Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Open Data des décisions de justice : Regards Citoyens s’inquiète de la réforme votée à l’Assemblée

Regards de lion
Droit 4 min
Open Data des décisions de justice : Regards Citoyens s’inquiète de la réforme votée à l’Assemblée
Crédits : serggn/iStock/Thinkstock

La réforme du régime de publication des décisions de justice, tout juste adoptée par l’Assemblée nationale, préoccupe grandement l’association Regards Citoyens. Le collectif estime notamment que le législateur s’apprête à « empêcher toute recherche sur la probité des magistrats et la lutte contre les conflits d'intérêts ou la corruption ».

Même si de nombreux arrêts et jugements sont aujourd’hui accessibles à tous sur le site Légifrance, force est de constater que le portail officiel du droit est (très) loin de rassembler l’intégralité des décisions rendues quotidiennement par les magistrats français.

En 2016, lors de l’examen de la loi pour une République numérique, le législateur avait ainsi souhaité que la jurisprudence soit progressivement « mis[e] à la disposition du public à titre gratuit », sur Internet. Et ce après « une analyse du risque de ré-identification des personnes », notamment afin de protéger la vie privée des justiciables.

À l’époque, la secrétaire d’État au Numérique, Axelle Lemaire, s’était farouchement opposée à ces analyses de risque voulues par le Sénat – au motif que cela « reviendrait en pratique à empêcher l'Open Data ». Cette réforme n’a d’ailleurs toujours pas été mise en œuvre, faute notamment de décret d’application.

Vers une pseudonymisation à deux vitesses

Afin de relancer ce chantier, le récent projet de loi de réforme de la justice fait disparaître ces fameuses « analyses de risque ». En lieu et place, toutefois, le gouvernement a proposé une occultation systématique de certains éléments permettant d’identifier des personnes physiques (justiciables, magistrats, greffiers...).

En guise de compromis avec les dispositions votées en première lecture au Sénat, les députés se sont prononcés le 22 novembre dernier en faveur d’un régime à deux vitesses. En l’occurrence, le texte voté par l’Assemblée prévoit :

  1. Une occultation systématique des « noms et prénom des personnes physiques » mentionnées dans les jugements mis en ligne, « lorsqu’elles sont parties ou tiers » (ce qui exclut donc les professionnels de justice, notamment).
  2. Une occultation de « tout élément permettant d’identifier les parties, les tiers, les magistrats et les fonctionnaires de greffe », dès lors qu’il y aura un risque d’atteinte « à la sécurité ou au respect de la vie privée de ces personnes ou de leur entourage ».

Lors des débats en séance publique, la majorité a également fait voter un amendement interdisant la réutilisation des « données d’identité des magistrats et des fonctionnaires de greffe » ayant « pour objet ou pour effet d’évaluer, d’analyser, de comparer ou de prédire leurs pratiques professionnelles réelles ou supposées ». Les contrevenants s’exposeront à des peines atteignant cinq ans de prison et 300 000 euros d'amende.

Les députés LREM, menés notamment par Paula Forteza, veulent éviter « un classement des juges et greffiers », la réexploitation des décisions permettant selon « de dire que tel juge est plus répressif que tel autre ou qu’il donne plus souvent raison à un demandeur de sexe féminin qu’à un demandeur de sexe masculin », etc.

Regards Citoyens sort de ses gonds

Le vote de cet amendement a toutefois provoqué la colère de l’association Regards Citoyens. « Le principe fondamental de l'Open Data est justement de n'interdire aucune forme de réutilisation », a notamment rappelé le collectif, hier, au travers d’une série de tweets.

« En empêchant toute forme de réutilisation des noms des magistrats, les députés font le choix d'empêcher toute recherche sur la probité des magistrats et la lutte contre les conflits d'intérêts ou la corruption », s’inquiète l’organisation à l’origine du site « NosDéputés ».

Regards Citoyens en a profité pour dénoncer plus largement la réforme de l’ouverture des décisions de justice voulue par la majorité. Aux yeux de l’association, le législateur est « totalement à côté du sujet » en laissant aux tribunaux la charge de déterminer les arrêts et jugements pouvant porter atteinte « à la sécurité ou au respect de la vie privée » des justiciables ou des professionnels de justice.

« Le législateur doit revoir lui-même le champ des exceptions à la publicité des décisions de justice (...). Il ne peut faire peser cette charge sur les juridictions » insiste le collectif.

