Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

PowerToys : que valent les outils ressuscités de Microsoft ?

It's alive !
PowerToys : que valent les outils ressuscités de Microsoft ?
Crédits : NiroDesign/iµStock

Microsoft remet actuellement ses PowerToys au goût du jour, avec de nouveaux outils et un code open source. L’occasion de jeter un œil à leur état actuel, pour l’instant loin d’une version finale, mais avec déjà de quoi rendre service.

Les PowerToys ! Voilà un nom que beaucoup connaissent, et pour cause : il ne date pas d’hier. Il s’agissait initialement d’une collection d’outils pour Windows 95, afin de fournir aux utilisateurs « avancés » des capacités supplémentaires.

Le plus célèbre était TweakUI, petit utilitaire permettant d’influer sur des paramètres de l’interface et de personnaliser le comportement d’éléments comme l’Explorateur, la barre des tâches, le menu Démarrer, le comportement de la souris (avec la prise de focus des fenêtres), l’accès aux documents récents, les connexions à l’ouverture de session, etc.

Plusieurs autres étaient tout aussi connus, comme Alt-Tab Replacement affichant des miniatures des fenêtres ouvertes plutôt que de simples icônes. Ce que Vista fera nativement plus tard. On se souvient aussi de Virtual Desktop Manager qui offrait de créer des bureaux virtuels, de Power Calculator et de ses graphiques ou encore d’Open Command Window Here, ajoutant une fonction simple mais pourtant évidente : ouvrir une ligne de commande depuis le dossier sélectionné.

Les PowerToys ont perduré jusqu’à Windows XP, pour lequel Microsoft leur a offert une dernière mise à jour pour les rendre compatibles. Ils ont ensuite disparu pendant presque 15 ans. En septembre, « coup de théâtre » (toutes proportions gardées), l’éditeur les ressuscite. Mais avec de nouveaux, et en open source cette fois (licence MIT).

L’installation se fait via un petit fichier MSI disponible sur le dépôt GitHub de Microsoft. L’installation est très rapide et demandera simplement à la fin si l’utilisateur souhaite que les outils se lancent automatiquement avec le système. 

On peut également les installer via Chocolatey et une simple commande classique ou PowerShell :

choco install powertoys

Petit passage en revue de ce que l’on y trouve actuellement, notamment le dernier ajout en date : PowerRename.

Les raccourcis clavier de Windows 10

Le premier outil est le plus simple à comprendre et le plus rapide à utiliser. Il installe automatiquement un raccourci clavier sous forme d’un appui prolongé sur la touche Windows. Dès que l’action est effectuée, la liste des actions disponible reste affichée tant que la touche n’a pas été relâchée.

Rien de bien compliqué, mais les utilisateurs désireux de connaitre les raccourcis clavier de Windows 10 devraient y trouver leur compte. Non seulement on y trouvera la liste de ceux impliquant la touche Windows pour ouvrir le Centre d’action, l’Explorateur, les Paramètres et autres, mais également les actions disponibles sur la fenêtre en cours d’utilisation : maximiser, minimiser, ancrer à gauche ou à droite.

L’outil n’ajoute en lui-même aucun autre raccourci et se contente d’exposer les existants. Il sert surtout de mise en bouche aux PowerToys en respectant l’idée principale : un petit utilitaire discret qui peut rendre service de temps en temps.

PowerToys raccourcis

Fancy Zones et la disposition des fenêtres

On entre un peu dans le vif du sujet avec Fancy Zones. Cette fois, l’utilisateur va pouvoir définir des zones de répartition via un raccourci clavier, personnalisable. Une fois activé, il a le choix entre plusieurs modèles sur la base de trois applications à répartir. Une image valant mieux qu’un long discours, voici ce qu’il verra par défaut :

PowerToys Fancy Zones

On peut choisir le nombre de fenêtres à répartir, la disposition, l’affichage d’un léger espace pour séparer les fenêtres et sa largeur et même créer ses propres modèles. Une fois que l’on a choisi ce que l’on souhaitait, les fenêtres se déplacent en maintenant Maj enfoncé, ce qui active par surimpression les zones disponibles. Dès que le pointeur de la souris atteint la zone ciblée, cette dernière se colorise (bleu par défaut, personnalisable) et il suffit de lâcher le clic gauche.

L’utilité des Fancy Zones dépendra énormément de la manière dont on utilise son PC. Si vous manipulez essentiellement deux fenêtres, l’outil ne servira pas à grand-chose : mieux vaut utiliser Snap et les ancrer chacune sur un côté de l’écran. D’autant que la séparation entre les deux sera ajustable : le gain sur une fenêtre sera automatiquement répercuté sur l’autre.  Ce que ne font pas les Fancy Zones. 

