Google Maps pointé du doigt pour son système de collecte de données

Google indique la direction de la case à cocher

L'application Google Maps pour iPhone est pointée du doigt depuis plusieurs jours en Allemagne à cause de son système de collecte de données de localisation de ses utilisateurs. Une association de protection de la vie privée assure ainsi que le programme ne respecte pas la législation européenne en matière de protection des données personnelles. 

google maps

 

La semaine dernière, l’application de navigation Google Maps faisait son grand retour sur iOS. Depuis jeudi, le programme développé par la firme de Mountain View est effectivement disponible gratuitement sous forme tierce via l’App Store, et sert notamment à équiper les iPhone d’Apple. Problème : quelques jours seulement après sa mise à disposition, l’application de Google était déjà dans le collimateur du Centre indépendant pour la protection de la vie privée, basé au Schleswig-Holstein, comme le rapportait ComputerWorld vendredi. En cause, le système de partage des données de localisation de l’utilisateur, qui ne respecterait pas la législation européenne sur les données personnelles.

Question de consentement 

Selon nos confrères, lorsque le possesseur d’un iPhone installe Google Maps, l’application l’invite à accepter ses conditions d’utilisation. L’utilisateur est également invité à partager anonymement ses données de localisation, et ce afin d’aider la société américaine à « améliorer » ses services. Seulement, le Centre indépendant pour la protection de la vie privée déplore aujourd’hui que la case servant à affirmer expressément le consentement de l’usager soit cochée d’office. Cela signifie que l’utilisateur peut bel et bien refuser de partager ses données de localisation avec Google, mais doit pour cela « décocher » une case (opt-out).

 

consentement maps

Capture MacPlus.

 

Marit Hansen, l’une des représentantes de l’organisation, considère que cette pratique est contraire à la législation européenne en matière de données personnelles, en ce que les sociétés qui souhaitent collecter des informations doivent obtenir l’accord explicite des personnes concernées, et non pas seulement proposer une option de retrait de type opt-out. De plus, elle a remis en cause l’anonymisation des données récoltées par Google, car celles-ci permettraient d'identifier malgré tout un terminal, et par conséquent de le suivre.

 

Nous avons contacté la CNIL, et attendons toujours un retour.  

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !