Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Reconnaissance faciale : la lettre de la CNIL adressée à Renaud Muselier

« Idéologie poussiéreuse »
Droit 2 min
Reconnaissance faciale : la lettre de la CNIL adressée à Renaud Muselier

Hier un psychodrame s’est noué entre des élus du Sud de la France – Christian Estrosi, Eric Ciotti et Renaud Muselier – et la CNIL. Le trio reproche à l’autorité d’avoir jugé illicite l’installation d’un portique biométrique à l’entrée de deux lycées. Next INpact diffuse la lettre adressée par la CNIL à la présidence de la région PACA.

La CNIL a considéré que les portiques biométriques, quand bien même ne seraient-ils qu’ expérimentés sur une année scolaire, ne peuvent passer le cap du règlement général sur la protection des données personnelles.

D’un, ces données biométriques sont par définition sensibles. De deux, le dispositif concerne des mineurs, population particulièrement protégée par le texte européen. Enfin, il existe plusieurs solutions alternatives qui permettent d’atteindre le même objectif, comme l’usage de badge d’accès.

Dans la missive, qui fut signalée hier par Mediapart et que nous diffusons intégralement ci-dessous, la CNIL a tenté de faire œuvre de pédagogie. Elle a rappelé le principe de proportionnalité pour souligner, à l’aide du considérant 39 que les données biométriques des élèves « ne devraient être traitées que si la finalité du traitement ne peut être raisonnablement atteinte par d'autres moyens ».

Marie-Laure Denis, présidente de l'autorité, explique au passage le particularisme de la biométrie : « à la différence d’un badge perdu ou détourné, la perte ou le détournement d’une donnée biométrique fait peser un risque majeur pour la personne concernée ».

Et pour cause, « la donnée biométrique compromise reste attachée à son identité, mais ne peut, contrairement à un badge ou un mot de passe, être révoquée ». Autre piqûre de rappel : les directeurs des lycées Les Eucalyptus à Nice et Ampère à Marseille seront bien co-responsables de ces expérimentations, si du moins ces projets venaient à ne pas être abandonnés…

Voilà donc « l’avis » que les trois élus ont considéré comme fruit d’une « idéologie poussiéreuse », « tout à fait regrettable », « basée sur des principes dépassés », « d’un autre temps »... On notera que le projet repose également sur un « suivi des personnes » au sein des établissements.

La CNIL n’a pas réceptionné d’analyse d’impact sur le sujet et s’est donc concentrée sur la reconnaissance faciale. Elle rappelle que dans la mesure où ce suivi électronique concerne des « personnes identifiables », il implique nécessairement un traitement de données à caractère personnel. Et donc l’application du RGPD. 

lettre cnil PACA biométrique lycées marseille nicelettre cnil PACA biométrique lycées marseille nicelettre cnil PACA biométrique lycées marseille nice

46 commentaires
Avatar de Sans intérêt Abonné
Avatar de Sans intérêtSans intérêt- 30/10/19 à 15:21:45

Les trois élus ont-ils déjà produit un jour un résultat positif de l'installation des caméras où que ce soit ?

Pour rappel, les caméras de vidéosécurité n'avaient pas empêché l'attentat terroriste sur la Promenade des Anglais de 2016, alors que le camion avait été filmé durant ses repérages, circulant sur une voie qui lui était pourtant interdite.

À part ficher les gens, par pur fantasme sécuritaire, qu'espèrent-ils ?

Avatar de eglyn Abonné
Avatar de eglyneglyn- 30/10/19 à 15:22:49

Sans intérêt a écrit :

À part ficher les gens, par pur fantasme sécuritaire, qu'espèrent-ils ?

Des voix pour les prochaines élections, basées sur la peur des gens, rien de neuf...

Avatar de Fl0Wer Abonné
Avatar de Fl0WerFl0Wer- 30/10/19 à 15:24:23

Nul doute qu'une proposition de loi sur le sujet devrait émerger à l'Assemblée nationale prochainement.

Avatar de Sans intérêt Abonné
Avatar de Sans intérêtSans intérêt- 30/10/19 à 15:28:49

Ce qui est regrettable, c'est que les études démontrent que pour un euro dépensé, la caméra est de loin moins performante qu'un policier. Dépenser de l'argent pour confirmer les fantasmes au coût de l'efficacité, c'est totalement irresponsable.