PowerToys Fancy ZonesPowerToys Fancy Zones

Si vous changez la taille d’une fenêtre, les autres ne s’adapteront pas automatiquement en conséquence.  Autre limitation, sortir une fenêtre de l’une des zones ne lui redonne pas l’aspect qu’elle avait avant d’y entrer. Là encore, le problème ne se présente pas avec Snap puisque désancrer une fenêtre la rebascule automatiquement sur la taille et la forme qu’elle avait.

Mais en dépit de ces quelques regrets, Fancy Zones a le potentiel d’être un outil puissant, d’autant plus que les options sont nombreuses : garder les positions après un changement de définition de l’écran ou d’écran actif, envoyer les nouvelles fenêtres vers leur dernière position connue, remplacer les raccourcis clavier Snap (Windows + flèche) pour déplacer les fenêtres de zone en zone, etc.

PowerToys Fancy ZonesPowerToys Fancy Zones

PowerRename : le renommage de fichiers par lots

PowerRename est le dernier arrivé dans la nouvelle formule des PowerToys, via la version 0.12 sortie fin octobre. Début novembre, une mouture 0.13 était d’ailleurs publiée pour corriger plusieurs problèmes liés à cet outil.

Comme le nom le laisse présager, l’utilisateur va pouvoir renommer des fichiers par lots en fonction de critères personnalisés. On accède à l’interface par un simple clic droit sur une sélection de fichiers ou directement sur un dossier. Dans ce dernier cas, tous les fichiers contenus dans l’arborescence seront concernés par défaut. Attention donc avant de vous lancer dans une opération, même si les changements sont annulables.

Après le clic droit et avoir cliqué sur PowerRename, la petite fenêtre qui s’ouvre affiche un champ de recherche et un de remplacement. On comprend vite l’objectif : remplacer l’expression du premier champ par celle du second. Exemple simple, remplacer les occurrences de « chrome » par « Firefox » dans une série de captures d’écran.

On peut voir dans la capture ci-dessous que l’outil indique combien de fichiers seront renommés par cette opération : 18 sur 23, signalant que 5 ne contiennent pas l’expression « chrome ».

PowerToys PowerRename

Cela étant, l’outil ne s’appelle pas « Power » pour une fonction aussi basique – qui pourtant n’est pas incluse nativement dans Windows 10. Sous les champs figurent toute une série d’options dont celle, très importante, liée aux expressions régulières. Même si le terme ne vous est pas familier, vous les avez probablement déjà utilisées.

Par exemple pour trouver toutes les images au format PNG dans un dossier ou dans tout le stockage : une recherche sur « *.PNG ». Les expressions régulières permettent ainsi d’utiliser des symboles pour donner des indications au système sur ce que l’on souhaite. PowerRename ne réinvente pas la roue et reprend les expressions déjà connues.

Quelques exemples simples :

  • .xxx : remplace les occurrences de « xxx » par le nouveau texte (.* pour remplacer l’intégralité du nom)
  • ^xxx : resserre la sélection sur les fichiers commençant par « xxx »
  • yyy$ : resserre la sélection sur les fichiers finissant par « yyy »
  • ^xxx yyy$ : resserre la sélection sur les fichiers commençant par « xxx » et finissant par « yyy »
  • xxx[\s\S]*yyy : sélectionne le texte compris entre « xxx » et « yyy »
  • .+?(?=x) : remplace tout le texte précédant « x »

PowerToys PowerRenamePowerToys PowerRenamePowerToys PowerRename

Pour aller (beaucoup) plus loin, les utilisateurs peuvent jeter un œil à la liste standardisée pour ECMAScript, avec laquelle PowerRename est compatible.

D’autres options étendent les capacités de l’outil : la sensibilité à la casse, la recherche de toutes les occurrences dans les noms (seule la première est traitée par défaut), l’exclusion des fichiers, dossiers ou sous-dossiers, l’application d’une numération ou encore une limitation au nom ou à l’extension des fichiers.

Partons sur un exemple concret. Dans un dossier contenant un nombre potentiellement élevé de fichiers, on souhaite trouver automatiquement ceux contenant le nom « opera » et leur appliquer une présentation plus propre de « Opera X », où X sera un numéro automatiquement attribué pour créer une série. On commence par cocher les cases pour activer les expressions régulières et la numération. La recherche se fera sur l’expression « .*opera.* », qui signifie littéralement « n’importe quoi, opera, n’importe quoi ».

