Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Microsoft : Azure et Office 365 continuent de tirer la croissance

La locomotive dans le cloud
Economie 5 min
Microsoft : Azure et Office 365 continuent de tirer la croissance
Crédits : Microsoft

Microsoft a présenté la nuit dernière ses résultats financiers pour le premier trimestre de son exercice 2018 (finissant le 30 juin prochain). Les tendances observées précédemment se confirment, Azure continuant de propulser les revenus du géant de Redmond dans les nuages. 

Pour Microsoft, la transition vers le cloud se poursuit à un bon rythme. Le géant de Redmond voit ses activités dans le domaine continuer de fleurir, tandis que ses métiers historiques se portent toujours relativement bien.  Il va donc sans dire que dans pareil contexte, les résultats ne pouvaient être que satisfaisants.

Tous les signaux sont au vert

Le chiffre d'affaires de Microsoft sur le premier trimestre de son exercice 2018 (juillet 2017 - juin 2018) s'établit ainsi à 24,5 milliards de dollars, en progression de 12 % sur un an. Parallèlement, le bénéfice opérationnel a progressé de 15 % sur l'année pour atteindre 7,7 milliards de dollars. 

Le résultat net a quant à lui grimpé de 15 % à 6,6 milliards de dollars. De quoi garnir encore davantage le matelas de liquidités dont disposait l'entreprise, qui culmine désormais à plus de 138 milliards de dollars. Les actionnaires ont par ailleurs assez largement profité de ces bénéfices, puisque sur les trois derniers mois, l'entreprise leur a reversé 4,8 milliards de dollars, sous la forme de dividendes ou de rachats d'actions. 

Bien évidemment, toutes les branches de Microsoft n'ont pas affiché les mêmes performances, les voici donc dans le détail.

LinkedIn, la croissance tranquille

Premier point d'étape avec LinkedIn. Le réseau social (chèrement) racheté par Microsoft en décembre dernier peine encore à donner ses premiers fruits, ce même si sa dynamique est positive dans son ensemble. 

LinkedIn affiche ainsi un chiffre d'affaires de 1,15 milliard de dollars, contre 976 millions six mois plus tôt, ou 1,07 milliard au trimestre précédent. Aucune donnée n'est malheureusement proposée par Microsoft pour comparer ce chiffre avec ceux obtenus un an plus tôt.

LinkedIn Q3 FY18

Malgré cette apparente progression et désormais 530 millions d'utilisateurs inscrits, le réseau social professionnel n'est pas encore rentable. Son résultat opérationnel est en effet négatif, à hauteur de 294 millions de dollars. Microsoft précise toutefois que si l'on exclut les coûts d'amortissement de son acquisition, LinkedIn pourrait afficher un bénéfice opérationnel de 78 millions de dollars. 

28 millions de particuliers abonnés à Office 365

Du côté de la branche Productivity & Business Processes (P&BP), qui chapeaute LinkedIn, Dynamics et Office, la moisson est plutôt bonne. Concernant Dynamics, Microsoft note une hausse de 12 % sur un an des revenus, avec une forte progression (+69 %) des ventes d'abonnements Dynamics 365. 

Microsoft Q1 FY18

Pour Office, la tendance est la même. Les ventes de produits et d'offres cloud à destination des entreprises ont connu une croissance de 10 % sur un an, dont 42 % pour Office 365 qui compte désormais 120 millions d'utilisateurs actifs mensuellement côté pros. Chez les particuliers, les recettes ont grimpé de 12 % et le nombre d'abonnés Office 365 atteint désormais 28 millions, soit 1 million de mieux sur trois mois, et 4 millions de recrutements sur un an. 

Dans son ensemble, la branche P&BP a réalisé un chiffre d'affaires de 8,24 milliards de dollars, en progression de 28 % sur un an. Son bénéfice opérationnel est quant à lui resté relativement stable (+4 %) et s'établit à 3,01 milliards de dollars.

