Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Redevance Copie privée : le point sur le possible assujettissement des disques durs internes

Coucou les data centers d'OVH !
Droit 5 min
Redevance Copie privée : le point sur le possible assujettissement des disques durs internes
Crédits : Kirillm/iStock

Le sujet des disques durs internes continue sa route au sein de la commission chargée d’établir l’assiette de la redevance pour copie privée. Derrière, se profile le possible assujettissement de l'ensemble des PC fixes et portables, avec l'épineuse question des matériels réservés aux professionnels. Point d’étape.

La situation presse chez les bénéficiaires, à savoir les sociétés de gestion collective comme la SACEM. Le dernier rapport annuel de la commission de contrôle a relevé en effet que la redevance sur les supports vierges « connaît une extrême dépendance au marché des téléphones, qui représente fin 2018 presque les deux tiers des collectes, ce mouvement ne faisant que se renforcer au fil du temps ».

Puisqu’il n’est jamais bon de mettre ses œufs dans le même panier, avec la baisse des ventes des supports traditionnels (clés USB, cartes mémoire, CD et DVD vierges, lecteurs MP3, etc.), les ayants droit sont désormais en quête de nouveaux territoires de perceptions. Leurs yeux sont tournés vers un stockage jusqu’alors épargné : les disques durs internes (et SSD), ce qui intègre de facto tous les ordinateurs fixes et les PC portables.

Le 18 décembre dernier, Copie France a ainsi fait inscrire cette future manne dans le programme de travail de la Commission Copie Privée, pour la période 2019-2021. Officiellement, rien n’est prédestiné. La commission rattachée au ministère de la Culture poursuit ses travaux sans présager le passage à l’étape supérieure.

Aux oreilles de la commission de contrôle, cette société civile, chargée de collecter la redevance, a toutefois déjà des idées bien arrêtées. Elle espère la mise en œuvre d’une redevance sur les disques nus dès « le 1er trimestre de l’année 2020 au plus tôt », avant « une montée en charge progressive des collectes. »

Existe-t-il des disques durs par définition professionnels ? 

La situation soulève cependant des questions critiques. Frapper ces disques durs nus, c’est frapper toute l’informatique professionnelle – centres de données compris – appelée à dédommager les sociétés de gestion collective pour des copies privées d’œuvres qu’elle ne réalise pas.

Le problème surgit rapidement : le droit européen impose que la copie privée ne soit payée que pour les seules copies réalisées pour un usage privé (première condition) par des particuliers (seconde condition).

En France, la solution a été d’assujettir les supports au plus haut de la chaîne commerciale, là où on ne connaît pas encore leur destination (achat pour copie privée, achat professionnel). Résultats : les entreprises, les associations, les églises, les administrations, etc. doivent donc payer puis se faire rembourser cette RCP.

Ces structures peuvent aussi opter pour une exemption, solution alternative programmée par le législateur. Remboursements ou exemptions ne fonctionnent toutefois que très mal, notamment en raison de la faible publicité faite pour ces procédures. Résultat : les sommes collectées et donc non restituées sont conservées par la sphère culturelle.

Le dernier compte rendu de la commission, mis en ligne sur le site du ministère de la Culture, révèle les intérêts en jeu. Du côté des industriels, qui occupent six sièges au sein de l’instance, l’idée est de limiter la casse, en isolant certains disques durs qui, par définition, seraient réservés aux usages « pro ».

Les critères du MTBF ou des canaux de distribution

Parmi les critères, il s’agirait de tenir compte du MTBF (« Mean time between failures », soit le temps moyen entre pannes). « Un critère MTBF d’1 million d’heures (ou plus) permet d’identifier un disque dur interne comme étant professionnel et (…) un MTBF d’1,750 million d’heures permet d’identifier un SSD interne professionnel » assure Mathieu Gasquy, représentant de l’Alliance Française des Industries du Numérique et responsable des ventes EMEAI (Europe, Middle East, Africa, India) de Western Digital.

« Le temps théorique qui s’écoule avant la première panne sur les équipements professionnels est beaucoup plus long que sur les équipements grand public : c’est pourquoi un temps long avant la première panne permet d’identifier des produits professionnels » insiste Stella Morabito, du même syndicat. 

En l’état, le critère du MTBF permettrait d’exclure près de la moitié du marché français des stockages internes, soit 500 000 pièces sur un million écoulées en 2018. Comme l’a relevé l’AFNUM, ce n’est toutefois qu’un indice puisque des produits d’entrée de gamme peuvent aussi être utilisés par des professionnels, dont des PME. 

L’idée de retenir ce levier n’a pas été au goût des ayants droit (12 sièges en commission). « Ce qui est perçu comme une norme professionnelle aujourd’hui pourrait, d’ici un an ou deux, devenir très largement grand public » anticipe Idzard Van der Puyl, membre de Copie France. 

Consciente de ces limites, l’Afnum a une autre piste en tête : « identifier les revendeurs dont l’activité est principalement tournée vers les professionnels ». Une telle démarche « permettrait (…) d’éviter des débats sur les caractéristiques techniques et de mieux viser les utilisateurs professionnels ».

Cependant, lui a encore opposé le représentant des ayants droit, la loi française est organisée en fonction des usages (pro ou privés), non en fonction des circuits commerciaux réservés aux pros. « Un canal de distribution pourra bénéficier d’une exonération s’il s’avère que les supports ne seront utilisés que dans un cadre professionnel et qu’il n’y aura pas d’usage de copie privée » tempère Idzard Van der Puyl, qui sait sans doute que cette démonstration n'est pas aisée. 

