Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Enchères 5G : les attentes du gouvernement, un prix de réserve d'ici l'été

Qui veut gagner des milliards
Mobilité 8 min
Enchères 5G : les attentes du gouvernement, un prix de réserve d'ici l'été

Une nouvelle étape vient d'être franchie dans la procédure d'attribution des fréquences pour la 5G : le gouvernement a dévoilé les grandes lignes de ses attentes. L'Arcep doit désormais établir la procédure des enchères, qui devra ensuite être validée par le gouvernement pour une mise en place cet automne.

C'est (enfin) la dernière ligne droite pour l'attribution des fréquences 5G. Pour rappel, cette nouvelle technologie promet des débits plus élevés, une baisse de la latence et la prise en charge de myriades d'objets connectés. Depuis plusieurs années, les consultations s'enchainent, mais les opérateurs sont toujours dans l'attente des modalités précises de la procédure, alors que les enjeux et les défis techniques se multiplient. 

La première grande étape concerne l'attribution des fréquences dans la bande des 3,5 GHz, présentée comme le cœur de la 5G par les différents protagonistes. Il revient au gouvernement de fixer les conditions d’attribution, sur proposition de l'Arcep, le régulateur des télécoms.

« Afin que cette proposition s’inscrive au mieux dans la politique de l’État en matière d’utilisation du spectre radioélectrique et d’investissement dans le développement sur l’ensemble du territoire des services de communications électroniques mobiles à très haut débit, le gouvernement précise dès à présent au régulateur les objectifs qu’il lui reviendra de poursuivre dans l’élaboration du cahier des charges », explique le ministère de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités territoriales. 

Jacqueline Gourault, détaille les principaux objectifs : « l’aménagement numérique du territoire, l’équilibre concurrentiel, l’innovation et enfin l’émergence de nouveaux services en faveur des '"verticales" de l’économie ». Le détail de ses attentes n'est pas toujours en adéquation avec les espérances des opérateurs. 

Plusieurs villes en 2020, les principaux axes de transports en 2025

La procédure d'attribution des fréquences 5G est l'occasion pour le gouvernement de rappeler qu'il souhaite une « bonne couverture mobile au bénéfice de tous les Français ». Un projet qui passe aussi par la couverture des zones blanches, avec de nouvelles contraintes dans les licences des opérateurs.

« Tout en prenant en compte les caractéristiques de la bande de fréquences (3,4 - 3,8 GHz) pour ces premières enchères, le Gouvernement souhaite s’assurer que le déploiement de la 5G ne sera pas limité aux seules grandes agglomérations et que l’attribution des fréquences 5G contribuera à une amélioration de la qualité de la couverture afin que tous les territoires puissent bénéficier de services 5G », explique le ministère dans sa feuille de route. 

Un discours assez loin de celui de Bouygues Telecom lorsque nous avions échangé avec ses équipes en juillet dernier. Dans la vision de l'opérateur, la 5G serait d'abord déployée dans les zones urbaines où la consommation de data explose et pour les entreprises ayant des besoins spécifiques ; un service à la carte en quelque sorte. « La valeur ajoutée client de la 5G pour le grand public va être initialement assez limitée [...] C'est plus un rajout de capacité », nous affirmait un responsable technique.

L'opérateur souhaitait d'ailleurs que la procédure d'affectation ne soit pas trop contraignante sur les taux de couverture : « Le service en lui-même n'est pas très différenciant, ne nous mettez pas en face des obligations de couverture très importantes ». De son côté, le gouvernement souhaite que, « en cohérence avec les objectifs européens, la couverture des principaux axes de transports nationaux devra être réalisée d’ici 2025. Le service commercial devra être lancé dès 2020 pour couvrir plusieurs villes ». L'Arcep devra jouer son rôle d'arbitre entre les envies des uns et des autres.

4G 5G
Crédits : Fokusiert/iStock

 Les opérateurs devront être ouverts aux industriels

Dans un registre différent, « le Gouvernement sera également attentif à la façon dont les attributions permettront de faire émerger les nouveaux services qui répondent aux besoins des "verticales" de l’économie pour faciliter les usages innovants et diversifiés dans des secteurs très variés (énergie, santé, média, industrie, transport, etc.) ».

En clair, les opérateurs ne devront pas se garder la 5G pour eux, mais jouer la carte de l'ouverture « dans des conditions financières et opérationnelles adaptées à leurs besoins, y compris dans les zones peu denses du territoire ». Là encore, il revient au régulateur de formuler des propositions, qui devront ensuite être acceptées par le gouvernement et les opérateurs pour que les enchères se déroulent sereinement. 

