Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Saisi par l'Arcep, le Médiateur des entreprises lance une concertation dans les télécoms

Orgueil et préjugés
Internet 3 min
Saisi par l'Arcep, le Médiateur des entreprises lance une concertation dans les télécoms
Crédits : kynny/iStock

Le Médiateur doit plonger dans les pratiques des opérateurs télécoms pour entreprises, un domaine dominé depuis deux décennies par Orange et SFR, qui connait une difficile ouverture à la concurrence. L'autorité nous donne les contours de cette médiation.

Le Projet de loi de finances 2019 est une mine d'informations, tout comme certains rapports qui l'entourent. Celui de la députée Christine Hennion sur les communications électroniques et l'économie numérique révèle l'ouverture d'une concertation par l'Arcep, demandée au Médiateur des entreprises, sur « les offres et la fiabilité des fournisseurs de services ».

Une partie du texte est dédiée à la concurrence sur le réseau fibre, en particulier les difficultés d'accès à l'infrastructure d'Orange, de loin la plus étendue. Une domination dans les déploiements couplée à une mainmise commerciale, qui fait craindre aux plus pessimistes (voire alarmistes) la reformation d'un monopole de l'opérateur historique.

Le problème est particulièrement aigu sur le marché des télécoms pour entreprises, dont les deux tiers des revenus reviendraient à Orange, et où la fibre est toujours considérée comme un luxe.

Une première réunion demain

 

Le 28 octobre, un décret a élargi les compétences du Médiateur des entreprises à l'univers de l'information et de la communication, pour les discussions entre entreprises, administrations ou collectivités territoriales, via une expérimentation sur trois ans. Celle de l'Arcep concerne spécifiquement les entreprises.

Contactée, l'autorité des télécoms nous explique vouloir une concertation de filière pour améliorer les relations entre les opérateurs et les entreprises clientes, « notamment les plus petites d’entre elles ». « Il s’agit donc de mettre les opérateurs et les entreprises clientes autour d’une table pour qu’ils discutent des pratiques en vigueur sur le marché » précise l'institution.

La première réunion est prévue demain, jeudi 8 novembre, regroupant « grands opérateurs, alternatifs, virtuels [et] intégrateurs ». Selon nos informations, la Fédération française des télécoms (FFT), l'Association des opérateurs télécom alternatifs (AOTA) et le Club des dirigeants réseaux et télécoms (CDRT) sont impliqués.

« Des pratiques déloyales d'opérateurs virtuels » selon l'AOTA

La médiation est annoncée par le rapport parlementaire juste après la mention de l'accès difficile à la fibre de l'opérateur historique par les tiers, contre laquelle l'Arcep jure lutter. Pour autant, « cette médiation ne concerne pas spécifiquement l’accès au réseau d’Orange » nous répond l'institution.

Interrogée, l'AOTA, qui représente de petits opérateurs régionaux, confirme sa participation. « L'AOTA a accepté de participer à cette initiative de bon sens car nos adhérents sont souvent confrontés à des pratiques déloyales d'opérateurs virtuels (simples revendeurs ou distributeurs) qui portent une lourde atteinte à la concurrence et à l'image de notre secteur tout comme certains nouveaux entrants B2B dont les tarifs cassés sont incompris par les clients finaux », nous répond son président David Marciano.

Un sujet brûlant est la concurrence sur ce marché, dont Orange et SFR prennent la part du lion. Pour l'ouvrir et pousser la fibre, le gouvernement mise sur l'utilisation du réseau fibre grand public (FTTH) par les entreprises, pour sortir des réseaux dédiés aux prix souvent rédhibitoires.

L'Arcep pousse l'arrivée d'un troisième acteur majeur sur les services fixes pour entreprises, en favorisant le modèle de Kosc, un consortium cofondé par OVH (qui lui a transféré son réseau télécom), soutenu par Bpifrance. Il s'appuie sur les boucles locales d'Orange, de SFR et de réseaux publics (le dernier kilomètre de fibre jusqu'aux clients), qu'il relie avec son propre réseau national. La société qui a grandement peiné à ses débuts, en bonne partie à cause de conflits avec SFR, nous assure être désormais sur de bons rails (voir notre analyse).

