Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Une « e-carte Vitale » expérimentée dans deux départements

Tagada soins soins
Droit 3 min
Une « e-carte Vitale » expérimentée dans deux départements
Crédits : _laurent/iStock

Les personnes résidant dans les départements du Rhône et Alpes-Maritimes pourront bientôt prétendre à une « e-carte Vitale », s’ils le souhaitent. Une application pour smartphone doit en effet être expérimentée pendant un an, afin de préparer sa généralisation à horizon 2021.

« La demande des patients d’accéder à des droits à jour en toute circonstance et de bénéficier de démarches en ligne (comme, par exemple, la déclaration de médecin traitant) ont amené les pouvoirs publics à imaginer et concevoir une version dématérialisée de la carte Vitale. La population étant largement équipée en smartphone en France, il a été décidé de lancer le développement d’une « appli carte Vitale » ». Fin avril, lors de la présentation de sa « feuille de route numérique », le ministère de la Santé annonçait même que cette application était « destinée à devenir l’outil d’identification et d’authentification des patients dans le système de santé ».

Au travers d’un décret paru la semaine dernière au Journal officiel, le gouvernement est venu préciser les modalités de mise en œuvre de ce nouvel outil, qui ne remplacera pas la carte Vitale.

Une application qui ne fonctionnera que chez certains professionnels de santé

Cette application sera expérimentée jusqu’à la fin mai 2020 par les Caisses primaires d'assurance maladie du Rhône et des Alpes-Maritimes, mais aussi par les Caisses de la Mutualité sociale agricole Ain-Rhône et Provence-Azur.

Ces organismes ne délivreront cependant la fameuse « e-carte Vitale » qu’aux « personnes volontaires ». Autrement dit, ceux qui veulent continuer à utiliser leur carte habituelle n’ont aucun souci à se faire.

Il est d’ailleurs précisé que les personnes intéressées devront « exprime[r] leur consentement à participer à l'expérimentation de manière expresse lors de la mise à disposition de l'application sur leur équipement mobile ». Cet accord pourra être retiré « à tout moment », ce qui signifie qu’il sera possible de ré-opter pour sa carte Vitale traditionnelle.

Un simple « complément » à la carte Vitale

Le décret précise en outre que l’application pour smartphone ne s’utilisera qu’en « complément » de la carte Vitale. Et pour cause. D’une part, cet outil dématérialisé sera « valable uniquement auprès des professionnels de santé participant à l'expérimentation » (médecins, pharmaciens, infirmières, etc.).

D’autre part, l’application se présente comme une sorte d’avatar de la carte Vitale : elle permet de regrouper éventuellement sa carte et celles de ses enfants, d’authentifier le titulaire, etc. Mais elle ne contiendra pas de données relatives par exemple aux droits aux prestations ou au nom du médecin traitant. On est ainsi bien loin de la « carte Vitale biométrique » rêvée par certains...

D’un point de vue plus pratique, on a encore du mal à voir comment obtenir, dans les régions concernées, son e-carte Vitale. Il est simplement indiqué que les organismes de sécurité sociale devront s’assurer de l’identité des personnes bénéficiaires, « et de ce qu'elles sont titulaires d'une carte d'assurance maladie valide ».

On ne sait pas non plus comment les médecins pourront « lire » la fameuse application. Le texte récemment publié au Journal officiel se borne en effet à préciser que la « présentation de "l'e-carte d'assurance maladie" du bénéficiaire des soins » permettra un remboursement des actes et prestations de santé par l’Assurance maladie ou la MSA.

Dans sa « feuille de route numérique », le ministère de la Santé indiquait que cette expérimentation débuterait au « troisième trimestre 2019 ». Bien entendu, l’application sera gratuite pour les assurés.

L’exécutif attend une évaluation de cette opération au plus tard dans les deux mois avant son terme. Agnès Buzyn a en effet d’ores et déjà annoncé que l’e-carte Vitale serait généralisée « à partir de 2021 ».

Dispositif d'authentification

« Associée à une consultation des droits en ligne des organismes complémentaires en santé, [l’application] permettra aux assurés d’accéder à différents services offerts par ces organismes » expliquait également le ministère de la Santé. L’exécutif entend faire de l’e-carte Vitale un « fournisseur d’identité de niveau eIDAS « substantiel », en articulation avec les travaux interministériels sur « FranceConnect » et sur l’identité numérique des citoyens ».

Agnès Buzyn avait également annoncé que les professionnels de santé expérimenteraient de leur côté un dispositif d’authentification basé sur FranceConnect, et dénommé « Pro santé connect ». De premiers tests avec l’Assurance maladie et des industriels devraient ainsi avoir lieu avant la fin de l’année, avant une « montée en charge progressive » jusqu’en 2022.

40 commentaires
Avatar de jb18v Abonné
Avatar de jb18vjb18v- 03/06/19 à 14:44:44

dommage que ça ne la remplace pas complètement.. vivement :francais:

Avatar de crocodudule INpactien
Avatar de crocodudulecrocodudule- 03/06/19 à 14:53:25

"valable uniquement auprès des professionnels de santé participant à l'expérimentation » (médecins"

Déjà c'est mort, il suffit de se rappeler la problématique qu'avait pu représenter la carte vitale à l'époque, qui était totalement délaissée malgré l'investissement qui avait débuté en 1991, chose qui n'a changé qu'à compter du jour où collectivement on a payé les ordinateurs aux médecins (9000 fr par tête...).