On peut voir dans la capture ci-dessous que le résultat obtenu est bien le bon :

PowerToys PowerRename

Il s’agit bien sûr d’une expression générale, car on part du principe que le mot « opera » peut être n’importe où dans le nom du fichier. Si on sait qu’il est situé systématiquement au début, on peut raccourcir l’expression en « opera.* ».

L’outil sera particulièrement pratique pour nettoyer des noms de fichiers et en rationaliser les listes via une nomenclature personnalisée. Il sera également utile dans le cas d’une erreur souvent retrouvée, comme un nom de ville mal orthographié. Soulignons quand même que PowerRename perdra petit à petit de son intérêt, car de nombreux contenus sont aujourd’hui gérés par leurs métadonnées plutôt que par leurs fichiers.

Il a toute sa place sur un système d’exploitation classique, mais les plateformes mobiles ont accéléré la transition vers des applications prenant en charge toute la chaine de traitement, de la modification au partage, sans jamais avoir affaire aux fichiers proprement dits.

Nous mettrons cet article à jour au fur et à mesure que les PowerToys accueilleront de nouveaux venus.

24 commentaires
Avatar de darknoon29 Abonné
Avatar de darknoon29darknoon29- 19/11/19 à 13:55:28

Bientôt le retour de Microsoft Plus! ? :D

Avatar de seboquoi Abonné
Avatar de seboquoiseboquoi- 19/11/19 à 13:56:24

Je travaille sur un 32" WQHD et j'utilise Fancy Zones quotidiennement, vraiment un super outil.

Avatar de Jarodd INpactien
Avatar de JaroddJarodd- 19/11/19 à 14:06:22

J'ai cru que l'article allait parler de Trombine :craint:

RIP :incline:

Avatar de Daweb Abonné
Avatar de DawebDaweb- 19/11/19 à 14:13:43

Pinaise Fancy Zone, c'est juste une tuerie :)

Avatar de Notice me Sempai Abonné
Avatar de Notice me SempaiNotice me Sempai- 19/11/19 à 14:32:41

arf ce sous-titre, j'ai robot chicken dans la tete maintenant.

C'est pas mal, je vais m'installer tout ca!

Avatar de Derived Abonné
Avatar de DerivedDerived- 19/11/19 à 14:50:15

J'ai deux écrans 27" WQHD, du coup Fancy Zones ca ne m'interesse pas particulièrement.

PowerRename en revanche, j'aime vraiment beaucoup!

Avatar de WhiteHope Abonné
Avatar de WhiteHopeWhiteHope- 19/11/19 à 14:53:19

Oulah ! Ils on du potentiels ces petits outils... J'étais trop jeune pour avoir compris leurs puissances sous XP, mais je ne referai pas la même erreur cette fois.

  • La liste des raccourcis possibles c'est hyper pratique pour apprendre (par la suite on peut enlever)

  •   Fancy Zone une fois qu'on pourra y appliquer les paramètres de Snap manquant va être hyper puissant ( 8 fenêtres ouvertes? pas de soucis, j'envoie ça sur des segements snappés de mon écran via des ctrl+alt+direction et je redimensionne à la main.. ou autmatiquement).

  • Lancer une commande depuis un dossier. Oui ! Juste OUI ! On pourra envoyer des grep / find / sed dans un dossier sans avoir besoin de trouver le dit-dossier dans un terminal. Et j'irai plus vite que la recherche windows :-)

  • PowerRename peut être pratique pour ranger un peu ses dossiers. Même si il est vrai que les métadonnées sont quand même de plus en plus utilisées.

    Hâte de voir la suite en  tout cas !

Avatar de TheKillerOfComputer Abonné
Avatar de TheKillerOfComputerTheKillerOfComputer- 19/11/19 à 15:00:30

PowerRename ne vaut pas un bon vieux LupasRename, plus simple à manier car pas d'expression régulière pénible à exploiter. Le temps de faire une expression qui fonctionne, on aura déjà tout renommé à la main :transpi:

Avatar de nicopelle Abonné
Avatar de nicopellenicopelle- 19/11/19 à 15:19:33

Perso, j'utilise  Ant Renamer qui date un peu (la dernière version date de 2015...) mais qui, pour moi, fait son travail (98% de mes besoins sont pré-définit.... et reste les expressions régulières au cas où...)

Avatar de CaiRve Abonné
Avatar de CaiRveCaiRve- 19/11/19 à 15:35:37

Je plussois pour Ant renamer, austère, mais d'une puissance ....

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3