Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Copie privée : le barème Molotov sera déterminé sans marché public

La redevance réinventée
Droit 3 min
Copie privée : le barème Molotov sera déterminé sans marché public
Crédits : Molotov.tv

C’est Copie France, la société des ayants droit chargée de collecter la redevance copie privée, qui va se charger d’approcher trois instituts de sondage pour préparer les futurs barèmes Molotov. Une nouvelle fois, l’agenda ne permet pas d’organiser un appel d’offres respectueux des règles de marché public.

Voilà près d’un an, la Commission Copie privée adoptait le barème Molotov sur l’enregistrement de flux TV dans le cloud. Avec la loi Création du 7 juillet 2016, cette ponction que collectent les ayants droit a trouvé une nouvelle dimension. Traditionnellement assise sur les supports physiques et tangibles, elle s’est déportée sur le stockage en ligne.

Le 9 juillet 2017, la commission faisait publier au Journal officiel le barème sur ces fameux nPVR (Network Personnal Video Recorder). Ce barème n’a été appliqué que pour un an, une option ouverte et encadrée par la loi Création. Cette limite fait suite à son mode de calcul : plutôt que d’être assis sur une vraie étude d’usages, ce barème a été déterminé par simple équivalence avec celui des box Internet, soit le plus généreux avec les bénéficiaires. L’avantage : l’offre Mololtov a pu être soumise à la copie privée beaucoup plus rapidement. 

Le tarif va de 0,105 euro à 0,750 euro payé chaque mois, même sur ses abonnements gratuits, selon la capacité d’enregistrement mise à disposition

Impossible de respecter l'agenda du Code des marchés publics

Durant l’année écoulée, les douze ayants droit, six consommateurs et six industriels siégeant autour de la table étaient donc censés ébaucher et voter le barème Molotov définitif. Et la logique aurait voulu que l’instance rattachée au ministère de la Culture opte pour un marché public. Seulement, l’agenda, visiblement chargé, a conduit à une énième réplique.

Ce document doit être finalisé d’ici le mois prochain pour entrer en application dès le 1er août. Or, impossible de respecter le Code des marchés publics sur des délais aussi contraints. Résultat : comme en 2014 notamment, la Commission copie privée a voté la proposition des ayants droit visant à rapprocher trois instituts de sondage. 

Fort heureusement, le 19 novembre 2014, le Conseil d’État a déjà validé ce court-circuitage, qui sera financé sur fonds privés. Il suffit simplement que l’étude d’usage soit « réalisée sur la base d’un questionnaire adopté à l’unanimité » des membres de la CCP et que les résultats soient directement présentés à ses membres. L’enjeu est finalement d’éviter un arrêt des perceptions, une fois la période provisoire consommée. Un scénario inenvisageable dans la patrie de l’exception culturelle. 

Le barème Molotov, premier à frapper les services en ligne

L’heureux institut finaliste sera donc chargé de relever les pratiques des abonnés NPVR pour que la commission vote rapidement un barème. La logique est toujours la même : plus une personne copie sur Molotov, plus les ayants droit pourront réclamer une redevance plus importante.

Selon nos informations, ceux-ci anticipent justement des pratiques de copies en hausse par rapport aux box. Soit un joli levier en faveur d’une hausse. Bien sûr, Molotov possède des chiffres précis sur l’activité de ses abonnés, mais une transparence totale sur ses données est toujours délicate lorsqu’on touche à un secteur où on est le seul acteur en place... Un groupe de travail a été constitué avec l’espoir d’arriver rapidement à un vote.

Dans ces rouages bien huilés, un grain de poussière pourrait venir de la Hadopi. En avril, nous avons saisi la haute autorité pour savoir si les différentes restrictions apportées sur les chaînes du groupe M6 et TF1 (limitation des capacités d’enregistrement à 20 heures cumulées, planification limitée, etc.) sur les nPVR étaient bien compatibles avec l’exception de copie privée. Et pour cause, elles ne se retrouvent pas sur les box, dont le barème sert de référence.