Azure en plein rush

La branche Intelligent Cloud (IC) s'en tire également avec les honneurs. Pour rappel, elle regroupe les ventes de produits destinés au marché des serveurs, de services cloud et de services aux entreprises. Ses revenus ont atteint 6,92 milliards de dollars au dernier trimestre, soit 14 % de mieux que les 6,10 milliards enregistrés un an plus tôt. Son bénéfice opérationnel a également bondi de 20 % pour atteindre 2,14 milliards de dollars. 

Microsoft Q1 FY18

Comme d'habitude dans cette branche, c'est Azure qui tire le chiffre d'affaires vers le haut. Le service de cloud de Microsoft a (encore) vu ses recettes grimper de 90 % sur un an, un score qui se répète inlassablement depuis treize trimestres. Les services aux entreprises et les produits pour serveurs ont quant a eu connu une croissance plutôt molle, de respectivement 1 et 2 % sur un an. 

Windows garde le cap, les ventes de jeux Xbox grimpent

Dernier sommet du triangle, la branche More Personal Computing (MPC) regroupant les ventes de Windows, de terminaux (Surface...), le jeu vidéo et le moteur de recherche Bing. C'est la seule à ne pas avoir connu de croissance de ses revenus. Ils sont stables sur un an et atteignent 9,38 milliards de dollars, pour un bénéfice opérationnel de 2,57 milliards (+26 % sur un an). 

Microsoft Q1 FY18

Dans le détail, les ventes de licences OEM pour Windows ont grimpé de 7 % sur un an pour les versions Pro, et reculé de 1 % pour les autres. Les services liés à Windows (Store etc.) ont quant à eux vu leurs recettes croître de 7 % également. Concernant Bing, les revenus, hors coûts d'acquisition de trafic ont augmenté de 15 % sur un an, un rythme nettement plus soutenu que lors des trimestres précédents. 

Du côté de la branche gaming, les ventes sont stables par rapport à l'an dernier. Plus précisément, les ventes de matériel (comprendre de Xbox One) rapportent moins que par le passé. Cette baisse est toutefois compensée par la hausse des ventes de jeux et de services sur la boutique en ligne de la console, qui ont bondi de 21 %. Le bouquet d'abonnement Xbox Games Pass est d'ailleurs cité comme un des artisans de cette progression.

Les produits Surface ont vu leurs recettes augmenter de 12 % sur un an, principalement grâce au Surface Laptop. Pour les téléphones enfin, Microsoft précise que leurs revenus sont devenus « immatériels ». En clair, il n'y a plus grand chose à compter désormais. 

16 commentaires
Avatar de 2show7 INpactien
Avatar de 2show72show7- 28/10/17 à 08:09:53

Le bar est ouvert

Bonne santé :tchintchin:

Avatar de Ami-Kuns INpactien
Avatar de Ami-KunsAmi-Kuns- 28/10/17 à 08:38:26

:dix:

Avatar de blbird INpactien
Avatar de blbirdblbird- 28/10/17 à 21:18:23

J'ai vraiment du mal à comprendre pourquoi Azure fonctionne aussi bien chez les entreprises.

C'est devenu un bordel sans nom (je trouve), avec des fonctionnalités absolument dans tout les sens (métier à part d'ailleurs je pense), et on ne sait jamais combien ça va coûter à l'utilisation.

Édité par blbird le 28/10/2017 à 21:18
Avatar de 127.0.0.1 INpactien
Avatar de 127.0.0.1127.0.0.1- 28/10/17 à 23:39:12

blbird a écrit :

J'ai vraiment du mal à comprendre pourquoi Azure fonctionne aussi bien chez les entreprises.

C'est devenu un bordel sans nom (je trouve), avec des fonctionnalités absolument dans tout les sens (métier à part d'ailleurs je pense), et on ne sait jamais combien ça va coûter à l'utilisation.

