Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Le gouvernement prévoit un « épisode 2 » pour le plan numérique à l’école

L'attaque des clones ?
Droit 4 min
Le gouvernement prévoit un « épisode 2 » pour le plan numérique à l’école
Crédits : ianying yin/iStock

Alors que le doute plane sur l’avenir du « plan pour le numérique à l’école » cher à François Hollande, le ministre de l’Éducation d'Emmanuel Macron a annoncé avant-hier que le gouvernement se préparait à franchir « une nouvelle étape » sur ce dossier. Un « épisode 2 » qui pourrait commencer par un bilan des fameuses tablettes fournies aux élèves.

Depuis plusieurs semaines, la question se posait très clairement. Que va-t-il advenir du plan pour le numérique à l’école, en vertu duquel chaque élève de cinquième devrait en principe être équipé d’une tablette ? Le sujet fut totalement absent de la campagne présidentielle. Jean-Michel Blanquer, le nouveau ministre de l’Éducation nationale, a par ailleurs pris le soin de le passer complètement sous silence lors de la dernière rentrée...

Ce dossier est pourtant loin d’être accessoire : le précédent gouvernement avait promis un budget d’un milliard d’euros sur trois ans – le déploiement étant progressif jusqu’en 2018, et soumis au bon vouloir des établissements et départements intéressés. L’exécutif avait beaucoup misé sur ce projet, accompagné par la réforme des programmes (avec notamment l’intégration d’un éveil progressif au code), la mise en place de manuels numériques et de – maigres – journées de formation pour les professeurs.

Sur le terrain, on a rapidement constaté que l’engouement n’était pas aussi fort qu’escompté. Lors de la dernière rentrée, seul un collège sur deux était censé participer à ce fameux plan...

Le gouvernement travaille à un « épisode 2 »

Tout en restant discret quant à ses projets exacts, le nouveau gouvernement a assez clairement laissé entendre ces derniers jours qu’il n’y aurait pas de remise en cause fondamentale du plan pour le numérique à l’école.

Mounir Mahjoubi, le secrétaire d’État au Numérique, a tout d’abord déclaré le 27 septembre dernier devant la commission des affaires culturelles de l’Assemblée nationale qu’il y aurait « un épisode deux », selon ses termes : « Oui, il y aura bien une véritable vision de ce que doit être l'éducation nationale à l'ère du numérique et le numérique au sein de l'éducation nationale, mais je laisserai la primeur des annonces [à Jean-Michel Blanquer]. »

Le ministre de l’Éducation nationale a ensuite confirmé, mardi 3 octobre devant la même commission, qu’il y aurait « évidemment » une « nouvelle étape du plan numérique dans les temps futurs, mais inspirée par quelque chose qui va au-delà du sujet des tablettes, et qui inclut notamment un fort volontarisme en matière de formation initiale et continue des professeurs ».

Fait intéressant : Mounir Mahjoubi avait lui aussi pris le soin de prendre ses distances vis-à-vis des tablettes. « Je ne suis pas un obsédé de la tablette pour tous », avait-il ainsi lancé face aux députés. « Je ne crois pas qu'il faut que 100 % de l'éducation passe par une tablette et que toutes les collectivités locales achètent massivement des tablettes à travers tout le territoire pour que tout le monde fasse sa journée avec une tablette. Par contre, à plusieurs moments de la journée, la tablette apporte des éléments de dialogue assez intéressants. »

« Nous devons faire un point sur le plan tablette »

Jean-Michel Blanquer est malgré tout resté relativement flou quant à ses intentions. « Nous devons faire un point sur le plan tablette de façon à regarder les effets qu'il a pu avoir jusqu'à présent », a déclaré le locataire de la Rue de Grenelle. Avant de poursuivre : « Nous devons aussi être attentifs à d'autres dimensions, puisque la révolution numérique ne se résume pas aux tablettes numériques – je pense notamment à la question des robots et de l'intelligence artificielle. Nous avons des enjeux à la fois pédagogiques, éducatifs, et industriels derrière cela. »

blanquer
Crédits : Assemblée nationale

Le ministre entend avoir « une vision d'ensemble » sur ce dossier, dans une approche fondée sur le « discernement ». « Je ne suis absolument pas adepte du tout numérique, pas plus que je ne suis adepte du cloisonnement vis-à-vis du numérique. Il faut simplement avoir un usage pertinent du numérique, qui est évidemment différent selon les âges de la vie », s’est vaguement expliqué Jean-Michel Blanquer.

Blanquer met en garde sur l’exposition des enfants aux écrans

L’intéressé a tout particulièrement insisté sur le fait « que nous avons de plus en plus de rapports et d'éléments pour considérer que l'exposition aux écrans avant six ans est très négatif pour les enfants ». Et le ministre d’en tirer cette conclusion : « Nous devons être attentifs à ce que la société des écrans n'apparaisse que progressivement dans la vie de l'enfant. »

Tout en reconnaissant qu’il y avait « des usages numériques extrêmement pertinents dès l'école élémentaire », Jean-Michel Blanquer s’est prononcé pour que ceux-ci soient « ciblés » et correspondent « à des méthodes et puis aussi à des temps bien circonscrits » pour les élèves de primaire. Le ministre a admis qu’au collège et au lycée, ce recours au numérique pourrait être plus « important ».

