Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Choix du moteur de recherche sur Android : Google vend trois places aux enchères, Qwant enrage

Enchères et en os
Internet 6 min
Choix du moteur de recherche sur Android : Google vend trois places aux enchères, Qwant enrage
Crédits : Xesai/iStock

Google va vendre aux enchères trois places que ses concurrents pourront acheter afin d'apparaître dans la liste des moteurs de recherche par défaut sur Android. La méthode fait bondir Qwant qui estime que ce système « ne profitera ni aux consommateurs européens ni à la libre concurrence ».

En mars, Google revenait sur la nécessaire évolution d'Android face aux exigences de la Commission européenne en annonçant que les utilisateurs d'Android pourraient prochainement choisir leurs navigateur et moteur de recherche par défaut pour Android. Pour rappel, Bruxelles a infligé au géant américain une amende de 4,3 milliards d'euros en juillet 2018 pour avoir abusé de sa position dominante sur Android afin d'imposer ses services. Google a depuis fait appel.

Le dispositif a été détaillé en avril, puis le déploiement a commencé en juin. L'année prochaine, un nouveau système sera mis en place. L'annonce a été faite au détour d'un billet de blog publié par Paul Gennai, responsable produit chez Google. Au-delà de l'apparence qui change, les trois places pour les concurrents de Google seront vendues aux enchères dans chaque pays de l'Espace économique européen (l'Europe des 28 avec l'Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse).

De son côté, « Qwant dénonce la communication de Google qui vise à mettre aux enchères le libre choix des consommateurs européens d'utiliser un autre moteur de recherche que Google Search ».

Quatre choix : Google toujours présent, trois places vendues aux enchères

Comme c'est le cas actuellement, la liste des moteurs alternatifs dépendra des pays, mais un formulaire aux moteurs intéressés de « demander à faire partie du nouvel écran de choix, qui apparaîtra lorsque quelqu'un installera un nouveau smartphone ou tablette Android en Europe ». La mise en place débutera l'année prochaine.

La page de sélection continuera d'afficher quatre moteurs de recherche dans un ordre aléatoire, dont celui de Google, toujours présent. Le gros changement par rapport à l'ancienne version est que la sélection des concurrents passera par des enchères à un tour pour chaque pays. Un seuil minimum sera défini pour chaque pays et les enchères seront renouvelées chaque année.

Pour pouvoir y participer, les moteurs de recherche doivent respecter certaines règles détaillées ici, et notamment proposer une application disponible gratuitement dans le Play Store. 

Google Android moteur de recherche choix aout 2019
Google ne précise pas que le choix peut entraîner le paiement d'une dîme de la part d'un moteur alternatif

Les offres ne seront pas rendues publiques

Les participants indiqueront le montant qu'ils sont prêts à payer lorsqu'un utilisateur sélectionne leur moteur de recherche à la place de celui de Google. « Les trois offres les plus élevées qui atteignent ou dépassent le seuil d’enchère pour un pays donné apparaissent dans l’écran de choix de ce pays », explique Google. En cas d'égalité, un tirage au sort sera effectué.

Par contre, « si moins de trois moteurs de recherche éligibles atteignent ou dépassent le seuil des enchères, Google remplira les emplacements restants de manière aléatoire à partir du pool des moteurs de recherche éligibles, qui comprendra ceux qui ont demandé à participer à l’écran de choix, mais n’ont pas soumis d’offre ».

La date limite pour soumettre son offre est fixée au 13 septembre et la liste des « gagnants » sera mise en ligne dans chaque pays de l'Union européenne au 31 octobre. Les offres des moteurs de recherche ne seront pas rendues publiques, ni même le nombre de participants par pays.

Cette « discrétion » n'est pas du gout de Qwant : « Google a choisi de faire appel de sa condamnation du 18 juillet 2018, dans une procédure dans laquelle Qwant est partie prenante. Qwant ne peut donc pas accepter que le processus d’enchères soit soumis à un accord de confidentialité tel qu'imposé par Google alors que sa plainte est toujours en cours. Un tel accord de confidentialité n'a aucune autre justification possible que la volonté de faire taire ses concurrents sur les anomalies qu'ils constateraient. C'est, là encore, un abus inacceptable de sa position dominante ».