Les entreprises veulent seulement utiliser l'outil informatique. L'hébergement/administration des serveurs dans les locaux de l'entreprise a toujours été plus une contrainte technique plus qu'une volonté stratégique.

Même si l'offre Azure est perfectible, elle répond suffisamment aux besoins pour que les entreprises franchissent le pas et externalisent la fourniture de service informatique.

On a déjà vu ca pour d'autres services de l'entreprise: courrier, téléphonie, gestion des déplacements, organisation des évènements, flotte automobile, nettoyage, ... tout cela est maintenant externalisé.

Avatar de Etre_Libre Abonné
Avatar de Etre_LibreEtre_Libre- 29/10/17 à 05:13:35

On peut le faire seulement quand on a la fibre, et encore... tous les usages ne sont pas faisables en ligne.

Il peut aussi y avoir le besoin / l'envie de garder les données localement.

Avatar de luxian INpactien
Avatar de luxianluxian- 29/10/17 à 09:51:13

Vous avez-vu l'article du Figaro de ce matin ? Microsoft a inséré la correction d'orthographe pour l'écriture inclusive ...
Avec un résultat qui pique carrément les yeux.

A force de vouloir ne choquer aucune communeauté à la bienpensance militante, ils ont développé : Word for Blondes.

Je ne sais pas si c'est ce créneau-là qui va vraiment tirer vers le haut leur chiffre d'affaire.

Édité par luxian le 29/10/2017 à 09:52
Avatar de 2show7 INpactien
Avatar de 2show72show7- 29/10/17 à 10:14:45

Ami-Kuns a écrit :

:dix:

Merci :tchintchin:

Édité par 2show7 le 29/10/2017 à 10:15
Avatar de SebGF Abonné
Avatar de SebGFSebGF- 29/10/17 à 14:02:28

J'ai surtout envie de dire : ça dépend de ce dont tu as besoin et de tes contraintes (légales, par exemple en Russie tu n'as pas le droit d'héberger des données en dehors du pays, combien d'utilisateurs, etc)
Dans la mesure où les progiciels sont de plus en plus développés sous forme d'applications Web pour leurs IHM, cela requiert assez peu de BP vers l'utilisateur. Le reste c'est en général de la base de données, du flux et du batch, ce qui au final reste principalement dans le réseau du prestataire.

J'ai connu des clients dont les infrastructures pour leurs magasins étaient centralisées en datacenter, voire certaines en SaaS chez l'éditeur, toutes les applications étaient à distance à l'exception de l'encaissement qui reste en local.
Et à part pour les magasins situés dans des grosses villes qui étaient fibrés, beaucoup tournaient sur du SDSL 2 voire 5mbps... Ca suffisait largement pour les différents progiciels dans la mesure où le nombre d'utilisateurs par magasin excédait rarement 5 personnes simultanées, 10/20 en heure de pointe pour les plus gros.
Voire encore moins pour un franchisé qui te dira : ta gueule, s'trop cher, j'fais ce que je veux, démerde-toi pour que ça marche que ça ne me coûte rien, pour peu que le contrat de franchise lui en donne la liberté :D

Édité par SebGF le 29/10/2017 à 14:05
Avatar de 127.0.0.1 INpactien
Avatar de 127.0.0.1127.0.0.1- 29/10/17 à 15:18:35

luxian a écrit :

Vous avez-vu l'article du Figaro de ce matin ? Microsoft a inséré la correction d'orthographe pour l'écriture inclusive ...

Il faut voir l'écriture inclusive comme un moyen d'apprendre les regexp. :ouioui:

Avatar de zefling Abonné
Avatar de zeflingzefling- 29/10/17 à 22:57:31

127.0.0.1 a écrit :

Il faut voir l'écriture inclusive comme un moyen d'apprendre les regexp. :ouioui:

Moi j'aime bien les regexp... mais j'ai souvent l'impression d'être le seul... :craint:

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2