Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Radars et défaut d’assurance : de simples courriers envoyés dans un premier temps

Lettre aimée
Droit 4 min
Radars et défaut d’assurance : de simples courriers envoyés dans un premier temps
Crédits : Gilles_Paire/iStock/Thinkstock

Bien que le défaut d’assurance soit désormais sanctionnable par le biais des radars automatiques, le ministère de l'Intérieur vient d’annoncer que les contrevenants recevraient pour l’instant un courrier les invitant à régulariser leur situation. Cette phase à visée préventive devrait durer « quelques mois ».

Alors que de plus en plus de conducteurs sont verbalisés sans interpellation, le gouvernement a autorisé le 19 septembre dernier le Centre automatisé de constatation des infractions routières de Rennes (qui gère notamment les contraventions relevant des radars automatiques) à s’interconnecter au FVA, pour « fichier des véhicules terrestres à moteur assurés ».

Cette gigantesque base de données, alimentée et régulièrement mise à jour par les assureurs, recense depuis l’année dernière l’ensemble des véhicules assurés « au tiers » – ce qui est pour rappel obligatoire en France.

Si policiers et gendarmes pouvaient ainsi interroger le FVA lors de leurs contrôles, afin de vérifier qu’un véhicule est bien assuré, les pouvoirs publics souhaitaient de longue date automatiser ce processus.

Un courrier afin de faire rentrer dans le rang les conducteurs non-assurés

C’est désormais chose faite. Tout du moins sur le plan juridique, puisqu’en pratique, les pouvoirs publics étaient restés jusqu’ici bien discrets sur cette réforme, actée au Journal officiel sans communiqué ni opération de communication particulière.

Le ministère de l'Intérieur et la Sécurité routière sont finalement sortis de leur silence, hier, confirmant le lancement opérationnel du dispositif :

« Si un véhicule est flashé pour une infraction d'excès de vitesse ou de franchissement de feu, et qu'un avis de contravention est envoyé à son propriétaire après les vérifications d'usage, le FVA sera systématiquement consulté. Cette consultation interviendra après un délai d'au moins 3 jours après la date et l'heure de l'infraction, afin de s'assurer de l'exacte mise à jour du fichier ; la loi impose en effet aux assureurs un délai de 3 jours pour alimenter le FVA de tout nouveau contrat, ou des modifications apportées à un contrat existant. »

Si le défaut d’assurance est en principe passible d’une amende forfaitaire délictuelle de 750 euros (pour les conducteurs majeurs épinglés pour la première fois), les contrevenants ne seront cependant pas sanctionnés dans l’immédiat.

Une phase transitoire de « quelques mois »

« Dans un premier temps, dans un but de prévention, tout propriétaire d'un véhicule flashé, pour lequel il aura été constaté que n'existe pas d'assurance, recevra un courrier adressé conjointement par le Fonds de garantie des assurances obligatoires de dommages (FGAO) et la Délégation à la sécurité routière (DSR) », a annoncé hier la Sécurité routière.

Le but de cette missive ? Inviter le contrevenant à régulariser sa situation au plus vite, en lui rappelant notamment les risques financiers et judiciaires auxquels il s’expose (voir ci-dessous). Une initiative qui n’est pas sans rappeler la riposte graduée confiée à la Hadopi, aux fins d’enrayer le piratage d’œuvres protégées.

sécurité routière assurance

Cette phase n’est cependant que transitoire. « En demandant aux personnes de s'assurer, on va d'abord essayer de favoriser la réassurance ou l'assurance spontanée après avertissement. Et puis, dans quelques mois seulement, si on n'est pas assuré et flashé, on recevra une amende forfaitaire délictuelle de 750 euros » a prévenu Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière, auprès de France Info.

Dans son communiqué, la Sécurité routière se montrait plus vague encore, puisqu’elle affirmait que les sanctions deviendraient automatiques « lorsqu'il sera jugé opportun de mettre fin à cette opération de prévention ».

