Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Au Sénat, débats autour de l’affichage en temps réel de la consommation électrique

Le jus de la fortune
Droit 5 min
Au Sénat, débats autour de l’affichage en temps réel de la consommation électrique
Crédits : iStock/vchal

Depuis l’année dernière, les fournisseurs d’électricité sont censés fournir à leurs clients (bénéficiaires du chèque énergie) un « dispositif déporté » d’affichage en temps réel de leur consommation, dès lors qu’ils sont équipés d’un compteur Linky. Cette réforme, jugée trop coûteuse, est en passe d’être revue par le Parlement.

« L'obligation de mettre des afficheurs déportés à disposition des bénéficiaires du chèque énergie équipés de compteurs communicants, prévue par la loi « Transition énergétique » du 17 août 2015 et qui devait s'appliquer à compter du 1er janvier 2018, n'a jamais été mise en œuvre », a déploré une fois de plus le Sénat, la semaine dernière, dans le cadre des débats autour du projet de loi « relatif à l’énergie et au climat ».

Pour aider les foyers modestes à maîtriser leur consommation de gaz et d’électricité, le législateur avait effectivement souhaité qu'un « dispositif déporté » de « transmission des données de consommation, exprimées en euros », soit mis gratuitement à la disposition des bénéficiaires du chèque énergie, à partir de l’année dernière. Un « affichage en temps réel » était même prévu en matière d’électricité.

Une réforme estimée à 272 millions d'euros

« En pratique, aucun afficheur déporté n'a à ce jour été installé en raison du coût de la mesure », a regretté le rapporteur Daniel Gremillet (LR) lors des débats en commission.

Le gouvernement a ainsi fait savoir à la Haute assemblée que le coût global de cette réforme – appelé à être compensé par l’État – pourrait atteindre 272 millions d’euros (sur une base de 3,8 millions de bénéficiaires du chèque énergie). Un chiffre d’ailleurs amené à être réévalué à la hausse, le fameux chèque ayant été accordé à 2,2 millions de foyers supplémentaires cette année.

Afin « d’assurer le déploiement du dispositif selon le meilleur ratio coût-bénéfice », le député Damien Abad (LREM) a fait voter, fin juin, avec l’appui de l’exécutif, un amendement destiné à ce que cet affichage des données de consommation d’électricité puisse également se faire via une application pour smartphones ou tablettes.

Une piste accueillie favorablement par la commission des affaires économiques du Sénat. « Pour de nombreux ménages, la mise à disposition des données via une application aura (...) plus d'impact sur la gestion de sa consommation au quotidien que la consultation, épisodique et probablement amenée à décliner peu de temps après l'équipement, d'un écran supplémentaire dont ce serait la seule fonction », a ainsi fait valoir Daniel Gremillet.

Le gouvernement veut rendre l'afficheur déporté purement facultatif

Le rapporteur a toutefois voulu aller plus loin : « Il est essentiel que pour tous les consommateurs qui ne disposent pas ou ne maîtrisent pas ces outils, un afficheur déporté demeure obligatoire. » La commission a ainsi adopté un amendement précisant que les consommateurs « qui ne disposent pas ou ne maîtrisent pas les supports de consultation d'une application dédiée » pourront bénéficier d'un « dispositif d'affichage déporté », tel qu’un petit boitier, « affichant pour l'électricité des données en temps réel ».

L’objectif reste le même : revoir le dispositif prévu en 2015 pour « assurer sa mise en œuvre effective et rapide », tout en « optimisant son coût pour la collectivité, ce que permettent notamment les nouveaux outils numériques dont la diffusion s’est accrue, y compris parmi les consommateurs en situation de précarité énergétique, depuis la loi de 2015 », s’est justifié Daniel Gremillet.

Le gouvernement ne l’entend toutefois pas de cette oreille. « Les discussions menées avec les fournisseurs ont montré que les coûts du dispositif étaient supérieurs à ceux initialement envisagés », confirme l’exécutif au travers d’un amendement qui devrait être discuté cette semaine en séance publique.

La nouvelle ministre de la Transition écologique, Élisabeth Borne, s’apprête ainsi à proposer la disparition du « dispositif déporté » prévu par la loi de 2015. Les fournisseurs de gaz et d’électricité auraient de ce fait toute latitude pour remplir leur obligation de « transmission des données de consommation, exprimées en euros » : application pour smartphone, site web, courrier, boîtier, etc.

