Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Amazon répercute sur les vendeurs Market Place la taxe sur les services numériques

Et demain, sur les consommateurs ?
Droit 4 min
Amazon répercute sur les vendeurs Market Place la taxe sur les services numériques
Crédits : kasinv/iStock

Coup de froid chez les vendeurs de la place de marché Amazon. La plateforme a décidé d’augmenter ses frais de gestion pour tenir compte de l’instauration de la taxe sur les services numériques, tout juste publiée au Journal officiel. Elle s'en explique dans nos colonnes.

C’était à craindre. Amazon a décidé de déporter le montant de la toute nouvelle taxe sur les services numériques sur les épaules des boutiques « Market Place ».

« À la suite de l'instauration en France d'une nouvelle taxe sur les services numériques au taux de 3 %, nous tenons à vous informer que nous ajusterons les taux de nos frais de vente sur Amazon.fr pour refléter ce nouveau coût » explique ce message officiel, placardé sur la page « SellerCentral » d’Amazon

Cette augmentation sera effective au 1er octobre 2019. « Le montant des frais de vente que vous payez pour les ventes effectuées sur Amazon.fr augmentera de 3% », soit très exactement le montant de la taxe sur le chiffre d’affaires programmée par la récente loi.

Amazon cite un exemple : « pour un article pour lequel les frais de vente sont actuellement de 15,00 %, vous devrez payer des frais de 15,45 % à compter du 1er octobre 2019 ». En somme, un produit vendu 100 euros aura donc pour frais non plus 15 euros, mais 15,45 euros.

« Pas d'autre choix », soutient Amazon France

Contacté Amazon France assume : « des économistes avaient alerté sur le fait que cette taxe sur le chiffre d'affaires serait répercutée par les entreprises concernées et nous avons clairement expliqué aux autorités que cela serait le cas s’agissant d’Amazon. »

« Étant donné que nous opérons dans le secteur très concurrentiel et à faible marge du commerce de détail et que nous investissons massivement dans la création d’outils et de services destinés à nos clients et à nos vendeurs partenaires, nous ne sommes pas en mesure d’absorber une taxe supplémentaire assise sur le chiffre d’affaires et non sur les bénéfices » poursuit la plateforme qui assure « ne pas avoir d’autre choix ».

Elle ajoute : « Nous reconnaissons que cela pourrait mettre les petites entreprises françaises en position de désavantage concurrentiel par rapport à leurs homologues d’autres pays, et nous en avons, comme de nombreux autres acteurs, averti les autorités ».

Ce premier déport vers les vendeurs Market Place pourrait ne pas s’arrêter en si bon chemin. « Malheureusement, nous nous attendons à ce que nombre de ces entreprises soient en conséquence contraintes à répercuter cette taxe sur les consommateurs, ce qui entraînera une hausse des prix de leurs produits vendus en ligne, que ce soit sur notre site ou ailleurs. »

Rien n’interdira en effet à ces boutiques hébergées par la plateforme d’augmenter d’autant leurs prix. Et c’est finalement le consommateur final qui fera les frais de ces trois pourcents. Bruno Le Maire avait qualifié ces craintes d'arguments « un peu faibles », « ne tenant pas la route ».  

Une charge finalement supportée par le consommateur ? 

Si ce mouvement est confirmé, se vérifieront les craintes déjà exprimées dans un rapport parlementaire. En septembre 2018, la députée Bénédicte Peyrol (LREM) y annonçait déjà la couleur : « il n’est pas impossible (et cela risque même d’être probable) que les entreprises acquittant la TSN [taxe sur les services numériques, ndlr] répercutent son coût sur les clients, faisant finalement peser sur eux la charge nouvelle​ » . 

L’Asic, association représentant les intérêts des géants du Net dont Amazon, faisait les mêmes pronostics : « La charge pour le consommateur serait d’autant plus évidente que la taxe nationale proposée par Bruno Le Maire va contraindre les entreprises à mettre en place des mécanismes de suivi des consommateurs français pour déterminer le chiffre d’affaires en France sur les activités concernées ».

Et celle-ci de conclure que « le coût de la taxe sera ainsi relié aux consommateurs français ».  

La loi sur la TSN a été publiée au Journal officiel le 25 juillet dernier, sans contrôle préalable de constitutionnalité. Les États-Unis ont déjà menacé Paris de rétorsions. Une enquête a été ouverte par le département du Commerce extérieur pour savoir si les entreprises américaines feront ou non l'objet de mesures « déraisonnables » ou « discriminatoires ».    

« Nous annoncerons bientôt une action réciproque substantielle après la stupidité de Macron ». Dans un tweet incendiaire, Donald Trump a déjà promis sa revanche sur certains produits français, en particulier l’alcool : « J’ai toujours dit que le vin américain était meilleur que le vin français ! »

114 commentaires
Avatar de Qruby Abonné
Avatar de QrubyQruby- 01/08/19 à 15:33:00

Dans tous les cas ça sera supporté par le consommateur, mais peu importe! En effet, aujourd'hui le consommateur n'a pas trop conscience que lorsqu'il paye à bas prix sur Amazon, c'est en parti parce que ce dernier fait de l'optimisation fiscale à outrance. Peut être qu'avec cette taxe qui va augmenter les prix sur Amazon, les concurrents français pourront redevenir compétitifs. Et si c'est une entreprise française, au moins ses bénéfices sont taxés en France et ses charges et salaires permettent de financer l'économie française.