Si l’on se plonge dans les documents annexés par le gouvernement au projet de loi de finances pour 2020, on peut lire qu’il est « envisagé de commencer ce contrôle automatisé du défaut d’assurance au dernier trimestre 2019 », « après une phase d’expérimentation et de prévention ».

L’exécutif s’attend d’ailleurs à ce que cette réforme donne « une efficacité majeure au FVA, en permettant le contrôle d’un très grand nombre de véhicules en circulation, soit tous ceux ayant fait l’objet d’une infraction constatée à l’aide d’un radar ».

Bientôt un fichier censé faire ressortir les véhicules non-assurés

Il n’en demeure pas moins que cet envoi de courriers « préventifs » reste surprenant. Et pour cause. Lors de la mise en place du FVA, il a été prévu que l’association d’assureurs AGIRA, qui gère notamment l’indemnisation de certaines victimes d’accidents de la route, mette en place un second fichier, consacré cette fois aux « véhicules susceptibles de ne pas satisfaire à l'obligation d'assurance ».

Pour cela, l’AGIRA est habilitée à effectuer un « croisement » quotidien entre le FVA et certaines informations issues du Système d’immatriculation des véhicules, le fameux fichier des cartes grises. Faute de correspondance entre un numéro de plaque d’immatriculation et une police d’assurance, le système a ainsi vocation à faire ressortir les « anomalies ».

Difficile dès lors de comprendre pourquoi seules les personnes flashées par radar automatique recevront un tel courrier... Contactée par nos soins, la Sécurité routière fait valoir que ce second fichier n’est pas encore opérationnel.

Selon l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), 700 000 personnes rouleraient à ce jour sans assurance. Un phénomène particulièrement inquiétant au regard des 175 décès survenus, rien que pour l’année dernière, suite à des accidents impliquant un véhicule non assuré.

75 commentaires
Avatar de Shadowman_2k3 Abonné
Avatar de Shadowman_2k3Shadowman_2k3- 16/10/19 à 13:26:10

En soit, rien n'empêche d'avoir un véhicule avec une simple responsabilité civile (sans tiers).
Suffit de voir sur les circuits le nombres de véhicule non assurés qui tournent mais avec une assurance corporelle en plus liée à une licence de course donc affiliée au pilote et non au véhicule.

Sinon +1 pour ce suivi, me suit fait percuter par un scooter non assuré, je ne vous raconte pas la galère entre mon assurance et le FGAO pour se faire indemniser ...

Avatar de croustx Abonné
Avatar de croustxcroustx- 16/10/19 à 13:33:39

Shadowman_2k3 a écrit :

En soit, rien n'empêche d'avoir un véhicule avec une simple responsabilité civile (sans tiers).
Suffit de voir sur les circuits le nombres de véhicule non assurés qui tournent mais avec une assurance corporelle en plus liée à une licence de course donc affiliée au pilote et non au véhicule.

Sinon +1 pour ce suivi, me suit fait percuter par un scooter non assuré, je ne vous raconte pas la galère entre mon assurance et le FGAO pour se faire indemniser ...

Oui, mais le véhicule de course doit venir au circuit sur plateau - et non roulant par la route.

L'assurance, même au tiers, est obligatoire en France sur les véhicule roulant sur route ouverte.

Avatar de Shadowman_2k3 Abonné
Avatar de Shadowman_2k3Shadowman_2k3- 16/10/19 à 13:38:47

croustx a écrit :

Oui, mais le véhicule de course doit venir au circuit sur plateau - et non roulant par la route.

L'assurance, même au tiers, est obligatoire en France sur les véhicule roulant sur route ouverte.

Oui oui tout à fait, ce paragraphe est en réponse à interrogation sur le fichier de AGIRA : croisement des cartes grises avec les véhicules non assuré donc "anomalie".

