Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

À son tour, Marlène Schiappa veut filtrer l’accès des mineurs aux sites pornos

Porn to be wild
Droit 4 min
À son tour, Marlène Schiappa veut filtrer l’accès des mineurs aux sites pornos
Crédits : dmitroza/iStock/ThinkStock

Sur l’antenne de franceinfo, Marlène Schiappa révèle que le gouvernement va exiger un filtrage d’accès des mineurs aux sites pornographiques. « Un sujet de santé publique » pour la secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes. 

Le filtrage d’accès aux sites pornographiques, le retour ! Présenté comme l’une des priorités fixées par le premier ministre, il sera exigé de l’ensemble des sites qui proposent ce genre de contenus réservés aux adultes. C’est en tout cas ce qu’a promis Marlène Schiappa, hier sur l’antenne de franceinfo.

« L’accès précoce à la pornographie est très préoccupant. On ne peut pas laisser des enfants prépubères ou même d’ailleurs des jeunes adolescents avoir comme seule représentation de la sexualité, une représentation de pornographie » prévient la secrétaire d'État. « Aujourd’hui, il n’y a pas de filtre, nous allons exiger de la part de celles et ceux qui produisent et même en ligne en tout cas ces contenus, qu’il y ait des filtres très importants ».

Avec les ministres impliqués, dont Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État au Numérique, Jean-Christophe Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et de la Santé, « nous sommes prêts à aller très loin, à être très fermes pour faire en sorte que ce ne soit pas à la libre disposition des enfants. C’est un sujet de santé publique ».

Une piste ouverte par Emmanuel Macron

Cette voie avait été ouverte en novembre 2017 par le chef de l’État lui-même. Il regrettait le manque de régulation dans l'accès aux contenus pornographiques (mais aussi aux jeux vidéo). « Unissant monde virtuel, stéréotypes, domination et violence, la pornographie a trouvé, grâce aux outils numériques un droit de cité dans nos écoles » analysait Emmanuel Macron.

« Aujourd'hui, ajoutait-il, la pornographie a franchi la porte des établissements scolaires comme naguère l'alcool ou la drogue. Nous ne pouvons pas d'un côté déplorer les violences faites aux femmes et de l'autre, fermer les yeux sur l'influence que peut exercer sur de jeunes esprits, un genre qui fait de la sexualité un théâtre d'humiliation et de violences faites à des femmes qui passent pour consentantes ».

Un droit pénal qui ne demande qu'à être appliqué

Comme nous l’avions expliqué sur le plateau d’Arrêt sur Images, le droit pénal rend déjà punissable « le fait soit de fabriquer, de transporter, de diffuser par quelque moyen que ce soit et quel qu'en soit le support un message à caractère violent, incitant au terrorisme, pornographique ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine ou à inciter des mineurs à se livrer à des jeux les mettant physiquement en danger » (article 227-24). 

Si le problème est si grave, plutôt que de projeter un nouveau véhicule législatif, il ne tient donc qu’aux pouvoirs publics de faire appliquer cette disposition. Il pourrait doubler ses instructions pénales par une campagne d’informations ou de sensibilisation pour rappeler aux parents leur indispensable rôle dans l’éducation des enfants. 

Quel filtrage ? Quelle autorité ? 

Une certitude, la solution magique du filtrage a ses limites. Sans évoquer la question de leur solidité technologique, quel filtre choisir ? Un contrôle des pièces d’identité pour attester de l’âge ? On imagine mal les internautes révéler leur identité dans un cadre aussi intime. Quid de la sécurisation de ces pièces, dans un traitement touchant des données sensibles ? Un contrôle appuyé sur la carte bancaire ? Cette fois, on peut craindre de belles arnaques pour aspirer quantité de ces informations sensibles. Il suffirait de monter un faux site X, pour attendre patiemment que les internautes fournissent leurs données bancaires en toute confiance…

D’un point de vue opérationnel, qui jaugera la mise en place de ce filtrage, distinguer l’érotique du pornographique ? Il  y a certes le juge, mais dans son discours, Emmanuel Macron n’avait d’yeux que pour une extension des pouvoirs du CSA. Là encore, comment l’autorité pourrait-elle réguler l’océan Internet, quand dans le petit monde de l’audiovisuel, elle met des mois à épingler une chaîne de télévision ou une radio pour des infractions à leurs engagements ?

Un sujet riche de propositions

Il demeure que le thème de l’accès pornographique aux mineurs a toujours été très inspirant. Pas plus tard qu’en 2016, le député Jacques Bompard avait imaginé un blocage administratif chez les FAI, décidé sans intervention judiciaire, par le seul ministère de l’Intérieur. 

En mars 2017, Laurence Rossignol, alors ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes sous le gouvernement Valls, réfléchissait à une activation par défaut des logiciels de contrôle parental. « Ce serait aux utilisateurs qui n’en ont pas besoin de le désactiver, et pas l’inverse », exposait-elle dans le Figaro. 

Un mois plus tôt, la même Rossignol chantait un discours inverse, remettant en cause l’efficacité du contrôle parental : « J’en connais la limite parce que maintenant les gamins ont des smartphones et n’ont pas besoin de contrôle parental ».