Au regard des positions du Sénat sur ce dossier et du calendrier politique, il est cependant très peu probable que les parlementaires revoient leur copie dans un sens favorable à Regards Citoyens. Débattu en procédure accélérée (avec une seule lecture par assemblée), le projet de loi de réforme de la justice devrait être prochainement examiné par une commission mixte paritaire, composée de sept députés et sept sénateurs. En cas d’accord, le texte sera alors rapidement entériné par le Parlement.

22 commentaires
Avatar de crocodudule INpactien
Avatar de crocodudulecrocodudule- 04/12/18 à 11:55:20

Y a moins de 1% des décisions publiées et ce n'est absolument pas normal.

En revanche, le prétexte de surveiller la "probité" et la "corruption" des magistrats au travers de l'opendata des décisions de Justice, c'est totalement bidon.

Y a des procédures pour ça et les personnes concernées par la décision ont nécessairement les noms, donc la possibilité d'agir.

Cette  association lance un truc en l'air pour tenter d'exister mais ne fait que donner du crédit aux délires complotistes genre tous les Juges sont des lézardiens-illuminatis-francsmaçons, c'est pour ça que les magistrats s'opposent à la publication des données dans l'opendata.

A la limite, l'asso aurait dit on peut pas évaluer les inclinaisons d'un juge sur certains sujets (pro employeur ou salarié, pro bailleur ou locataire etc...) et à considérer qu'il s'agisse d'une information déterminante, on pouvait discuter.

Mais là c'est faire de la suspicion poujadiste à deux ronds. Totalement ridicule comme angle d'attaque.

Je note au passage que le fait que le 3° pouvoir constitutionnel soit réformé sans que l'ordre du jour ne soit communiqué suffisamment à l'avance aux députés pour qu'ils participent, là où le vote a été repris dès hier soir alors qu'initialement annoncé mercredi, ne pose aucun problème à l'association.

Édité par crocodudule le 04/12/2018 à 11:59
Avatar de js2082 INpactien
Avatar de js2082js2082- 04/12/18 à 13:42:40

Commentaire à la fois ridicule et empli de préjugés.
On va éviter de répondre sur le délire complotiste et les attaques ad hominem contre l'asso.
 
Concernant les magistrats, ces derniers sont très loin d'être des gens tout blancs comme tu sembles le penser.
Il ne suffit que de peu de confrontations avec ces individus pour se rendre compte que quelque chose ne tourne pas rond chez pas mal d'entre eux (une sorte de complexe de supériorité exacerbé par leurs années de formation à l'ENM). Cela n'est pas sans causer de nombreux problèmes avec les avocats et leurs clients, et il suffit de consulter le rapport annuel du Conseil Supérieur de la Magistrature pour se faire une idée de la chose.
 
Pour environ 8 000 magistrats en France,en 2017, il y a eu 245 saisines du CSMsoit 3% de réclamations visant un magistrat en particulier. En comparaison, pour 140 000 policiers en France, en 2016 (année de forte contestation sociale), les saisines contre la police ont été de 1121, soit moins de 1% (avec 3 446 signalements sur plateforme dédiée de l'IGPN).
 En proportion, l'activité des magistrats donne lieu à 3 fois plus de réclamation que celle de la police nationale qui est pourtant loin d'être anodine.

Le gros problème est par la suite le corporatisme puissant qui réduit à néant ces réclamations sous des prétextes fallacieux (délai dépassé, plainte mal formulée, etc...) pour en arriver à des sanctions peu nombreuses et sans caractère punitif.
Pour 2017, il y a eu au final 7 décisions, 1 révocation due à un problème d'alcoolisme, le reste étant partagé entre non-lieux et le "blâmes" (qui n'ont strictement aucun effet pénal).

Quasiment aucun contrôle n'existe aujourd'hui, les rares sanctions prises à leur égard sont juste ridicules et les magistrats sont au final libres de faire tout et surtout n'importe quoi.
 
Au vu de cela, en "évaluant, analysant, comparant et prédisant leurs pratiques professionnelles réelles ou supposées", nous pouvons contrôler de façon objective et externe les magistrats et vider ceux qui ne devraient pas l'être. Nous pourrons ainsi éviter les risques et dérives actuelles  et au final faire en sorte que les 3% de réclamations se transforment 0% plutôt qu'en un 10 ou 20%.

La transparence, c'est pour tout le monde.

 

Édité par js2082 le 04/12/2018 à 13:45
Avatar de Norde Abonné
Avatar de NordeNorde- 04/12/18 à 14:02:30

Bien dit !