Avatar de GourouLubrik INpactien
Avatar de GourouLubrikGourouLubrik- 30/10/19 à 15:34:41

Les rectorats des académies concernés ont ils réagit ces mises en place ? 
Et le ministre M. Blanquer ?

Personne n'y trouve rien à y redire ?

Avatar de CowKiller INpactien
Avatar de CowKillerCowKiller- 30/10/19 à 16:14:40

...mais le boulot de lavage de cerveau dans la tête de la population se fait tranquillement. Il y a une "bonne" émission qui fait le boulot en ce moment sur TMC : 90' d'enquêtes. Ils passent beaucoup de temps à montrer des expériences positives avec la vidéosurveillance et l'encense régulièrement. Pas besoin de chiffres pour convaincre le béni oui oui, un petit programme télé bien émotionnel avec des gens sauvés et c'est bon.

La reconnaissance faciale finira par être accepté dans la tête de la majorité de la population au nom de la sacro-sainte sécurité. Un peu de média poubelle à son sujet et ça passera. Et on rigolera (jaune) dans 5 ans d'avoir diaboiisé la vidéosurveillance avec reconnaissance faciale de la Chine

Édité par CowKiller le 30/10/2019 à 16:18
Avatar de Jarodd Abonné
Avatar de JaroddJarodd- 30/10/19 à 16:54:54

Une réponse claire et argumentée, à l'opposé des 3 zozos qui insultent la CNIL sur Twitter.

J'aimerais bien qu'un journaliste (Elise Lucet si tu m'entends) les suive pendant quelques jours, 24h/24. Pour notre sécurité, afin d'être sûr que nos élus ne font pas de bêtise. Ca les calmerait peut-être., eux qui veulent surveiller tout le monde mais s'offusquent dès qu'il s'agit de leur petite personne (la transparences des élus, tout ça...)

Avatar de espritordu Abonné
Avatar de espritorduespritordu- 30/10/19 à 17:06:10

CowKiller a écrit :

La reconnaissance faciale finira par être accepté dans la tête de la majorité de la population au nom de la sacro-sainte sécurité. Un peu de média poubelle à son sujet et ça passera. Et on rigolera (jaune) dans 5 ans d'avoir diaboiisé la vidéosurveillance avec reconnaissance faciale de la Chine

Tu vas vite en besogne... l'aspiration des données en ligne par le Fisc en a fait réfléchir plus d'un, y compris les plus imperméables à la notion de confidentialité, et notamment dans le même camp politique des Ciotti et cie. Depuis on entend de moins en moins les fameux "comme je n'ai rien à me reprocher je n'ai rien à cacher".

Encore quelques fautes dans ce genre (qui ne sauront tarder) et le citoyen endormi ne sera peut-être plus si passif que ça face à l'instauration de la surveillance généralisée.

Avatar de CowKiller INpactien
Avatar de CowKillerCowKiller- 30/10/19 à 17:24:58

Je vois toujours pas de changement dans mon entourage. C'est plutôt le contraire, j'ai l'impression que tout passe comme une lettre à la poste. Par exemple la reconnaissance facile d'Alicem, je suis étonné mais ça en touche une à la majorité de mon entourage sans faire bouger l'autre. Il n'y a que sur nextinpact que je trouve des gens qui réagissent :mdr:

Mais j'espère que l'avenir te donnera raison

Édité par CowKiller le 30/10/2019 à 17:25
Avatar de anonyme_f6b62d162990fde261db0e0ba2db118e Abonné

Jarodd a écrit :

J'aimerais bien qu'un journaliste (Elise Lucet si tu m'entends) les suive pendant quelques jours, 24h/24. Pour notre sécurité, afin d'être sûr que nos élus ne font pas de bêtise. Ca les calmerait peut-être., eux qui veulent surveiller tout le monde mais s'offusquent dès qu'il s'agit de leur petite personne (la transparences des élus, tout ça...)

Croiser les données biométriques des comptes en Suisse avec celles des accès à l'Assemblée. Pour la sécurité de nos élus.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 5