de David_L Équipe
Avatar de David_LDavid_L- 15/01/20 à 17:34:39

Le but était d'expliquer le fonctionnement de base, pas d'écrire une thèse sur le sujet. Ne serait-ce que parce que sinon personne n'irait au bout. Mais merci pour les liens, ça fera un bon complément ;)

Avatar de Trog Abonné
Avatar de TrogTrog- 15/01/20 à 17:35:37

Ça me dépasse de faire des sauvegardes sur du RAID (NAS ou pas). C'est encourir des risques supplémentaires.
 
Voir les règles données dans cet article : https://www.nas-forum.com/forum/topic/34151-vademecum-sur-les-disques/.

Avatar de David_L Équipe
Avatar de David_LDavid_L- 15/01/20 à 17:48:33

Pour commencer : dans le papier je teste deux solutions : un HDD seul en externe ou un NAS avec du RAID. Je ne dis pas que l'une est meilleure que l'autre, je regarde les différents cas gérés et j'explique comment ça fonctionne.

Après sur le fond, je ne comprends pas ta remarque, même si je sais que la petite musique "le RAID ça pue" est de plus en plus courante. Je peux l'entendre dans certains cas (notamment pour le RAID 5 sur de gros espaces de stockage), mais ce n'est pas inutile pour autant de manière systématique ou pour de la sauvegarde.

Le RAID est une solution de disponibilité des données lorsqu'il est configuré pour assurer une certaine redondance. Si tu fais une backup sur un HDD (USB ou LAN) seul et qu'il flanche au moment où tu as besoin de faire une restauration, ta solution c'est quoi exactement ? On peut imaginer avoir un second jeu de sauvegarde, mais je doute que ce soit plus simple à gérer et que ça change radicalement le niveau de risque.

Le NAS peut d'ailleurs ne pas être utilisé que pour des sauvegardes, rendant cette disponibilité plus nécessaire encore. Bien entendu cela n'empêche pas des soucis annexes, comme la coupure de courant évoqué dans le billet que tu mets en lien. M'enfin c'est la même chose pour toute autre mécanique de stockage, et l'onduleur est nécessaire pour s'en prémunir dans tous les cas.

Ajouter un composant dans une chaîne de fonctionnement, c'est toujours ajouter du risque. Ajouter un HDD de sauvegarde, c'est augmenter le risque. Ajouter du RAID aussi. Ne pas en avoir également. Le tout c'est de savoir contre quels risques on veut se prémunir et dans quel budget. Puis de prier pour que les cas que l'on ne couvre pas ne nous arrivent pas.

Avatar de odoc Abonné
Avatar de odocodoc- 15/01/20 à 17:57:54

petite question : pour finir dans quelle situation pratique un RAID est-il vraiment utile ? (hors RAID 1 qui là par contre peut servir en backup non ?).
J'ai jamais joué avec ce type de bestiole donc j'ai un peu de mal à voir en quoi c'est permet d'avoir une meilleur disponibilité des données, un NAS ok mais un RAID ?

Avatar de ForceRouge INpactien
Avatar de ForceRougeForceRouge- 15/01/20 à 18:18:59

odoc a écrit :

petite question : pour finir dans quelle situation pratique un RAID est-il vraiment utile ? (hors RAID 1 qui là par contre peut servir en backup non ?).
J'ai jamais joué avec ce type de bestiole donc j'ai un peu de mal à voir en quoi c'est permet d'avoir une meilleur disponibilité des données, un NAS ok mais un RAID ?

Il existe plusieurs type de RAID, les RAID standard les plus courants sont : 0, 1, 0+1, 1+0, 5, 6.
Il existe aussi des RAID proprio, mais qui ressemble à l'un des RAID cité au dessus (SHR, RAID-DP,...)

Si tu veux de la perf: raid 0 (les deux disques sont vu comme 1 seul et les IO (entrée/sortie) sont réparties sur les deux disques. Si tu perds 1 des disques, tu perds tout. A savoir que ca marche avec autant de disque qu'on veut, pas seulement 2.
ex: 3 HDD de 2 To à 150 IOPS = 6 To à 450 IOPS utile

Si tu veux de la disponibilité: raid 1 ou 5 ou 6.
Raid 1: écriture en miroir sur les deux disques. Tu perds donc la moitié de la capacité total.
ex: 4 HDD de 4 To = 8 To utile
Raid 5: écriture répartie sur tous les disques - 1. Le dernier disque inscrit la parité. Ca couvre la perte d'un disque.
ex: 6 HDD de 4 To = 20 To utile
Raid 6: Pareil que Raid 5 mais avec 2 disque de parité, donc permet la perte de 2 disques, mais en capacité, on est à "tous les disque - 2"
ex: 6 HDD de 4 To = 16 To utile

En raid 5 et 6, les IOPS des disques utile s'aditionnent comme en raid 0. C'est donc les raid les plus interessant à partir de 3 disques (raid 5) et 5 disques (raid 6).

Les raid5 et 6 nécessite un peu de puissance de calcul, là ou le raid 0 et 1 ne coute "rien".

Ensuite y a les combinaisons raid 0+1 ou raid 1+0, c'est du raid 1 de raid 0 et inversement.

Quoi qu'il en soit, le raid sert à la disponibilité et n'est en aucun cas un backup. Si un fichier est effacé, il est effacé sur tout les réplica en même temps.

Avatar de Juju251 Abonné
Avatar de Juju251Juju251- 15/01/20 à 18:20:01

odoc a écrit :

petite question : pour finir dans quelle situation pratique un RAID est-il vraiment utile ? (hors RAID 1 qui là par contre peut servir en backup non ?).

Non, parce que les données sont modifiées de la même façon sur les deux disques en temps réel, donc en cas de mauvaise manip, problème de système de fichiers ou encore malware (genre chiffrement des fichiers), les dégâts seront les mêmes sur les deux disques ...

Le RAID (sauf 0) est utile pour la continuité de service.

J'ai un RAID 1 sur ma machine et l'un des disques s'était déconnecté en pleine session de boulot sur des photos (je ne suis qu'amateur, ce n'est pas mon activité pro), un message de la console RAID s'affiche, j'ai pu continuer à bosser sans lenteurs ni plantage et j'ai réglé le problème ensuite (bon par contre, la reconstruction de la grappe, c'est long - mais là encore, la machine reste disponible :p ).

Avatar de Thoscellen Abonné
Avatar de ThoscellenThoscellen- 15/01/20 à 18:22:50

David_L a écrit :

la petite musique "le RAID ça pue" .

WAIT, Comment-ça ?! Ca fait 2 ans que peaufine une stratégie pour préserver mes données, et mon NAS c'est un Raid 1 avec 2 disques, un compromis entre un prix, une performance, une disponibilité d'un cloud auto-hébergé, d'où des rumeurs ou actualités disent que le RAID ça pue ? Y'a une nouvelle approche d’ingénierie révolutionnaire qui va rendre le RAID obsolète ou quoi ?

Avatar de Cqoicebordel Abonné
Avatar de CqoicebordelCqoicebordel- 15/01/20 à 18:52:24

Le RAID fait gagner de la perf, ou protège contre la perte d'un disque. C'est tout.
Ce n'est PAS une solution de backup.

Je pense que le commentaire vient de là, et de gens qui pensent qu'un RAID prémunie contre un backup.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 7