Sur ce sujet, le régulateur nous avait déjà décrit sa position :  « notre idée a priori n'est pas de réserver des fréquences aux verticaux. Compte tenu de leur rareté, ça ne nous semble pas la meilleure approche. En revanche, on pourrait imaginer des attributions des fréquences locales et pas forcément uniquement nationales ».

De la 5G chez «  au moins quatre opérateurs » 

Le ministère souhaite qu'au « moins quatre opérateurs » soient en mesure de proposer « des services 5G dans de bonnes conditions » à l'issue des enchères. On pense évidemment aux quatre opérateurs nationaux (Bouygues Telecom, Free Mobile, Orange et SFR) qui ont tous annoncé leur intention de se lancer dans la 5G, mais la porte semble ouverte à d'autres acteurs. 

Une possibilité d'ailleurs évoquée sans détour par Sébastien Soriano, président de l'Arcep. Il n'était pas contre l'idée d'acteurs mutualisateurs « qui candidateraient sur des fréquences pour revendre ensuite de la capacité à tout le monde, y compris aux opérateurs, dans une logique proche de l'itinérance ».

Le président de l'Arcep insistait en fin d'année, comme s'il voulait faire passer un message : « On peut imaginer un acteur neutre qui ne soit aucun des quatre grands opérateurs qui exploitent le réseau et les fréquences et qui ensuite revend de la capacité à tout le monde. Ce n'est pas impossible. On ouvre totalement cette possibilité ».

Prix de réserve cet été, procédure à l'automne, attribution début 2020

L'appel à candidatures devrait être lancé à l'autonome selon le gouvernement, pour des attributions des fréquences début 2020. Le gouvernement fixera par contre « un prix de réserve d’ici l’été 2019 », sans plus de détail. La ministre affirme que cette valorisation des fréquences « devra laisser de la marge au développement des réseaux et les redevances associées seront fixées en regard des exigences de services, des usages souhaités et des objectifs de déploiements ».

En Italie, les enchères ont rapporté 6,5 milliards d'euros, dépassant largement les attentes de 2,5 et 3 milliards d'euros. Elles ne concernaient par contre pas que la bande des 3,5 GHz dont il est aujourd'hui question en France, mais aussi celle de 700 MHz (la procédure a déjà été faite dans l'Hexagone) et les 26/28 GHz à venir. 

En Allemagne, les enchères sont toujours en cours et s'approchent des 6 milliards d'euros, pour des fréquences dans la bande des 2 et 3,5 GHz. Elles en sont à plus de 400 tours à cause d'un dernier bloc dans les 3,5 GHz que veulent absolument les opérateurs, faisant ainsi grimper les prix.

Encheres euros
Crédits : alfexe/iStock

Pour rappel, l'Allemagne a fait le choix de garder de côté une partie du spectre pour les industriels, alors que ce n'est pas le cas de la France. Au départ, trois opérateurs allemands devaient se partager les 400 MHz disponibles, de quoi en donner 100 MHz à chacun et en garder 100 MHz de côté... mais ils sont finalement quatre opérateurs à se partager le gâteau et aucun ne semble pour le moment décidé à laisser sa part. 

Le choix de la synchronisation : plus de blocs... et de latence

En France métropolitaine, sur les 400 MHz de spectre dans la bande des 3,5 GHz, la totalité ne sera pas disponible immédiatement. Une situation que connaissent déjà les opérateurs avec la 4G sur les 700 MHz et le réaménagement progressif des fréquences de la TNT. 13 phases sont nécessaire, la dernière ayant lieu fin juin.

Sur les 3,5 GHz, « il va falloir jongler avec une temporalité différente entre des fréquences disponibles tout de suite et d'autres seulement en 2026  », sous six ans après la procédure d'attribution, nous expliquait le président de l'Arcep. Ce n'est pas tout : entre la 5G, le THD radio et la boucle locale radio – toutes ces technologies se partagent la bande des 3,5 GHz – il y a des risques d'interférences. Il faut donc prendre des mesures techniques.

Deux choix s'offraient à l'Arcep : la synchronisation de tous les émetteurs « à la milliseconde près » ou le sacrifice d'une partie des blocs afin de créer « une sorte de no man's land pour éviter les brouillages ». C'est finalement la première solution qui a été retenue. Ainsi, environ 340 MHz sur les 400 MHz seront disponibles, mais il s'agit d'une moyenne qui peut varier suivant les départements.

Pour rappel, la synchronisation a des effets négatifs sur la latence : « La 5G promet des latences de l'ordre de 2 ms permettant des usages temps réel, de la voiture connectée, etc. D’après les premières informations, cette synchronisation pourrait augmenter cette latence, potentiellement jusqu'à 5 ms ».