La concurrence s'intensifie donc. Selon nos informations, SFR préparerait des offres de gros sur son réseau pour les prochains mois, tout comme Orange ; qui nie pourtant toute intention en ce sens. Bouygues Telecom nous a confirmé la création d'offres de gros activées (clés-en-main pour opérateurs tiers) sur le marché entreprises, d'ici la fin d'année.

21 commentaires
Avatar de sebmatrix Abonné
Avatar de sebmatrixsebmatrix- 07/11/18 à 13:26:58

Dans la TPE où je suis, on (tous les prestataires commercialisant la fibre) nous a proposé la fibre optique pour entreprise (comprendre par là qu'il y avait que l'ADSL sinon) : 1200 €ht / mois !

Et 750€ ht d'installation !
 
Un particulier, lui, a la fibre pour ... 40€ / mois ...

Et quand je pense que ce réseau fibre (Grand-Poitiers Network) est payé par l'argent du contribuable.

Édité par sebmatrix le 07/11/2018 à 13:28
Avatar de alex.d. Abonné
Avatar de alex.d.alex.d.- 07/11/18 à 13:45:39

Chez OVH, tu auras la même chose pour 49€ HT / mois.

Avatar de Qruby Abonné
Avatar de QrubyQruby- 07/11/18 à 14:34:59

sebmatrix a écrit :

Dans la TPE où je suis, on (tous les prestataires commercialisant la fibre) nous a proposé la fibre optique pour entreprise (comprendre par là qu'il y avait que l'ADSL sinon) : 1200 €ht / mois !

Et 750€ ht d'installation !
 
Un particulier, lui, a la fibre pour ... 40€ / mois ...

Et quand je pense que ce réseau fibre (Grand-Poitiers Network) est payé par l'argent du contribuable.

Ce ne sont pas les mêmes niveaux de service. Un particulier est soumis à pas mal de restrictions sur sa ligne, et sans aucune garantie de qualité, ni même de délais de rétablissement du service.

Si Internet est critique pour ton entreprise (i.e. perte d'argent dès que le service n'est pas au niveau), ça peut valoir le coup de payer le prix ;)

Avatar de darkweizer Abonné
Avatar de darkweizerdarkweizer- 07/11/18 à 15:24:09

Qruby a écrit :

ni même de délais de rétablissement du service.

C'est du gros bullshit le délais de rétablissement GTR, car le plus souvent c'est de la grosse coupure de fibre via pelleteuse, ou carrément la région (géographique, pas administrative) qui est impactée et vous serez jamais rétablie en 8h (et encore moins 4h). Et ne parlons pas des indemnités qui sont ridicules !

Édité par darkweizer le 07/11/2018 à 15:24
Avatar de SFX-ZeuS INpactien
Avatar de SFX-ZeuSSFX-ZeuS- 07/11/18 à 15:36:52

Et alors pourquoi une entreprise ne pourrait pas avoir une fibre non soumise à une GTR 4h et patacouffin ?

Et au passage une TPE en générale n'a jamais de tel moyen et si elle les a elle ne restera probablement pas longtemps une TPE.

Avatar de OB Abonné
Avatar de OBOB- 07/11/18 à 15:41:32

Qruby a écrit :

Ce ne sont pas les mêmes niveaux de service. Un particulier est soumis à pas mal de restrictions sur sa ligne, et sans aucune garantie de qualité, ni même de délais de rétablissement du service.

Si Internet est critique pour ton entreprise (i.e. perte d'argent dès que le service n'est pas au niveau), ça peut valoir le coup de payer le prix ;)

Sauf que bien souvent c'est pas sur ça que le discours des commerciaux est axé, surtout qu'ils espèrent fourguer aussi plein de services avec (notamment la téléphonie IP, très lucrative pour l'opérateur).

Et comme le dit darkweizer, les indemnités sont plafonnés (donc une fois que la GTR est dépassée, plus besoin de se presser), sans ça le risque pour un petit opérateur serait trop important.
 