Avatar de crocodudule INpactien
Avatar de crocodudulecrocodudule- 04/12/18 à 14:09:17

js2082 a écrit :

Commentaire à la fois ridicule et empli de préjugés.
On va éviter de répondre sur le délire complotiste et les attaques ad hominem contre l'asso.
 
Concernant les magistrats, ces derniers sont très loin d'être des gens tout blancs comme tu sembles le penser.
Il ne suffit que de peu de confrontations avec ces individus pour se rendre compte que quelque chose ne tourne pas rond chez pas mal d'entre eux (une sorte de complexe de supériorité exacerbé par leurs années de formation à l'ENM). Cela n'est pas sans causer de nombreux problèmes avec les avocats et leurs clients, et il suffit de consulter le rapport annuel du Conseil Supérieur de la Magistrature pour se faire une idée de la chose.
 
Pour environ 8 000 magistrats en France,en 2017, il y a eu 245 saisines du CSMsoit 3% de réclamations visant un magistrat en particulier. En comparaison, pour 140 000 policiers en France, en 2016 (année de forte contestation sociale), les saisines contre la police ont été de 1121, soit moins de 1% (avec 3 446 signalements sur plateforme dédiée de l'IGPN).
 En proportion, l'activité des magistrats donne lieu à 3 fois plus de réclamation que celle de la police nationale qui est pourtant loin d'être anodine.

Le gros problème est par la suite le corporatisme puissant qui réduit à néant ces réclamations sous des prétextes fallacieux (délai dépassé, plainte mal formulée, etc...) pour en arriver à des sanctions peu nombreuses et sans caractère punitif. Pour 2017, il y a eu au final 7 décisions, 1 révocation due à un problème d'alcoolisme, le reste étant partagé entre non-lieux et le "blâmes" (qui n'ont strictement aucun effet pénal). Quasiment aucun contrôle n'existe aujourd'hui, les rares sanctions prises à leur égard sont juste ridicules et les magistrats sont au final libres de faire tout et surtout n'importe quoi.   Au vu de cela, en "évaluant, analysant, comparant et prédisant leurs pratiques professionnelles réelles ou supposées", nous pouvons contrôler de façon objective et externe les magistrats et vider ceux qui ne devraient pas l'être. Nous pourrons ainsi éviter les risques et dérives actuelles  et au final faire en sorte que les 3% de réclamations se transforment 0% plutôt qu'en un 10 ou 20%. La transparence, c'est pour tout le monde.  

Brillante analyse, sur ton sentiment personnel qui se résume à "ils ont de gros problèmes d’ego ces magistrats" pour dire fondée l'accusation de malhonnêteté et de corruption de l'association à l'adresse de tout un corps professionnel.

A considérer que sur la base de ton ressenti(ment) on puisse déceler que des magistrats seraient des gros cons (chose qui existe mais comme dans tout poste à pouvoir), il est insuffisant pour en déduire que l'accusation gratuite de l'association est fondée. 

Donc l'association prend bien un angle d'attaque imbécile, un préjugé pour reprendre ta formule, pour soutenir une mesure qui était en revanche défendable.

Accessoirement la procédure de sanction des magistrats, qui est donc sans lien avec l'open data, et méritant par ailleurs et sans l'ombre d'un doute d'être revue et comme on ne manque pas de le dire depuis des années (sans succès),  ne révèle en rien la malhonnête et la corruption des magistrats (mais plutôt un problème de comportement personnel et/ou de compétence).

Édité par crocodudule le 04/12/2018 à 14:10
Avatar de vizir67 Abonné
Avatar de vizir67vizir67- 04/12/18 à 14:11:00

c'est vrai ! :yes:

Avatar de Toorist INpactien
Avatar de TooristToorist- 04/12/18 à 14:41:40

J'approuve :chinois:

Avatar de js2082 INpactien
Avatar de js2082js2082- 04/12/18 à 16:13:26

crocodudule a écrit :

Brillante analyse, sur ton sentiment personnel qui se résume à "ils ont de gros problèmes d’ego ces magistrats" pour dire fondée l'accusation de malhonnêteté et de corruption de l'association à l'adresse de tout un corps professionnel.

Ce n'est pas ce que j'ai dit.
 Je parle de "pas mal" d'entre eux (qui n'est pas la majorité) et tu extrapoles à tous, alors que mon idée est concrétisée par les chiffres donnés ensuite.
Tu fais un raccourci erroné.
 