Quoi qu'il en soit, chaque mois, les « gagnants » recevront une facture de Google dans laquelle sera indiqué le nombre de sélections effectuées par les utilisateurs (peu importe si l'utilisateur a par la suite modifié son choix) et le montant total dû. 

La charge de Qwant sur les enchères de Google...

Pour le moteur de recherche européen misant sur le respect de la vie privée, « il ne revient pas à Google de faire désormais payer à ses concurrents son comportement fautif [en rapport à sa condamnation de juillet 2018, ndlr] et le montant de cette amende, par un système d'enchères qui ne profitera ni aux consommateurs européens ni à la libre concurrence, qui ne peut être que faussée par un tel procédé ». 

Ce n'est pas tout. Qwant ajoute que « le processus d'enchères envisagé serait ouvert à de prétendus moteurs de recherche qui tirent leurs résultats et leurs revenus de Google, ce qui créera de facto une distorsion inacceptable et un risque élevé de manipulation, d'inéquité ou de déloyauté des enchères ».

Pour autant, Éric Léandri indiquait ce matin à Bloomberg que Qwant devrait participer aux enchères de Google. Interrogé sur ce point, le moteur de recherche européen nous précise qu'il n'avait « pas encore reçu les détails et notamment pas l'existence d'un accord de confidentialitéCela a été précisé après coup à Bloomberg qui est en train de corriger ». « À ce stade, les conditions ne sont pas réunies pour avoir confiance dans le processus d'enchères », nous confie le chargé des relations médias de Qwant.

Ce n'est pas tout et la charge continue de plus belle : « La décision de la Commission européenne doit profiter aux consommateurs européens en assurant les conditions d'une liberté de choix qui repose sur les mérites intrinsèques de chaque moteur et les attentes des citoyens, notamment en matière de protection des données personnelles, et non sur leur capacité à financer Google ou à être financé par lui ».

... qui sont « justes et objectives » selon Google

Pour Google au contraire, il s'agit d'une manière de faire qui est « juste et objective [...] Elle permet aux moteurs de recherche de décider de la valeur qu’ils attachent à l’écran de choix et d’enchérir en conséquence ». Une manière de voir les choses... ses concurrents en auront certainement une autre, car ils devront se battre à coups de dollars pour espérer apparaitre dans la liste des choix.

En juillet 2018, lorsque la Commission européenne avait condamné Google à 4,3 milliards d'amende, elle expliquait que son abus de position dominante avait « privé ses concurrents de la possibilité d'innover et de lui livrer concurrence par leurs mérites ». 

Qwant invite maintenant « les institutions et parties prenantes européennes à se saisir au plus vite de ce cas afin de faire respecter pleinement la décision de la Commission du 18 juillet 2018 ». Pour l'instant, aucune réaction ne semble avoir été faite du côté de Bruxelles. 

Le choix proposé quand l'application Google Search est préinstallée

Dans une foire aux questions (bas de la page), Google précise que « la participation à l'écran de choix n'affecte pas la capacité des moteurs de recherche à conclure des accords de préinstallation avec des équipementiers ». Par contre, « l'écran de choix ne s'affiche que sur les appareils pour lesquels le fabricant OEM a choisi de préinstaller l'application Google Search ».

Bien évidemment, les utilisateurs ont toujours la possibilité de changer leur moteur de recherche par défaut par la suite... sans que celui ce ne doive payer une dîme à Google.

42 commentaires
Avatar de gathor Équipe
Avatar de gathorgathor- 02/08/19 à 14:47:01

L'actualité a été modifiée pour ajouter la réponse de Qwant sur sa participation aux enchères.
Spoiler : « À ce stade, les conditions ne sont pas réunies pour avoir confiance dans le processus d'enchères » ;)

Avatar de mikeul Abonné
Avatar de mikeulmikeul- 02/08/19 à 14:56:48

Curieux, je n'ai jamais utilisé le moteur de recherche intégré (si on parle bien de l'application installé sur android et non pas l'utilisation d'un moteur dans un navigateur).

J'ai regardé par curiosité la procédure actuelle pour changer ce moteur de recherche par défaut, et, surprise, on doit passer par Chrome (si j'ai bien compris). Sauf que chez moi, je l'ai désactivé.

