Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Sur YouTube, la série parodique CDZAbridged se dit menacée de disparition

Les Chevaliers du Copyright
Internet 3 min
Sur YouTube, la série parodique CDZAbridged se dit menacée de disparition

StateAlchemist, le créateur de la série CDZAbridged, appelle les internautes à télécharger et republier sa parodie, suite à une nouvelle plainte de Toei Animation auprès de YouTube. Le cas pose encore la question de l'équilibre entre copyright et « fair use », après de nombreuses promesses de la plateforme sur le sujet.

Nouvel épisode dans les démêlés entre YouTube et oeuvres parodiques. Avant-hier, dans une nouvelle vidéo, le vidéaste StateAlchemist implorait les internautes : « Récupérez les épisodes de CDZA ! Vite ! ». « CDZA », c'est « Les Chevaliers du Zodiaque, la série abrégée », une saga parodique historique, qui se moque doucement depuis 2009 du dessin animé des années 80.

Terminée en 2014 après 13 épisodes, elle serait menacée d'extinction sur YouTube, selon son créateur. Dans sa vidéo, il affirme que Toei Animation demande une nouvelle fois la suppression de l'œuvre de la plateforme, pour violation du copyright, la série utilisant les images du dessin animé originel.

Après des années, la remise en ligne abandonnée

Le cas n'est pas nouveau. Déjà en 2015, une vidéo répondait à la suppression de certains épisodes de la chaine. Pour StateAlchemist, cette fois, les recours qu'il porte tomberaient dans l'oreille d'un sourd, malgré l'exception de parodie. « Je ne réuploaderai pas. Cela fait bientôt dix ans que je réuploade les fichiers sur Dailymotion, YouTube et tout ça... Clairement, ça ne marche pas. Toei me retrouve toujours, donc je ne le referai pas » se résigne-t-il.

Si YouTube est une plateforme américaine, le Code de la propriété intellectuelle français pose que « lorsque l'oeuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire [...] la parodie, le pastiche et la caricature, compte tenu des lois du genre ». Rien n'y ferait dans ce cas, à moins de porter l'affaire devant la justice, ce à quoi le vidéaste amateur ne semble pas prêt.

Pour lui, la solution est donc d'obtenir des internautes qu'ils emportent avec eux une copie, voire la remettent eux-mêmes en ligne, tant qu'il est crédité. Des copies ont déjà émergé en ligne, notamment sur Dailymotion, au cours des derniers jours. La démarche reste tout de même risquée : si CDZAbridged n'entre légalement pas dans l'exception de parodie, ce sont les autres internautes qui portent le risque juridique, et non plus son créateur. 

YouTube et le « fair use », une longue histoire

Sur la plateforme, la notion de « fair use », héritée du droit américain, est la plus mise en avant. Début 2016, le vidéaste Doug Walker (aussi connu comme le Nostalgia Critic) menait une campagne « What The Fair Use » (#WTFU) en réaction aux restrictions des fonctions de sa chaine, à la suite de plusieurs plaintes d'ayants droit sur ses critiques. À l'époque, il ambitionnait d'en faire un combat plus large, même si sa vidéo a permis de débloquer une situation figée pendant plusieurs semaines.

En avril 2016, YouTube affirmait changer ses règles pour maintenir la monétisation des vidéos contestées par des ayants droit, suite à une identification par son robot ContentID. L'annonce suivait un vœu pieux de novembre 2015, la plateforme promettait de s'ériger en barrière face aux abus d'ayants droit, qu'ils concernent le droit à la critique ou à la parodie, y compris en justice au besoin.

Depuis, YouTube a connu une fuite des annonceurs suite à la monétisation de vidéos choquantes, qui a mené la société à réduire le champ des vidéos monétisées via la publicité. Les occurrences de suppressions ou démonétisations jugées inadéquates par les vidéastes restent, elles, habituelles.

Pour le moment, la seule victime sur la chaîne CDZAbridged est la vidéo invitant les internautes à récupérer et remettre eux-mêmes en ligne les épisodes. « Cette vidéo a été supprimée, car elle ne respectait pas les règles de YouTube concernant le spam, les pratiques trompeuses et les escroqueries » justifie simplement YouTube.

CDZAbridged

42 commentaires
Avatar de Jarodd INpactien
Avatar de JaroddJarodd- 22/01/18 à 14:40:33

Il faudrait donc caricaturer la série, sans en montrer une seule image ? :reflechis:

La série abrégée c'est juste de ça, ça se moque de tous les travers de ces séries des années 90, des incohérences avec le manga, du fan service... En quoi cela gêne la Toei, puisquecela fait de la pub gratuite à la série ? Les fans de l'abrégé sont fan de l'originale, donc ont déjà du l'acheter (en K7, puis DVD, puis Bluray,... d'ailleurs :roll:)

Je participerai au maintien en vie de l'oeuvre :D
(d'ailleurs c'est marrant je l'ai revu la semaine dernière, avec les sous-titres c'est meilleur qu'en 2009 où certains dialogues étaient inaudibles)

Avatar de alf.red Abonné
Avatar de alf.redalf.red- 22/01/18 à 14:42:27

plaît-il ?