Des fournisseurs d'énergie qui pourraient être mis à contribution

Le gouvernement espère surtout qu’en supprimant cette obligation de proposer un afficheur déporté, la fourniture d’un tel équipement puisse à l'avenir être financée par EDF, Engie, Total, etc. via le dispositif des certificats d’économie d’énergie. À l’heure actuelle, cela reste impossible, ces certificats ayant uniquement vocation à encourager des comportements n’étant pas exigés par la réglementation...

Daniel Gremillet, le rapporteur du Sénat, a néanmoins fait savoir qu’il préférait rester sur un financement purement public. « L'alternative entre afficheur déporté et application dédiée permettra de réduire les coûts pour le budget de l'État », estime l’élu LR. Ce dernier craint surtout qu’en faisant reposer le coût de cette réforme sur les certificats d’économies d’énergie, ce soit les consommateurs, « dont les ménages en situation de précarité énergétique », qui règlent au final l’addition, par le biais de leurs factures.

Même si le Sénat rejetait l’amendement du gouvernement au profit des dispositions adoptées sous l’impulsion de Daniel Gremillet, resterait à voir quel sort leur serait réservé par les députés.

Lors des débats à l’Assemblée, le député Julien Aubert (LR) avait fait part de ses réserves à l’égard de ce dispositif : « Les personnes pouvant réagir à un stimulus les conduisant à modifier leur logement ou à y effectuer des travaux font plutôt partie de la classe moyenne (...). Les ménages précaires, eux, aimeraient améliorer les performances énergétiques de leur logement mais ne le peuvent pas. »

L’élu s'était au passage efforcé de mettre en garde la majorité, étant donné qu’il n’existe pas d’étude relative aux ondes que pourraient émettre les fameux afficheurs déportés : « Compte tenu de la très grande sensibilité de nos concitoyens vis-à-vis de ce type de dispositif, n’allez pas provoquer une seconde vague de protestations, avait lancé Julien Aubert. Le jour où vous déploierez de tels afficheurs déportés, vous aurez besoin d’apporter des garanties sanitaires en matière d’ondes. »

61 commentaires
Avatar de Soriatane Abonné
Avatar de SoriataneSoriatane- 17/07/19 à 14:26:31

Lors de la conception des Linkys, il aurait été prévu que les données seraient stockées en local avec une standardisation de la communication via le port USB on n'en saurait pas là.

Avatar de fred42 INpactien
Avatar de fred42fred42- 17/07/19 à 14:41:09

Soriatane a écrit :

Lors de la conception des Linkys, il aurait été prévu que les données seraient stockées en local avec une standardisation de la communication via le port USB on n'en saurait serait pas là.

:cap:

Avec mon compteur dans les parties communes, j'aurais un câble USB très long pour avoir les données dans mon appart !

Avatar de Edtech Abonné
Avatar de EdtechEdtech- 17/07/19 à 14:44:14

J'ai visité il y a peu un immeuble qui devrait être livré sous peu, et dans le placard électrique, il y avait un boitier Legrand avec dessus écrit "Pour consulter les données en temps réel, téléchargez notre application" avec un code-barres 2D pour avoir le lien. Il y avait bien un Linky comme compteur évidemment.

Édité par Edtech le 17/07/2019 à 14:44
Avatar de Torrone Abonné
Avatar de TorroneTorrone- 17/07/19 à 14:49:48

Il y a une mémoire flash interne de 2Mo avec rétention de de donnée >20 ans.
Pour la lecture en local, il y a déjà la connectique pour la téléinfo client et de nombreux périphériques de lecture disponibles à l’achat, je vois pas l'intérêt de l'USB.

Avatar de SebGF Abonné
Avatar de SebGFSebGF- 17/07/19 à 16:50:41

Ce sont des infos intéressantes n'empêche qui permettent de prendre conscience de certaines choses.

Dans notre copropriété, il y a tous les ans des plaintes de "les charges augmentent cétunscandale", mais après avoir fouetté comme il se doit le syndic, nous avons obtenu un relevé de charges annuelles plus lisible que l'ancien.
Dès lors, les copropriétaires ont pu voir que :

  • Les charges générales sont relativement stables, voire en baisse du fait de renégo de contrats

  • Les charges qui augmentent sont liées au prix de l'énergie et de l'eau (électricité, gaz, nous avons EC/EF/chauffage collectifs)

  • Et ce qui augmente leurs charges, c'est leur consommation individuelle.