Bon accessoirement et même si pour l'instant les informations stockées semblent très limitées, l'idée d'entrer des informations médicales dans une application tournant sous ios ou android ne m'enchante pas, donc que le projet soit abandonné n'est pas pour me déplaire.

Avatar de Arkeen Abonné
Avatar de ArkeenArkeen- 03/06/19 à 14:53:55

J'ai rigolé tout seul devant mon écran en lisant le sous-titre, mes collègues me regardent bizarrement :mad2:
Sinon j'habite dans un des département mentionnés, je vais me renseigner un peu

Avatar de Jarodd Abonné
Avatar de JaroddJarodd- 03/06/19 à 14:54:22

Ah oui, vivement qu'on ait une appli lourde, bugguée, qui pompe tes données et ta batterie, et impose un OS particulier, pour un service identique au précédent :ouioui:

Édité par Jarodd le 03/06/2019 à 14:56
Avatar de jb18v Abonné
Avatar de jb18vjb18v- 03/06/19 à 15:00:01

:francais::francais: c'est pas faux

non mais sur le principe on devrait avoir un qrcode ou un tag nfc perso en cas d'oubli de carte, je pense pas à une vrai appli qui sera de toute façon foireuse :D

Avatar de Tarvos Abonné
Avatar de TarvosTarvos- 03/06/19 à 15:00:52

Bonjour,
 
Bof, j'imagine qu'il faut un mobile et de plus une version récente du robot ou de la pomme.

J'ai un truc qui est sous robot 4.3 pas très vieux donc, et je ne peut mème pas utiliser Molotov ou Revolut ( snif pas pu terminer mon inscription )  et y'en a d'autres.

Si faut racheter un machin tous les 2 ans BEURK / PROUT / CACA etc...

Avatar de CounterFragger Abonné
Avatar de CounterFraggerCounterFragger- 03/06/19 à 15:46:39

crocodudule a écrit :

Bon accessoirement et même si pour l'instant les informations stockées semblent très limitées, l'idée d'entrer des informations médicales dans une application tournant sous ios ou android ne m'enchante pas, donc que le projet soit abandonné n'est pas pour me déplaire.

Je comprends d'après l'article qu'elle n'agira que comme une sorte d'identifiant et ne stockera aucune donnée médicale.

 

Tarvos a écrit :

J'ai un truc qui est sous robot 4.3 pas très vieux donc, et je ne peut mème pas utiliser Molotov ou Revolut ( snif pas pu terminer mon inscription )  et y'en a d'autres.

Android 4.3 date de 2012. 7 ans, c'est vieux et des tas de fonctionnalités nécessaires aux applis modernes en sont absentes. On en est quand même à la version 9...

Avatar de van25fr INpactien
Avatar de van25frvan25fr- 03/06/19 à 16:24:24

La carte Vitale ne contient pas de données de santé et la e-carte Vitale non plus.

Comme indiqué les e-carte Vitale ne contient pas les couvertures de santé et les droits. C'est l'ADR (Acquisition des DRoits : interrogation par Web service directement à l'assurance maladie ) qui réalisera cette recherche en absente de carte vitale si le progiciel du professionnel de santé (PS) est homologué.
 
Les PS les plus touchés par cette mesure sont ceux pratiquant le tiers-payant (TP)  : pharmaciens, cabinet de santé, et très peu de prescripteurs car ils font très peu de TP (ALD, CMU, ACS, AME, etc).

La lecture des informations devrait se faire par NFC et être interprétées par le progiciel du PS.

Édité par van25fr le 03/06/2019 à 16:25
Avatar de XXC Abonné
Avatar de XXCXXC- 03/06/19 à 17:15:29

CounterFragger a écrit :

Android 4.3 date de 2012. 7 ans, c'est vieux et des tas de fonctionnalités nécessaires aux applis modernes en sont absentes. On en est quand même à la version 9...

Ma carte vitale a été émise en 2002 (17 ans) et fonctionne toujours sans problème.
En plus elle ne consomme rien tant qu'elle n'est pas dans un lecteur de carte et sa fabrication a du couter quelques euros.
Je ne pense pas que l'on puisse en dire autant de n'importe quel smartphone.
Mon choix est fait.

Avatar de Flogik Abonné
Avatar de FlogikFlogik- 03/06/19 à 18:02:09

Le plus gros problème n'est pas du côté de la fabrication de la e-carte vitale mais de la personne qui doit l'utiliser. Je suis médecin remplaçant et le problème du logiciel est récurrent. Il y a la partie spécifique liée à la carte vitale et le logiciel métier. En pratique on imagine qu'il faut une mise a jour des deux ce qui prends beaucoup de temps ! Même pas certain que les concepteurs de logiciels prennent l'effort d'implanter dans leur logiciel ce type de nouveauté (qui ne peut pas être faite en deux minutes) pour deux départements. Ensuite a faire l'hypothèse que le logiciel métier soit a jour, il faut que le médecin fasse une update. Je vous vois rigoler au loin mais la réalité de terrain est loin d'être idéale.
Pour illustrer mon remplacement actuel, la médecin n'a toujours pas mis a jour un tarif très fréquemment utilisé et augmenté depuis juin dernier (genre elle perd 2€ dans l'affaire a chaque fois, mais elle a jamais le temps d'appeler le SAV pour mettre a jour)
La médecin juste avant m'a dit de ne jamais rallumer le PC car sinon il faut 10 minutes (oui dix) pour relancer la bête ...
A la limite les pharmaciens sont souvent plus a jour pour ce genre de choses (et plus méthodiques)

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 4