Vu la vidéo ce weekend, effectivement c'est bien triste d'en arrivé là. Pendant ce temps, on trouve des films complet sur youtube, des épisodes de séries, ect...

Avatar de Mythe_Railleur Abonné
Avatar de Mythe_RailleurMythe_Railleur- 22/01/18 à 14:47:44

J'ai vu ça ce week-end, mais visiblement la vidéo de CDZA où il explique le tout a été shootée.

Avatar de Sans intérêt Abonné
Avatar de Sans intérêtSans intérêt- 22/01/18 à 14:56:59

Une fois que les oeuvres protégées par le droit d'auteur sont identifiées et réclamées de suppression par les ayants droits respectifs, YouTube semble se ranger systématiquement derrière ces derniers. Pour contester ces retraits, il faut en effet contester le retrait en justice, avec tous les frais et toute l'incertitude qui en découlent.

Avatar de darkbeast Abonné
Avatar de darkbeastdarkbeast- 22/01/18 à 15:12:01

plaie t'il ?

Avatar de ArchangeBlandin Abonné
Avatar de ArchangeBlandinArchangeBlandin- 22/01/18 à 15:12:14

On notera un certain déséquilibre dans les coûts de procédure entre le retrait et la tentative de faire valoir ses droits de parodie...

Donc, plus de parodies, c'est mal ? Merci Google...

Avatar de Sans intérêt Abonné
Avatar de Sans intérêtSans intérêt- 22/01/18 à 15:41:17

En effet, il y a une forme de censure liée à cette asymétrie de moyens financiers.

De mon expérience de YouTubeur (au sens strict "qui fait héberger des vidéos personnelles sur YouTube"), je me suis fait bloquer une vidéo de 10 secondes incluant environ 8 secondes d'images d'un jeu vidéo. La valeur ajoutée principale venait du texte dans la description, lui aussi bloqué. La vidéo ne servant alors que d'illustration. Clairement, ce qui gênait l'éditeur, ce n'était pas que j'utilise des images de son jeu, mais de la manière dont j'abordais le sujet : un bot jouant automatiquement au jeu.

Certes, YouTube m'a proposé de contester la décision de retrait.

Vu que la démarche de l'éditeur du jeu était d'abuser le droit d'auteur pour empêcher une vidéo qui leur a déplu, mes chances de trouver une solution à l'amiable étaient inexistantes. Il aurait donc fallu se battre en justice. Et convaincre un juge que l'utilisation d'une poignée de secondes de vidéo d'un jeu vidéo en guise d'illustration entrait dans les exceptions au droit d'auteur. Et donc dépenser quelques milliers d'euros en défense au succès incertain. Pour dix secondes de vidéo.

Pour l'anecdote, suite au blocage, il m'était impossible d'accéder à la page de la vidéo. N'ayant plus la vidéo, pas plus que le texte descriptif, dans mes archives, je me voyais de fait privé d'éléments concrets à la contestation.

Mais le plus frustrant est peut-être de découvrir le système punitif de YouTube : si, suite à cette première contestation, je recevais deux autres plaintes pour violation de droit d'auteur, mon compte YouTube allait être supprimé. Cette vidéo était en ligne depuis plusieurs années. Pour clore mon compte, il aurait suffi à des ayants droits de trouver deux autres vidéos à contester durant cette même période de trois mois. Un moyen finalement facile pour faire clore les comptes qui parlent de jeux vidéo, notamment, sous un angle qui déplaît aux ayants droits.

Bref, quand on exige aux "plateformes" de faire la justice, l'arbitraire semble prendre le dessus sur le droit. :keskidit:

Avatar de aldwyr Abonné
Avatar de aldwyraldwyr- 22/01/18 à 16:02:03

La vidéo d'information à disparu. Oo
Elle semble avoir été strike...

Avatar de Gnppn Abonné
Avatar de GnppnGnppn- 22/01/18 à 16:07:09

C'est indiqué en fin d'article, j'ai mis le lien à titre informatif.

Avatar de fred42 INpactien
Avatar de fred42fred42- 22/01/18 à 16:11:51

C'est dit dans l'article.

Edit : oups grillé.

Édité par fred42 le 22/01/2018 à 16:12
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 5