PC fixes, PC portables, disques durs nus

Bref, les débats se poursuivent en commission copie privée pour tenter de faire émerger des critères permettant d’évincer les disques nus dont les caractéristiques objectives les dédient à un usage professionnel, sans copie privée. 

Si elle échoue, cette quête sera dans tous les cas favorable aux ayants droit qui pourraient alors considérer que la redevance s’applique de facto, à charge pour les professionnels de se lancer dans une procédure de remboursement. 

Le compte rendu publié sur le site de la commission laisse présager des suites à venir. Le représentant de Copie France considère, à l’aide de travaux menés par le cabinet GFK, « une très forte analogie entre les PC portables et les tablettes PC ». Le collecteur de la redevance plaide ainsi pour que soit lancée « assez rapidement une étude sur les PC portables ». Cette étude d’usage permettrait de jauger des pratiques de copie privée sur ces appareils pour justifier ensuite la perception d’une nouvelle redevance.

47 commentaires
Avatar de Furanku Abonné
Avatar de FurankuFuranku- 21/10/19 à 14:32:10

Quelle bande de vautours sérieux...
C'est limite de la corruption et du racket institutionnalisé à ce niveau là.

Édité par Furanku le 21/10/2019 à 14:32
Avatar de Righall Abonné
Avatar de RighallRighall- 21/10/19 à 14:38:57

Furanku a écrit :

Quelle bande de vautours sérieux...
C'est limite de la corruption et du racket institutionnalisé à ce niveau là.

Inutile de se limiter...

Avatar de Leum Abonné
Avatar de LeumLeum- 21/10/19 à 14:46:44

On est d'accord.

la loi française est vraiment organisée de façon mafieuse quand il s'agit du ministère de la culture...

Avatar de vizir67 Abonné
Avatar de vizir67vizir67- 21/10/19 à 14:52:24

les ayants droit sont désormais en quête de nouveaux territoires de perceptions.
Leurs yeux sont tournés vers un stockage jusqu’alors épargné :

je me disais aussi "c'est trop beau............", et VLAN !!! :mad:

https://www.youtube.com/watch?v=8OKDDN1H5NE

Avatar de inextenza Abonné
Avatar de inextenzainextenza- 21/10/19 à 14:53:10

C'est surtout sur le fait que les procédures de remboursement sont invivables... perso, le matos pro lié à mon activité de photographe vient le moins possible de France : ben non, mes cartes mémoire, mes clefs USB les disques durs ne servent pas à la détention illégitime d'oeuvres protégées pour lesquelles je chercherais à m'affranchire des droits d'auteurs... donc fuck la RCPE et ses procédures impossibles

Avatar de DeuS Abonné
Avatar de DeuSDeuS- 21/10/19 à 14:54:22

Existe-t-il une définition de la copie privée ? A l'ère du streaming (pas de stockage en mémoire de masse), des lives, des clouds, où vont-ils aller piocher prochainement ?

Existe-t-il une étude comptabilisant la proportion des français stockant du contenu sujet aux DRM sur des support disque interne/externe ?

Avatar de Omerlablonde Abonné
Avatar de OmerlablondeOmerlablonde- 21/10/19 à 14:56:13

Racket
Vol en bande organisée
Extorsion
.....
Tellement de façon de qualifier la RCP ^^

Après, pour identifier les circuits pro, c'est peut être pas si compliqué. Si je dis pas de bêtise, pour acheter du matériel en tant que pro sur un site, il faut donner un N° SIRET pour créer son compte. ( ex un artisan dans la famille qui a acheté son informatique pour le boulot sur ldlc-pro, et il a fallut le SIRET pour créer le compte.
Partant de là, séparer les utilisateurs pro ou particuliers devient plus facile, encore faut-il le vouloir.

Mais bon, je suis suis pas un pro, y'a peut être des choses qui m'échappent.
Quand je lis les ayants droit, c'est un peu le renversement de la charge de la preuve : tu paies plein pot, à toi ensuite de prouver que tu es un pro pour te faire rembourser.

Les achats ailleurs en Europe ont encore de beaux jours devant eux :)

Avatar de vizir67 Abonné
Avatar de vizir67vizir67- 21/10/19 à 15:00:43

où vont-ils aller piocher prochainement ?

  • oh, ils trouveront 'bien'....n'es crainte ! :windu:
Avatar de vizir67 Abonné
Avatar de vizir67vizir67- 21/10/19 à 15:15:55

e renversement de la charge de la preuve....

  • c'est très à la mode, ça ! :reflechis:

  • à force de faire des exceptions (pour un 'oui', pour un 'non'), à la Règle Générale, on en arrive à......... !

Avatar de Kazer2.0 Abonné
Avatar de Kazer2.0Kazer2.0- 21/10/19 à 15:23:01

J'suis à côté de l'Allemagne, faudrait que j'y fasse un tour :transpi:

Mais même simplement Amazon.de pour un SSD identique, la différence de prix est violente, j'avais jamais fait gaffe.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 5
  • Introduction
  • Existe-t-il des disques durs par définition professionnels ? 
  • Les critères du MTBF ou des canaux de distribution
  • PC fixes, PC portables, disques durs nus
S'abonner à partir de 3,75 €