Quant à "l'accusation de malhonnêteté et de corruption", il n'y a que toi qui fait ce lien avec l'ego.
Je ne m'en sers que pour dénoncer les problèmes que posent certains magistrats et qui se ressentent au tribunal.

 

A considérer que sur la base de ton ressenti(ment) on puisse déceler que des magistrats seraient des gros cons (chose qui existe mais comme dans tout poste à pouvoir), il est insuffisant pour en déduire que l'accusation gratuite de l'association est fondée. 

Donc l'association prend bien un angle d'attaque imbécile, un préjugé pour reprendre ta formule, pour soutenir une mesure qui était en revanche défendable.

Mon ressenti n'a rien à voir.
Les mauvais comportements , les abus et les conflits d'intérêts des magistrats sont bien présents, comme dans toute société, dans tout corps étatique.

Dans ce corps de métier où la moindre décision peut détruire la vie d'une personne alors même qu'elle peut être innocence, IL NE PEUT PAS Y AVOIR DE CONFIANCE.
Les magistrats sont humains et comme tout humains, ils sont corruptibles et des conflits d'intérêts se poseront forcément à eux.

Comme dit plus haut, les magistrats sont très bien protégés, trop bien protégés. Ce qui fait que si l'un d'eux dérive, est corrompu, il ne craindra que peu voire pas de sanction du tout.
Et si tu peux faire ce que tu veux sans crainte, pourquoi donc ne pas en profiter?
Tout homme a son prix, il suffit d'y mettre le bon.

Si tu ne peux compter sur le CSM, il ne reste plus que l'open data pour contrôler ces magistrats.
Grace à cet Open Date, tu peux comparer les décisions des uns et des autres, leurs comportements, leurs réactions, etc...
Cela permettra de surveiller ceux qui sont chargés de condamner les autres, de mettre en évidence des anomalies de traitement qui pourront donner lieu à des examens approfondis. Il s'agit d'indicateurs, suffisamment importants pour mettre en évidence des problèmes jusque là ignorés.

 
Les magistrats, tout comme les policiers, ont un devoir d'exemplarité. Ils sont payés par nos impôts et ils agissent au nom et pour le compte du peuple. Ils doivent pouvoir être contrôlés à tout moment et par n'importe qui.
 S'ils en viennent à cacher leurs noms sur les actes qu'ils font alors même que leur action est censée être publique, c'est que cette action n'est pas présentable et qu'il y a vraiment un problème.

Refuser la transparence de l'action judiciaire, c'est refuser de jouer le jeu de la démocratie.
 
 
 

Avatar de anonyme_f6b62d162990fde261db0e0ba2db118e Abonné

Je trouve ça chaud quand même... Je me garde d'avoir une opinion tranchée car les arguments des deux parties sont dignes d'intérêt.

Mais sur la possibilité d'accéder aux données sur une personne... On va vite se retrouver à des chiffres sans contexte (genre lui il condamne à 80% dans tel sens... mais en fait s'il a 80% de dossier qui le justifie...?) exploités par tous ceux que ça arrange.

Et puis après on va étendre ça aux médecins (études financées avec nos impôts, risque vital blabla), avec un classement de la mortalité des patients de chaque praticien.
Et puis en fait on va pouvoir calculer des taux de réussite (avec tout ce que ça a de relatif) sur le reste de la population, pourquoi pas? Le taux de réussite au bac des anciens élèves d'un  instituteur etc.

Pour revenir aux juges, ça serait flippant de constater un jour que les magistrats consultent leurs taux et modèrent leurs jugements pour viser le 50% :D
 
Ouais. La transparence c'est bien, mais en fait ça peut mener à plein de choses.

Avatar de wagaf Abonné
Avatar de wagafwagaf- 04/12/18 à 17:59:14

Quand on observe les comportements de meute haineuse sur les réseaux sociaux et Internet, souvent fondées sur des foutaises de cassos ou des manipulations diverses,
il semble clair que l'identité de ces professionnels doit être protégée pour leur permettre de faire normalement leur travail.

Édité par wagaf le 04/12/2018 à 18:00
Avatar de Soriatane Abonné
Avatar de SoriataneSoriatane- 04/12/18 à 19:32:08

recoding a écrit :

Et puis après on va étendre ça aux médecins (études financées avec nos impôts, risque vital blabla), avec un classement de la mortalité des patients de chaque praticien.

Les médecins ont une obligation de moyens pas de résultat car le corps humain n'est encore totalement compris.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3