Avatar de Nerg34 Abonné
Avatar de Nerg34Nerg34- 02/08/19 à 14:58:02

Énorme... Comme quoi ces sociétés ne doutent de rien.
Moi j'ai découvert le combo brave + qwant. Et j'espère sincèrement qu'ils se feront une place.

Avatar de le hollandais volant Abonné
Avatar de le hollandais volantle hollandais volant- 02/08/19 à 15:07:11

Le ballot screen a bien tué achevé IE.

Peut-être que cette idée fera couler Google :mdr:

Avatar de Macarie Abonné
Avatar de MacarieMacarie- 02/08/19 à 15:14:56

Nerg34 a écrit :

Énorme... Comme quoi ces sociétés ne doutent de rien.
Moi j'ai découvert le combo brave + qwant. Et j'espère sincèrement qu'ils se feront une place.

Personnellement je préfèrerais qu'il perde l'enchère, le temps qu'on apprenne la vérité sur leur soit disant crawler qui a l'air tous pourri (voir '"Qwant fait condamner un "concurent" pour "dénigrement"' et sa suite qui arrivera après).

Avatar de js2082 INpactien
Avatar de js2082js2082- 02/08/19 à 15:24:23

Je sens venir une nouvelle condamnation de Google pour outrage à magistrat et discrédit jeter sur une décision de justice, sans compter l'aggravation de l'amende initiale.

 
Google fait semblant de jouer au con avec les enchères sur le ballot screen, ça devrait leur retomber dessus.
Je suis curieux de voir si Bruxelles a le courage de ses idées et sanctionnera google encore plus fort.

Avatar de Toorist INpactien
Avatar de TooristToorist- 02/08/19 à 15:30:13

Microsoft enrage de ne pas avoir eu cette idée pour le ballot screen :D

Avatar de JACKPOTE Abonné
Avatar de JACKPOTEJACKPOTE- 02/08/19 à 15:31:13

Ce qui est encore plus magique, c'est que tu devrais payer ta place dans le ballot screen et en plus tu payes chaque fois que tu es choisi.
🤪

Avatar de crocodudule INpactien
Avatar de crocodudulecrocodudule- 02/08/19 à 15:36:33

js2082 a écrit :

Je sens venir une nouvelle condamnation de Google pour outrage à magistrat et discrédit jeter sur une décision de justice, sans compter l'aggravation de l'amende initiale.

 
Google fait semblant de jouer au con avec les enchères sur le ballot screen, ça devrait leur retomber dessus.
Je suis curieux de voir si Bruxelles a le courage de ses idées et sanctionnera google encore plus fort.

Ben en quoi ? Le consommateur doit avoir le choix, mais je ne vois rien qui interdise à Google de faire casquer les moteurs prédéfinis aux éditeurs.

Là je trouve que les GAFA vont jouer leurs rôles, ils sont surpuissants et incontournables même pour un Etat, à charge pour l'UE d'avoir le courage qui lui fait défaut depuis des lustres: exiger que Google & co soient démontés, plutôt que de venir sanctionner des années après des pratiques anormales par des amendes annoncées comme "record" mais dont manifestement les GAFA se tapent totalement.

Avatar de crocodudule INpactien
Avatar de crocodudulecrocodudule- 02/08/19 à 15:42:02

gathor a écrit :

L'actualité a été modifiée pour ajouter la réponse de Qwant sur sa participation aux enchères.
Spoiler : « À ce stade, les conditions ne sont pas réunies pour avoir confiance dans le processus d'enchères » ;)

Non c'est : "qwant n'a pas confiance car il n'est pas sélectionné d'office, et c'est inadmissible encore un coup des méchants GAFA contre notre souveraineté et l'innovation européenne qui passent par nous naturellement" ^^

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 5
  • Introduction
  • Quatre choix : Google toujours présent, trois places vendues aux enchères
  • Les offres ne seront pas rendues publiques
  • La charge de Qwant sur les enchères de Google...
  • ... qui sont « justes et objectives » selon Google
  • Le choix proposé quand l'application Google Search est préinstallée
S'abonner à partir de 3,75 €