Avatar de Sans intérêt Abonné
Avatar de Sans intérêtSans intérêt- 01/08/19 à 15:38:16

Les "bas prix sur Amazon" est une idée assez répandue. Pourtant, ce ne sont pas les plus bas du marché. Parfois même, loin de là. En revanche, l'enseigne communique souvent sur ce sujet. En fait, les prix sont volatiles, que ce soient ceux d'Amazon même, ou ceux des vendeurs tiers.

Avatar de darkbeast Abonné
Avatar de darkbeastdarkbeast- 01/08/19 à 15:49:46

Qruby a écrit :

Dans tous les cas ça sera supporté par le consommateur, mais peu importe! En effet, aujourd'hui le consommateur n'a pas trop conscience que lorsqu'il paye à bas prix sur Amazon, c'est en parti parce que ce dernier fait de l'optimisation fiscale à outrance. Peut être qu'avec cette taxe qui va augmenter les prix sur Amazon, les concurrents français pourront redevenir compétitifs. Et si c'est une entreprise française, au moins ses bénéfices sont taxés en France et ses charges et salaires permettent de financer l'économie française.

amazon ne sont plus les plus bas depuis longtemps, c'est même plus intéressant sur certains articles dans les boutique physiques.

Avatar de Notice me Sempai Abonné
Avatar de Notice me SempaiNotice me Sempai- 01/08/19 à 15:56:21

Sans intérêt a écrit :

Les "bas prix sur Amazon" est une idée assez répandue. Pourtant, ce ne sont pas les plus bas du marché. Parfois même, loin de là. En revanche, l'enseigne communique souvent sur ce sujet. En fait, les prix sont volatiles, que ce soient ceux d'Amazon même, ou ceux des vendeurs tiers.

+1
Ils sont souvent plus chers qu'ailleurs. Leur point fort (en tout cas au US) c'est la livraison et le service client.

Cote optimisation fiscale, ils seraient debiles de ne pas jouer le jeu parce qu'elle est legale. Cote ethique par contre c'est pas reluisant et ca me fout la gerbe parce que ce n'est ni plus ni moins que du pillage.
Si les politiques (Francais et Europeens) sont aussi outres qu'ils veulent le faire croire, qu'ils bouchent les trous par lesquels toutes ces societes s'engoufrent pour se faire leurs sandwichs fiscaux.

Avatar de crocodudule INpactien
Avatar de crocodudulecrocodudule- 01/08/19 à 16:07:29

Loin de moi l'idée de défendre ce pauvre petit amazone, mais de fait les plateformes ne payent toujours pas leurs impôts chez nous tandis que le consommateur supporte seul une nouvelle taxe... Au final un échec sur toute la ligne

Avatar de skankhunt42 Abonné
Avatar de skankhunt42 skankhunt42 - 01/08/19 à 16:11:49

Toute cette histoire n'est que politique malheureusement... Au chiotte macron.

Avatar de Obidoub INpactien
Avatar de ObidoubObidoub- 01/08/19 à 16:12:21

Quand tu vois le prix d'un objet aux US et que tu le compare au prix Français:
Conversion en € + TVA + taxe GAFAM + redevance copie privée...

C'est vraiment ridicule. Bientôt on aura 50% de taxes sur les achats.

On devrait inventer un système de VPN pour les objets IRL et les commander dans des pays qui ne sont pas en voie de s'étouffer dans leur protectionnisme démesuré.

Avatar de JoePike INpactien
Avatar de JoePikeJoePike- 01/08/19 à 16:15:34

Bof il fallait s'y attendre
Que ce soit la TVA , la TSN ou l'impot sur les bénéfices, à la fin c'est fatalement le consommateur qui paie.
Quant à la raison du succès d'Amazon , pour moi cela n'a jamais été le prix mais la diversité dans le choix et la livraison
On trouve ce qu'on veut 10 fois plus facilement qu'ailleurs ( j'y commande mes bouquins en langue anglaise ou espagnole)
Et par exemple ( alors que je n'ai pas de premium account) , j'ai commandé un AP routeur WAC124 à 23h00 et je l'avais chez moi à 11h30 le lendemain matin... on ne peut pas faire mieux
C'est pour ça que je vais régulièrement chez eux ... pas spécialement pour leur prix

Avatar de darkbeast Abonné
Avatar de darkbeastdarkbeast- 01/08/19 à 16:23:04

crocodudule a écrit :

Loin de moi l'idée de défendre ce pauvre petit amazone, mais de fait les plateformes ne payent toujours pas leurs impôts chez nous tandis que le consommateur supporte seul une nouvelle taxe... Au final un échec sur toute la ligne

C'est pas comme si ça avait été annoncé aux gouvernement.

Avatar de ColinMaudry Abonné
Avatar de ColinMaudryColinMaudry- 01/08/19 à 16:24:55

Ce n'est pas du protectionnisme, c'est le choix d'une société où des impôts plus importants permettent plus de solidarité et de mutualiser les risques de la vie à l'échelle du pays.

Aux US, il y a moins d'impôts, mais s'il t'arrive un pépin, ça te coûte CHER.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 12