Avatar de lanoux Abonné
Avatar de lanouxlanoux- 16/10/19 à 13:46:22

Ouais, ils sont raccord, défaut d'assurance une lettre, conduite sans permis depuis 8 ans 250€ d'amendes et stage de sensibilisation à la sécurité routière (bon pour ça il faut être maire de donge).

Avatar de crocodudule INpactien
Avatar de crocodudulecrocodudule- 16/10/19 à 14:03:38

Je déteste le procédé car le flicage automatique est une bombe à retardement qui explosera lorsque arrivera le jour (qui semble de moins en moins hypothétique hélas) où un tyran populiste prendra le pouvoir.

En revanche, accepter l'idée de ne pas verbaliser, même un temps, un type qui n'a pas d'assurance est tout simplement incroyable.

En cas d'accident, les personnes blessées (ou pire) vont mettre des mois ou années à être indemnisées (le fonds d'indemnisation met du temps à proposer une indemnisation, elle est souvent faible, imposant de devoir la contester par une expertise judiciaire etc...), et pour le responsable c'est une vie d'endettement qui s'annonce devant lui.

Bref, s'il y a bien un sujet où on ne peut pas se permettre de cela jouer magnanime, c'est bien le fait de rouler sans assurance ou sans permis (puisque pas de permis avec un accident = refus d'assurance).

Avatar de luckydu43 Abonné
Avatar de luckydu43luckydu43- 16/10/19 à 14:06:17

Pluzin, rien à ajouter

Avatar de dematbreizh Abonné
Avatar de dematbreizhdematbreizh- 16/10/19 à 14:18:53

Actu voiture en vue,
commentaires: start!

qui sera le premier à parler des motos?
et qui des piétons?

Édité par dematbreizh le 16/10/2019 à 14:19
Avatar de odoc Abonné
Avatar de odocodoc- 16/10/19 à 14:19:29

crocodudule a écrit :

Je déteste le procédé car le flicage automatique est une bombe à retardement qui explosera lorsque arrivera le jour (qui semble de moins en moins hypothétique hélas) où un tyran populiste prendra le pouvoir.

quand on voit comment le gouvernement actuel gère les problèmes c'est même à se demander ce qu'un Le Pen (exemple au hasard) ferait de pire ....

En revanche, accepter l'idée de ne pas verbaliser, même un temps, un type qui n'a pas d'assurance est tout simplement incroyable.

En cas d'accident, les personnes blessées (ou pire) vont mettre des mois ou années à être indemnisées (le fonds d'indemnisation met du temps à proposer une indemnisation, elle est souvent faible, imposant de devoir la contester par une expertise judiciaire etc...), et pour le responsable c'est une vie d'endettement qui s'annonce devant lui.

Bref, s'il y a bien un sujet où on ne peut pas se permettre de cela jouer magnanime, c'est bien le fait de rouler sans assurance ou sans permis (puisque pas de permis avec un accident = refus d'assurance).

+1 je me demande meme si une victime pourrait pas se retourner au civil contre l'état et le poursuivre pour négligence. Bon je suis pas juriste hein et on n'est pas au US, mais la réponse serait intéressante

Avatar de serpolet Abonné
Avatar de serpoletserpolet- 16/10/19 à 14:19:53

« Conduire sans assurance : connaître et comprendre les risques » On croit rêver ! Comme si c'était un choix relevant de la vie privée... C'est interdit, point. Direction commissariat ou gendarmerie avec régularisation immédiate, amende et paiement rétroactif des périodes non assurées.

Avatar de dematbreizh Abonné
Avatar de dematbreizhdematbreizh- 16/10/19 à 14:21:13

Certes.
En revanche, je ne vois pas le lien (fait en tout dernier paragraphe de l'actu) avec le nombre de morts... l'assurance ne sauve aucune vie que je sache.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 8
  • Introduction
  • Un courrier afin de faire rentrer dans le rang les conducteurs non-assurés
  • Une phase transitoire de « quelques mois »
  • Bientôt un fichier censé faire ressortir les véhicules non-assurés
S'abonner à partir de 3,75 €