Il faudra donc attendre avant d’en savoir plus, Mounir Mahjoubi ayant lui aussi évoqué un « bilan » dont les conclusions pourraient être connues « dans les prochains mois ».

44 commentaires
Avatar de tmtisfree Abonné
Avatar de tmtisfreetmtisfree- 05/10/17 à 07:33:29

Épisode 1 : distribution globale de tablette = plan numérique ronflant à 1 miyard
Épisode 2 : formation des profs afin de voir comment utiliser les quelques tablettes distribuées

Où comment mettre la charrue avant les bœufs. Toute cette gabegie va certainement améliorer notre classement PISA. En attendant, les élèves ne savent toujours pas lire et faire une addition. Mais ça tombe bien, on a une structure technobureaucratique performante pour conserver le statut de tous ces futurs chômeurs-électeurs assistés.

Avatar de Kerghan INpactien
Avatar de KerghanKerghan- 05/10/17 à 08:04:16

"Mounir Mahjoubi avait lui aussi pris le soin de prendre ses distances vis-à-vis des tablettes. « Je ne suis pas un obsédé de la tablette pour tous », avait-il ainsi lancé face aux députés. « Je ne crois pas qu'il faut que 100 % de l'éducation passe par une tablette et que toutes les collectivités locales achètent massivement des tablettes à travers tout le territoire pour que tout le monde fasse sa journée avec une tablette. Par contre, à plusieurs moments de la journée, la tablette apporte des éléments de dialogue assez intéressants. » "

   Pour le coup, je suis entièrement d'accord sur ce point.

En revanche je suis inquiet quand ils se mettent à parler de robotique et d'intelligence artificielle.

Dans un premier temps, ils ont déjà visiblement tout le mal du monde à déployer correctement des tablettes et à assurer la formation des profs, alors ça ne serait pas plus mal de laisser la robotique et l'intelligence artificielle de côté pour le moment. Même si aucune application concrète de ces deux domaines n'a été évoquée, ce n'est pas plus mal si on se concentre déjà sur les projets en cours avant de partir sur autre chose.

Dans un deuxième temps, je suis content (en partie) de voir qu'ils essayent de faire évoluer les outils pédagogiques, mais l'éducation nationale est aujourd'hui gangrénée par une pléthore d'autres problèmes qui nécessitent une attention tout aussi importante... et je n'en entends pas parler plus que ça pourtant, au contraire de cette "école numérique" pour laquelle on est prêts à dépenser un milliard...

 Advienne que pourra, j'imagine ?

Avatar de Michel Guillou Abonné
Avatar de Michel GuillouMichel Guillou- 05/10/17 à 08:44:10

« Lors de la dernière rentrée, seul un collège sur deux était censé participer à ce fameux plan... ». Moui... On est très loin de la réalité. Par ailleurs, ce n'est pas dans toutes les classes et pas dans toutes les disciplines.

Avatar de romu79 Abonné
Avatar de romu79romu79- 05/10/17 à 09:49:41

Ne rendons pas les enfants trop intelligents, ils pourraient réfléchir une fois adulte...

Avatar de 127.0.0.1 INpactien
Avatar de 127.0.0.1127.0.0.1- 05/10/17 à 10:08:56

« Nous devons être attentifs à ce que la société des écrans n'apparaisse que progressivement dans la vie de l'enfant. »

Enfants qui regardent et jouent avec des écrans avant même de savoir parler...

Avatar de levhieu INpactien
Avatar de levhieulevhieu- 05/10/17 à 11:46:05

127.0.0.1 a écrit :

Enfants qui regardent et jouent avec des écrans avant même de savoir parler...

L'arrivée de l'automne entraine un coup de moins bien ?

Avatar de 127.0.0.1 INpactien
Avatar de 127.0.0.1127.0.0.1- 05/10/17 à 11:49:16

pas compris. :keskidit:

Avatar de levhieu INpactien
Avatar de levhieulevhieu- 05/10/17 à 11:51:10

Ton commentaire ressemblait tellement à une remarque désabusée qu'on pouvait le prendre pour une conséquence d'un coup de blues

Avatar de espritordu Abonné
Avatar de espritorduespritordu- 05/10/17 à 11:59:38

A mon époque le fric gâché dans des salles informatiques sous-utilisées, s'il n'a été d'aucun secours pour les 90% d'élèves et enseignants qui étaient devant leur écran comme des poules devant un couteau, a au moins servi à quelques gamins débrouillards de milieux modestes à se découvrir des vocations  en programmation entre deux LAN sur Quake.
Mais ces tablettes... c'est faire prendre le pli aux élèves d'une attitude purement consommatrice. Alors qu'on devrait au contraire leur faire découvrir toute la puissance des SI même pour ceux qui ne se destinent pas à une carrière dans le domaine, ne serait-ce que pour comprendre ce qu'ils font lorsqu'ils lâchent leurs données perso sur un réseau social.

Avatar de 127.0.0.1 INpactien
Avatar de 127.0.0.1127.0.0.1- 05/10/17 à 12:00:09

Mon propos est certes désabusé, mais dans le sens inverse que tu as cru percevoir.

C'est illusoire de croire que les enfants n'auront pas découvert "la société des écrans" avant d'aller en l'école. En conséquence, sur ce sujet, c'est l'école qui doit rattraper son retard sur l'enfant et pas l'inverse.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 5