=> Un secours en 4G en secours est largement plus fiable , même si la QOS est pas idéale.

(C'est là aussi que la compétence de l'opérateur rentre en jeu, être capable de faire une bascule fiable et automatique)

 
Toute les boulangerie ou les cabinets d'archi n'ont pas les moyens et pas l'intérêt de se payer un lien direct vers un NRO.... Or , ces petites entreprises représentent la majorité des entreprises , en dehors des ZAC...Aujourdhui, Orange fait un carton en ADSL sur ce genre de boites.

Avatar de SFX-ZeuS INpactien
Avatar de SFX-ZeuSSFX-ZeuS- 07/11/18 à 15:50:41

Juste faire attention une ligne 4G il n' y'a pas de connexion entrante possible (sauf bouyges il me semble avec un forfait hors de prix naturellement)

Avatar de anonyme_7c080d0b57a30a99451672cfc228f71f INpactien

Bien sûr qu'il y a des TPE qui souscrivent des offres grand public chez Free, Sosh et les autres. Mais bizarrement, quand la connexion avec le monde virtuel est coupé, quand le téléphone ou internet ne fonctionne plus pendant plusieurs jours, c'est le branle-bas de combat, le sauve-qui-peut, la fin du monde.

En France (et en Europe), il y a des priorisations salutaires : les services d'urgence, les services médicaux, les services "entreprise", les services "grand public" (eux-même divisés entre services "premium" et services basiques ou moins bien maintenus), etc. Ceci-dit, Orange et SFR (les 2 réseaux nationaux d'envergure en France) ne se privent pas de profiter de leur quasi-monopole éventuel (notamment sur le marché "entreprise"), pour fixer arbitrairement leurs conditions d'usage et leurs conditions contractuelles.
Édité par Radithor le 07/11/2018 à 15:59
Avatar de OB Abonné
Avatar de OBOB- 07/11/18 à 16:00:04

SFX-ZeuS a écrit :

Juste faire attention une ligne 4G il n' y'a pas de connexion entrante possible (sauf bouyges il me semble avec un forfait hors de prix naturellement)

De toute manière , dans ce genre de cas un VPN est monté par dessus, donc ça implique un hébergement quelque part déjà (ne serait-ce qu'un site web).

Tout dépends évidemment du boulot de la TPE - j'en connais peu qui ont besoin de connections entrante (sauf pour la téléphonie, sauf si le centrex IP est externalisé).

Mais oui, c'est au cas par cas et c'est parfois pas trivial.

Édité par OB le 07/11/2018 à 16:00
Avatar de Elwyns INpactien
Avatar de ElwynsElwyns- 07/11/18 à 18:14:35

Radithor a écrit :

Bien sûr qu'il y a des TPE qui souscrivent des offres grand public chez Free, Sosh et les autres. Mais bizarrement, quand la connexion avec le monde virtuel est coupé, quand le téléphone ou internet ne fonctionne plus pendant plusieurs jours, c'est le branle-bas de combat, le sauve-qui-peut, la fin du monde.

En France (et en Europe), il y a des priorisations salutaires : les services d'urgence, les services médicaux, les services "entreprise", les services "grand public" (eux-même divisés entre services "premium" et services basiques ou moins bien maintenus), etc. Ceci-dit, Orange et SFR (les 2 réseaux nationaux d'envergure en France) ne se privent pas de profiter de leur quasi-monopole éventuel (notamment sur le marché "entreprise"), pour fixer arbitrairement leurs conditions d'usage et leurs conditions contractuelles.

même à des tarifs hyper élevée les gtr ils sen pète royalement les couilles surtout completel / sfr sur le cuivre..

Aussi un truc que j'ai jamais compris pourquoi les fibres de communauté de commune sont pas utilisable.. c'est posé avec l'argent du contribuable et le boulanger doit balancer 500E par mois pour la fibre ?... du coup c'est une fibre privée pour les services publiques ou y a des offres privés mais genre on fait payer 5000euros au client pour qu'il se connecte...

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3