Lors d’une réunion au même ministère, des acteurs associatifs, institutionnels et économiques avaient nourri une sorte de boite à idées. Dans le florilège des propositions, fut mise sur la table l’instauration d’un système de scan de carte d’identité, un croisement de ces informations avec une base de données telle TES, le fichier des titres sécurisés ou encore un système de liste blanche…. 

177 commentaires
Avatar de hellmut Abonné
Avatar de hellmuthellmut- 10/09/18 à 08:48:11

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Franchement à part un contrôle parental, je vois pas de solution efficace qui n'entraine de dérives.
à mon avis ils vont prendre exemple sur le royaume uni.

Avatar de Inny Abonné
Avatar de InnyInny- 10/09/18 à 08:50:33

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Alors qu'il suffit de demander au visiteur s'il est majeur...

Avatar de Edtech Abonné
Avatar de EdtechEdtech- 10/09/18 à 08:53:44

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Je ne vois que ça aussi. Il faut juste que ça existe sur les smartphones (ça a existé partiellement sur Windows Phone, donc c'est faisable).

De toutes façons, on trouvait déjà avant Internet un copain plus âgé pour nous acheter des magasines, là, il suffira de faire pareil ! Donc aucune protection ne sera vraiment efficace !

Avatar de Toorist INpactien
Avatar de TooristToorist- 10/09/18 à 08:54:26

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

"Nous ne pouvons pas d'un côté déplorer les violences faites aux femmes et de l'autre, fermer les yeux sur l'influence que peut exercer sur de jeunes esprits, un genre qui fait de la sexualité un théâtre d'humiliation et de violences faites à des femmes qui passent pour consentantes "

Ouai alors la clairement elle parle pas forcément des pornos les plus sympa...
Personnellement une femme qui se fait deepthroater par 3 mecs j'ai jamais trouvé ca très excitant ... l'idée pour combattre le porno serait peut être de promouvoir le "bon porno" au lieu de tout cacher au même endroit ?

Avatar de Edtech Abonné
Avatar de EdtechEdtech- 10/09/18 à 08:57:52

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Tout à fait d'accord avec toi. Je me demande toujours qui peut aimer le porno "crade". C'est toujours plus sympa quand il y a de la sensualité, du charme et que c'est la nana qui prend les devants !

Avatar de Paratyphi Abonné
Avatar de ParatyphiParatyphi- 10/09/18 à 08:57:57

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Demander aux parents de faire leur taf? Tu rigoles... Les gens vont te parler d'infantilisation, d'une tentative de contrôle par un gouvernement dictatorial etc. Et au delà de ça, empêcher l'accès au porno, demande de maitriser des outils inconnus de la majorité des parents.

Avatar de Haken Trigger Abonné
Avatar de Haken TriggerHaken Trigger- 10/09/18 à 08:59:38

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

"Why you think the net was born ?"

Essayer de "filtrer" la pornographie :

  • de un, c'est de la censure.

  • de deux, ce ne sont pas à des ministres de faire le boulot des parents et de l'éducation.

    Je pense, comme le dit Toorist, qu'il faudrait leur expliquer (même si ça risque encore de déraper...) ce qu'est la pornographie et surtout, leur expliquer que certaines choses qu'ils pourraient voir sont tout bonnement irréalistes, dangereux, ou tout simplement idiots et dégradants.

Avatar de boogieplayer Abonné
Avatar de boogieplayerboogieplayer- 10/09/18 à 09:00:23

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

En Angleterre, ils ont tenté le truc avec une carte à acheter chez un buraliste qui "vérifierai" l'ID et donc la majorité. La dite carte portant un code d'accès à renseigner sur les site porno. Je vous laisse imaginer.

Certain on pensé à y aller dans un faux taxi

Sinon le meilleur filtre reste les parents dans leur éducation et l'éveil qu'ils prodigueront à leur enfants. Vœux pieux je sais. Déjà installer des navigateurs qui vont bien avec des plug-in anti pub, tracker, puis informer et encore informer ses enfants et les accompagner à l'usage du web et SURTOUT de la compréhension que le porno c'est une sexualité faites par un autre, pas la sienne. Que le respect de l'autre et des femmes ne s'en affranchi pas.

Sinon pour le filtrage : LOL

Avatar de PtiDidi Abonné
Avatar de PtiDidiPtiDidi- 10/09/18 à 09:07:52

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

Toorist a écrit :

l'idée pour combattre le porno serait peut être de promouvoir le "bon porno" au lieu de tout cacher au même endroit ?

Ca correspondrait un peu à ca : "On ne peut pas laisser des enfants [..] avoir comme seule représentation de la sexualité, une représentation de pornographie"Mais j'ai plutôt l'impression que l'idée de plus de faire comme si ca n'existait pas.

Avatar de TriEdge INpactien
Avatar de TriEdgeTriEdge- 10/09/18 à 09:15:32

Signaler ce commentaire aux modérateurs :

On parle de schiappa, l'autrice porno qui fait pas dans la dentelle et qui a fait des viols de simples délits d'atteinte sexuelle.

Comme les autres féminazis, qui était une horreur pour elle avant d'être au gouvernement, elle à le cerveau complètement cramé. Et elle éduque ses filles en les foutant devant la TV, faut pas chercher une logique chez cette barjo.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 18