Le barème Molotov n’est pas neutre puisqu’il est le premier à viser les services en ligne. Autant dire qu’il pose le jalon d’un avenir important pour les ayants droit, face à la chute des ventes physiques sur des segments entiers de produits. Leurs yeux sont aussi tournés sur YouTube où les pratiques de stream ripping justifieraient à elles seules une redevance toujours plus importante.

31 commentaires
Avatar de Mimoza Abonné
Avatar de MimozaMimoza- 18/06/18 à 09:34:23

Toujours autant d'actualité avec des acteurs différents :mad:

Édité par Mimoza le 18/06/2018 à 09:35
Avatar de Nerg34 Abonné
Avatar de Nerg34Nerg34- 18/06/18 à 10:00:12

Molotov est vraiment malmené de tous les côtés... A croire qu'on cherche à tuer dans l'oeuf toute innovation alors qu'aux contraires les acteurs TV auraient tout à gagner à s'associer à Molotov pour survivre aux géants américains.

Avatar de momal INpactien
Avatar de momalmomal- 18/06/18 à 10:15:04

Pas dit que ce soit 'contre' Molotov.
C'est plutot qu'il ne faut pas qu'une 'jurisprudence' emerge qui pourrait faire baisser ou modifier la manne de pognon qui arrive chez les ayant-tous-les-droits.
Du coup on tape bien fort des le depart, pas donner d'idees a d'autres applis du meme style.

Avatar de Patch INpactien
Avatar de PatchPatch- 18/06/18 à 10:53:36

Nerg34 a écrit :

Molotov est vraiment malmené de tous les côtés... A croire qu'on cherche à tuer dans l'oeuf toute innovation alors qu'aux contraires les acteurs TV auraient tout à gagner à s'associer à Molotov pour survivre aux géants américains.

T'inquiète pas, SALTO va tout révolutionner :fumer:

Avatar de revker Abonné
Avatar de revkerrevker- 18/06/18 à 11:10:28

Les institutions françaises, toujours à gratter partout au lieu de se remettre en question.

Vive la France, vive l'immobilisme.

Avatar de wanou2 Abonné
Avatar de wanou2wanou2- 18/06/18 à 11:12:35

revker a écrit :

Les institutions françaises, toujours à gratter partout au lieu de se remettre en question.

Vive la France, vive l'immobilisme.

 

Là il s'agit d'entités privées qui cherchent à gratter rien à voir avec des "institutions" !!!

Avatar de kwak-kwak INpactien
Avatar de kwak-kwakkwak-kwak- 18/06/18 à 11:18:52

momal a écrit :

Pas dit que ce soit 'contre' Molotov.
C'est plutot qu'il ne faut pas qu'une 'jurisprudence' emerge qui pourrait faire baisser ou modifier la manne de pognon qui arrive chez les ayant-tous-les-droits.
Du coup on tape bien fort des le depart, pas donner d'idees a d'autres applis du meme style.

Et au final, on revient sur un système où seuls les producteurs de contenu pourront avoir les moyens de le diffuser. Et comme nos producteurs sont des truffes (ont loin d'avoir les moyens et le marché des super-producteurs Américains), ils vont finir par se faire complètement bouffer.
Au final on est en train de tuer Molotov.tv (qui est déjà extrêmement limité dans ses fonctionnalités.) Exemple : pas possible de naviguer dans un visionnage différé) et on en revient sur la problématique finale : Si tu veux voir du contenu, tu prends un abonnement à Netflix et/ou tu pirates.

Avatar de revker Abonné
Avatar de revkerrevker- 18/06/18 à 11:30:07

Pour ma part, je peux me déplacer dans un visionnage différé ? A moins que ça ne soit réservé qu'à la version "Extended" ?

Avatar de revker Abonné
Avatar de revkerrevker- 18/06/18 à 11:30:50

Mea culpa, je pensais aux "acteurs" dans le sens intervenants.

Avatar de felicienfrancois Abonné
Avatar de felicienfrancoisfelicienfrancois- 18/06/18 à 12:09:52

C'est pour TF1, M6 et leurs sous-chaines (W9 & co) que la navigation est désactivée.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 4