Rejoignant Bouygues Telecom « le régulateur reconnait que, à ses débuts, la 5G ça va quand même beaucoup ressembler à de la 4G+. Les vrais usages critiques à latence faible ne vont pas apparaitre tout de suite ». Le choix de la synchronisation avec une hausse de la latence pendant un temps – jusqu'en 2026 au plus tard – ne devrait donc pas trop poser de problèmes.

L'Arcep doit établir la procédure, le gouvernement la valider

Bref, la balle est maintenant dans le camp de l'Arcep qui doit élaborer la procédure d'attribution des fréquences sur la bande des 3,5 GHz. Avec le nombre de consultations qui ont été mises en place, le régulateur devrait avoir une vision assez précise des attentes des acteurs, ou du moins on peut l'espérer.

Il dispose désormais des grandes lignes des attentes du gouvernement. Le régulateur aura à s'appuyer dessus pour finaliser sa procédure d'attribution, qui doit ensuite être approuvée par le gouvernement. Une fois finalisée, elle sera certainement soumise à une ultime consultation publique. 

19 commentaires
Avatar de dimounet Abonné
Avatar de dimounetdimounet- 13/05/19 à 12:42:11

Quand je pense que dans certaines régions de France la 4G n'est encore qu'un rêve...

Avatar de Tandhruil INpactien
Avatar de TandhruilTandhruil- 13/05/19 à 14:32:49

Mais non, il y a le logo 4G mais avec un débit de 1ko/s

Vraiment dommage que NXI ne suivent pas la partie IOT de la 5G seule vraie nouveauté finalement.

Avatar de Nargas Abonné
Avatar de NargasNargas- 13/05/19 à 16:22:50

Le commentaire de l'arcep me surprend un peu, on laisse un casi-monopole d'une entreprise marchande ? Un réseau étatique est plus approprié pour ce genre de cas non ?

Avatar de anonyme_7c080d0b57a30a99451672cfc228f71f INpactien

« Le président de l'Arcep insistait en fin d'année, comme s'il voulait faire passer un message : « On peut imaginer un acteur neutre qui ne soit aucun des quatre grands opérateurs qui exploitent le réseau et les fréquences et qui ensuite revend de la capacité à tout le monde. Ce n'est pas impossible. On ouvre totalement cette possibilité ». »

>> John Lennon disait, comme s'il voulait lancer une bouteille à la mer : "Imagine there's no countries, (Imagine qu'il n'y a aucun pays,) It isn't hard to do, (Ce n'est pas dur à faire,)"

 Imagine

Édité par Radithor le 13/05/2019 à 17:08
Avatar de anonyme_7c080d0b57a30a99451672cfc228f71f INpactien

C'est possible, ça s'appelle une concession (autoroutes, carrières, parkings publics, transports en commun, le service universel postal/telecom, etc).

Avatar de linkin623 Abonné
Avatar de linkin623linkin623- 13/05/19 à 17:54:02

Nargas a écrit :

Le commentaire de l'arcep me surprend un peu, on laisse un casi-monopole d'une entreprise marchande ? Un réseau étatique est plus approprié pour ce genre de cas non ?

Ca s’appelait France Télécom, et ça n'a pas bien fonctionné pour l'ADSL alors que ça a fonctionné pour le téléphone. Pourquoi pas.

Avatar de anonyme_7c080d0b57a30a99451672cfc228f71f INpactien

Justement, je pense que l'ADSL des débuts est un mauvais exemple car France Telecom était agent d'infrastructure ADSL (avec sa marque "Netissimo") et FAI concurrentiel (avec sa filiale Wanadoo). Ce qui a valu au groupe France Telecom une condamnation de l'Autorité de la concurrence pour avoir entravé le développement des concurrents de sa filiale.

On me dira que Enedis est concessionnaire de la grande majorité des réseaux de distribution des collectivités locales et filiale du plus gros producteur/fournisseur d'électricité, EDF. Je répondrais que tant que Enedis n'a de clients que les fournisseurs d'électricité et les collectivités publiques, il y a moins de risque d'intromission du groupe EDF vis-à-vis du marché de détail (dans la relation avec le client final). Cependant, à bien y réfléchir, finalement, il me semble que le marché de l'énergie n'est pas aussi sainement segmenté qu'il y paraît...

Édité par Radithor le 13/05/2019 à 20:09
Avatar de coco74 Abonné
Avatar de coco74coco74- 14/05/19 à 08:12:54

Ça promet niveau prix des enchères

Avatar de the_Grim_Reaper INpactien
Avatar de the_Grim_Reaperthe_Grim_Reaper- 14/05/19 à 15:24:03

Nargas a écrit :

Le commentaire de l'arcep me surprend un peu, on laisse un casi-monopole d'une entreprise marchande ? Un réseau étatique est plus approprié pour ce genre de cas non ?

