Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Droit à la revente des jeux vidéo : l’UFC vise déjà d’autres plateformes

Steamulation
Droit 1 min
Droit à la revente des jeux vidéo : l’UFC vise déjà d’autres plateformes
Crédits : mtreasure/iStock

Ce 17 septembre, « le tribunal de Grande Instance de Paris a reconnu aux consommateurs le droit de revendre leurs jeux achetés via la plateforme éditée par Valve » confirme à son tour l’UFC-Que Choisir. Une révolution dans cet univers, qui reste encore fragile, l'éditeur pouvant faire appel. 

L’association de consommateurs réagit à la condamnation de l’éditeur Valve à corriger son contrat Steam, qui prohibe ces reventes : « Après quatre années de bataille, c’est une véritable conquête de droits dans l’univers numérique pour les "gamers" ». 14 clauses en tout ont été épinglées par le tribunal de grande instance de Paris, dans le jugement révélé par Next INpact.

Suite à cette décision, anticipe l’UFC, Valve va devoir « repenser sa plateforme pour permettre aux utilisateurs de revendre leurs contenus ». L’association relève à raison que d’autres clauses ont été épinglées par la même occasion : « Valve doit rembourser les fonds du portemonnaie Steam aux utilisateurs qui en font la demande. Valve ne pourra plus s’approprier et exploiter tous les contenus et « mods » créés par ses utilisateurs ».

En outre, « la société devra assumer sa responsabilité lorsque ses utilisateurs subissent des dommages du fait de l’utilisation de la plateforme ou de ses contenus, même en cas de téléchargement d’une version Béta ». Autant de clauses réputées non écrites par le tribunal de grande instance.

L’UFC-Que Choisir entend déjà étendre cette action pour « l’élargir à d’autres plateformes ». Cependant, l’éditeur est toujours en droit de faire appel pour espérer renverser son sens. Même si son avocat n’a pas souhaité communiquer, il serait étonnant que ce combat judiciaire s’arrête là, tant est menacé le modèle d’affaires de Valve. 

17 commentaires
Avatar de crocodudule INpactien
Avatar de crocodudulecrocodudule- 19/09/19 à 13:44:49

"Même si son avocat n’a pas souhaité communiquer, il serait étonnant que ce combat judiciaire s’arrête là, tant est menacé le modèle d’affaires de Valve. "

Et comme le Jugement n'a pas ordonné l'exécution provisoire, un appel est d'autant plus probable.

Avatar de pierreonthenet Abonné
Avatar de pierreonthenetpierreonthenet- 19/09/19 à 14:06:11

Allez ! Attaquez-vous aux iTunes et consort ! Je veux voir la tête des Majors ! :popcorn:

Avatar de Cashiderme INpactien
Avatar de CashidermeCashiderme- 19/09/19 à 16:22:43

Meme si sur le papier ça a l'air génial, je suis loin d'etre convaincue qu'il s'agisse d'une si bonne chose

Avatar de iolivier Abonné
Avatar de iolivieriolivier- 19/09/19 à 18:40:22

Même si Valve appliquait un système de vente d'occasion, il lui suffirait d'appliquer des frais importants à chaque transfert de licence pour limiter fortement l'intérêt de la chose. Et j'ai d'ailleurs l'impression que c'est la seule solution viable pour ce type de marché.

Avatar de TheKillerOfComputer Abonné
Avatar de TheKillerOfComputerTheKillerOfComputer- 19/09/19 à 19:43:47

Pas besoin de faire cela. Ils mettront une commission, mais la concurrence fera le plus gros du travail de désincitement.

Car il leur suffit d'ajouter une section dans le market Steam restreint au marché français pour revendre les vieux jeux, mais beaucoup vont vendre les mêmes.

A quoi bon perdre son temps pour gratter 3 € le Borderlands 2 alors qu'on sera XXXX à le faire. J'ai parfois mis 1 an pour revendre une carte de badge, j'en avais même oublié l'existence.
 

Édité par TheKillerOfComputer le 19/09/2019 à 19:45
Avatar de truebla Abonné
Avatar de trueblatruebla- 19/09/19 à 22:25:07

On va pouvoir revendre nos jeux reçu gratos sur le Epic Game store alors ? XD

Avatar de Eagle1 Abonné
Avatar de Eagle1Eagle1- 20/09/19 à 01:17:03

j'achete tous mes jeux a 20eur sur G2A...
on pourrait imaginer Valve lancer son marche de l'occasion, avec les commissions qui vont avec.

Avatar de Idiogène INpactien
Avatar de IdiogèneIdiogène- 20/09/19 à 09:14:34

Le plus simple serait d’appeler cette idée un droit de cession de licence à usage unique. Difficile de fixer un prix...
Ce n'est plus tellement un marché de l'occasion, ou alors, il faudrait créer deux catégories de jeux à classer :
1 licence à usage unique
2 jeu dématérialisé car étant revendable en boite dans un commerce physique

Reste qu'en pratique les DRM sont évidement là pour court-circuiter le bon sens. Hadopi es-tu là ? :D

Avatar de loser Abonné
Avatar de loserloser- 20/09/19 à 10:36:20

C'est fini depuis un moment tout ça. C'est devenu quasi marginal. Les gens sont passés au streaming.

Avatar de Meptalon Abonné
Avatar de MeptalonMeptalon- 20/09/19 à 14:03:06

ou pas...

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2