Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Zynga renoue timidement avec les bénéfices au deuxième trimestre

Zynga Mattrack la concurrence
Economie 4 min
Zynga renoue timidement avec les bénéfices au deuxième trimestre

Hier soir c'était au tour de Zynga de présenter ses résultats financiers pour le deuxième trimestre. L'éditeur américain semble enfin sortir de son marasme et signe un trimestre bénéficiaire pour la première fois depuis bien longtemps.

Cela va maintenant faire un an et demi que Frank Gibeau, l'ex vice-président exécutif de la division mobile d'Electronic Arts, a repris le flambeau de Don Mattrick à la tête de Zynga. L'entreprise était alors exsangue, voyait ses revenus diminuer trimestre après trimestre, tandis que les bénéfices des différentes restructurations tardaient à se montrer. Aujourd'hui, le paysage est bien différent. 

Le retour de la croissance, et des bénéfices

Déjà, le chiffre d'affaires de Zynga est en nette augmentation et supérieur aux prévisions. L'éditeur a ainsi comptabilisé 209,2 millions de dollars de revenus, contre 200 millions espérés et 181,7 millions enregistrés au deuxième trimestre 2016, soit une croissance de 15 % sur un an. 

L'EBITDA du groupe dépasse lui aussi les attentes. Zynga en espérait 19 millions de dollars, un chiffre stable vis-à vis-de celui réalisé l'an dernier. Il est finalement question de 29,9 millions de dollars, soit un bond de 61 % sur un an. Zynga dit enfin au revoir à sa longue période de disette et signe ses premiers bénéfices depuis plus d'un an. Ils sont maigres, seulement 5,1 millions de dollars, mais contrastent avec les pertes de 4,4 millions de l'an dernier, et aux 6 millions de déficit attendus sur les trois derniers mois. 

Le web ne suffit plus

Si par le passé Zynga réalisait le plus gros de ses revenus avec des jeux sur navigateur (principalement via Facebook), la situation a depuis bien changé, notamment sous l'impulsion de Don Mattrick, qui a progressivement amené l'entreprise vers l'édition de jeux sur mobiles.

L'an dernier au deuxième trimestre, 76 % des revenus de Zynga, soit 138 millions de dollars provenaient des jeux mobiles. Sur les trois derniers mois, cette part atteint 86 % et représente 180 millions de dollars. En clair, avec ses jeux sur mobiles seuls, Zynga gagne autant d'argent que l'an dernier sur l'ensemble de ses activités et cette part a vocation à progresser encore dans les trimestres à venir.

 

Zynga Q2 17

En effet, l'audience sur mobile continue de croître, avec 19 millions d'utilisateurs quotidiens (DAU), soit 90 % du total au dernier trimestre. Il y a un an, Zynga ne comptait que 15 millions d'utilisateurs quotidiens sur mobile, ou 82 % de son audience totale.

L'audience évolue

D'ailleurs, l'audience de Zynga progresse de bien des façons, en fonction de la mesure que l'on regarde. Le nombre d'utilisateurs quotidiens (DAU) est par exemple stable sur trois mois, à 21 millions, tandis que le nombre d'utilisateurs mensuels (MAU) a bondi de 72 millions à 80 millions sur cette même période.

Au contraire, le nombre d'utilisateurs mensuels uniques (MUU) a fondu de 4 millions, pour atteindre 52 millions. En d'autres termes, Zynga séduit moins de joueurs, mais ils sont en moyenne présents sur davantage de titres. Le nombre d'utilisateurs payants est quant à lui stable, oscillant entre 1,2 et 1,3 million de personnes, soit 2,2 à 2,3 % de l'audience totale. Sur trois mois, le revenu moyen par utilisateur quotidien ne bouge pas non plus, à 0,109 dollar. 

Zynga Q2 17Zynga Q2 17

En conséquence, les revenus publicitaires sont relativement stables : de 46 millions de dollars l'an dernier à 45 millions sur ce trimestre, soit 22 % de ses recettes totales.

La répartition des revenus en fonction des jeux a elle aussi évolué. Si l'an dernier cinq titres assuraient chacun au moins 10 % des revenus, ils ne sont aujourd'hui plus que quatre. FarmVille 2 et Empires & Allies ont disparu du haut du classement, faisant la place à CSR Racing 2. Ce dernier est le deuxième plus gros pourvoyeurs de revenus, avec 14 % du total, la première place étant toujours occupée par Zynga Poker avec une part de 21 %.  

Des prévisions prudentes

Pour le prochain trimestre, Zynga fait preuve d'une certaine prudence dans ses prévisions. L'éditeur table en effet sur une parfaite stabilité de ses constantes vitales, avec un chiffre d'affaires de 210 millions de dollars, 7 millions de bénéfices nets et un EBITDA de 30 millions. 

En bourse, ces annonces ont provoqué un rebond de 4 % du cours de l'action Zynga dans les heures précédant l'ouverture de la séance à Wall Street. L'éditeur est ainsi valorisé à un peu plus de 3,2 milliards de dollars, soit 43 % de mieux qu'au début de l'année, et 29 % de mieux qu'il y a un an. 

5 commentaires
Avatar de feuille_de_lune INpactien
Avatar de feuille_de_lunefeuille_de_lune- 03/08/17 à 14:41:51

:troll: à part, je pensais que cette boite était au fond de la faille atlantique pas loin de l’Atlantide.

Avatar de wanou Abonné
Avatar de wanouwanou- 03/08/17 à 21:16:45

Comme quoi arrêter d'utiliser flash peut être une bonne chose ;-)

Avatar de Charly32 Abonné
Avatar de Charly32Charly32- 04/08/17 à 07:50:42

Ça fait donc un an et demi qu'on a des sous-titres à base de jeux de mots douteux sur un type qui ne fait plus partie de la boîte : transpi:

Avatar de dematbreizh Abonné
Avatar de dematbreizhdematbreizh- 04/08/17 à 07:54:33

Ah, ça fait longtemps que je n'avais plus de nouvelles de Matrick.
ça fait toujours plaisir de voir que ça bouge encore :)

Avatar de jacklejack Abonné
Avatar de jacklejackjacklejack- 04/08/17 à 08:47:28

C'est clair, ça fait vraiment réchauffé pour le coup !

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.