Bah, un opérateur telco, et des NVMO dessus.
Aujourd'hui, pour la fibre, on est proche de ça vu l'tendue du réseau d'Orange comparé aux autres.
Ce serait un opérateur en Regie (voir comment àa se passe pour le transport dans certaines villes)
Nota : la RATP n'est plus une régie au sens stricte du terme.

Radithor a écrit :

C'est possible, ça s'appelle une concession (autoroutes, carrières, parkings publics, transports en commun, le service universel postal/telecom, etc).

Pas vraiment, la concession c'est l'état qui est proprio, mais qui laisse la gestion (et les benef) a des sociétés privées. Les parkings publics sont plus vraiment publics quand l'opérateur achète le terrain ;)

linkin623 a écrit :

Ca s’appelait France Télécom, et ça n'a pas bien fonctionné pour l'ADSL alors que ça a fonctionné pour le téléphone. Pourquoi pas.

FT/Orange pour les télécoms, les PTT avant ça... après, pour l'adsl, c'est le passage à l'actionnariat et à la distribution de dividendes qui nous à mis dedans.
Y'a eu GDF, EDF, la SNCF (entrecoupé de RFF), ...
Ca a toujours fini par déconner quand quand on refile la dette à l'infra et pas les moyens de se redresser en louant l'infra pour entretenir et éponger la dette (RFF).
Pour EDF, on va prendre cher avec l'infra, pour le démentellement des centrales nucléaires.

Avatar de anonyme_7c080d0b57a30a99451672cfc228f71f INpactien

the_Grim_Reaper a écrit :

Pas vraiment, la concession c'est l'état qui est proprio, mais qui laisse la gestion (et les benef) a des sociétés privées. Les parkings publics sont plus vraiment publics quand l'opérateur achète le terrain ;)

Si vous avez des exemples de parkings publics appartenant à l'exploitant, pourquoi pas (ceci dit, il faut une autorisation d'exploitation de la puissance publique). En tout cas, les parkings en concession, ça existe aussi.
 

the_Grim_Reaper a écrit :

Bah, un opérateur telco, et des NVMO dessus.
Aujourd'hui, pour la fibre, on est proche de ça vu l'tendue du réseau d'Orange comparé aux autres.
Ce serait un opérateur en Regie (voir comment àa se passe pour le transport dans certaines villes)
Nota : la RATP n'est plus une régie au sens stricte du terme.

le réseau de distribution fibré n'est pas un quasi-monopole, c'est la raison d'être de l'Arcep et des Autorités de la Concurrence. Orange n'est pas omniprésent, il y a :

  • au moins 3-4 opérateurs d'infrastructure en zones très denses,
  • au moins 2 opérateurs dans les zones AMII (Orange ou SFR, souvent en co-financement avec d'autres telco),
  • 1 opérateur RIP ailleurs : Orange, SFR, Covage, Altitude infrastructure, Axione (filiale Bouygues Construction)
    &nbsphttps://cartefibre.arcep.fr

 

the_Grim_Reaper a écrit :

FT/Orange pour les télécoms, les PTT avant ça... après, pour l'adsl, c'est le passage à l'actionnariat et à la distribution de dividendes qui nous à mis dedans.
Y'a eu GDF, EDF, la SNCF (entrecoupé de RFF), ...
Ca a toujours fini par déconner quand quand on refile la dette à l'infra et pas les moyens de se redresser en louant l'infra pour entretenir et éponger la dette (RFF).
Pour EDF, on va prendre cher avec l'infra, pour le démentellement des centrales nucléaires.

PTT/DGT (direction générale des télécommunications) > France Telecom (1988-1991-1996) > Orange (2006)
Ce qui a "mis dedans" France Telecom, c'est l'achat d'Orange (2000) et l'éclatement de la "bulle internet" quelques mois après.
&nbsphttps://www.orange.com/sirius/histoire/fr/histoire/

RFF n'existe plus > SNCF Réseau (2015)
&nbsphttps://www.sncf.com/fr/groupe/profil-et-chiffres-cles/portrait-entreprise/qui-s...

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2
  • Introduction
  • Plusieurs villes en 2020, les principaux axes de transports en 2025
  •  Les opérateurs devront être ouverts aux industriels
  • De la 5G chez «  au moins quatre opérateurs » 
  • Prix de réserve cet été, procédure à l'automne, attribution début 2020
  • Le choix de la synchronisation : plus de blocs... et de latence
  • L'Arcep doit établir la procédure, le gouvernement la valider
S'abonner à partir de 3,75 €