    Nous avons nos compteurs électriques dans les apparts ainsi que les compteurs d'utilisation du chauffage et eau chaude sur les paliers... Apprendre à les lire et à les comprendre permet de mieux optimiser sa consommation.

Édité par SebGF le 17/07/2019 à 16:51
Avatar de TheKillerOfComputer Abonné
Avatar de TheKillerOfComputerTheKillerOfComputer- 17/07/19 à 17:39:03

C'est bien de vouloir signaler la consommation en temps réel mais... est-ce vraiment utile ?

Je veux dire par là que l'on sait forcément qu'une box internet pompe 24/7, etc. mais... on ne peut pas vraiment la couper, ni la remplacer par une plus frugale sous peine de perdre l'accès à la télévision et/ou la téléphonie, les FAI faisant en sorte que l'on ne puisse pas passer par des altervatives.

Un ordinateur consomme mais si j'en ai besoin, je peux difficilement réduire la consommation sauf à changer les pièces et même là, il y a des limites infranchissables.

J'ai changé les ampoules, la prochaine étape pour réduire leur consommation c'est de vivre dans l'obscurité... un mauvais plan pour la bonne santé de sa vision.

Bref, c'est peu utile, et ça ne nous dit pas ce qui gène le plus (isolation ? etc.). Un diagnostic gratuit avec propositions pour réaliser des économies pourrait être plus productif.

Avatar de choukky INpactien
Avatar de choukkychoukky- 17/07/19 à 18:46:57

TheKillerOfComputer a écrit :

Je veux dire par là que l'on sait forcément qu'une box internet pompe 24/7, etc. mais... on ne peut pas vraiment la couper, ni la remplacer par une plus frugale sous peine de perdre l'accès à la télévision et/ou la téléphonie, les FAI faisant en sorte que l'on ne puisse pas passer par des altervatives.

Alternative tv : réseau hertzien ou satellite
Alternative téléphonie : Quasiment tout le monde aujourd'hui possède un téléphone mobile.

Voila, ça c'est fait. :transpi:

Avatar de SebGF Abonné
Avatar de SebGFSebGF- 17/07/19 à 19:31:48

Je connais beaucoup de monde qui éteint la box du FAI quand ils n'en ont pas besoin.

M'enfin pour l'électricité il faut reconnaître que c'est assez biaisé comme info dans la mesure où si je prends ma propre facture, malgré une attention faible à la conso avec des équipements allumés H24, je paye 40% de taxes et abonnement par rapport à la conso réelle.

Avatar de anonyme_7c080d0b57a30a99451672cfc228f71f INpactien

Si on ne devait pas changer ses habitudes de consommations énergétiques, le diagnostic gratuit avec propositions dont vous parlez serait lui-même inutile : "on sait forcément", c'est vite dit.

Connaître précisément la consommation électrique en temps réel est un premier pas vers un diagnostic énergétique plus complet. Connaître la consommation en temps réel de ses équipements électriques est autant indispensable que tenir ses comptes quotidiennement : il n'y a pas d'autre façon pour savoir si on consomme trop (ou pas correctement en correspondance à ses besoins souhaités) et pour savoir à quels endroits des ajustements sont possibles (ex: changer la périodicité du lavage du linge - changer d'horaire de fonctionnement du lave-vaisselle - opportunité de changer le four pour un four plus performant énergétiquement - opportunité d'acheter une voiture électrique pour quel changement d'abonnement électrique? - et comme vous le suggérez vous-même, opportunité de refaire l'isolation de l'habitation?).

Édité par Radithor le 17/07/2019 à 19:40
Avatar de anonyme_7c080d0b57a30a99451672cfc228f71f INpactien

L'enjeu n'est pas seulement de faire des économies pécuniaires. L'enjeu est surtout dans la "transition écologique" (un mot-tendance), un mode de consommation moins énergivore, une économie des ressources naturelles et une adéquation plus précise entre consommation et production électrique.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 7
  • Introduction
  • Une réforme estimée à 272 millions d'euros
  • Le gouvernement veut rendre l'afficheur déporté purement facultatif
  • Des fournisseurs d'énergie qui pourraient être mis à contribution
S'abonner à partir de 3,75 €